29 mars 2017

Elena Ferrante, Le nouveau nom

le-nouveau-nom

Attention risque de spoiler si vous n'avez pas lu le premier tome!!

 

Quatrième de couverture:

"Naples, années soixante. Le soir de son mariage, Lila comprend que son mari Stefano l'a trahie en s'associant aux frères Solara, les camorristes qui règnent sur le quartier et qu'elle déteste depuis son plus jeune âge. Pour Lila Cerullo, née pauvre et devenue riche en épousant l'épicier, c'est le début d'une période trouble : elle méprise son époux, refuse qu'il la touche, mais est obligée de céder. Elle travaille désormais dans la nouvelle boutique de sa belle-famille, tandis que Stefano inaugure un magasin de chaussures de la marque Cerullo en partenariat avec les Solara. De son côté, son amie Elena Greco, la narratrice, poursuit ses études au lycée et est éperdument amoureuse de Nino Sarratore, qu'elle connaît depuis l'enfance et qui fréquente à présent l'université. Quand l'été arrive, les deux amies partent pour Ischia avec la mère et la belle-soeur de Lila, car l'air de la mer doit l'aider à prendre des forces afin de donner un fils à Stefano. La famille Sarratore est également en vacances à Ischia et bientôt Lila et Elena revoient Nino. Le nouveau nom est la suite de L'amie prodigieuse, qui évoque l'enfance et l'adolescence de Lila et Elena. Avec force et justesse, Elena Ferrante y poursuit sa reconstitution d'un monde, Naples et l'Italie, et d'une époque, des années cinquante à nos jours, donnant naissance à une saga romanesque au souffle unique."

J'avais hâte de connaître la suite des aventures d'Elena et Lila donc aussitôt rentrée de vacances en février, je me suis attaquée au 2ème tome et passé l'excitation du "catching up", un peu comme quand on retrouve de vieilles copines et qu'on met à jour les potins, l'excitation est retombée et je me suis parfois un peu ennuyée. Non pas que ce soit moins bien écrit, ou moins intéressant, mais je crois que je me suis un peu essoufflée. Finalement l'histoire des deux gamines m'a plus intéressée que celle des deux jeunes femmes. Pourtant chacune suit le chemin qui lui est tracée, l'une son mariage qui laisse présager quelques difficultés, l'autre une vie d'étudiante. A mon sens l'avenir du mariage de Lila est sans grande surprise. La relation entre les deux jeunes femmes non plus. Elena reste souvent envieuse mais elle voit son amie sous un jour différent, elle s'affirme un peu plus et son personnage gagne un peu en profondeur. Elle n'est plus le faire-valoir de Lila et existe par ses propres moyens, même s'ils sont parfois un peu lourd, ou trop calculé. Je pense que le manque d'empathie s'est plus fait ressentir encore dans ce tome, mais pourtant j'ai quand même globalement apprécié ma lecture. J'émets quelques bémols liés au fait que j'ai enchaîné les deux lectures quasimment coup sur coup mais c'était quand même avec plaisir que je retrouvé toute la bande de Naples, le destin contrarié de certains, la confirmation aussi de cette difficulté à s'extraire de sa classe sociale, le mimétisme entre les générations, ou au contraire l'opportunisme d'autres.  Je crois que l'auteur dépeint très bien cette époque italienne, cet espèce d'engluement qu'on pourrait retrouver ailleurs en Europe dans les classes populaires, et puis ce sud qui amène un côté un peu statique aux évènements. 

Vous l'aurez donc compris j'ai préféré le premier livre, mais j'ai quand même une certaine hâte à lire la suite, d'ici quelque temps.

 

 

Posté par Cinnamonchocolat à 18:10 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


25 février 2017

Elena Ferrante, L'amie prodigieuse

l-amie-prodigieuse

Quatrième de couverture:

«Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. C’était la vie, un point c’est tout : et nous grandissions avec l'obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile.» 
Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition. "

Je ne vous le cache pas, au début je me suis demandé pourquoi ce roman reportait autant d'adhésion, et finalement je me suis moi aussi laissée emporter. J'ai beaucoup aimé cette plongée dans l'Italie des années cinquantes, et à plusieurs reprises je me suis mise à penser à ma voisine chez mes parent,s qui un peu comme une troisième grand-mère pour moi, et qui a émigré en France à cette époque. J'imagine que c'est un peu la vie qu'elle a vécu, dans une ville pauvre du sud de l'Italie.

 La narration est à la première personne, c'est l'histoire d'Elena et Lila qui nous est contée à travers les yeux d'Elena. Il est pourtant difficile de s'identifier, que ce soit à l'une ou à l'autre, tant elles sont à tour de rôle antipathique. Pas de véritable attachement aux personnages donc pour moi, ce qui n'en fait donc pas un coup de coeur. Et c'est peut-être le seul point négatif du roman. Pour le reste on s'embarque assez vite à Naples, dans ce quartier pauvre. Les perosnnages sont hauts en couleurs, la vie est simple, et la narration est teintée du souvenir de l'enfance. Elena et Lila se racontent un peu des histoires, notamment celle de Don Achille Caracci qui est présenté comme un ogre. C'est typiquement le genre de romaan que j'aime, pendant lesquels on grandit avec le narrateur.

Elena Ferrante nous donne à voir les tranches d'une vie dans l'Italie des années caiqnaunte-soixante, et ça m'a beaucoup plus, aprce que finalement la littérature italienne je la connais très peu, ça a un peu fait écho aux Ritals de Cavanna, que j'avais beaucoup apprécié en classe de 1ère. Les nombreux personnages, un peu déstabilisants au début permettent de rende cette fresque bien vivante et j'ai déjà emprunté le second tome à la bibliothèque... Affaire à suivre donc... Et je ne peux pas terminer mon billet sans évoquer les Bibliomaniacs qui m'avaient donner envie de lire ce livre et qui vous parlent ce mois-ci du 3e tome, Celle qui fuit et celle qui reste.

objectif pal

(7/25 dans ma PAL depuis l'été 2016

Objectif Pal de février chez Antigone -3-)