29 mai 2016

Karine Reysset, Les yeux au ciel

Les-yeux-au-ciel

Quatrième de couverture:

"À l'occasion de l'anniversaire du grand-père, toute la famille se retrouve dans la vieille demeure située au bord de la mer, en Bretagne. Six jours pendant lesquels les fantômes du passé se sont donné rendez-vous et pèsent sur les membres de la tribu, tout en resserrant leurs liens.

Chacun voudrait ouvrir le chemin de la réconciliation mais tous se heurtent aux histoires des uns et des autres, celle de Lena, fatiguée d'être l'aînée, celle d’Achille, le demi-frère mal aimé, de Merlin, toujours considéré comme un enfant, de Stella, la cadette. Au milieu d’eux, les petits-enfants désordonnent le cours des choses, révélant peu à peu l’origine du mal-être familial, un drame qui a eu lieu trente ans auparavant et qui n’a jamais cessé de les hanter depuis."

 Vous allez dire que je me fais une thématique mais j'ai lu deux livres entre celui d'Olivier Adam et celui-ci ... Il n'empêche que j'ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture. J'ai découvert la plume de Karine Reysset avec ce titre et je ne suis pas déçue. J'aime ces romans où les membres d'une famille se retrouvent et où chacun s'interroge sur sa vie, son enfance, son avenir et sa place dans la fratrie. J'aime ces romans où un petit évènement fait ressurgir les souvenirs, les secrets, les interrogations, les animosités mais aussi l'amour. Karine Reysset a créé des personnages très différents, unis ou éloignés mais sans en faire trop, le ton est juste et on retrouve les reproches qu'on pourrait se faire dans de nombreuses familles. L'enfant qui se sent un peu en marge, celui qu'on chouchoute parce qu'il apparaît comme faible, ou incapable de se débrouiller tout seul, celui plus débrouillard qu'on croit solide mais qui n'est que fragilité, celui qui se sent rejeté ou moins aimé, celui pour qui les réunions de famille c'est un calvaire, ou au contraire celui qui repense au passé avec la nostalgie des étés passés en famille. La Bretagne aussi, belle et sauvage nous emmène dans ces considérations, indomptées mais familière et rassurante. Mon seul reproche, que le livre soit si court, qu'il se termine ainsi, j'aurais aimé en savoir un peu plus de cette relation entre le père et la fille. Peut-être est-ce le sujet d'un roman postérieur? Je vais me renseigner... en tout cas je lirai volontiers Karine Reysset à nouveau.

challenge petit bac

 

(Couleur: CIEL)

objectif pal

 

(15/31)

Posté par Cinnamonchocolat à 19:33 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23 mai 2016

Olivier Adam, La renverse

la-renverse

Quatrième de couverture:

"Ce n’est qu’au moment d’entrer dans le bar-tabac que la nouvelle m’a vraiment heurté, qu’elle a commencé à filer le tissu du drap que je tendais depuis des années sur cette partie de ma vie. J’ai demandé deux paquets de cigarettes, salué les habitués du plat du jour. Au-dessus des tables, un téléviseur s’allumait sur une chaîne d’information en continu. À l’instant où j’y ai posé les yeux, le visage éminemment télégénique de Jean-François Laborde s’est figé sur l’écran. J’ai demandé qu’on augmente le volume. On annonçait son décès dans un accident de voiture. Suivait un rappel succinct de sa biographie. Fugacement, la pensée, absurde étant donné le temps accordé à l’information, qu’il n’avait pas été fait mention de ma mère m’a traversé l’esprit. " 
Dans La renverse, Olivier Adam retrace l’itinéraire d’Antoine, dont la vie s’est jusqu’à présent écrite à l’ombre du scandale public qui a éclaboussé sa famille quand il était encore adolescent. Et ce faisant, il nous livre un grand roman sur l’impunité et l’humiliation, explorées au sein de la famille comme dans l’univers politique."

J'ai mis du temps à écrire mon billet...Un peu déçue par Peine perdue, j'appréhendais cette lecture du dernier titre d'Olivier Adam. A tort...J'ai retrouvé la force de mes premières lectures, les mots bouleversant de Je vais bien ne t'en fais pas, ou Des vents contraires. Bien sûr on vous dira qu'Olivier Adam ne se renouvelle pas vraiment, qu'il s'agit là encore d'une histoire sur une vie moyenne dans une banlieue parisienne étriquée, et vous n'auriez pas tout à fait tort, mais si c'est bien fait, bien écrit pourquoi s'en priver?

Antoine se souvient d'un évènement qui a changé sa vie d'adolescent, qui a fissuré le vernis presque parfait de sa famille bien sous tout rapport. Il se pose des questions, sur la culpabilité des personnes impliquées dans cette histoire, sur la responsabilité des uns, les devoirs des autres, et sur la justice rendue à l'époque. C'est un personnage touchant, un écorché comme le sont souvent les personnages d'Olivier Adam.

Ce roman est un récit sur les faux-semblants, à l'échelle de la famille, du quartier et de la ville tout entière. Il dénonce les manipulations et impunités politiques. Sans être un récit revendicateurs, il met néanmoins le doigt sur quelque chose de dérangeant, mais de courant, et ce n'est pas l'affaire Denis Baupin qui pourra le démentir...

Près de trois semaines depuis ma lecture et je n'arrive pas à exprimer mon ressenti, mes idées sont désordonnées, et je me demande what's the point? En effet j'ai de moins en moins le temps de bloguer et suis rarement satisfaite de mes billets ... Je me demande s'il y a finalement un intérêt à continuer...

 

Posté par Cinnamonchocolat à 17:55 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

15 mai 2016

Anne-Marie Desplat-Duc, Les colombes du roi soleil, Charlotte la rebelle (tome 3)

colombes t3

Quatrième de couverture:

"Charlotte décide de s'enfuir de Saint-Cyr et de quitter cette existence rangée qui ne lui convient pas. Une nouvelle vie l'attend à la cour de Versailles, une vie de fête, de liberté, de joie. Une découverte vient pourtant troubler son bonheur : son fiancé, François, a disparu. Charlotte ne s'avoue pas vaincue. Elle est prête à tout pour le retrouver !"

Voilà qui se lit très facilement, j'ai toujours plaisir à retrouver les colombes du Roi Soleil, même si ce troisième tome ne se déroule pas à Saint-Cyr puisque Charlotte décide de s'échapper et de goûter aux plaisirs de la cour! Ce personnage n'en fait qu'à sa tête, si sa fuite est motivée par l'envie de s'amuser, son destin d'ancienne huguenote convertie de force la rattrape rapidement et la ménera dans des situations parfois périlleuses! J'ai trouvé ce tome très riche en ce qui concerne le contexte historique, on en apprend un peu plus sur les Hugenots réformés et le sort qu'ils ont subi à l'époque, la conversion de force ou l'emprisonnement, la confiscation de leurs biens, l'interdition d'exercer certaines professions, voire la mort. L'auteur nous donne également un petit aperçu de la vie au Siam, l'ancien nom de la Thaïlande. Le sujet est moins léger mais toujours adapté à un public jeunesse, même si je pense que c'est une lecture qui gagne à être accompagnée pour être sûre que tout soit bien compris. La fin du récit laisse entrevoir l'intrigue du tome suivant que j'ai donc hâte de lire!

 

objectif pal

(14/31)

13 mai 2016

Quoi de neuf dans ma bibliothèque?

J'ai fait quelques achats depuis le début d'année mais je n'avais pas encore pris le temps de vous les présenter:

  • En février:

la-renverse

Olivier Adam, La renverse"Ce n’est qu’au moment d’entrer dans le bar-tabac que la nouvelle m’a vraiment heurté, qu’elle a commencé à filer le tissu du drap que je tendais depuis des années sur cette partie de ma vie. J’ai demandé deux paquets de cigarettes, salué les habitués du plat du jour. Au-dessus des tables, un téléviseur s’allumait sur une chaîne d’information en continu. À l’instant où j’y ai posé les yeux, le visage éminemment télégénique de Jean-François Laborde s’est figé sur l’écran. J’ai demandé qu’on augmente le volume. On annonçait son décès dans un accident de voiture. Suivait un rappel succinct de sa biographie. Fugacement, la pensée, absurde étant donné le temps accordé à l’information, qu’il n’avait pas été fait mention de ma mère m’a traversé l’esprit. " 
Dans La renverse, Olivier Adam retrace l’itinéraire d’Antoine, dont la vie s’est jusqu’à présent écrite à l’ombre du scandale public qui a éclaboussé sa famille quand il était encore adolescent. Et ce faisant, il nous livre un grand roman sur l’impunité et l’humiliation, explorées au sein de la famille comme dans l’univers politique." 

En mars: 

hate list

Jennifer Brown, Hate List: "C'est moi qui ai eu l'idée de la liste. Je n'ai jamais voulu que quelqu'un meure. Est-ce qu'un jour on me pardonnera ?"

C'est ce que pense Valérie, effondrée après un drame inexplicable survenu au lycée. Son petit ami, Nick, a ouvert le feu dans la cafétéria, visant un à un tous les élèves de la liste. Cette fameuse liste qu'ils ont écrite pour s'amuser et où figurent ceux qui étaient odieux, lâches, méprisants dans l'établissement. Maintenant, ils sont blessés ou morts. Et Nick s'est suicidé, emportant son secret pour toujours. Mais Valérie elle, est toujours là, enfermée dans une bulle de questions sans réponses. Jusqu'au matin où elle se lève et quitte sa chambre pour retourner au lycée."

 

lola bensky

Lily Brett, Lola Bensky: "Londres, 1967. Lola, 19 ans, pige pour le magazine Rock-Out. Sans diplôme, trop ronde, trop sage, celle dont le seul bagage est d'être l'enfant de survivants de la Shoah plonge au coeur de la scène rock, causant bigoudis, sexe ou régime avec Hendrix, Mick Jagger, Janis Joplin. Des portraits inattendus qui révèlent son inconsciente quête identitaire... Entre guitares électriques et survie, avec humour et tendresse : un roman survolté, poignant autoportrait et savoureux hommage aux génies du rock des années 60-70. Une pépite."

 

 

 

  • En avril:

manderley for ever

Tatiana de Rosnay, Manderley for ever

« J’ai rêvé la nuit dernière que je retournais à Manderley. » C’est par cette phrase que commence Rebecca, le roman de Daphné du Maurier porté à l’écran par Alfred Hitchcock.

Depuis l’âge de douze ans, Tatiana de Rosnay, passionnée par la célèbre romancière anglaise, fait de Daphné du Maurier un véritable personnage de roman. Loin d’avoir la vie lisse d’une mère de famille, qu’elle adorait pourtant, elle fut une femme secrète dont l’œuvre torturée reflétait les tourments.

Retrouvant l’écriture ardente qui fit le succès d’Elle s’appelait Sarah, vendu à plus de neuf millions d’exemplaires à travers le monde, Tatiana de Rosnay met ses pas dans ceux de Daphné du Maurier le long des côtes escarpées de Cornouailles, s’aventure dans ses vieux manoirs chargés d’histoire qu’elle aimait tant, partage ses moments de tristesse, ses coups de cœur, ses amours secrètes.

Le livre refermé, le lecteur reste ébloui par le portrait de cette femme libre, bien certaine que le bonheur n’est pas un objet à posséder mais un état d’âme."

  • En mai: (sur un vide grenier, les trois livres pour 1,50euros)

tobie lolness

Timothée de Fombelle, Tobie Lolness:  " Se cachant au creux des écorces, courant parmi les branches, épuisé, les pieds en sang, Tobie fuit, traqué par les siens... Tobie Lolness ne mesure pas plus d'un millimètre et demi. Il appartient au peuple qui habite le grand chêne depuis la nuit des temps. Parce que son père a refusé de livrer le secret d'une invention révolutionnaire, sa famille a été exilée, emprisonnée condamnée à mort. Seul Tobie a pu s'échapper. Mais pour combien de temps?"

 

 

 

la belle adèle

Marie desplechin, La belle Adèle: "Adèle en a assez. Pourquoi devrait-elle se donner du mal pour se maquiller et s'habiller, comme les filles de sa classe? Est-ce le plus sûr moyen de ne pas se faire remarquer? D'être normale ? Et Frédéric... Il est gentil, il est même tragiquement gentil. N'est- ce pas le pire des défauts pour un garçon ? Adèle et Frédéric doivent trouver d'urgence une stratégie de survie. Ils ont alors une idée lumineuse..."

 

 

 

faillir etre flingué

Céline Minard, Faillir être flingué:  "Un souffle parcourt les prairies du Far-West, aux abords d'une ville naissante vers laquelle toutes les pistes convergent. C'est celui d'Eau-qui-court-sur-la-plaine, une Indienne dont le clan a été décimé, et qui, depuis, exerce ses talents de guérisseuse au gré de ses déplacements. Elle rencontrera les frères McPherson, Jeff et Brad, traversant les grands espaces avec leur vieille mère mourante dans un chariot tiré par deux boeufs opiniâtres ; Xiao Niù, qui comprend le chant du coyote ; Elie poursuivi par Bird Boisverd ; Arcadia Craig, la contrebassiste. Et tant d'autres dont les destins singuliers se dévident en une fresque sauvage où le mythe de l'Ouest américain, revisité avec audace et brio, s'offre comme un espace de partage encore poreux, ouvert à tous les trafics, à tous les transits, à toutes les itinérances. Car ce western des origines, véritable épopée fondatrice, tantôt lyrique, dramatique ou burlesque, est d'abord une vibrante célébration des frontières mouvantes de l'imaginaire."

  • Les livres prêtés:

la fille secrète

Par un ami:Shilpi Somaya Gowda, La fille secrète:" Lorsque Kavita, pauvre paysanne indienne, enfante pour la deuxième fois une fille, c’est une catastrophe pour son mari et sa famille. Et, la mort dans l’âme, la jeune mère se résout à confier son nourrisson à un orphelinat. De l’autre côté de la terre, aux États-Unis, Somer et Krishnan, médecins tous les deux, elle américaine, lui indien, ne peuvent pas avoir d’enfant. Ils recueillent la fille de Kavita, la nomment Asha, lui offrent amour, éducation et avenir. Un jour, celle-ci, devenue grande, veut connaître ses origines. Sa quête ne sera pas facile et mettra en péril l’équilibre précaire de sa famille."

 

 

mentine-217x300

Par ma nièce: Jo Witek, Mentine... Privée de réseau!: 

"Mentine adore dépasser les limites, surtout celles de ses parents !

- 9,5 ! a hurlé papa avec une tête de serial killer. Ma fille a sauté deux classes, a le QI d’Einstein et elle n’obtient pas la moyenne à son passage en troisième ! Dans ces conditions ce sera donnant donnant. Une année scolaire pourrie égale un été pourri.

C’est comme ça que j’ai été privée de mon stage de surf et de mes copines. La sentence et tombée : mon père me condamnait à deux mois d’exil dans le Larzac. J’allais me retrouver sous la flotte à bouffer du fromage de chèvre dans un horrible sweat en polaire."

 

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

11 mai 2016

Erica Bauermeister, L'école des saveurs

l'école des saveurs

Quatrième de couverture:

"Un jour, la petite Lilian se lance un défi fou : si elle parvient à guérir sa mère de son chagrin en cuisinant, elle consacrera son existence à la gastronomie. La magie d'un chocolat chaud aux épices opère et, une vingtaine d'années plus tard, Lilian anime tous les premiers lundis du mois un atelier de cuisine dans son restaurant. L'École des saveurs réunit des élèves de tous horizons qui, de l'automne au printemps, vont partager des expériences culinaires, découvrir la force insoupçonnée des épices, capables par leur douceur ou leur piquant, d'éveiller des ardeurs inconnues et de guérir des peines anciennes... Un savoureux roman culinaire, une ode à la gourmandise et aux sens."

 Pour faire dans la métaphore gourmande, j'ai dévoré ce court roman d'Erica Bauermeister. Cette lecture m'a beaucoup plue, j'ai eu l'impression d'entrer dans un univers chaud, confortable et réconfortant. Certes le thème n'y est pas pour rien puisque le fil rouge de ce roman est la cuisine. Une fois par mois un groupe se retrouve pour prendre des cours de cuisine dans le restaurant de Lilian. Au fil des séances ils vont apprendre à se connaître, et nous aussi nous allons les découvrir. Chacun est lié de près ou de loin à la cuisine, chacun a sa propre histoire et assiste à ses cours pour une raison qui n'est pas forcément l'envie d'apprendre à cuisiner, pour solidifier un couple, pour prendre du temps pour soi, pour oublier, et le ciment de ces gens, de ces vies c'est Lilian et ses recettes, simples mais gourmandes. A travers la cuisine, c'est aussi à une manière de ressentir la cuisine, de la goûter qu'elle les ouvre. Elle est métaphoriquement l'instigatrice de nouvelles décisions dans leur vie. Ca semble un peu cliché dit comme ça mais ça ne l'est pas, c'est amené de manière assez subtile et c'est aussi un point de vue que je partage, trouver sa voie, faire quelque chose qu'on aime, permet d'apprendre sur soi, sur les autres. J'ai aimé à la fois l'écriture et les personnages, leurs caractères, leurs vies, leurs hauts et leurs bas. Et puis bien évidemment les recettes en elles-mêmes mettent l'eau à la bouche. Bien sûr je conseille cette elcture à tout le monde, sauf peut-être si vous venez d'entamer un régime ^^

 

 

challenge petit bac

 

(LIEU: ECOLE)

 

objectif pal

 

(13/31)


09 mai 2016

City trip to Stockholm #2

Pour cette première journée complète à Stockholm et vu le temps ensoleillé nous avons décidé de visiter le musée Skansen sur l'île de Djürgarden. C'est un musée à ciel ouvert qui s'étend sur plusieurs hectares, y sont reconstituées des maisonns et un village typiquement suédois du 19e siècle, on peut aussi voir quelques animaux.

Comment s'y rendre?

Nous avons pris les transports en commun jusqu'au métro Slussen (au sud de Gamla Stan) et nous avons pris le ferry jusque Djügarden. La carte de transport pour 3 jours permet de prendre ce ferry, qui s'arrête également sur l'île de Skeppsholmen. En approchant l'île vous ne manquerez pas la fête forraine Grona Lünd qui n'ouvre qu'à partir de fin avril, elle était donc fermée, quelle déception! Vous bénéficierez également d'un très beau point de vue sur la vieille ville.

DSC_0164

DSC_0161

DSC_0165

DSC_0163

 

Sur Djürgarden se trouvent aussi le musée Nordiska, le musée Vaasa (le bateau pas les biscottes :) et le musée Abba, finalement nous ne les avons pas fait, le Skansen étant assez vaste nous y avons passé beaucoup de temps et nous avons aussi voulu profiter du soleil!

Pour une pause sucrée je vous recommande le petit café à l'intérieur du Skansen, le Petissan, dans son jus mais els Kanellebular sont très bons. 

DSC_0189

DSC_0190

 

Nous avons ensuite repris le ferry, direction Gamla Stan, ses vieux bâtiments, ses ruelles pavées et ses nombreuses boutiques souvenirs. Au détour d'une ruelle on trouve aussi des boutiques plus design, où une église, ça a son charme, nous sommes allés voir le Palais Royal, et nous avons bu un verre sur une petite place où se trouve le musée du prix Nobel, puis nous sommes partis en direction de la ville "nouvelle", Norrmalm, avec sa longue rue piétonne à la recherche d'un supermarché. Le Parlement marque la jonction entre les deux îles.  Pas facile à dénicher... vous trouverez un supermarché sous le magasin Ahlen (un genre de Galleries Lafayette), au niveau de la station T-Centralen de la rue piétonne.

DSC_0207

DSC_0210

DSC_0217

DSC_0224

DSC_0219

 

Posté par Cinnamonchocolat à 17:27 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mai 2016

Cathy Cassidy, Aux Délices des Anges

aux délices des anges

Quatrième de couverture:

"Anya, fraîchement débarquée de Pologne, est désolée de sa nouvelle vie britannique. L'appartement de ses parents est un taudis, son collège ressemble à un zoo, sa famille manque d'argent. Il y a bien ce garçon, Dan, dont la mère tient un salon de thé, mais il a tout du bad boy."

 Voilà un petit roman jeunesse qui se laisse lire très facilement et avec plaisir, je dirai qu'il vise un public pré-ado, 11 ou 12 ans maximum. Ce livre n'est pas la suite des Filles au Chocolat, il a sa propre histoire bien à part, avec ses propres personnages. Mais les ingrédients restent les mêmes, de l'amitié et des douceurs sucrées. Et c'est un peu comme ça qu'on le lit, comme une discussion avec une copine, ou comme on croque dans un cupcake, c'est doux, c'est agréable mais on peut vite s'en écoeurer, finalement Cathy Cassidy fait bien de tabler sur 200 pages environs, ce format convient parfaitement. On retrouve un trio d'amis, une jeune fille qui a du mal à s'intégrer, le bad boy du collège qui n'est pas si bad boy que ça finalement, et la peste, l'incontournable peste qui mépriser tout le monde.

Je l'ai lu comme une bouffée d'air frais après La Joie de vivre, j'avais besoin d'un sas de décompression! 

objectif pal

 

(12/31)

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

03 mai 2016

City trip to Stockholm #1

Je vais essayer de faire un petit recap pas trop barbant sur notre séjour en Suède.

Pour les infos pratiques, nous sommes partis de l'aéroport du Luxembourg, avec LuxAir (un microavion avec hélices!!!) et sommes arrivés à Stockholm à l'aéroport d'Arlanda. Il y a une navette en bus (Flygbussarna) toutes les 20 minutes pour rejoindre le centre ville en une quarantaine de minute pour environ 120 sek. Nous sommes restés 9 jours, 4 à Stockholm, 4 à Malmö qui nous ont également permis une virée d'une journée à Copenhague au Danemark en traversant (en train) le pont de l'Oresund.

Stockholm est une ville assez vaste, répartie sur plusieurs îles, nous avions trouvé un appart AirBnB sur une petite île à l'ouest de la ville Lilla Essingen, s'il était difficilement faisable de rallier le centre historique à pied, sachez que le réseau de transports est très bien développé, nous avions un bus dans la rue d'à côté et nous n'avons jamais attendu plus de cinq minutes aucun des transports que nous avons pris: bus, métro, tramway et ferry, le tout avec un pass trois jours, l'achat du pass 3 jours + la cate nous a coûté 250 sek je crois.

Le premier soir nous sommes partis explorer l'île d'à côté, Kungholmen jusqu'à la mairie Stadshuset.

DSC_0136

DSC_0144

DSC_0146

Après 1h30 de marche nous nous sommes posés dans un resto, Salt pour manger un burger d'elan sauce aux airelles accompagné de ses chips (en anglais sur la carte, qui se sont avérés être des chips en français aussi, dommage). Le burger était très bon, je vous donnerai donc quelques noms de resto ou cafés mais pas tant que ça, on prenait plutôt un goûter dans l'aprem et nous mangions à l'appart le soir. Les rayons de supermarché c'est toute une aventure dans les pays étrangers, encore plus quand sur les paquets vous ne trouvez que du suédois, du danois, du norvégien ou du finnois! Eh oui, si les suédois parlent un anglais impeccable, en dehors de quelques menus de restaurants, rien n'est traduit!

 

Restaurant Salt: http://saltbarmatsal.se/

HANTVERKARGATAN 34 Kungsholment

Posté par Cinnamonchocolat à 16:41 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

02 mai 2016

Emile Zola, La joie de vivre

la joie de vivre

Quatrième de couverture:

"Près d'Arromanches, dans la maison du bord de mer où ils se sont retirés après avoir cédé leur commerce de bois, les Chanteau ont recueilli Pauline, leur petite cousine de dix ans qui vient de perdre son père. Sa présence est d'abord un surcroît de bonheur dans le foyer puis, autour de l'enfant qui grandit, les crises de goutte paralysent peu à peu l'oncle Chanteau, la santé mentale de son fils Lazare se dégrade, l'héritage de Pauline fond dans les mains de ses tuteurs, et le village lui-même est rongé par la mer.

En 1884, lorsqu'il fait paraître ce roman largement autobiographique, le douzième des Rougon-Macquart, c'est pour une part ironiquement que Zola l'intitule La Joie de vivre. Car en dépit de la bonté rayonnante de Pauline qui incarne cette joie, c'est l'émiettement des êtres et des choses que le livre raconte. Après Au Bonheur des Dames, grande fresque du commerce moderne, c'est un roman psychologique que l'écrivain propose à ses lecteurs, un roman de la douleur où les êtres sont taraudés par la peur de la mort face à une mer destructrice."

Comme je l'ai lu sur les blogs qui parlaient de La Joie de Vivre, dans ce douzième volume des Rougon-Macquart il n'y a de joie de vivre que dans le titre. En effet l'histoire de Pauline est assez sombre, et peu d'espoir de s'en sortir lui ai laissé, même si je dois avouer que sa bonté, son dévouement et sa naïveté m'ont parfois agacée, comme si elle tendait son propre bâton pour se faire battre! L'enfance de Pauline avec son cousin semble douce, joyeuse et est pleine de grand air, mais à partir du moment où la famille commence à manger son héritage c'est une lente descente dans la maladie, la décrépitude et la culpabilité. Pourtant on n'arrive pas vraiment à la plaindre Pauline. 

J'ai globalement apprécié cette lecture, même si l'auteur a choisi de quitter Paris pour le bord de mer en Normandie, même si finalement je n'ai apprécié aucun des personnages. Chacun à sa façon est antipathique, en tête bien sûr Lazare, et sa mère Madame Chanteau, c'est d'ailleurs ces deux-là qui feront la ruine de Pauline, et de la famille. Chanteau (père) on le plaint, il passe tout le récit assis dans son fauteil, les membres déformés par la goutte, la bonne aussi est à plaindre et que dire des habitants de la bourgade? Tous ont l'air alcoolisés et miséreux. Pauline, quand elle ne donne pas sa chemise pour son cousin, c'est pour ceux-là qu'elle se ruine... Et que dire de la scène d'accouchement que j'ai lu trois soirs de suite, tant elle était longue!! Encore plus efficace qu'un contraceptif!

Bon on ne dirait pas comme ça mais j'ai aimé quand même, ce n'est plus à prouver, Zola est un maître dans la manière de décrire la pauvreté, le temps qui stagne, la culpabilité, la méchanceté et cette complaisance dans la misère... Je vais laisser un peu de temps avant d'entamer Germinal, doux souvenir de l'adolescence, pour mieux le savourer cet été sans doute...

Posté par Cinnamonchocolat à 14:42 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 avril 2016

Tahar Ben Jelloun, Partir

partir

Quatrième de couverture:

"La petite Malika, ouvrière dans une usine du port de Tanger, demanda à son voisin Azel, sans travail, de lui montrer ses diplômes.

- Et toi, lui dit-il, que veux-tu faire plus tard ?

- Partir. Partir... ce n'est pas un métier !

- Une fois partie, j'aurai un métier.

- Partir où ?

- Partir n'importe où, là-bas par exemple.

- L'Espagne ?

- Oui, l'Espagne, França, j'y habite déjà en rêve.

- Et tu t'y sens bien ?

- Cela dépend des nuits."

Je pensais ce roman idéal pour m'accompagner en voyage, tout comme les personnages de ce livre j'avais besoin de voir ailleurs, de faire une coupure, mais j'ai un peu peiné. Je savais le sujet difficile, et aussi finalement très lié à l'actualité. Même si les migrants ne sont pas marocains comme dans l'histoire de Tahar Ben Jelloun, ils quittent aussi leur pays par désespoir, par besoin, par rêve d'une vie meilleure, et c'est le point commun entre chacun de ces personnages. Et de manière prévisible, cela ne se passe évidemment pas comme ils l'avaient rêvé, leur condition ne s'amélioré pas une fois la mer et les kilomètres franchies, au contraire, ici les espagnols sont durs avec les émigrés marocains ou africains. Ils ne trouvent pas de travail, dorment dans des taudis et survivents de petits boulots en petits trafics, certains d'ailleurs n'arriveront même jamais de l'autre côté... Mais pour Azel c'est différent, il rencontre Miguel, et Miguel va changer sa vie. Pourtant là encore cela ne se passera pas non plus tout à fait comme il se l'imaginait. Qu'on se le dise... ce roman est tout sauf positif, une seule immigration sera réussie finalement... C'est un roman sur l'exil mais surtout une ôde au Maroc, à la fois négative et positive. Le Maroc qu'on déteste mais qu'on ne peut oublier, auquel on se raccroche. Le contexte est différent du Maroc actuel, le roi Hassan II est toujours au pouvoir dans ce récit, et je pense que les choses ont évolué avec l'arrivée de Mohammed VI au pouvoir. Mais j'imagine que certains jeunes rêvent toujours à l'Espagne ou à la France.

Une lecture peu aisée donc, mon avis est assez mitigé, voire plutôt négatif, enfin surtout à cause de la fin qui m'a laissée un peu perplexe. Je ne sais pas vraiment quoi penser de cette lecture en fait... Et vous, qu'en avez-vous pensé si vous l'avez lu?

challenge petit bac

 

(Voyage: PARTIR)

objectif pal

 

(11/31)

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,