06 février 2013

Albert Cohen, Le livre de ma mère

le_livre_de_ma_m_reQuatrième de couverture:

" Elle était déjà vieille en ce temps-là, petite, et de quelque embonpoint. Mais ses yeux étaient magnifiques et ses mains étaient mignonnes et j'aimais baiser ses mains. Je voudrais relire les lettres qu'elle m'écrivait de Marseille avec sa petite main, mais je ne peux pas. J'ai peur de ces signes vivants. Lorsque je rencontre ses lettres, je ferme les yeux et je les range, les yeux fermés. Je n'ose pas non plus regarder ses photographies, où je sais qu'elle pense à moi. "

 

Après le décès de sa mère, un fils, Albert Cohen lui-même semblerait-il, lui écrit une éloge. Le narrateur nous parle donc de sa mère pendant ces 150 pages tantôt sur un ton dramatique, tantôt sur un ton comique. Il répète inlassablement que sa mère est morte, comme s'il essait de se convaincre lui-même.

J'ai parfois eu l'impression de lire les choeurs d'une tragédie grecque qui met en avant un amour maternel sans faille et au dessus de tout. Le narrateur n'est pas tendre avec lui-même et accentue souvent son ingratitude ce qui je dois dire me l'a rendu assez antipathique.

Je n'ai pas trouvé cette lecture spécialement agréable. J'ai quand même été touchée par cette mère aimante mais ce n'est pas une lecture qui me marquera d'une part à cause du narrateur et d'autre part parce que j'ai trouvé le style parfois un peu pompeux. Je ne suis pas forcément adepte des envolées lyriques.

objectif_pal

(2/97)

Posté par Cinnamonchocolat à 19:32 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,