04 janvier 2016

Challenge Petit Bac 2016

Pour la 3e année je me suis inscrite au challenge Petit Bac d'Enna, voilà un bon moyen pour sortir des titres de ma PAL. En même temps que les différentes catégories de 2016 je vous donne les titres que j'envisage de lire, même si je change souvent en cours de route...

challenge petit bac

Quelques idées de titres

 

PRÉNOM : THERESE Raquin d'Emile Zola / DORA Bruder de Patrick Modiano


LIEU: L'ECOLE des saveurs d'Erica Bauermeister / L'étrangleur de CATER STREET d'Anne Perry

______________________________________________________________________________________________________________________________

ANIMAL : réel ou imaginaire... L'été des LUCIOLES de Gilles Paris / Les COLOMBES du roi Soleil, Le secret de Louise (tome 2) d'Anne-Marie Desplats-Duc


OBJET : JOURNAL d'Anne Franck / LETTRES de Madame de Sévigné


COULEUR : Les yeux au CIEL de Karine Reysset /


VOYAGE : PARTIR de Tahar Ben Jelloul /


 SPECTACLE : Manchester MUSIC City 1976-1996 de John Robb /


LETTRE ISOLÉE:  A moi seul bien des personnages de John Irving / Un pays A l'aube de Dennis Lehanne


 PONCTUATION : Le journal d'Aurélie Laflamme, Extraterrestre... Ou presque! d'India Desjardins / Secret, très secret de Barbara Pym


 PHRASE :  DIEU ME DETESTE d'Hollis Seamon / IL FAUT beaucoup aimer les hommes de Marie Darrieussecq /


GROS MOT (bonus facultatif) 


 

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


03 janvier 2016

Mon top 3 de 2015

Regarder le zapping de l'année sur Canal m'a rappelé toutes les catastrophes de 2015, celles bien sûr qu'on n'oublie pas, Charlie Hebdo, le 13 Novembre mais aussi celles auxquelles on ne pensait plus tellement, le séisme au Népal, le crash de l'avion de la Lufthansa, les réfugiés, l'attentat de Tunis et d'autres encore, le bilan humain, et idéologique pour cette année est désastreux. Personnellement 2015 est une si belle année pour moi que j'en ai presque honte de l'évoquer ... Une mutation, un déménagement, la vie à 2, le pacs et des amis chers ... J'ai néanmoins voulu dresser un petit top 3 pour les livres et les films que j'ai vus en 2015 et honnêtement si le top est à la hauteur de 2014, le choix fût beaucoup plus facile puisqu'il y a eu très peu de coups de coeur que ce soit en littérature ou en cinéma. Sans plus attendre...

Pour les livres:

Deux livres traitant du Moyen-Age et un classique, alors qu'une grosse partie de mes lectures s'est tournée vers la littérature jeunesse, ça en dit assez long... 

le roi disait que j'étais diablemonte-cristola terre qui penche

 

Pour les films: 

  • Les Cowboys de Thomas Bidegain
  • This is not a love story d'Alfonso Gomez-Rejon
  • Nous trois ou rien de Kheiron

3 films vus en novembre ou décembre et ce n'est pas pour rien, c'est sans doute parce que je les ai vus récement qu'ils m'ont plus marqué. Les Cowboys a été diffusé dans un contexte compliqué puisqu'il traite du départ d'une jeune fille pour Djihad, il est néanmoins très sobre, juste et touchant, et les deux acteurs, François Damiens et Finnegan Oldfield  sont tellement bons! Nous trois ou rien rejoint aussi l'actualité avec cette famille réfugiée en France, autre époque, autre origine mais cela résonne bien avec la crise actuelle, quant à This is not a love story c'est le côté un peu doux, fragile mais drôle.

les cowboysThis_Is_Not_A_Love_Storynous trois ou rien

 

Je dois citer un autre film, qui n'est pas un coup de coeur, parce qu'en soi ce n'est pas un film plaisant à regarder, mais un coup de poing parce que j'ai tant pleuré, parce que ça m'a fait penser à des jeunes que j'ai croisés dans mon travail, sans pouvoir rien faire pour eux, parce que le générique de fin a ouvert les vannes et qu'il a fallut attendre que le cinéma soit vide pour me redresser et sortir... La tête Haute d'Emmanuelle Bercot.

La_Tete_haute

Posté par Cinnamonchocolat à 15:42 - Commentaires [18] - Permalien [#]

28 décembre 2015

Jay McInerney, Moi tout craché

moi tout craché

Quatrième de couverture:

"Dans les nuits new-yorkaises des années 80, ils ont sniffé, baisé, multiplié à l'infini les fiestas déjantées. Et aujourd'hui ? Ils ont quarante ans, sont mariés. Ils ont abandonné New York, poudre blanche et orgies. Vieux adolescents aux regards figés d'ennui, ils contemplent le désenchantement et les fêlures de leurs vies."

J'ai laissé mon blog en friche pendant presque deux semaines, à 9 dans un trois pièces, je vous laisse imaginer les moments d'intimité et de solitude pour blogger, bon j'ai l'air de raler comme ça mais j'étais super contente de passer ces moments avec ma famille! Du coup j'ai laissé ce recueil de nouvelles de côté... J'appréhendais pas mal cette lecture, à cause des nouvelles, mais aussi parce que le premier titre de l'auteur m'avait agacée au plus haut point, en bref, ce n'étais pas gagné d'avance. Et pourtant j'ai globalement apprécié cette lecture, bien sûr avec les nouvelles c'est assez inégal, il y en a toujours qui ont notre préférence, mais j'ai trouvé que c'était bien écrit, certes ça tombe souvent dans l'excés, mais n'est-ce pas le but de ce recueil? Les excés des années 80? Mais ce qui finalement m'a le plus convenu c'est justement le format, idéal pour mon ryhtme de lecture très découpé de cette fin d'année.

Jay McInerney nous fait le portrait d'hommes et de femmes des années 80 qui ont vécu à New York dans le fric, l'alcool et le sexe, mais ça n'est pas aussi trash que ça pourrait l'être, certaines histoires sont touchantes, les personnages ne sont pas tous détestables, je crois que la nouvelle qui m'a le plus plu est Au lit avec des cochons, l'histoire d'un type délaissé par sa femme qui lui préfère son animal "domestique", un cochon. J'ai eu un peu de mal avec les deux premières, Il est six heures tu mat. Tu sais où tu es? et Dans la province frontalière du Nord-Ouest, où je me suis un peu dit what's the point?, par contre j'ai trouvé la nouvelle Une madone pour le jour de la dinde, assez drôle, une famille qui se déchire le jour de Thanksgiving, c'est la même chose chaque année mais ils se réunissent tout de même chaque année. 

Si je résume donc, des nouvelles qui ne m'ont pas toutes accrochées mais j'ai globalement apprécié ma lecture.

lire sous la contrainte

 

(2e lecture de la contrainte voyelles)

objectif pal

(29/32)

 

Posté par Cinnamonchocolat à 10:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 décembre 2015

Louise Rennison, Le journal intime de Georgia Nicolson, Escale au pays du Nougat en folie (tome 6)

escale au pays du nougat

Quatrième de couverture:

"Georgia et sa famille sont en partance pour le Pays-du-Hamburger-en-Folie, direction Memphis. La chance de Georgia ne s’arrête pas là : sa meilleure copine, Jas, fait partie du voyage et Georgia compte bien retrouver là-bas Massimo, l'Italien de ses rêves. Mais, surprise, le Pays-du-Hamburger est si vaste qu’aucun bus ne relie Memphis à New York! Et toute la ville est vouée au culte d’Elvis Presley, même les chiens! 
De retour au bercail, Georgia ne sait plus où donner de la tête. La fiancée de son grand-père a tricoté des couvre-chefs pour tous les objets de la maison, Super-Canon, son ex, lui a écrit du Pays-des-Kiwis, Dave la Marrade lui avoue son allumage perso et, le comble, Massimo s'intéresse de trop près à Lindsay la Nouillasse. Mais rien n'est perdu. Plan séduction en marche : achat de chaussures, trois tailles trop petites mais tellement top!"

 Le problème avec les séries c'est qu'à force on ne sait plus quoi dire, et si vous saviez le drame que fût pour moi cette lecture, 250 pages de Georgia Nicolson ça se lit en deux jours, trois maxi et bien figurez-vous que j'ai trainé Georgia pendant dix jours!! pfff je désespère de ne plus pouvoir lire autant! Oui je sais, préoccupation bien triviale ... Et puis il y a un moment il faudrait savoir dire stop!! Parce Georgia elle utilise un langage bien farfelu qui me fait marrer mais en dehors de ça que reste-t-il? Parce que clairement ce tome n'est pas une grande réussite, ça sent trop le réchauffé, pour autant je suis convaincue que je lirai les tomes suivants, ça fait un peu partie de mes tocs, à classer dans la même catégorie que celui qui me fait lire un magazine de la page 1 à la page 129 dans l'ordre ... Peut-être que je devrai consulter! Tout ça pour dire que OK je ris toujours de certaines situations, et des expressions tordues, mais que je me suis ennuyée avec l'histoire!

Il n'empêche qu'avec ce titre à rallonge je peux participer à la lecture sous la contrainte de Philippe, pour laquelle il faut lire un titre avec 5 des 6 voyelles de l'alphabet, et bingo il y a même els six voyelles dans ce titre, youhou!!

lire sous la contrainte

(1)

13 décembre 2015

Kate O'Riordan, Un autre amour

A44625

Quatrième de couverture:

"Connie et Matt Wilson sont parvenus à réaliser leur rêve : ils vivent avec leurs trois enfants dans une charmante maison londonienne. Alors qu'ils profitent d'un week-end pour passer un séjour romantique à Rome, tout bascule : Matt annonce à Connie qu'il ne rentrera pas avec elle. Elle retourne à Londres, retrouvant ses trois garçons, seule. 
Un autre amour est le récit intense du désespoir d'une femme dont l'heureux et paisible mariage se trouble. L'auteur explore les sentiments tumultueux de cette épouse qui s'emploiera à faire revenir celui qu'elle aime depuis l'enfance. Kate O'Riordan analyse l'ambiguïté et la fragilité des sentiments à travers l'évocation du passé duquel on ne peut réchapper. Elle fait intervenir des personnages poignants, singuliers ou drôles qui croisent le destin des protagonistes et révèle les failles de la vie qu'ils ont cru se construire."

Il m'est difficile d'émettre un avis tranché sur ce roman, je n'ai pas tellement aimé comme c'est écrit, j'ai trouvé la lecture de la première moitié du roman assez fastidieuse et ennuyeuse, avec des comparaisons et métaphores un peu tirée par les cheveux ("l'air semblait épais et poudreux comme une soupe aux champignons en sachet") et je n'ai non plus aimé les personnages, Connie m'a agacée dès le départ, j'ai eu envie de secouer Matt pour qu'il prenne une décision, les enfants sont antipathiques, sauf Benny, et l'amie m'a l'air complètement siphonée ... Pour autant j'ai trouvé l'histoire assez juste, assez plausible. Ce trio amoureux, on pourrait peut-être même parler d'un quatuor amoureux, est lui touchant. Tous les retours sur le passé des personnages m'a intéressée, et m'a peut-être permis de mieux les comprendre, d'un peu les apprécier finalement. Il n'y a pas d'issue possible dans le sens où quelques soient les décisions prises elles feront souffrir quelqu'un, et c'est aussi ça je pense la "vraie vie", pas forcément de happy end, et puis des décisions qu'il faut parfois pouvoir prendre pour se préserver soi. Je suis pas forcément quelqu'un d'égoïste, mais je pense tout de même que parfois l'égoïsme est nécessaire pour se préserver. 

En bref, je ne sais pas si je recommande ce livre, je pense qu'il ne peut pas plaire à tout le monde, qu'il peut très vite tomber des mains, et qu'on peut éventuellement se dire, encore une énième histoire de couple qui se déchire, mais ce n'est pas que ça, et c'est finalement de manière très pudique que l'auteur aborde le sujet.

 

objectif pal

(28/32)

Posté par Cinnamonchocolat à 12:39 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 décembre 2015

Anne-Marie Desplat-Duc, Les Colombes du Roi-Soleil, Les comédiennes de Monsieur Racine (tome 1)

Colombes tome 1

Quatrième de couverture:

"Quatre jeunes filles rêvent d'aventure et de succès. Elevées aux portes de Versailles, ces colombes du roi-soleil volent vers leur destin. Le célèbre monsieur racine écrit une pièce de théâtre pour les élèves de madame de Maintenon, les colombes du roi-soleil. L'occasion idéale pour s'illustrer et, qui sait ?, être remarquée par le roi. L'excitation est a son comble parmi les jeunes filles. Y aura-t-il un rôle pour chacune d'entre elles ?"

Voilà ce qu'il me fallait hier pour me remettre de cette dure semaine, un court roman jeunesse, lu en une journée. Un langage clair mais pas trop enfantin, des personnages attachants, une intrigue un peu légère mais intéressante, et quelques touches historiques, de qui me mettre le pied à l'étrier pour lire les prochains tomes. 

Dans ce premier volume, l'auteur pose ses personnages, quatre des Colombes du Roi-Soleil, Louise, Hortense, Isabeau et Charlotte, chacune a sa personnalité et le physique qui l'accompagne, Charlotte la rebelle, en brune un peu fougueuse, Louise, la douce, en blonde aux yeux clairs, Hortense la sage en rousse pieuse, et Isabeau la dévouée au physique un peu quelconque mais au doux sourire. Pour l'instant on ne peut pas dire que les personnalités soient très profondes ou très creusés, mais souvent le premier tome est là pour poser les jalons des suivants, et puis c'est aussi de la littérature jeunesse donc la psychologie des personnages est sans doute moins tortureuse que peut l'être celle des adultes. 

De toute façon j'ai apprécié ma lecture, qui en plus me permet de mettre un peu un jour mes connaissances en matière historique, parce que j'avoue que mes cours de primaire sur la monarchie et le Roi-Soleil sont bien loin!!

Je m'interroge cependant quant au public visé, est-ce que ce n'est pas un peu compliqué pour les onze ans annoncés sur la quatrième de couverture? Et si on vise quelques années de plus est-ce que le sujet intéresse ces demoiselles? Si vous avez des enfants qui lisent la série, ou au contraire l'ont abandonnée, je suis curieuse de connaître leurs ressentis?

Et c'est juste à temps que je participe donc à la lecture sous la contrainte de Philippe avec un animal dans le titre, et un titre de plus pour le challenge petit bac 2015!

lire sous la contrainte

 

(animal: Colombe)

challenge petit bac

 

(animal: Colombe)

27 novembre 2015

T.C. Boyle, San Miguel

san miguel

Quatrième de couverture:

"San Miguel, c’est le nom d’une île minuscule au large des côtes californiennes. Sur ce lopin de terre aride qui pourrait faire aussi bien figure de paradis que d’enfer, les destinées de deux familles, à plusieurs décennies de distance, vont se croiser. Le jour de l’an 1888, Marantha Waters débarque sur la côte ; elle n'a pas quarante ans et la tuberculose menace de l’emporter ; son mari, Will, espère que cet exil sauvage lui redonnera la force et le goût de vivre. Un demi-siècle plus tard, la famille Lester s’établit à son tour sur l’île, fuyant la Grande Dépression et le souvenir traumatisant de la Première Guerre mondiale. Animés par un optimisme farouche, ils tenteront de créer, en microcosme, une société idéale, mais les cahots du monde moderne et les spectres d’une nouvelle guerre vont bientôt frapper à leur porte. Dans ce roman salué par la critique américaine comme l’un de ses plus beaux, TC Boyle peint une ode pastorale grandiose où il met en scène, avec une puissance rarement atteinte, l’un de ses grands thèmes de prédilection : l’éternelle confrontation de l’homme et de la nature."

J'ai reçu ce titre lors d'un swap, je n'en avais pas entendu parler avant de le recevoir, c'est après que j'ai lu quelques avis, notamment celui très enthousiaste de Will. Il faut dire que la 4e de couverture est tout de même alléchante! Mais mais ... En fait j'ai été un peu déçue au début de ma lecture, j'avais du mal avec l'écriture, avec les personnages, je m'attendais à être époustouflée par la nature, la vie solitaire et j'étais finalement ennuyée par le quotidien banale de ces gens. Bon rassurez-vous ça n'a pas durer, j'ai finalement accroché à l'histoire, j'ai aimé certains personnages, détesté d'autres, Will surtout!

Pour faire bref, les Lester à la fin du 19e siècle viennent s'installer sur l'île pour élever des moutons dans le but de récolter leur laine. Les conditions de vie du 19e étant ce qu'elles sont, sur une île inhabitée, balayée par le vent c'est pire ... Pas d'internet, pas de librairie, pas de téléphone. La famille vit au grès des ravitaillements pour le moins aléatoires. C'est donc une grande partie de l'ennui de Marantha et de sa fille qui nous sont contées, de la dureté de leur vie sur San Miguel, mais surtout de la dureté de Will, cet homme qui m'est apparu un peu rustre et très égoïste, un bully comme dirait les anglo-saxons. J'ai apprécié d'avoir un aperçu du fonctionnement de la famille pour vivre si isolée, mais j'ai encore plus apprécié la seconde partie.

La seconde partie se déroule dans les années trente, un jeune couple vient s'installer sur l'île, toujours dans le même but, et contrairement aux Lester, ils semblent mieux s'accomoder de la vie en solitaire, certes le confort est plus grand dans les années trente, mais l'île reste quand même inhabitée et la vie y est rudimentaire. C'est un roman qui se lit lentemain, un peu comme le temps qui semble s'écouler là-bas. Il ne faut pas avoir peur du côté répétitif, les journées se ressemblent, les tâches sont bien définies, cela laisse ppeu de place à l'innattendu ... mais pourtant ... et c'est vraiment très bien écrit, certes il faut s'habituer un peu à T.C Boyle mais finalement ce fût un véritable plaisir pour moi de me replonger dans ma lecture à chaque fois, avec une envie de feu de cheminée et de thé fumant (en mode mamie).

objectif pal

(27/32)

Posté par Cinnamonchocolat à 21:51 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 novembre 2015

Liebster Award

Soukee a pensé à moi pour le Liebster Award, alors je profite de ce dimanche de glandouille pour répondre à ses questions et vous dévoiler onze petites choses sur moi ...

liebster award

1. Bon je commence par une révélation qui n'en est pas une, mais qui chamboule un peu tout mon rythme depuis septembre, je suis débordée, ça en fera sûrement sourire certains, mais j'assure 22 heures de cours par semaine (comment 22? c'est même pas un temps complet dans le privé, de quoi tu te plains avec toutes tes vacances?), sur deux bahuts différents, 8 classes, 6 niveaux de la 5e à la terminale, et je suis FATIGUEE!!! J'aime mon métier, j'aime faire cours, j'aime chercher des documents et activités sympas pour mes élèves, mais clairement l'institution me dégoûte de tout ça, j'ai l'impression de ne plus avoir de vie en dehors du travail, je pars presque tous les matins à 7h, rentre vers 18h, travaille jusque 20h, mon lundi est libre mais je le passe à bosser aussi, et le weekend j'essaie de déconnecter mais je n'y arrive pas vraiment ... Une cocotte-minute en puissance!! Merci l'EN, et j'EMMERDE PROFOND (oui!) ceux qui pensent que les profs sont des gros glandeurs opportunistes qui se plaignent tout le temps, ouais je me plains!!! Et ça fait du bien, parce que c'est tout ce qu'il me reste!!

Ah ça fait du bien :)

2. J'aime beaucoup faire la cuisine, mais j'ai un toc, je me rince les mains tout le temps, parce que je n'aime pas avoir les mains sales, je n'aime pas la sensation de la nourriture sur les mains. Mais sinon à part ça je suis normale hein.

3. J'ai d'ailleurs des principes un peu chelou en matière de nourriture, je ne mélange pas les différents aliments dans mon assiette, j'aime bien quand c'est séparé. Je n'aime pas les poëlées de légumes toutes faites, parce que c'est trop mélangé.

4. Le lundi matin, avant de me mettre au boulot, j'aime bien me garder une demie heure pour lire, parce que je n'arrive plus tellement à le faire le soir, il me faut cette demie heure de lecture le lundi matin, sinon ça ne va pas! D'ailleurs la lecture au rythme d'avant me manque terriblement!

5. Il paraît que j'ai une "bouille de maline"!

6. Un de mes films préférés de tous les temps c'est un vieux téléfilm diffusé sur M6: The sixties qui comme son titre l'indique retrace la décennie par le biais d'une famille de trois enfants, l'un part au Vietnam, l'autre milite pour les Démocrates et la fille rejoint un groupe de hippies, c'est ce film qui m'a fait aimer les années soixantes! Une amie me l'a offert en dvd  il y a quelques années, et je l'ai prêté il y a quelques temps mais je ne sais plus à qui et j'aimerais le récupérer... Message in a bottle ...

7. J'aime aller à des concerts, et ce n'est pas l'acutalité qui me fera renoncer à ce goût, mais j'avoue que j'irai avec une appréhension, logée quelque part dans le bide, le prochain ce sera Aaron à la Laiterie à Strasbourg et je pense que je ne serai pas tout à fait sereine, mais j'irai!

8. J'ai une passion pour le vernis rouge, j'en ai différentes nuances dans différentes marques, de rouge escarpin à romantically involved en passant par rouge casino!

9. J'ai souvent froid au cou alors en général j'ai toujours un foulard ou un snood avec moi, mes fétiches du moment, un dans les tons taupe et rouge offert par ma soeur, un beige avec des silhouettes d'oiseaux et d'arbres de chez Jennyfer offert par ma nièce, et le dernier un peu usé de chez New-Yorker acheté à Prague en 2013.

10. Je suis devenue une vraie geekette, ordi portable + tablette mais je fais de la résistance avec mon vieux téléphone pourri, un nokia rose à l'écran fendu!

11. Là y a Najat qui passe à la télé et je peux plus la voir en peinture!!

 

Les onze questions de Soukee:

1) Le Père Noël te rend visite et parce que tu as été hyper sage, et t'offre la possibilité d'exaucer un voeu. Lequel ? Il nous emmène mon chéri et moi pour un road trip de plusieurs semaines à travers les Etats-Unis.

2) Ouahou... On a trouvé le moyen de voyager dans les livres ! Où voudrais-tu te rendre en premier ? Pour ne pas me répéter je dirai que j'ouvrirai l'Embellie d'Olafsdottir pour visiter l'Islande.

3) As-tu un rituel de lecture ? Non si ce n'est comme je vous le disais le lundi matin avant de me mettre au boulot, sinon je lis avec indifférence dans le canap' dans le lit, dans le train quand je le prenais, par contre je préfère quand c'est silencieux pour lire.

4) Tu es bien installé(e), en train de bouquiner. Une envie soudaine de grignoter... Sucré ou salé ? Plutôt sucré, même si "avec l'âge" je me tourne plus souvent vers le salé.

5) Une innondation menace ta bibliothèque ! Quel livre sauves-tu en priorité ? là j'avoue que je sèche, j'habite au 2e étage quand même, ça craint si ça monte jusque là non? 

6) On sonne à ta porte. James Bond* en costume trois pièces s'invite à dîner chez toi. Que lui prépares-tu ? Bon aucune idée concernant ses goûts vu que je n'ai jamais vu AUCUN James Bond!! Alors s'il a le temps je lui ferai mon poulet au citron confit et tomates séchées, s'il est pressé des bonnes pâtes carbo y a rien de mieux!

7) Tu as adoré ce livre mais l'adaptation ciné t'a cruellement déçu(e) : là comme ça ça ne me dit rien, j'ai vu plusieurs adaptations dont je n'avais pas lu le roman original, et pour ceux que j'avais lus, je pense à Nos Etoiles contraires ou Le secret des abeilles, j'en ai beaucoup aimé l'adaptation donc là comme ça je dirai aucune, même si je suis sûre que quelque chose me reviendra sans doute!

8) On t'offre la possibilité d'exercer le métier de tes rêves. Quel est-il ? Libraire dans un salon de thé-librairie, oui je sais comme dans les livres d'Agnès Martin Lugand, mais cette envie d'avoir une librairie salon de thé ça vient de l'époque de la série Once and Again, qui se souvient de ça??

9) Tu aimes lire, ça on le sait déjà ! Mais qu'aimes-tu faire d'autre dans la vie ? J'aime aller au cinéma, une à deux fois par semaine, j'aime regarder des séries, en ce moment la série Engrenages, j'aime voyager, j'aime aller à des concerts, j'aime profiter des choses simples avec mon copain, mes amis ou en famille.

10) Allez, avoue : as-tu succombé à la lecture sur liseuse ou es-tu un(e) réfractaire qui ne jure que par le papier ? Je suis très réfractaire, pour moi la lecture c'est avec un livre, rien d'autre!

11) As-tu commencé ta liste au Père Noël ? Qu'y-a-t-il dessus ? pas vraiment, j'avais une wish list pour mon anniversaire et j'ai été bien gâtée donc il ne reste plus rien dessus presque, un abonnement à la thé box pourrait me faire plaisir, et j'ai repéré un jeu de société qui a l'air pas mal, Scotland Yard, ah et sinon une BB Cream de Laura Mercier aussi :p mais je n'y ai pas encore réfléchi sérieusement!

Je ne tague personne mais je te remercie Soukee d'avoir pensé à moi, et puis du coup je serai curieuse de connaître les réponses à tes propres questions :p

Posté par Cinnamonchocolat à 13:55 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

19 novembre 2015

Carole Martinez, La terre qui penche

la terre qui penche

Quatrième de couverture:

"Blanche est morte en 1361 à l’âge de douze ans, mais elle a tant vieilli par-delà la mort! La vieille âme qu’elle est devenue aurait tout oublié de sa courte existence si la petite fille qu’elle a été ne la hantait pas. Vieille âme et petite fille partagent la même tombe et leurs récits alternent. 
L’enfance se raconte au présent et la vieillesse s’émerveille, s’étonne, se revoit vêtue des plus beaux habits qui soient et conduite par son père dans la forêt sans savoir ce qui l’y attend. 
Veut-on l’offrir au diable filou pour que les temps de misère cessent, que les récoltes ne pourrissent plus et que le mal noir qui a emporté sa mère en même temps que la moitié du monde ne revienne jamais? 
Par la force d’une écriture cruelle, sensuelle et poétique à la fois, Carole Martinez laisse Blanche tisser les orties de son enfance et recoudre son destin. Nous retrouvons son univers si singulier, où la magie et le songe côtoient la violence et la truculence charnelles, toujours à l’orée du rêve mais deux siècles plus tard, dans ce domaine des Murmures qui était le cadre de son précédent roman."

 Ca fait plus de trois semaines que j'essaie de trouver les mots justes pour vous parler de ce coup de coeur mais ça ne vient pas, alors je vais le faire en un jet, sans doute maladroitement mais toujours fidèle à mes avis rédigés en vrac et sans grande cohérence.

Avec Carole Martinez c'était un pari risqué, mais j'aime, sans conditions et sans retenue, pourtant je suis du genre très terre à terre et les univers un peu féeriques/fantastiques ont du mal à m'embarquer mais je me laisse surprendre par la poésie de l'écriture de cette auteure. La quatrième de couverture m'a laissée songeuse, deux voix pour une même personne, qui semble morte ... Et pourtant c'est ce qui donne du rythme au récit, ce n'est pas simplement l'histoire de Blanche, mais son histoire contée par elle-même avec son âme d'enfant, et avec son âme d'adulte, pourtant on a bien l'impression que l'âge adulte jamais elle ne l'atteindra. Les personnages qui peuplent le récit sont eux aussi empreints d'une certaine aura. Le domaine des Murmures nous transporte à travers les siècles, les superstitions, les légendes et l'attachement à sa terre. La terre qui penche est un peu comme un conte qui se transmettrait de génération en génération, tout comme l'est un peu l'histoire de la naissance de Blanche, en partie contée par un être féérique, la Loue, dame de la rivière... C'est un peu le 2e personnage principal de l'hsitoire tant sa présence est importante et préoccupe les hommes. La frontière entre le réel et l'imaginaire est franchie à plusieurs reprises dans le récit, le personnage de Bouc, la vieille cuisinière et toutes ses filles, la clairière... Seule Blanche et Aymon, le "simplet" y ont l'air sensible, les autres autour ne font que répéter les legendes et récits, les superstitions. L'écriture est belle, les pages se tournent à une vitesse folle et laissent une impression de trop peu quand le livre est déjà terminé. Il me semble que c'est un livre que je relirai avec plaisir, pourtant ça n'est pas dans mes habitudes.

Merci à PriceMinister pour ce très beau moment de lecture.

 

 

logo-non challenge 2015-2016 - copie

chez Galéa

 

logo_rentreelitteraire

 

matchs de la rentrée littéraire chez Priceminister.

09 novembre 2015

Agnès Martin-Lugand, La vie est facile, ne t'inquiète pas

la-vie-est-facile-ne-t-inquiete-pas-ebook

Quatrième de couverture:

"Alors que j'étais inconsolable, il m'avait mise sur le chemin du deuil de mon mari. J'avais fini par me sentir libérée de lui aussi. J'étais prête à m'ouvrir aux autres. » 
Depuis son retour d'Irlande, Diane a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l'aide de son ami Félix, elle s'est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C'est là, aux Gens..., son havre de paix, qu'elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné et surtout il comprend son refus d'être mère à nouveau. Car Diane sait qu'elle ne se remettra jamais de la perte de sa fille. Pourtant, un événement inattendu va venir tout bouleverser : les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé, vont s'effondrer les unes après les autres. Aura-t-elle le courage d'accepter un autre chemin?"

Le moins qu'on puisse dire c'est que cette semaine a été pleine de rebondissements, alors que j'avais prévu d'écrire deux billets je n'ai même pas eu le temps d'ouvrir le blog, d'aller lire vos derniers billets, ni même de lire une seule ligne! Pour en savoir plus rendez-vous en fin de mois dans le Moi après Mois. Pour l'heure je vous parle de roman feel good avalé pendant les vacances de Toussaint, je trouve qu'Agnès Martin Lugand va bien avec la Toussaint, dans cette suite des Gens heureux lisent et boivent du café pas d'énorme surprise, c'est écrit à la truelle (mais qui suis-je pour juger d'un style que moi-même je n'ai pas?) et pourtant ça me parle, et ça m'embarque, il faut dire que je suis la cible rêvée avec cette hisoire de café littéraire (mon rêve) et toutes ces références musicales, Panic station de Muse, No Surprises de Radiohead, Angus et Julia Stone, j'adore! et puis c'est drôle aussi d'imaginer les scènes, rue de Bretagne notamment où j'ai traîné mes guêtres pendant les vacances!! Et puis il y a le côté je m'évade au grand air avec l'Irlande, moi qui ai envie justement de partir un peu dans un endroit calme et aéré j'ai voyagé par procuration.

Pour en revenir à Diane... après ses péripéties en Irlande, ses desillusions avec Edward, et l'acceptation de la mort de sa fille et de son époux, Diane a repris le cours de sa vie, elle fait vivre sa librairie, elle s'épanouie avec son Félix, elle rencontre même quelqu'un... Et puis à côté il y a l'Irlande et ses souvenirs, son attachement pour ceux qu'elle considère comme des parents adoptifs, le taciturne Edward, et une nouvelle quelque peu innattendue. Alors tout ça marche, tout est plus ou moins attendu, relativement crédible mais ça fait du bien, surtout à la Toussaint. Bon ça m'a quand même extirpé quelques larmes, mais bon parfois il m'en faut peu.

 

 

challenge feel good

(2)