05 novembre 2016

Patrick Modiano, Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier

patrick-modiano-pour-que-tu-ne-perdes-pas-dans-quartier

Quatrième de couverture:

« – Et l'enfant? demanda Daragane. Vous avez eu des nouvelles de l'enfant? 
– Aucune. Je me suis souvent demandé ce qu'il était devenu... Quel drôle de départ dans la vie... 
– Ils l'avaient certainement inscrit à une école... 
– Oui. À l'école de la Forêt, rue de Beuvron. Je me souviens avoir écrit un mot pour justifier son absence à cause d'une grippe. 
– Et à l'école de la Forêt, on pourrait peut-être trouver une trace de son passage... 
– Non, malheureusement. Ils ont détruit l'école de la Forêt il y a deux ans. C'était une toute petite école, vous savez...»

Souvenez-vous, j'ai découvert Patrick Modiano récemment avec Dora Bruder que j'ai beaucoup aimé, pourtant j'ai eu beaucoup plus de mal avec ce titre-ci. Beaucoup de mal à le lire, à le comprendre. Pourtant c'est de nouveau une quête, non plus celle d'une jeune femme, mais celle du narrateur instiguée par d'autres perosnnages ayant retrouvé son carnet d'adresse. Indirectement ils obligent le narrateur à se souvenir de son enfance, de l'époque où il était jeune homme, pourtant cela semble bien enfoui, il ne se souvient plus des lieux, des gens ou plutôt si mais il semble l'avoir volontairement oublié. Il tourne autour de ses souvenirs, sans qu'ils soient jamais clairs, que recherche ces gens? Et lui, que veut-il savoir? Plusieurs chronologies sont déroulées, la quête semble avoir débutée déjà des années auparavant. J'ai vraiment été confuse pendant cette lecture. Cet entretien avec Patrick Modiano sur le site de Gallimard m'a un peu éclairée...

Posté par Cinnamonchocolat à 06:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,


08 février 2016

Patrick Modiano, Dora Bruder

dora bruder

Quatrième de couverture:

«J'ignorerai toujours à quoi elle passait ses journées, où elle se cachait, en compagnie de qui elle se trouvait pendant les mois d'hiver de sa première fugue et au cours des quelques semaines de printemps où elle s'est échappée à nouveau. C'est là son secret. Un pauvre et précieux secret que les bourreaux, les ordonnances, les autorités dites d'occupation, le Dépôt, les casernes, les camps, l'Histoire, le temps - tout ce qui vous souille et vous détruit - n'auront pas pu lui voler.»

Dora Bruder c'est la quête de Patrick Modiano pour connaître une parenthèse dans la vie de cette jeune femme déportée en 1942. L'auteur a fait le choix de ne pas investiguer au sujet de sa déportation, non, ce qu'il veut savoir c'est ce que Dora a fait pendant ces quelques mois entre Décembre 1941 et Juin 1942. Dora a été exclue de son pensionnat à la suite d'une fugue. Une césure s'opère dans sa vie, sans qu'elle ne laisse aucune trace. C'est plus de cinquante années plus tard que Modiano tente de combler ce vide. A travers les rues de Paris, archives, registres, compte-rendus, témoignages, il essaie de trouver les pièces manquantes à la vie de cette jeune juive française née de père autrichien.

C'est un livre sur la mémoire, les mémoires, les souvenirs et les incertitudes. A travers cette quête on peut s'interroger sur ce qu'il restera de nous après notre mort, sur les traces que nous laissons. La toute dernière page du roman apporte une très belle conclusion à ce récit qui n'en est pas vraiment un. J'aimerais vous la copier parce qu'ele est belle, poétique, et tellement vraie mais cela gâcherait un peu de votre découverte. J'ai été touchée à la fois par le fond et la forme. Les mots résonnent encore en moi et la quête de l'auteur en font quelqu'un d'obstiné, d'humain, de fragile.

En tout cas, ce n'est pas le dernier Modiano que je lirai!!

challenge petit bac

 

(Prénom: DORA: 2e ligne)

 

objectif pal

(3/31)

Posté par Cinnamonchocolat à 16:47 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,