21 mars 2013

Rohinton Mistry, Une simple affaire de famille

une_simple_affaire_de_familleQuatrième de couverture:

"À travers le portrait pittoresque de la petite bourgeoisie parsie de Bombay, Mistry aborde, avec un regard tendre et humain, une réalité plus grave : celle du traditionalisme rigide et du fanatisme religieux. Comme dans ses précédents romans, l'auteur de L'Équilibre du monde met au service d'une vision sans complaisance de la société indienne son immense talent de conteur, son sens du cocasse et sa sympathie communicative pour des personnages naïfs, injustement malmenés par la vie."

 

Voilà encore un grand roman de Rohinton Mistry. C'est avec plaisir que je me suis replongée dans son Bombay où les personnages se mêlent et se défont. Ici, contrairement à l'équilibre du monde, les personnages sont moins nombreux et nous suivons uniquement les histoires de la famille de Nariman. Quelques personnages secondaires suivent également la famille avec leur histoire propre mais nous n'en avaons que quelques aperçus.

Nariman a épousé Yasmin, veuve avec deux enfants, Jal et Coomy. Ce second mariage, pour l'un comme pour l'autre est un mariage de raison. Nariman est devenu le nouveau père des deux enfants, et peu de temps après est née Roxana. A l'époque de la narration, Nariman est un vieil homme, il doit être immobilisé après une mauvaise chute. Coomy et Jal avec qui il vit toujours dans le grand appartement familial s'occupent de lui. Bien vite Coomy en a assez, estime que ce n'est pas à elle de s'occuper de Nariman et l'envoie donc chez sa demi-soeur qui vit dans un deux pièces achetés par Nariman. La famille s'entasse donc à 5 dans le petit appartement de Félicity avenue.

Cet accident révèle donc toute la nature des frères et soeurs, mais surtout de Coomy qui mènent son frère Jal par le bout du nez. Elle montera différent stratagème pour que son beau-père ne puisse pas revenir à l'appartement. Cela met à jour toutes les rancoeurs qu'elle garde à l'encontre de Narinam, qu'elle tient pour responsable de la mort de sa mère alors qu'elle était encore jeune. La présence de Nariman va également mettre à mal les relations de Roxana avec son mari Yezad. En effet, l'argent du foyer n'est pas suffisant pour tout le monde, il faut faire des concessions que Yezad ne peut supporter. Il essaiera lui aussi par différents moyens de mieux s'en sortir. Les enfants quant à eux sont ravis de la présence de leur grand-père, mais veulent aussi contribuer à l'améliorationdes revenus du foyer. Chacun apportera donc sa petite touche. J'ai trouvé certaines scènes à ce sujet très cocasses.

Nariman se perd dans ses souvenirs, son premier amour et la réaction de ses parents ... Comme dans L'équilibre du monde on retrouve une critique du système de castes en Inde, mais également du régime, de la pauvreté, de certaines absurdités d'un pays qui a longtemps connu la domination occidentale. Les personnages sont souvent tiraillés entre modernité et globalisation versus traditions et conservatismes.

Cette plongée haute en couleurs dans cet univers m'a encore une fois beaucoup plue. L'écriture de Mistry est fluide et teintée d'humour. Dans ce roman il pose également la question des personnes âgées... Qui s'occupe d'eux quand ils deveinennent invalidés? perdent la tête?

Je n'ai pas pris de notes pendant ma lecture donc j'oublie certainement plein de choses mais je vous le conseille vivement, sans doute avant l'équilibre du monde qui est je pense encore plus réussi. C'est ce qu'a lu Valérie d'ailleurs dans le cadre du Challenge le riz et la mousson. Sandrine a également lu Une simple affaire de famille mais n'a pas aimé.

 

challenge_le_riz_et_la_mousson

 

objectif_pal

(7/97)


03 juillet 2012

Deux challenges en perspective

J'avais dit que je ne m'inscrirai à aucun challenge cet été hormis ceux en cours, le Challenge Irving de Valérie, et le 1% de la rentére littéraire de Hérisson, mais puisque le dernier est terminé je peux bien craquer non? surtout qu'ils sont raisonables puisque je prévois déjà mes lectures pour chacun des deux.

Le premier, toujours chez Valérie (décidément!) c'est le challenge le riz et la mousson qui n'a pas de dates limites et pour lequel il s'agit de lire un auteur d'origine indienne. Pour moi ce sera donc Rohinton Mistry avec Une simple affaire de famille.

challenge_le_riz_et_la_mousson

(0/1)

 

Le second challenge: le pavé de l'été est chapauté par Brize, dont je découvre le blog par la même occasion et n'aura cours que cet été (enfin jusqu'au 15 octobre) et comùme l'indique son titre, il s'agit de lire un pavé (+ de 600 pages) au cours de l'été, et ça tombe bien puisque j'emmène dans ma valise deux pavés: John Lennon, une vie de Philipp Norman et les frères Karamazov de Dostoïevski (en deux tomes).

challenge_pav__de_l__t_

(0/2)

Et comme dans ma folie challengesque je vais à l'économie je peux poursuivre avec ces deux titres mon défi des milles chez Fattorius

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,