28 décembre 2013

Quoi de neuf dans ma bibli?

Trois nouveaux titres pour terminer cette année 2013 et pouvoir mettre à jour ma PAL pour 2014.

 

le prisonnier du ciel

Mon achat du trimestre chez France Loisirs: Le prisonnier du ciel de Carlos Ruiz Zafon:

"Barcelone, Noël 1957. À la librairie Sempere, un inquiétant personnage achète un exemplaire du Comte de Monte Cristo. Puis il l'offre à Fermín, accompagné d'une menaçante dédicace. La vie de Fermín vole alors en éclats. Qui est cet inconnu ? De quels abîmes du passé surgit-il ? Interrogé par Daniel, Fermín révèle ce qu'il a toujours caché. 
La terrible prison de Montjuïc en 1939. Une poignée d'hommes condamnés à mourir lentement dans cette antichambre de l'enfer. Parmi eux Fermín et David Martín, l'auteur de La Ville des maudits. Une évasion prodigieuse et un objet volé...
Dix-huit ans plus tard, quelqu'un crie vengeance. Des mensonges enfouis refont surface, des ombres oubliées se mettent en mouvement, la peur et la haine rôdent"

 

 

 

 

un secret

Offert par une collègue: Un secret de Philippe Grimbert, c'est un film que j'avais vu au cinéma et qui m'avait plu.

"Souvent les enfants s’inventent une famille, une autre origine, d’autres parents.
Le narrateur de ce livre, lui, s’est inventé un frère. Un frère aîné, plus beau, plus fort, qu’il évoque devant les copains de vacances, les étrangers, ceux qui ne vérifieront pas… Et puis un jour, il découvre la vérité, impressionnante, terrifiante presque. Et c’est alors toute une histoire familiale, lourde, complexe, qu’il lui incombe de reconstituer. Une histoire tragique qui le ramène aux temps de l’Holocauste, et des millions de disparus sur qui s’est abattue une chape de silence.
Psychanalyste, Philippe Grimbert est venu au roman avec La Petite Robe de Paul. Avec ce nouveau livre, couronné en 2004 par le prix Goncourt des lycéens et en 2005 par le Grand Prix littéraire des lectrices de Elle, il démontre avec autant de rigueur que d’émotion combien les puissances du roman peuvent aller loin dans l’exploration des secrets à l’œuvre dans nos vies."

 

 

 

 

londres-par-hasard-plat-1-hd

Offert par l'Amoureux pour Noël, Londres par hasard d'Eva Rice, j'avais beaucoup aimé L'amour comme par hasard... Comment il a trouvé ce titre il ne veut pas me le dire, pour ne pas "dévoiler ses sources", en tout cas j'ai hâte de le lire!

"Tara, adolescente un peu fantasque dont l’enfance a été assombrie par la mort tragique de sa mère, vit avec son père vicaire et ses sept frères et sœurs dans un presbytère de Cornouailles. Quand, lors d’un mariage, elle est remarquée par un producteur de disques pour sa belle voix, sa vie tranquille de jeune provinciale va basculer. Bientôt, accompagnée de sa sœur Lucy – ravissante jeune femme qui brise tous les cœurs mais qui ne rêve que de vieilles pierres –, elle partira pour Londres où elle enregistrera un disque, connaîtra le succès artistique en même temps que ses premiers amours avec un photographe de mode. Les deux filles seront plongées dans le bouillonnement culturel du Londres des « Swinging sixties ». Lucy va même se rapprocher d’un certain chanteur et joueur d’harmonica qui deviendra par la suite l’une des plus grandes icônes de l’histoire du Rock.

Dans ce roman « vintage », où les éléments de fiction et de la réalité se croisent et s’entremêlent, l’auteur dresse un tableau saisissant et nostalgique de cette époque, nous immergeant dans l’ambiance survoltée qui accompagnait les débuts des Beatles et des Stones, quand Londres était la capitale de la musique et de la mode. Une foule de personnages singuliers se dresse autour de Tara et de sa sœur, et les intrigues et imbroglios amoureux et familiaux se multiplient. Tara va triompher de bien de mésaventures dans ce roman initiatique plein d’espièglerie et d’humour, teintée de cette petite musique très personnelle qui donne tout son charme aux romans – so British – d’Eva Rice."

Posté par Cinnamonchocolat à 22:43 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


22 décembre 2013

Yasmina Khadra, L'attentat

l'attentat

Quatrième de couverture : 

"Dans un restaurant de Tel Aviv, une jeune femme se fait exploser au milieu de dizaines de clients. À l'hôpital, le docteur Amine, chirurgien israélien d'origine arabe, opère à la chaîne les survivants de l'attentat. Dans la nuit qui suit le carnage, on le rappelle d'urgence pour examiner le corps déchiqueté de la kamikaze. Le sol se dérobe alors sous ses pieds: il s'agit de sa propre femme. Comment admettre l'impossible, comprendre l'inimaginable, découvrir qu'on a partagé, des années durant, la vie et l'intimité d'une personne dont on ignorait l'essentiel? Pour savoir, il faut entrer dans la haine, le sang et le combat désespéré du peuple palestinien..."

 

Quand le film est sorti j'avais envie de le voir mais mon cinéma ne l'a pas programmé, du coup autant lire le roman avant de le voir en dvd. Yasmina Khadra signe avec l'attentat un nouveau roman poignant. Si j'ai beaucoup apprécié l'Algérie de Ce que le jour doit à la nuit, c'est dans un tout autre décor que nous sommes plongés cette fois, l'Israël des attentats suicides, de l'armée israëlienne et des communautés qui se haïssent. Et entre les deux il y a Amine, chirurgien d'origine palestienne, qui travaille dans un hôpital de Tel-Aviv et qui semble bien intégré à la communauté Israëlienne. Jusqu'au jour où ... Presque tout le monde ne verra alors plus qu'en lui le Palestinien, alors même que les Palestinien ne voit en lui que le traitre vendu aux Israëliens ... Ce roman, au delà du mécanisme de l'attentat suicide nous donne à réfléchir sur ces "expatriés" qui ne sont ni de l'origine qui les accueille, ni plus de leur propre orgine...

J'ai préféré la première partie du roman, celle où Amine ne sait pas encore, ou n'a pas encore accepté que sa propre femme ait pue se fait exploser dans un restaurant et le début de ses recherches pour comprendre. Cette partie m'a beaucoup émue et j'ai retenue mes larmes à plusieurs reprises, face à l'incompréhension d'Amine, mais pas seulement, également face à l'incompréhension des mécanismes utilisés pour pousser aux attentats suicides, avec une seule question, comment peut-on un jour décider qu'on va mourir de cette manière...

J'ai moins apprécié la seconde partie qui est disons, un peu plus technique sur les groupuscules terroristes et la police Israëlienne. Les rencontres avec les différents acteurs du Djihad m'ont parfois ennuyée. Il n'en reste pas moins que c'est un court roman très fort et riche en émotions, que bien sûr je vous conseille de lire si vous êtes sensible à la plume de Yasmina Khadra. Pour ma part j'ai hâte de découvrir son dernier roman!

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

20 décembre 2013

Jean-Philippe Blondel, Double jeu

double jeu

Quatrième de couverture : 

"Changer. C'est ce qu'ils veulent tous. Il faut que j'arrête de poser des problèmes aux adultes. Que je cesse d'être dans leur ligne de vision, de mire, de tir. Que je bouge de là. C'est ce que je voudrais, oui. A l'intérieur, je bous. J'aimerais être loin. Loin, genre à l'autre bout du monde. Me réinventer une existence avec un début moins pourri". 
Quentin, nouveau dans son lycée, est enrôlé dans un cours de théâtre pour jouer dans la pièce de Tennessee Williams La Ménagerie de verre. Comme le personnage qu'il interprète, le garçon est tiraillé entre l'envie de tout plaquer pour voir le monde et celle de se battre. D'affronter, Les parents, Les profs, Les élèves, Les spectateurs, l'avenir."

Voilà encore un très beau livre de Jean-Philippe Blondel. Si j'aime beaucoup ses romans pour adultes, je suis encore plus touchée par ses romans pour adolescents. Ce roman là est construit à la manière d'une pièce de théâtre et nous parle d'une pièce de théâtre. C'est avec son personnage Quentin, que Jean-Philippe Blondel nous offre une belle mise en abîme de la pièce de théâtre de Tennessee Williams, La Ménagerie de verre. Quentin change de lycée, il quitte sont quartier pour le centre ville, les élèves ne sont pas issus du même milieu social que lui, il ne se sent pas à sa place, mais par le théâtre, sa professeur de françaos va essayer de faire tomber ces barrières.

Quentin est un garçon intelligent et touchant, son rapport aux autres mais surtout le lien avec sa petite soeur en font un jeune homme sensible sous l'aspect d'un dur. L'enseignante qui perce cette carapace est elle aussi un personnage intéressant. Tous les autres apporteront quelque chose à l'histoire mais sont secondaires.  L'auteur met à jour le système scolaire et ses inagilités sociales, certes on souhaite une mixité des élèves, et elle existe dans certains établissements, mais il ne faut pas se leurrer, les établissements de centre ville touchent généralement une population différente des établissements situés en marge des villes, ou dans les quartiers. La réussite des uns et des autres dépend en partie du milieu social des parents, un enfant provenant d'un milieu modeste, d'un quartier rencontrera plus d'obstacles pour réussir. Je ne dis pas que ça n'arrive pas, au contraire, mais le parcours est différent et il faut s'accrocher un peu plus, ne serait-ce parce que l'accès à la culture se fait plus difficilement. Enfin, je dévie un peu là ... Si vous aimez le théâtre, si vous aimez les histoires qui se passent dans le milieu scolaire, alors peut-être que la passion que transmet ce professeur à ses élèves vous émouvera autant que moi... peut-être au point de verser une petite larme, comme moi...

 

Aproposdelivres a elle aussi beaucoup aimé ce roman, Mirontaine l'a également apprécié, Bouma (que je remercie d'avoir fait voyager ce livre jusqu'à moi)  a aimé mais ce n'est pas son préféré, 

1 % 2013

(3/6)

Posté par Cinnamonchocolat à 18:57 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

15 décembre 2013

Le pôle express (challenge Christmas time)

pole express

Synopsis:

"Un jeune garçon qui se met à douter de l'existence du père Noël monte dans un train mystérieux en partance pour le pôle Nord. A mesure que le Pôle Express s'enfonce dans des contrées enchantées, l'aventure est au rendez-vous et les jeunes passagers prennent conscience de l'étendue de leurs dons."

 

J'ai regardé ce dvd il y a deux semaines pour pouvoir vous en parler dans le cadre du challenge Christmas time de MyaRosa mais en fin de compte je ne vais pas avoir grand chose à dire. C'est une belle histoire mais je n'ai pas été conquise par les images que j'ai trouvé un peu trop vieillottes. J'aurais pu m'attacher aux personnages mais le graphisme m'en a empêché et je n'ai pas réussi à aller au-delà, c'est dommage. J'ai encore un dvd sur Noël mais je ne crois aps que j'aurais le temps de le regarder d'ici le Jour J!

 

challengechristmastime

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

05 décembre 2013

Christmas Soundtrack

Toujours dans le cadre du Challenge Christmas Time, je vous présente aujourd'hui le CD qui accompagne cette période de Noël, c'est Will qui me l'a offert il y a au moins toris ans je pense, et je l'écoute à chaque fois tout le mois de décembre dans ma voiture.

christmas--cover-art-extralarge_1313541716823

 

J'aime toutes les chansons de cet album, sans exception. Michael Bublé a repris des grands classiques de Noël en y ajoutant sa touche perso, sans les dénaturer. J'ai travaillé deux ans de suite sa version de Jingle Bells avec des sixième et l'an dernier j'ai travaillé All I want for Christmas avec mes 4e.  Je l'écoute toujours dans la voiture en rêvant de neige, de cheminée et de famille réunie.

Posté par Cinnamonchocolat à 21:05 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,


Jim Harrison, Dalva

dalva

Quatrième de couverture
« Dalva, c'est le grand roman de l'Amérique éternelle, l'Amérique de la prairie et des forêts, écrit avec verve, passion, ironie. Le portrait de Dalva, femme mitraillée par l'histoire, perdue au cœur d'un pays dont elle ne sait plus les frontières, est sensible et pénétrant. Harrison renoue ici avec une veine poétique et presque lyrique pour se replonger dans les racines d'une terre dont toute l'histoire n'a pas encore été dite. »

La quatrième de couverture parle d'elle même, "roman de l'Amérique de la prairie et des forêts, écrit avec verve, passion, ironie" c'est tout à fait ça. Dalva est une femme forte, qui ne s'en laisse pas conter. On la suit chez elle en Californie mais aussi dans le Nebraska, non loin de sa mère dans la maison familiale. Dalva c'est une femme indépendante, des hommes elle en a connu mais elle est toujours restée cette femme solitaire, qui prend son destin en main, qui porte l'histoire de sa famille. J'ai d'ailleurs préféré les passages dans le Nebraska, à ceux de Californie, plus authentiques, plus chargés d'histoire, même si je l'avoue j'ai parfois été un peu perdue et ai trouvé quelques longueurs. 

J'ai également apprécié les passages où le narrateur change avec les carnets de Michael, ami de Dalva qui "se met au vert" dans la maison familiale de Dalva afin de travailler sur les carnets du grand-père, celui qui a épousé une sioux. Michael essaie de démêler les fils d'un apssé trouble, il nous donne à lire des extraits de ces carnets, qui nous permettent à nous aussi, lecteurs d'aller de découvertes en découvertes sur la famille. 

J'ai apprécié cette lecture pour son côté historique sur les grandes plaines et les indiens, j'ai été transportée pendant quelques pages dans ces paysages immenses et verdoyants. Ce n'est pas un coup de coeur pour autant parce que j'ai parfois trouvé les réflexions des personnages un peu denses.

challengeus1

 

(7)

Lecture commune dans le cadre du challenge avec Noctenbule, DenisLire sous le magnoliales-bafouilles-de-figaro

objectif pal

 

(33/97)

Posté par Cinnamonchocolat à 20:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

01 décembre 2013

Christmas Wish List

Dans le cadre du challenge de Noël, MyaRosa propose que nous présentions notre wish list, j'aurais voulu faire quelque chose de plus élaboré ou plus joli mais j'ai déjà peiné à composer une wish list alors...

Pour les cadeaux à peu près raisonnable, cher Père Noël je voudrais:

L'album de Woodkid ou celui de Cascadeur 

woodkid

cascadeur-ghot-surfer-cover

Le jeu de société Dixit

Dixit_large01

Une plus grande saccoche pour un appareil photo reflex

Des bijoux nature d'Etsy

Ce bracelet de Nature et découvertes ou tout autre bracelet de ce genre en fait.

 

Pour le un peu moins raisonnable:

cette montre Calvin Klein 

montre-calvin-klein-ck-mirror-l-k2823130

 

 

Une chaise de bureau 

skruvsta-chaise-pivotante__72741_PE188915_S4

 

 

Un objectif 18-105 mm pour mon Nikon

nikon-af-s-dx-vr-18-105-mm-f-3-5-5-6g-ed

 

 

Il faut encore que je réfléchisse un peu, et puis bien sûr il y a ma LAL qui regorge de livres en tout genre!!

challengechristmastime

Posté par Cinnamonchocolat à 21:29 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

28 novembre 2013

Anne Perry, Des Contes de Noël

des contes de noel

Quatrième de couverture:

"Dans les provinces anglaises, mystères et crimes sulfureux font fi de la trêve de Noël. Pour les héros d'Anne Perry, croisés au fil des enquêtes de Thomas Pitt ou de William Monk, les voeux de fin d'année tournent vite au cauchemar : les réunions familiales laissent place aux règlements de compte, la neige cache l'empreinte des assassins, et les secrets de longue date sont déposés au pied du sapin... Autant de petits contes que la reine du polar victorien confectionne avec art, pour que s'exauce la magie de Noël !"

Ce recueil est composé de quatre nouvelles qui se déroulent pendant la période de Noël à l'époque victorienne. Dans La Disparue de Noël, Anne Perry situe son histoire dans un manoir de la campagne anglaise où la haute société est réunie pour quelques jours de mondanités avant Noël. Une jeune veuve est retrouvée morte noyée dans l'étang de la propriété le lendemain matin. La deuxième partie de la nouvelle se situe en Ecosse, terres de landes inquiétantes où l'hiver est rude et le vent glacé, tout s'oppose donc à la chaleur cossue du manoir et de ses soirées mondaines. J'ai beaucoup aimé l'atmosphère qui se dégage des personnages, l'introspection de Lady Vespasia à mesure que l'histoire avance, les découvertes et les faux semblants mis à jour, tout cela est très typique de la littérature victorienne. 

Dans Le voyageur de Noël et la Détective de Noël, ce sont encore les personnages qui prennent en charge une enquête à la suite de la mort d'un des personnages. Rien n'indique pourtant au premier abord qu'il s'agit d'un meurtre. J'ai préféré Le voyageur de Noël qui nous montre une farmille éparpillée de par le monde mais néanmoins très soudée. Dans a Détective de Noël une vieille dame acariâtre tient le devant de la scène et ses rengaines m'ont quelque peu ennuyées. Le dénouement est par contre bien ficelé et permet un beau coup de théâtre. Cette enquête aura au moins permis à la vieille dame d'évoluer un peu.

Et enfin, je pense que c'est Le secret de Noël que j'ai le plus apprécié. Dans cette dernière nouvelle, Clarice et son époux Mr Corde, pasteur sous les ordres d'un homme à priori détestable à Londres est envoyé à la campagne pour remplacer Mr Wynter, très apprécié des villageois mais parti en vacances pour les fêtes de Noël. C'est cette nouvelle qui est la plus empreinte de l'atmosphère de l'époque avec la vie simple au presbytère, les tâches de Clarice, les visites du pasteur aux fidèles etc... J'ai vraiment apprécié le personnage de Clarice, simple et un peu maladroite mais généreuse et pleine de bon sens. 

Ce recueil vous l'avez compris m'a plu, étonnant pour des nouvelles non? Anne Perry sait très bien y faire. La nouvelle prend le temps de se mettre en place, de dresser des portraits précis des personnages, et d'amener une fin qui ne tombe pas comme un cheveu sur la soupe.Le tout bien sûr sur fond de Noël avec décorations, préparatifs et mets traditionnels qui m'ont donné envie de voir cette période vite arriver! Je n'en resterai pas là avec la romancière anglophone!

Première participation au Challenge Christmas Time de MyaRosa

challengechristmastime

 

 

objectif pal

(32/97)

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 novembre 2013

Gilles Paris, Autobiographie d'une courgette

autobiographie-dune-courgette

Quatrième de couverture:

"Un nom de cucurbitacée en guise de sobriquet, ça n'est pas banal! La vie même d'Icare - alias Courgette-, neuf ans, n'a rien d'ordinaire : son père est parti faire le tour du monde "avec une poule"; sa mère n'a d'yeux que pour la télévision, d'intérêt que pour les canettes de bière et d'énergie que pour les raclées qu'elle inflige à son fils. Mais courgette surmonte ces malheurs sans se plaindre... Jusqu'au jour où, découvrant un revolver, il tue accidentellement sa mère. Le voici placé en foyer. Une tragédie? Et si, au contraire, ce drame était la condition de rencontres et d'initiations _ à l'amitié, à l'amour et au bonheur tout simplement?"

C'est une belle histoire que Gilles Paris nous conte. Celle d'un petit garçon, qu'on surnomme Courgette, qui est envoyé dans un foyer pour enfants après avoir accidentellement tué sa mère. Une mère qui l'élevait seule depuis le départ de son père avec sa maîtresse visiblement. La vie au foyer apparaît comme idyllique et préférable à sa vie d'avant. Les enfants et éducateurs sont tous attachants. J'ai apprécié de style adopté par l'auteur, celui d'un enfant de neuf ans avec sa vision du monde et ses arrangements avec la syntaxe. Cela rend l'histoire d'autant plus émouvante que Courgette est un petit garçon très intéressant, qui pose beaucoup de questions et pour qui les réponses sont parfois encore plus compliquées. Le personnage de Rosy est lui aussi très touchant, elle est dévouée aux ensemble et ne semble pas avoir de vie en dehors du foyer.

Gilles Paris aborde ainsi la problématique des enfants orphelins, sans parents ou avec des parents qui ne savent pas les aimer, ou tout simplement qui ne peuvent pas les élever. C'est une histoire réjouissante pour des enfants. Avec mon oeil d'adulte je la trouve un peu simpliste, hormis Pauline aucun des adultes n'a de vie en dehors de l'établissement, Courgette n'est à aucun moment interrogé sur la mort de sa mère, on ne sait pas exactement où les enfants vont en classe mais surtout l'adoption semble beaucoup trop simple. Néanmoins, cela ne m'a pas gâché le plaisir de la lecture, j'ai chaussé mes lunettes d'enfant et ai passé un très bon moment avec Courgette, Camille et les autres.

Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs

(jaune: 1/1)

24 novembre 2013

Un dimanche à Londres, Camden Town

J'achève cette série londonienne avec l'un de mes quartiers préférés à Londres: Camden. J'aime beaucoup l'ambiance de ce quartier, qui mêle touristes et excentriques locaux. C'est un endroit convivial, où le mot cosmopolite prend tout son sens, et en ce mois d'août c'était encore plus animé que d'habitude.

DSC_0120

 

DSC_0121

 

DSC_0127

 

DSC_0131

 

DSC_0133

DSC_0135

DSC_0136

 

 

 

Les dimanches en photos sont à l'initiative de Liyah et on les retrouve aussi chez : LilibaChoupynette,  Fleur,  AnjelicaMyrtilleSandrineChocoSeriaLecteur,  EstellecalimMargotte

 

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,