Notes de lecture

19 novembre 2017

Karine Reysset, Je ne suis pas une fille facile

 

je ne suis pas

Quatrième de couverture: "Justine a beau sortir, s'enivrer et embrasser le premier venu à pleine bouche, elle se retrouve toujours seule le lendemain ou au bout de quelques jours. il y a toujours quelque chose qui cloche. les garçons la trouvent ou trop folle ou trop sage, ou trop bourgeoise ou pas assez riche ou trop ceci et pas assez cela. souvent, il faut bien le dire, ils la trouvent un peu bizarre. chaque fois qu'elle se fait jeter comme une vieille chaussette, justine a mal un bon coup, elle a envie de mourir, et puis ça passe en quelques heures. mais ces derniers temps le chagrin dure. serait-ce lié au départ d'audrey ? la grande soeur de justine quitte la maison, s'installe avec son fiancé. justine est bouleversée. alors elle se console à sa manière, elle sort de plus belle, elle va et butine à gauche à droite, comme une fille facile, une fille facile plus compliquée qu'il n'y paraît."

 Bon, bon, que dire? Honnêtement je ne suis pas du tout emballée par ce roman jeunesse, je sais que je ne suis pas la cible mais j'apprécie la littérature jeunesse et ado. Là je n'ai pas trouvé grand intérêt. Certes on découvre une tranche de vie, un personnage, celui de Justine, mal dans sa peau qui sort avec plein de garçons, à qui l'on colle l'étiquette de fille facile mais qui pourtant "ne saute jamais le pas". En opposition, sa soeur Audrey c'est Mère Thérésa, même pas 20 ans, déjà très mature, prête à vivre en couple avec son copain depuis toujours. L'attitude de Justine cache un mal-être évident, et tout ça est peut-être pour l'adulte que je suis, trop évident, sans profondeur. Peut-être que ce roman touchera plus une adolescente dans la même situation. Mais ce que je regrette c'est qu'il n'y a pas vraiment de fin, pas de solution au mal-être de Justine, et c'est dommage de ne pas apporter une once de positivisme à l'adolescente mal dans sa peau qui lira ce court roman. Ce n'est pas mal écrit, au contraire, mais ce n'est, à mon sens, pas abouti.

objectif pal

 

(19/25 dans ma PAL depuis novembre 2016

Objectif Pal de novembre chez Antigone -2-)

lire sous la contrainte

(Challenge lire sous la contrainte chez Phildes: être - 1)

Posté par Cinnamonchocolat à 18:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


16 novembre 2017

Robert Goddard, Par un matin d'automne

par-un-matin-dautomne

Quatrième de couverture: "Fin des années 1990. Leonora Galloway part en France avec sa fille afin de se rendre à Thiepval, près d'Amiens, au mémorial qui honore les soldats - dont de nombreux Britanniques, comme son père - tombés durant la bataille de la Somme, lors de la Grande Guerre. Le 30 avril 1916 est la date officielle de son décès. Or Leonora est née près d'un an plus tard. Ce qui pourrait n’être qu’un banal adultère cache en fait une étrange histoire, des secrets de famille, sur lesquels plane l'ombre d'un meurtre jamais résolu et où chaque mystère en dissimule un autre… Dans ce livre envoûtant, Robert Goddard allie l'atmosphère des plus grands romans anglais à un sens du suspense et de la reconstitution historique remarquables."

 Quand j'ai croisé ce roman sur un blog (je ne sais plus lequel alors si c'est le tien n'hésite pas à me le dire ;) ) j'ai tout de suite su qu'il me plairait. Et comme je me connais plutôt bien, je ne m'étais pas trompée! J'ai adoré ce récit, et même si j'utilise peu souvent ce terme c'est un coup de coeur. Sachez que ce livre est classé dans les romans policiers en bibliothèque, je désespérais chaque fois de le voir disponible mais de ne pas le trouver... Honnêtement je ne sais pas vraiment ce qu'il fait la-bas, parce qu'un policier il y'en a bien un mais c'est un retraité rappelé au travail pour remplacer les jeunes hommes envoyés au front, et clairement il ne tient pas un rôle clé dans l'histoire, qui est loin d'être une intrigue policière. Il y a certes un meurtre, autour duquel plane beaucoup d'interrogations et de non-dits mais ce n'est pas en soi le sujet du roman. Le sujet du roman c'est la famille et ses secrets. Et vous savez que j'aime bien ça!! Alors quand en plus ça se passe en Cornouailles, au début du 20è siècle dans une grande demeure à la campagne, tous les ingrédients sont réunis!! 

Les récits sont enchassés les uns dans les autres, Léonora raconte son histoire à sa fille, qu'elle a elle-même reçu d'un "ami" de ses parents. Les personnages sont attachants ou détestables, Robert Goddard nous emmène, loin, dans cette campagne anglaise, dans les plaines des Flandres en hiver. Il sonde l'âme de ses personnages, le mystère est non résolu pendant de nombreuses pages, et de nombreuses années, mais peu à peu les éléments s'imbriquent et on devine une vérité qu'on n'ose imaginer. La frontière entre le bien et le mal est ténue, seule peut-être Olivia restera toute sa vie du mauvais côté, elle mourra d'ailleurs seule, comme une vieille sorcière qu'elle est! Ce que Robert Goddard nous apprend c'est qu'il ne faut peut-être pas juger trop rapidement, que chacun peut avoir ses raisons et que selon le point de vue d'où l'on se place, elles sont défendables. Ce qu'il dénonce également c'est la première guerre mondiale, pour qui la vie humaine n'avait que très peu de valeur. Je crois que j'ai eu les larmes aux yeux à plusieurs reprises. Le charme de l'écriture anglaise, un brin désuète mais très poétique pour qui l'apprécie fonctionne presque à coup sûr avec moi.

Posté par Cinnamonchocolat à 18:53 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

12 novembre 2017

Suivi Challenge Petit Bac 2017

J'essaierai de mettre ma grille à jour au fur et à mesure, et surtout je me fais une grille "Cinéma" pour un challenge perso! Vous pouvez bien sûr retrouver toutes les infos sur le challenge sur le blog d'Enna!

 

PRÉNOM : 1. Jo Witek, MENTINE...Privée de réseau!

2. Lily Brett, LOLA Bensky


LIEU : 1. Jenny Colgan, La petite BOULANGERIE du bout du monde

2. James Ellroy, L.A Confidential 


ANIMAL :


OBJET : Emile Zola, L'OEUVRE

Molly Prentiss, New York, ESQUISSES nocturnes


COULEUR : Audur Ava Olafsdottir, Le ROUGE VIF de la rhubarbe

Joanne Harris, Les cinq quartiers de l'ORANGE


SPORT/LOISIR : Christophe Ono-Dit-BIOT, PLONGER


PERSONNE CÉLÈBRE  :  1. Anne-Marie Desplat-Duc, Les Colombes du ROI SOLEIL- Le rêve d'Isabeau (tome 5)

2. Joydeep Roy-Bhattacharya Une ANTIGONE à Kandahar


ALIMENT / BOISSON : 1. Joanne Harris, Des PECHES pour Monsieur le curé

2.Kerry Hudson, Tony Hogan m'a payé un ICE-CREAM SODA avant de me piquer maman


SPHÈRE FAMILIALE: 1. Isabel Alba, BABY Spot

2. John Tiffany & Jack Thorne, Harry Potter and the cursed CHILD

 

 


MORT : 1. Robert Hicks, La VEUVE du Sud

2. Antoine Dole, Je reviens de MOURIR

 


GROS MOT (bonus facultatif) : 1. Margaux Motin rencontre la femme parfaite est une CONNASSE

2. Jérémie Pichon et Bénédicte Moret, Famille presque zéro DECHET ze guide

challenge petit bac

 

Ma grille cinéma

 

PRÉNOM : MARY de Marc Webb


LIEU : Traque à BOSTON


ANIMAL : Nocturnal ANIMALS de Tom Ford


OBJET : 


COULEUR :  Les figures de l'OMBRE


SPORT/LOISIR : 


PERSONNE CÉLÈBRE  : BARRY SEAL


ALIMENT / BOISSON :


SPHÈRE FAMILIALE: Seven SISTERS


MORT : 


GROS MOT (bonus facultatif) :

 

 

Posté par Cinnamonchocolat à 06:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

10 novembre 2017

Antoine Dole, Je reviens de mourir

je-reviens-de-mourir-e1411628003144

Quatrième de couverture: "Marion aime Nicolas à ce point : jusqu'aux coups, jusqu'aux " clients " qu'il la force à voir. Elle s'emploie à le contenter, il s'emploie à l'anéantir.Autre histoire, autre " conte défait ", Ève dévore les hommes, usant du sexe pour tuer l'amour dans l'œuf... jusqu'au jour où David tente de gagner sa confiance. Du destin de l'une dépendra la survie de l'autre."

Antoine Dole écrit de façon percutante mais cette lecture ne me laissera pas un souvenir impérissable. Certes le thème de ce livre est important puisqu'il y raconte le calvaire d'une jeune femme battue par son compagnon qui est également son mac, puisque rapidement il va profiter du fait qu'elle est jolie, qu'il travaille dans une boîte de nuit pour lui présenter des clients. Marion se prostitue par amour, de la même façon qu'elle supporte les coups. Eve quant à elle enchaîne les coups d'un soir, jusqu'à ce qu'elle rencontre peut-être celui qui la fera changer.

L'écriture est crue et sans concession, comme son sujet. Les points de vue sont alternés, et permettent une lecture très rapide mais finalement le dénouement est sans grande surprise. Cette elcture m'a laissé un goût d'inachevé, je me suis dit à la fin "et après?"

challenge petit bac

(Mort: MOURIR)

Posté par Cinnamonchocolat à 06:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 novembre 2017

Molly Prentiss, New-York, esquisses nocturnes

new ork esquisses noctures

Quatrième de couverture:

"Au début des années 80, le downtown de New York est le centre de l’univers, un terrain de jeu revêche, encore hermétique à la menace de l’embourgeoisement. Artistes et écrivains s’y mêlent dans des squats  insalubres où leurs rêves de reconnaissance prennent des formes multiples. Parmi eux, Raul Engales, un peintre argentin en exil, fuyant son passé et la « guerre sale » qui a enflammé son pays. S’affamant pour payer son matériel, il peint le jour d’immenses toiles mettant en scène les spectres qu’il croise la nuit. Un soir, il attire l’attention de James Bennett, critique d’art en vogue du New York Times, proche de Basquiat, Warhol et Keith Haring. Tandis que l’ascension fulgurante de l’un entraîne l’autre sous les projecteurs, une double tragédie les frappe. Dans ce chaos, Lucy, l’amante enjouée de Raul, échappée d’une obscure banlieue de l’Idaho, tente de les extraire de leur détresse. Entre peintre, critique et muse se dessine alors un triptyque amoureux étourdissant."

Forcément cette lecture ne peut qu'être mise en parallèle avec City on fire que j'ai lu cet été, même cadre, même époque, en partie les mêmes sujets. Et je reconnais qu'au début j'ai été un peu déçue, avec un sentiment de pâle copie, mais très vite cette impression s'est estompées, je me suis accrochée aux personnages et j'avais vraiment envie de savoir ce qui allait leur arriver. Molly Prentiss raconte l'ascension d'un peintre désargenté qui a fui son pays. C'est également un clin d'oeil à ma lecture de Mazarine Pingeot puisque Raul est argentin. Il a laissé derrière lui une soeur. Dans le New York des années 80 où les artistes ne sont pas ce qui manque, Raul avec l'appui d'une riche propriétaire de galerie attirera l'attention d'un critique d'art, James Bennett. Redoutable dans ses critiques, il nous apparaît un peu comme un loser dans sa vie de couple, plus collectionneur d'art que critique d'ailleurs, il dilapide l'argent de ménage pour acheter des toiles. 

C'est la seconde moitié du roman que j'ai particulière appréciée après ce que la quatrième de couverture appelle la tragédie, mais je ne vous en révèle rien. On quitte un peu le domaine de l'art pour sintéresser à la famille, à la difficulté de vivre dans le New York des années 80 quand on débarque de nulle-part mais aussi au côté aléatoire du succès dans le milieu artistique. Pour donner du rythme au récit, la narration se fait du point de vue de Raul, de James et de Lucy.

On sent que Molly Prentiss est une fervente amatrice de peinture et elle la rend accessible à ceux qui le sont moins. Ainsi si j'ai reconnu certains artistes, elle m'a donné envie d'en découvrir d'autres et pour terminer j'ajouterai que la place qu'elle donne à la ville est tout aussi importante que dans City on fire et qu'on s'y croirait presque, en tout cas j'ai toujours autant envie d'y retourner!!

 

 

 

challenge petit bac

(Objet: ESQUISSES)

Posté par Cinnamonchocolat à 17:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,