04 janvier 2014

Romain Sardou, America La main rouge (tome 2)

america-volume-2-main-rouge-1054373-616x0

Quatrième de couverture:

"1733. Un homme part à l'aventure, un autre rentre chez lui. L'Anglais Philip Muir navigue vers les côtes américaines, parti avec une centaine de pionniers fonder la Géorgie. L'Irlandais Charles Bateman est le pirate le plus haï de la Couronne britannique. Il quitte sa prison anglaise pour rejoindre New York, sa ville natale. En échange de la liberté, il a accepté de tout renier : son passé, sa femme, ses frères d'armes, sa religion...
Philip débarque sur une terre sauvage et inhabitée ; Charles rentre dans une ville infestée d'ennemis et de mauvais souvenirs. Philip désire créer un monde plus juste ; Charles veut anéantir le monde existant.
Alors que la guerre d'Indépendance fait rage, les Muir et les Bateman s'affrontent plus que jamais, au risque de tout perdre... emportés par le vent de l'Histoire."

Risque de spoiler sur le premier tome!

Nous retrouvons la famille Muir et la famille Bateman à peu près où nous les avions laissés dans La treizième colonie. Là où les Muir et les Batemane évoluaient parallèlement, chacun d'un côté de l'Atlantique, dans ce tome Romain Sardou amène les deux familles à se rencontrer et même à avoir un destin intimement lié. Bateman est toujours le rebelle Irlandais qu'il a été dans sa jeunesse et malgré les épreuves il a transmis à sa descendance sa haine de l'anglais et du Royaume Britannique et sa volonté de voir les colonies américaines former un seul état libre et indépendant. Les Muir quant à eux ont "mal tourné" dans le sens où Philip, enfant illégitime d'Augustus Muir a pris ce nom pour vengersa mère morte en prison à cause de son père. Il a traversé l'Atlantique pour peupler la Géorgie, tâche rendue difficile par les conditions de vie et les règlementations imposées par la couronne d'Angleterre. Philip Muir arrivera à tracer son chemin mais d'une manière aussi détestable que celle de son père par le passé. Entre les deux familles, vous l'aurez compris, mon soutien va facilement aux Batement, alors que j'avais ebaucoup apprécié Philip quand il était à Londres...

Dans ce tome, Romain Sardou fait à nouveau preuve d'un talent indéniable pour nous conter l'Amérique des premiers colons et ses balbutiements en tant qu'état indépendant. Il permet de mieux cerner els ficelles de la rebellion américaine et la volonté des colonies à s'émanciper de Londres, le tout toujours sur fond d'une saga familiale pleine de suspense. Je ne sais pas si un troisième tome est prévu, en tout cas je l'espère parce que je trouve que La main rouge se termine de façon un peu maladroite et j'aimerais poursuivre cette découverte de l'histoire américaine par le prisme de ces deux familles que tout oppose.

Logo-challenge-bookineurs-en-couleurs

(bleu: 2/2)

challengeus1 

(8)

challenge petit bac 

(catégorie COULEUR: ROUGE)

objectif pal

(1/78)

 


17 octobre 2013

Romain Sardou,America La treizième colonie (tome 1)

americaQuatrième de couverture:

"1691. Un bateau fuit les côtes de l Irlande tombée aux mains des Anglais ; à son bord, Harry et Lilly Bateman. Lui, fils de prostituée, elle, enfant illégitime d une famille noble, mariés contre leur gré, ils embarquent vers une terre inconnue : l Amérique.
À peine sortis de l adolescence, ils se connaissent peu, ils ne savent pas où ils vont : tout leur reste à construire.
Ils découvrent une Amérique en devenir, entre nouvel Éden et nouvel Enfer, dont les Européens se partagent les immensités vierges, implantant des comptoirs, des forts et des villes, poussant les tribus indiennes à se déchirer.
Industrieux et visionnaires, Harry et Lilly se heurtent dans la jeune colonie de New York à un Anglais richissime et retors, Augustus Muir, qui tente de les détruire. Désormais, entre les Bateman et les Muir, la haine s installe, une haine inextinguible qui va se transmettre à leurs
descendants et inspirer la plus noire des vengeances..."

Je redoutais de me plonger dans ce roman de Romain Sardou, j'avais quelques aprioris sur l'auteur et le côté très historique m'effrayait un peu. La lecture du premier chapitre m'a encore plus fait peur, j'ai eu du mal à comprendre qui était qui, avec qui, contre qui etc... ! Mais heureusement je n'ai pas abandonné, parce que quelle histoire!!!

Romain Sardou a indéniablement du talent pour embarquer son lecteur dans ses histoires et dans l'Histoire. Bon c'est sûr il y a toujours le soucis dans les romans historiques de démêler le romanesque de l'historique mais ça ne m'a pas gênée outre mesure. Au fil des pages les histoires des personnages s'imbriquent pour s'écarter et mieux se croiser ensuite. L'auteur nous peint une fresque de l'époque à coup de description de nature luxuriante des colonies, d'économie, mais aussi des bas-fonds londoniens et irlandais. Les personnages sont attachants, ou détestables, mais aucun ne laisse indifférent. C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai suivi les Bateman et les pauvres Shannon Glasby et son fils. J'ai détesté Augustus Muir en cliché de l'homme riche avide de pouvoir et prêt à tout pour agrandir sa fortune et son influence. La question indienne est également très présente dans le roman, sans pour autant paraître comme un réquisitoire contre les colons. J'ai surtout trouvé très intéressant le récit de la formation de la Géorgie qu'il faudra que je vérifie, je ne connaissais pas l'existence de cette lattitude "paradisiaque". 

J'ai hâte de me procurer le second tome, que je lirai très certainement avant qu'il ne prenne la poussière dans ma PAL. En bref si vous vous intéressez à l'histoire américaine n'hésitez pas, ce livre est fait pour vous.

challengemoisamericain

(5)

objectif_pal

(30/97)