10 septembre 2011

Hélène Berr, Journal

JournalQuatrième de couverture:

"Avril 1942, Hélène Berr débute l'écriture de son journal. Elle y décrit, avec une pudeur et une sensibilité extrêmes, son quotidien de jeune juive parisienne : cours à la Sorbonne, lectures et promenades, amours naissantes. Le port de l'étoile jaune, l'application des lois antijuives et la peur des rafles envahissent brutalement sa vie. Jusqu'à son arrestation, en mars 1944. La lucidité et le talent littéraire d'Hélène Berr font de ce témoignage un document exceptionnel.

Biographie de l'auteur
Née en 1921, Hélène Berr est morte à Bergen-Belsen, en avril 1945, quelques jours avant la libération du camp. Son Journal a obtenu un grand succès critique et public. Il est traduit dans vingt-six pays."

 

Cette lecture m'a beaucoup touché et je trouve assez difficile de poser les mots justes sur les impressions que j'ai eues lors de ma lecture. Je vais plutôt vous en mettre des extraits. J'ai lu ce livre pendant mes vacances, voilà déjà presque deux mois, et de me replonger dans mon petit carnet me serre la gorge... Ce fût une lecture difficile mais que j'ai apprécié, Hélène Berr décrit avec minutie les évènements et nous donne à voir toutes les interrogations qui l'ont hantée pendant ces longs mois d'incompréhension. L'incompréhension, c'est chaque fois que je lis sur le sujet le mot qui me vient à l'esprit. Comment a-t-on pu laisser faire, comment a-t-on pu participer... Hélène Berr essaie parfois de comprendre elle aussi, elle montre que tant que les gens n'ont pas été touché de près, tant que ce ne sont pas leurs proches qui sont déportés, ils ne réalisent pas la portée des déportations, un peu comme si ça n'existait pas vraiment. Elle n'a jamais baissé les bras et a jusqu'à la fin tenté de réconforter les autres. J'ai versé des larmes à la fin du livre, devant tellement d'injustice ... Comment a-t-on pu laisser faire ça?

"En ce moment, nous vivons l'histoire. Ceux qui la réduiront en paroles... pourront bien faire les fiers. Sauront-ils ce qu'une ligne de leur exposé recouvre de souffrances individuelles."

"Ce sont deux aspects de la vie actuelle: la fraîcheur, la beauté, la jeunesse de la vie, incarnée par cette matinée limpide; la barbarie et le mal, représentés par cette étoile jaune."

"J'ai un devoir à accomplir en écrivant: car il faut que les autres sachent. A chaque heure de la journée se répète la douloureuse expérience qui consiste à s'apercevoir que les autres ne savent pas, qu'ils n'imaginent même pas les souffrances d'autres hommes, et le mal que certains infligent à d'autres. Et toujours j'essaie de faire ce pénible effort de raconter, parce que c'est un devoir, c'est peut-être le seul que je puisse remplir".

abc_challenge

(21/26)

objectif_pal(22/56)

Posté par Cinnamonchocolat à 10:54 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,