14 novembre 2009

Laurence Jyl, Le coût de la panne

J’avais juré qu’on ne m’y prendrait plus et que je rédigerai désormais mes articles « à chaud » mais j’ai encore été prise par le temps et voilà que ce petit billet réside dans ma tête depuis dimanche dernier déjà !

 

le_co_t_de_la_panne4è de couverture : « Les Sertilanges coulent  des jours heureux en Provence. Le père travaille au bureau de poste municipal cependant que la mère s'occupe de leurs trois enfants, deux adolescents turbulents et une adorable chipie de dix ans, la narratrice de l'histoire, Zoé. Mais la promotion à Paris du chef de famille vient bientôt rompre le charme de cette vie paisible.
D'autant qu'une catastrophe s'abat sur le foyer des néo-Parisiens peu de temps après leur emménagement : l'antique téléviseur choisit de rendre l'âme à l'heure fatidique de la finale de "Regardez-les vivre", l'émission de télé-réalité préférée de toute la famille... La maman de Zoé trouve aussitôt la parade. Il suffit de se poster à la fenêtre pour suivre discrètement la retransmission sur l'écran des voisins. Armée de jumelles, la mère de famille en vient bientôt à épier jour et nuit les faits et gestes des habitants de l'immeuble d'en face, à les imiter et, au final, à vivre sa vie par procuration, délaissant peu à peu ses enfants et entraînant son mari sur une pente vertigineuse
.
»

 

Tout est dit ou presque ! La particularité de ce roman, et ce que j’ai apprécié le plus dans cette histoire, c’est le fait que la narration soit faite par la cadette de la famille âgée de dix ans. Celle-ci porte un œil très critique sur ceux qui l’entourent. Je ne suis pas habituée à ce genre de narration, n’étant pas du tout familière avec la littérature jeunesse, mais j’ai ici apprécié l’exercice de style, même si parfois j’ai trouvé que ce qui serait supposé être un vocabulaire d’une fillette de dix ans était peu approprié et trop recherché, mais qu’importe.

 

Cette narration permet de dépeindre la famille et les évènements de façon brutes, avec par-ci par là les critiques de Zoé, sans pour autant véritablement analyser les comportements de chacun. Cela donne donc une certaine légèreté au livre qui fait qu’il reste plaisant à lire. On sent pourtant, (ou bien peut-être est-ce moi qui ai ressenti ça comme ça) une envie de critiquer les effets pervers de la télé-réalité et le voyeurisme des gens, l’importance que la télévision peut prendre dans certaines familles, la société du paraître, notamment lors des repas « devant la fenêtre » organisée par les parents de plus en plus siphonnés. Peu importe que ce soit bon tant que c’est brillant et coloré…

 

Merci donc aux Editions Robert Laffont et à Blog-O-Book pour ces quelques heures de détente en compagnie de la famille Sertilanges.

Posté par Cinnamonchocolat à 11:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


08 novembre 2009

Katherine Pancol, La valse lente des tortues

IMGP0424Allez savoir pourquoi le bain est devenu mon rituel de fin d’après-midi dominical… sauf qu’après le bain j’ai toujours ce petit blues du dimanche soir, allez savoir pourquoi… Je vais donc en profiter pour retaper mon billet de tout à l’heure qui s’est malencontreusement effacé ! On ne m’y reprendra plus, je tape maintenant d’abord dans un traitement de texte !

 

J’ai donc terminé depuis dix jours la valse lente des tortues de Katherine Pancol et là encore on ne m’y reprendra plus. Pardon ? Ah mais non, j’ai beaucoup aimé ce Pancol, on ne m’y reprendra plus de laisser s’écouler dix jours avant de donner mes impressions, parce que je sèche un peu, l’histoire est intacte dans ma mémoire mais finalement je préfère retranscrire mon ressenti à chaud.

 

Une petite quatrième de couverture pour commencer parce que tout comme celle des yeux jaunes des crocodiles, je la trouve un peu mystérieuse, ça m’a donné envie de lire le livre tout de suite.

 

« Ce livre est une bourrasque de vie... Un baiser brûlant du seul qu'on ne doit pas embrasser. Deux bras qui enlacent ou qui tuent. Un homme inquiétant, mais si charmant. Une femme qui tremble et espère ardemment... Un homme qui ment si savamment. Une femme qui croit mener la danse, mais passe son tour. Des adolescents plus avertis que les grands... Un homme qui joue les revenants. Un père, là-haut dans les étoiles, qui murmure à l'oreille de sa fille... Un chien si laid qu'on s'écarte sur son passage. Des personnages qui avancent obstinément comme des petites tortues entêtées qui apprendraient à danser lentement, lentement dans un monde trop rapide, trop violent... »

 

la_valse_elnte_des_tortuesVu mon enthousiasme pour le premier opus, c’est avec joie que j’ai retrouvé la famille Cortès. Cette fois l’histoire est éclatée entre Paris et Londres. Joséphine a emménagé dans la banlieue chic et tranquille de Paris avec sa fille cadette Zoé, Hortense est à Londres dans son école de stylisme réputée et passe son temps libre avec Gary, le fils de Shirley, elle aussi londonienne à nouveau. Philippe vit une vie de bohême avec son fils dans la capitale britannique tandis que sa femme Iris est restée à Paris et en veut toujours à Joséphine pour le coup médiatique autour du livre… Marcel et Josiane sont heureux mais le cure-dent rode… tout ça sur fond d’enquête autour de mystérieux assassinats dans le nouveau quartier de Joséphine.

 

J’ai donc apprécié cette lecture, certes pas autant que la première mais c’était tout de même bien divertissant. Joséphine est toujours aussi naïve et fleur bleue, Hortense toujours aussi orgueilleuse et ambitieuse, le personnage de Zoé est plus creusée et Shirley, bien que moins présente, reste fidèle à elle-même. En bref on s’attache vite aux personnages plus qu’à l’histoire dont certaines ficelles étaient un peu grosse… et la fin encore m’a laissée sur ma faim. Serait-ce donc une trilogie ? une idée pour le prochain titre ? Le chien noir au gâteau à l’orange ?

Posté par Cinnamonchocolat à 19:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

06 novembre 2009

Challenge 100 ans de littérature américaine

Les bonnes résolutions commencent au 1er Janvier n'est ce pas? J'ai donc décidé de me lancer dans un autre challenge : comme vous l'aurez compris avec le titre, il s'agit du challenge 100 ans de littérature américaine- ou Yes we can, lancé par Boubou. Il s'agit de lire des oeuvres de la littérature américaine qui retracent l'évolution de la société américaine au 20ème siècle. Le nombre de titre est laissé à l'appréciation du challenger ainsi que les auteurs tant que ceux-ci sont américains et du 20ème siècle. Ce challenge, tout comme le "English Classics" est fait pour moi!
Je me suis engagée à lire cinq romans et j'ai donc jusqu'au 31 Décembre 2010 pour réaliser ce challenge.
J'ai déjà choisi deux titres dans ma PAL : 42è parallèle de John Dos Passos et En un combat douteux de John Steinbeck pour continuer dans la lignée des John je lirai bien également un John Irving mais je n'ai pas encore décidé lequel. J'aimerais également lire un autre roman de Toni Morrison parce que j'avais beaucoup aimé Beloved que j'avais étudié à la fac. Les aventures de Tom Sawyer de Mark Twain me tente bien également mais pour l'instant seul les deux premiers sont certains... Pour les autres, ce sera un peu au grès de mes envies.

challenge_100_ans_article_300x225

Posté par Cinnamonchocolat à 16:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

04 novembre 2009

parce que je ne suis pas sérieuse...

pas sérieuse du tout du tout même! Je me suis inscrite à mon 3ème swap!! Il se déroule quasiment en même temps que le swap Mille Feuille mais tant pis je me suis laissée tenter par le thème... Il s'agit du swap Nouvel an organisé par Herisson08

Le colis du Nouvel devra donc contenir deux livres : un coup de coeur 2009 et un livre autour du temps, un calendrier ou un agenda, une bonne résolution (être plus raisonnable par exemple ou bien arrêter de grossir sa PAL... c'est vrai, la blogosphère est une source inépuisable d'augmentation de PAL!!) et une gourmandise bien sûr!!

Les inscriptions sont ouvertes jusque vendredi 6 (tiens tiens cette date me dit quelque chose...) et les colis sont à envoyer entre le 14 et le 30 Décembre.


swap_nouvel_an

Bon je commence déjà à être un peu raisonnable, je ne me suis pas lancée dans le swap lancé par Hécléa sur livraddict... un swap de Noël c'était bien tentant mais bon ... je suis raisonnable non?

Posté par Cinnamonchocolat à 20:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Albert Camus, La chute

Albert_camusRésumé tiré d'Amazon : "Dans un bourg d'Amsterdam où se croisent matelos de toutes nations, souteneurs, prostituées et voleurs, un homme que le hasard a mis sur le chemin de l'un de ses compatriotes, se raconte. Qui est-il ? C'est la source de cet admirable monologue, où Jean-Baptiste Clamence retrace le parcours autrefois brillant de son existence. Jusqu'au jour où différents évènements ruinent les derniers vestiges de sa normalité existentielle. Il fuit dans la débauche ce qu'il découvre tous les jours un peu plus. Fuir l'hypocrisie des coeurs, de la charité, de la solidarité, l'hypocrisie du monde, fuir cette existence fausse où le plaisir personnel décide des actes les plus beaux. Il part alors pour la cosmopolite Amsterdam et s'y institue " juge pénitent " pour dénoncer l'ignominie humaine."

Voilà tout est dit... ou presque. Je n'ai pas du tout aimé ce livre et j'ai lutté pour le terminer (simplement parce que je n'aime pas abandonné un livre en cours de lecture! J'avais déjà lu un Camus et n'avais pas aimé et bien c'est confirmé je n'aime décidément pas... et les nombreuses traductions d'extraits fait à la fac me hantent probablement, c'est comme pour Romain Gary!
J'ai quand même pris la peine d'écrire ce non-billet parce que ma PAL diminue (très...très lentement! merci qui? les swaps, challenge et autres partenariats :) )

                                                                                                                                    (3/35)objectif_pal

Posté par Cinnamonchocolat à 20:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


03 novembre 2009

Bibliomania

bibliomaniaonline

Bibliomania qu'est ce que c'est?
C'est une bibliothèque en ligne lancée par Livraddict. On peut y ajouter tous les livres de sa bibliothèque mais aussi se créer une Pile à Lire, une Wish list, la liste des livres que l'on a déjà lus ... Bref un moyen très pratique pour savoir où on en est dans ses lectures!

Ma bibliothèque en ligne est consultable ici .

Posté par Cinnamonchocolat à 12:21 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

19 octobre 2009

Un roman français, Frédéric Beigbeder

un_roman_fran_aisPour ma troisième lecture dans le cadre du challenge du 1% littéraire j'ai décidé de me replonger dans un Beigbeder... oui parce que que j'ai lu par le passé Windows on the world, qui m'avait plu; puis 99francs, qui m'avait insupporté (la maso que je suis était quand même allée voir le film à sa sortie!!)

Parce que quand on lit Beigbeder, forcément on a le personnage médiatique en tête, le people de canal, cultivé certes mais imbu de sa personne... en tout cas c'est l'image qu'il me renvoie, même après lecture de cette autobiographie où il tente d'expliquer sa personnalité, où il tente de démontrer qu'au final il n'est pas si sûr de lui-même qu'il semble l'être... Fin en bref vous aurez compris que le personnage Beigbeder m'est tout à fait insuportable! Mais, oui parce que quand même il y'a un mais, ça n'empêche pas le fait que finalement j'aime sa façon d'écrire.

Sans plus attendre la quatrième de couverture qui est en fait un extrait du livre: "C'est l'histoire d'une Emma Bovary des seventies, qui a reproduit lors de son divorce le silence de la génération précédente sur les malheurs des deux guerres. C'est l'histoire d'un homme devenu un jouisseur pour se venger d'être quitté, d'un père cynique parce que son coeur était brisé. C'est l'histoire d'un grand frère qui a tout fait pour ne pas ressembler à ses parents, et d'un cadet qui a tout fait pour ne pas ressembler à son grand frère. C'est l'histoire d'un garçon mélancolique parce qu'il a grandi dans un pays suicidé, élevé par des parents déprimés par l'échec de leur mariage. C'est l'histoire d'un pays qui a réussi à perdre deux guerres en faisant croire qu'il les avait gagnées, et ensuite à perdre son empire colonial en faisant comme si cela ne changeait rien à son importance. C'est l'histoire d'une humanité nouvelle, ou comment des catholiques monarchistes sont devenus des capitalistes mondialisés. Telle est la vie que j'ai vécue : un roman français."

Le ton est donné... ton cassant, humour noir, critique des uns et des autres, culture étalée... oui c'est ça quand je lis Beigbeder j'ai l'impression qu'il me balance son érudition à la figure. La subtilité il ne connaît pas. Il crache ses mots et au lecteur de se débrouiller avec ça... J'ai trouvé ça insupportable au début, puis au fil des pages je me suis habituée et Ô surprise j'ai même aimé! Oui, j'aime ce style haché un peu desordonné, comme s'il crachait son venin pour se sentir mieux ensuite. Une écriture cathartique, c'est comme ça que j'aime écrire. Balancer les mots comme ils viennent sans trop y réfléchir.
Je me demande quand même... mais pourquoi? qu'est ce qu'il a voulu nous montrer là? simplement faire parler de lui? sans doute pas... dénoncer la façon dont il a été traité lors de sa garde à vue? J'ai plutôt l'impression que c'est un prétexte. Un pamphlet sur le divorce de ses parents? sur son frère "parfait"?...je ne sais pas trop, quelqu'un a son avis sur la question?

Voici un extrait qui m'a marqué:

" Arrêter de lire des romans exige beaucoup de force. Il faut avoir envie, courir, grandir. J'étais drogué avant même que d'avoir le droit de sortir le soir. Je m'intéressais davantage aux livres qu'à la vie.

Depuis je n'ai cessé d'utiliser la lecture comme un moyen de faire disparaître le temps, et l'écriture comme un moyen de le retenir"

(3/7)          challenge_du_1_litteraire_2009

Posté par Cinnamonchocolat à 17:53 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

English Classics Challenge

Ce challenge est proposé par Karine, pour y participer il suffit de lire deux classiques britanniques avant décembre 2010!!

Ca me permettra de me plonger dans ma PAL en VO qui est intacte depuis des lustres.

J'opterai donc pour Villette de Charlotte Brontë, et je choisirai le second pendant les vacances de Toussaint (ma PAL VO étant toujours au domicile parental!)

Ce challenge semble remporter un grand succès, j'ai hâte de voir quels seront les titres choisis et de lire les billets!


EnglishClassicsMaxi_copie_1

Edit du 27 octobre : j'ai donc choisi mon second titre dans ma PAL VO et ce sera aussi un Brontë mais Anne cette fois avec Agnès Grey. Je pense aussi en profiter pour relire hors challenge puisqu'Irlandais The picture Of Dorian Gray d'Oscar Wilde que j'avais étudié en anglais spé il y'a déjà quelques années!

Posté par Cinnamonchocolat à 14:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 octobre 2009

La rafade des Tambours, Carol Ann Lee

la_rafale_des_tambours
Présentation de l'éditeur: "Le 11 novembre 1920, le corps du Soldat inconnu est mis en terre à l’abbaye de Westminster à Londres. Parmi ceux qui assistent à la cérémonie – qualifiée par le Times de «plus grande effusion de larmes que l’Angleterre ait jamais connue» – figure Alex Dyer. S’il a tout fait pour appartenir à la commission chargée de sélectionner celui qui va incarner les millions d’hommes morts sur le front pour leur patrie, c’est qu’il a une dette à payer.
La Rafale des tambours retrace l’histoire de trois personnes emprisonnées dans le cauchemar de la Grande Guerre : le journaliste Alex Dyer, son ami d’enfance Ted Eden et Clare, l’infirmière que Ted a épousée lors d’une permission. Alex aime Ted comme son frère, mais Clare lui inspire une passion à laquelle ni lui ni elle ne sauront résister."



Avant de commencer mon petit billet je remercie Blog-O-book et les éditions de la Table ronde pour ce premier partenariat!

Je ne m'étais jamais posé de question au sujet du soldat inconnu enterré sous l'arc de triomphe, et donc par conséquent au sujet de celui entérré dans l'Abbaye de Westminster. Je ne me suis jamais demandé s'il y'avait bien là un soldat inconnu, ou bie si c'était simple métaphore pour tous les inconnus morts au front! Je sais bien que nous sommes ici dans la fiction, mais il y'a bien du y avoir un choix pour ce soldat, comment a-il été opéré? y'a-t-il eu une commission comme celle décrite ici, ou est-ce l'affaire d'un seul homme? qui a eu cette idée finalement? ... informations à vérifier donc!

Je vais respecter la chronologie du livre qui lui ne respecte pas la chronologie mais est bâtie sur les souvenirs.Le livre débute dans une atmosphère lourde et pluvieuse: un train qui semble fendre les ténèbres à travers la campagne anglaise.
Un journaliste revient à Ypres peu après la guerre. Ypres qui n'est plus qu'un champ de ruines. Il se souvient des batailles, il traverse les paysages désolés... Ypres, Paschendale...
On rencontre Clare... elle éveille des questions sur l'après guerre, l'impacte psychologique et physique sur les soldats revenus du front.
Le journaliste, Alex nous fait la lecture de son carnet, récit des mois passés dans les Flandres en tant que journaliste de guerre. Il nous fait le récit, des batailles, de la vie dans les tranchées, de soldat qui ont croisé sa route, de la censure.
Parallèlement Clare travaille dans les trains hôpitaux, elle tente de soulager les blessés, guérir ceux qui peuvent l'être, accompagner ceux qui ne reviendront pas.
Et puis il y'a Ted ... ami  d'Alex avec lequel nous faisons un bond dans l'enfance des deux jeunes gens, la rencontre entre les trois personnages, les amitiés, les amours...
Et puis il y'a l'après guerre...l'idée d'un homme de rendre hommage à tous les soldats britanniques en en choisissant un seul, tel un symbole. Alex se démènera pour entrer dans la commission qui choisira le soldat inconnu.

J'ai eu du mal à rentrer dans le livre... j'ai aussi eu beaucoup de mal à le lire par ce côté noir et douloureux, j'avais déjà unmemorial_tyne_cot_view4 moral assez bas, alors je ne voulais pas en rajouter...
J'ai pourtant aimé. j'ai été touchée et émue.
D'autant plus qu'étant originaire du Nord de la France j'ai reconnu presque tous les noms de villes et villages cités. Je suis allée dans certaines, ainsi qu'au cimetière de Tyne Cot à Paschendale. Je me suis souvenue avoir été très émue il y'a quelques années quand j'avais vu toutes ces tombes blanches alignées, quand un des élèves de l'école britannique où je travaillais avait déposé une gerbe de fleurs et récité un poème. J'ai retrouvé cette émotion dans l'écriture de Carol Ann Lee.

Quelques passages qui m'ont touchée:

" Car ils sont venus de près et de loin, de tous les coins du royaume, pour assister à l'inhumation de l'homme qui leur appartient à tous et à chacun, le soldat sans nom ramassé sur le champ de bataille pour être enterré au milieu des rois: le Soldat inconnu." (p 20)
"Qu'on les laisse reconstruire si c'est ce qu'ils veulent. Les cimetières qu'on est en train de créer seront un témoignage suffisant: d'immenses villes de morts dont la beauté silencieuse et l'architecture intemporelle seront sans précédent." (p 27)
" Derrière les officiels, un long ruban humain se met en marche, précédé d'anciens soldats en fauteuils roulants; le bleu de leur tenue d'hôpital jure avec le noir omniprésent. Certains d'entres eux, comme Thomas Harman qui pousse le fauteuil de Frankie Stephens, des Black Watch, ont fait un effort colossal pour être présents et honorer leurs canarades qui ne sont pas revenus, qui ne reviendront pas. Quelqu'un a calculé que si tous les morts de l'Empire défilaient dans Whitehall, à quatre de front, il faudrait trois jours et demi pour qu'ils passent devant le cénotaphe, ce tombeau vide. Dans la lumière irréelle du matin, l'idée que les survivants puissent croiser les soldats morts surgissant du brouillard, ne semble pas imporbable.

logobob01

C'est aussi ma 2ème lecture pour le challenge du 1% littéraire. 
challenge_du_1_litteraire_2009


Posté par Cinnamonchocolat à 17:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 octobre 2009

(500) jours ensemble, réalisé par Mark Webb

500_jours_ensemble















Le synopsis d'allociné:

"Tom croit encore en un amour qui transfigure, un amour à la destinée cosmique, un coup de foudre unique. Ce qui n'est pas du tout le cas de Summer. Cela n'empêche pourtant pas Tom de partir à sa conquête, armé de toute sa force et de tout son courage, tel un Don Quichotte des temps modernes. La foudre tombe le premier jour, quand Tom rencontre Summer la nouvelle secrétaire de son patron, une belle jeune fille enjouée.
Au 31ème jour, les choses avancent, lentement. Le 32ème jour, Tom est irrémédiablement conquis, pris dans le tourbillon étourdissant d'une vie avec Summer. 185 jours après leur rencontre, la situation est de plus en plus incertaine ? mais pas sans espoir. Alors que l'histoire fait des allers-retours au sein de la relation parfois heureuse, mais souvent tumultueuse de Tom et Summer, le récit couvre tout le spectre de la relation amoureuse, du premier coup de coeur aux rendez-vous, du sexe à la séparation, à la récrimination et à la rédemption et décrit toutes les raisons qui nous poussent à nous battre aussi ardemment pour arriver à trouver un sens à l'amour... Et, avec un peu de chance, à en faire une réalité."

Je suis allée voir ce film avec une amie samedi et on se disait qu'on était un peu masochiste d'aller voir une comédie 500_jours_ensemble_2009_17014_141113310romantique après avoir rompu toutes les deux!! Nous avons donc pris un petit apéro avant de partir pour se mettre en condition et finalement nous n'étions pas si déprimées à la sortie du cinéma!
Alors oui ça parle d'amour, ça retrace la relation de ses débuts jusqu'à la rupture. Pas original? effectivement! et pourtant... L'originalité réside dans le fait que la chronologie n'est absolument pas respectée, on fait des allers et retours dans l'histoire de Tom et Summer, comme finalement on pourrait avoir des flashbacks de ce qu'on a vécu à deux après la rupture.
Ca aurait pu être déprimant, de voir que même une si une histoire est très belle elle peut se terminer, mais finalement le message à la fin est positif, même si je n'ai pas vraiment été convaincue par le revirement de Summer 500_jours_ensemble_diner_amoureux(mais shut je n'en dis pas plus pour ne pas gâcher le visionnage aux éventuelles personnes intéressées...). Ce que j'en ai retenu c'est l'évolution de Tom qui grâce à Summer va évoluer.
J'ai beaucoup aimé les personnages, et heureusement parce qu'il ne s'agit que de Tom et de Summer, pendant une heure et demie! et puis j'ai eu un gros coup de coeur pour la petite soeur de Tom, Rachel. J'ai trouvé leur relation très touchante!
La BO en plus était vraiment sympa!




Et puis zut quoi moi aussi j'aurai aimé m'allonger sur un lit chez Ikea avec l'Amoureux!!

Posté par Cinnamonchocolat à 22:06 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,