la-veuve-du-sud

Quatrième de couverture:

"Tennessee, 1894.

 Fragile silhouette vêtue de noir, celle que l'on surnomme la " veuve du Sud " avance pensivement parmi les tombes des 1 500 soldats sudistes tués à la bataille de Franklin, trente ans auparavant, et qu'elle a fait inhumer sur sa plantation. Certains d'entre eux sont morts entre ses bras. Elle n'a jamais oublié un homme en particulier : elle l'avait soigné, et surtout aimé, avant de le laisser partir.

Aujourd'hui, il revient lui demander s'il reste une place pour lui dans son cimetière. Et tout à coup, l'immense folie de la guerre resurgit dans sa mémoire, aussi inoubliable que leur passion. Un roman bouleversant, parcouru d'un véritable souffle épique, qui ressuscite, à la manière de Retour à Cold Mountain et de Autant en emporte le vent, la tragédie de la guerre de Sécession."

 

Je suis restée dans la thématique sud profond des Etats-Unis en m'attaquant à ce roman de Robert Hicks, la veuve du Sud c'est Carrie McGavock, une jeune femme ayant bel et bien existé et qui a donné une scépulture à des centaines, peut-être même des milliers de soldats confédérés après la guerre de Sécession. L'auteur a choisi de raconter son histoire, il reconnaît bien sûr l'avoir romancée, en tout cas pour ce qui lui a été permis d'imaginer, mais tout se base sur des faits réels.

Je me suis vraiment très ennuyée la première moitié du roman, trop long, trop descriptif, et surtout très confus, tour à tour plusieurs narrateurs prennent la parole pour relater la bataille de Franklin dans le Tennessee, peut-être celle qui mettra fin à la guerre, en tout cas l'une des plus sanglantes. La maison des McGavock est réquisitionnée pour en faire un hôpital et accueillir les soldatts blessés. Tri des blessés, opérations, entassés les membres découpés des soldats ou les morts, voilà le lot quotidien de cette jeune femme endeuillée pendant plusieurs jours... Et c'est seulement après ces quelques jours que la narration devient intéressante, quand tous les blessés sont partis ou presque et que Carrie doit reprendre le cours de sa vie. L'auteur pose aussi la question des noirs, dans ce sud ravagé par les batailles, il interroge à demi-mots sur le bien-fondé de cette guerre sans pour autant prêter des pensées abolitionnistes à ses personnages. Cette seconde partie est plus intéressante, sans doute d'ailleurs un peu plus romanesque et un peu moins descriptive. Il était également intéressant de lire les notes de l'auteur à la fin du roman pour démêler le vrai du romancé, et pour en apprendre un peu plus sur Carrie McGavock.

challenge petit bac

(MORT: VEUVE)

 

lire sous la contrainte

 

(article défini: La)

objectif pal

(4/25 - Dans ma PAL depuis décembre 2014

Objectif Pal de février chez Antigone -2- )