17 septembre 2011

Emile Zola, Le ventre de Paris

le_ventre_de_parisQuatrième de couverture :

"C'est dans les Halles centrales de Paris récemment construites par Baltard que Zola situe son troisième épisode des Rougon-Macquart. Après "la course aux millions" décrite dans La Curée, ce sera la fête brenghelienne du Ventre de Paris, ses amoncellements de victualiies, ses flamboiements de couleurs, ses odeurs puissantes.
Florent, arrêté par erreur lors du coup d'Etat du 2 décembre 1851, s'est évadé du bagne de Cayenne. Il retrouve à Paris son demi-frère qui, marié à la belle Lisa Macquart, fait prospérer l'opulente charcuterie Quenu-Gradelle. Mais la place de Florent est-elle à leurs côtés ? A-t-il renoncé à ses rêves de justice ? Car si l'Empire a su procurer au "ventre boutiquiers", au ventre de l'honnête moyenne… le consentement large et solide de la bête broyant le foin au râtelier, il n'a guère contenté les affamés. Et la grande kermesse flamande va réveiller bientôt l'éternel affrontement des Maigres et des Gras."
Encore plus que dans les livres de Zola que j'ai lu précédemment on trouve beaucoup plus de description que d'action. Et c'est un régal pour les yeux et les sens de manière générale..
Florent s'est échappé du bagne de Cayenne et revient à Paris cinq ou six ans après sont arrestation. Il y avait été envoyé suite aux évènements de1851 dont il était question dans La fortune des Rougon. On retrouve également Lisa, la fille d'un des frères Macquart. Florent se fait héberger par son frère Quenu et sa belle-soeur, Lisa. Les Quenu tiennent une charcuterie face aux Halles.
Les Halles occupent une place prépondérante dans le livre. Zola nous conte l'abondance des étales sans en oublier un seul, les fruits, les légumes, les viandes, volailles, tripailles, poissons, beurres, fromages,céréales, fleurs ... Chaque produit a son instant de gloire et y est mis à un moment ou un autre à l'honneur, en fonction des évènements.
Ici encore, ce sont les femmes qui mènent le jeu, c'est d'ailleurs l'opposition fareouche entre la charcutière et la poissonnière qui est au coeur de l'action (si tant est qu'il y en ait une). Le fait qu'il n'y ait pas d'action n'est pas une critique au contraire. Pour un autre auteur peut-être mais pas pour Zola. Il dépeint tellement bien les décores qu'on a l'impression d'être dans un tableau de l'époque, un tableau visuel, mais aussi odorant et sonore!
Nous retoruvons également les figures de personnages innocents et un peu simple d'esprit: Marjolin, et, l'amitié entre deux enfants: Muche et Pauline ainsi que la vielle commère: Mme Saget.
Tous les ingrédients qui font la particularité de la plume de Zola sont là, et on ne s'y ennuit toujours pas!

Posté par Cinnamonchocolat à 09:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,