haute_fideliteQuatrième de couverture:

"Il y a de quoi faire dans cette histoire destinée aux individus coincés et mal coincés entre la trentaine et tout ce qui suit. Rob, bientôt 36 ans, est mal en point : "Qu'ai-je fait de ma vie ?" se demande ce sempiternel adolescent qui craint de vieillir (même bien), au lendemain d'une rupture, en contemplant les bacs de son magasin de disques pop paumé dans une ruelle de Londres. [...] Pour notre plus grand plaisir, Rob, qui se demande in fine s'il ne serait pas un nul, décide d'entamer la falaise. Il récapitule ses amours, depuis le premier, à douze ans, qui dura trois fois deux heures jusqu'au dernier, une nuit correcte avec une chanteuse américaine, et dresse un inventaire hilarant de ses états d'âme. [...] Tous ceux qui considèrent comme vertige nécessaire le fait de savoir à un moment donné faire durer une relation monogame, se délecteront à la lecture de ce roman post-mélancolique qui célèbre les vertus du rire.»"

Rob nous fait le récit intérieur de ses amours passés. Après sa rupture avec Laura, il nous raconte les cinq ruptures qui l'ont le plus marqué dans sa vie et qui d'après lui font que ses relations amoureuse à l'âge adulte ne marchent pas.

Viens ensuite le récit de sa rupture avec Laura (qu'il ne classe pas dans son top 5)...

Rob tiens un magasin de disque donc forcément les références à la musique y sont très nombreuses, connues voire totalement inconnue (enfin en ce qui me concerne). C'est un passionné de vieux vinyles, ça donne parfois envie d'aller se plonger dans les bacs d'un disquaire d'occasion, comme on en trouve partout à Londres.

A travers ses différents récits, le narrateur s'interroge et nous interroge sur la question de l'engagement, sur ce qui fait qu'un couple tient ou non, sur la personnalité des gens. Doit-on se définir à travers l'autre ou continuer en parallèle de sa vie de couple, sa propre vie. Les deux points de vue de Rob et de Laura sont foncièrement différents, en ce sens au final est-ce que leur couple peut tenir?

Je 'nia aps retrouvé le même engouement que pour Slam mais j'ai quand même apprécié cette lecture, pas tant par l'histoire qui est somme toute assez banale, mais parce que j'aime beaucoup l'humour de Nick Hornby. Il arrive à la fois à se moquer de ses personnages et à les prendre au sérieux.