22 septembre 2011

Nick Hornby, Haute Fidélité

haute_fideliteQuatrième de couverture:

"Il y a de quoi faire dans cette histoire destinée aux individus coincés et mal coincés entre la trentaine et tout ce qui suit. Rob, bientôt 36 ans, est mal en point : "Qu'ai-je fait de ma vie ?" se demande ce sempiternel adolescent qui craint de vieillir (même bien), au lendemain d'une rupture, en contemplant les bacs de son magasin de disques pop paumé dans une ruelle de Londres. [...] Pour notre plus grand plaisir, Rob, qui se demande in fine s'il ne serait pas un nul, décide d'entamer la falaise. Il récapitule ses amours, depuis le premier, à douze ans, qui dura trois fois deux heures jusqu'au dernier, une nuit correcte avec une chanteuse américaine, et dresse un inventaire hilarant de ses états d'âme. [...] Tous ceux qui considèrent comme vertige nécessaire le fait de savoir à un moment donné faire durer une relation monogame, se délecteront à la lecture de ce roman post-mélancolique qui célèbre les vertus du rire.»"

Rob nous fait le récit intérieur de ses amours passés. Après sa rupture avec Laura, il nous raconte les cinq ruptures qui l'ont le plus marqué dans sa vie et qui d'après lui font que ses relations amoureuse à l'âge adulte ne marchent pas.

Viens ensuite le récit de sa rupture avec Laura (qu'il ne classe pas dans son top 5)...

Rob tiens un magasin de disque donc forcément les références à la musique y sont très nombreuses, connues voire totalement inconnue (enfin en ce qui me concerne). C'est un passionné de vieux vinyles, ça donne parfois envie d'aller se plonger dans les bacs d'un disquaire d'occasion, comme on en trouve partout à Londres.

A travers ses différents récits, le narrateur s'interroge et nous interroge sur la question de l'engagement, sur ce qui fait qu'un couple tient ou non, sur la personnalité des gens. Doit-on se définir à travers l'autre ou continuer en parallèle de sa vie de couple, sa propre vie. Les deux points de vue de Rob et de Laura sont foncièrement différents, en ce sens au final est-ce que leur couple peut tenir?

Je 'nia aps retrouvé le même engouement que pour Slam mais j'ai quand même apprécié cette lecture, pas tant par l'histoire qui est somme toute assez banale, mais parce que j'aime beaucoup l'humour de Nick Hornby. Il arrive à la fois à se moquer de ses personnages et à les prendre au sérieux.

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


20 septembre 2011

Katherine Pancol, Les hommes cruels ne courent pas les rues

les_hommes_cruelsQuatrième de couverture:

"- Je n’ai jamais aimé que les hommes cruels, m’avait déclaré Louise Brooks. Les hommes gentils, c’est triste, mais on ne les aime pas. On les aime beaucoup mais sans plus. Vous connaissez une femme qui a perdu la tête pour un gentil garçon ? Moi, non. Un homme cruel est léger, riche, infiniment mystérieux… Imprévisible. Il vous tient en haleine. Alors qu’on finit par en vouloir à un homme à qui on peut toujours faire confiance… Mais vous aussi vous aimez les hommes cruels, n’est-ce pas ? Vous n’aimez pas qu’ils vous approchent ?

J’avais hoché la tête.

Hélas ! les hommes cruels ne courent pas les rues. Pour être cruel, il faut être oisif. Gamberger sans fin les petites ruses qui vont égratigner puis saigner l’autre à blanc, le forcer à attendre, à supplier, à se rendre, lui instiller le poison sous la peau même et l’enchaîner à vous pour l’éternité.

Alors, mon petit papa chéri, t’as compris ? Tu vois ce qu’il te reste à faire ? Toi qui est peinard LÀ-HAUT… Tâche de repérer un type bien et de me l’envoyer fissa. Tu connais mes goûts : un peu comme toi quoi, grand brun, flegmatique et qui m’en fait voir de toutes les couleurs. Un avec qui faire la guerre. Et la paix. La guerre. Et encore la apix. Un qui ne se rende jamais…"

 

Dans ce livre nous avons deux narrateurs, ou plutôt un seul mais avec des points de vue différent. La première étant la narratrice adulte exilée à New York pour se reconstruire après une rupture et le décès de son père. Ce sont les morceaux que j'ai préféré, notammenet la rencontre avec Allan.

Et ensuite, nous faisons des incursions dans le monde de la narratrice enfant, sa relation avec son père avant et après le divorce de ses parents. J'ai trouvé cette relation vraiment bizarre, un peu malsaine, trop fusionnelle, voire parfois même à la limite de l'inceste. Tous ces moments la narratrice nous en fait part comme des souvenirs qui lui sont revenus à la mort de son père et pendant sa fin de vie quand il était malade et à l'hôpital.

Les deux récits passés éclairent le "comportement" présent de la narratrice. Elle comprend finalement qu'elle ne peut être elle-même qu'en se libérant du poids du souvenir de son père.

Je n'ai pas tellement aimé cette lecture, je l'ai trouvé dérangeante mais pas dans le bon sens du terme, plutôt inappropriée. Les récits à New York sont assez drôle, digne d'un bon roman girly mais toute la partie enfance et relation au père ne m'a pas plu. Quant au tritre, j'en cherche toujours un peu la signification...

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

18 septembre 2011

Un dimanche... au Mont Saint Michel

IMGP1667

 

 

Les dimanches en photos sont  aussi chez : Liyah,   MyaRosa,   LounimaHilde,   Cacahuete,      Lisalor,   Choupynette,      EloraMelisende,     Fleur, Une    maman, Liliba,     100choses,     Anjelica,      Myrtille,      Sandrine, Hérisson,     Mohamed SemeUnActe,    Ankya,    Grazyel,   TinusiaKatellChocoLatite, Sofynet, Art Souilleurs, Dounzz, SeriaLecteur, Minifourmi, Azilice, Scor13, Stieg,

Posté par Cinnamonchocolat à 11:55 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

17 septembre 2011

Emile Zola, Le ventre de Paris

le_ventre_de_parisQuatrième de couverture :

"C'est dans les Halles centrales de Paris récemment construites par Baltard que Zola situe son troisième épisode des Rougon-Macquart. Après "la course aux millions" décrite dans La Curée, ce sera la fête brenghelienne du Ventre de Paris, ses amoncellements de victualiies, ses flamboiements de couleurs, ses odeurs puissantes.
Florent, arrêté par erreur lors du coup d'Etat du 2 décembre 1851, s'est évadé du bagne de Cayenne. Il retrouve à Paris son demi-frère qui, marié à la belle Lisa Macquart, fait prospérer l'opulente charcuterie Quenu-Gradelle. Mais la place de Florent est-elle à leurs côtés ? A-t-il renoncé à ses rêves de justice ? Car si l'Empire a su procurer au "ventre boutiquiers", au ventre de l'honnête moyenne… le consentement large et solide de la bête broyant le foin au râtelier, il n'a guère contenté les affamés. Et la grande kermesse flamande va réveiller bientôt l'éternel affrontement des Maigres et des Gras."
Encore plus que dans les livres de Zola que j'ai lu précédemment on trouve beaucoup plus de description que d'action. Et c'est un régal pour les yeux et les sens de manière générale..
Florent s'est échappé du bagne de Cayenne et revient à Paris cinq ou six ans après sont arrestation. Il y avait été envoyé suite aux évènements de1851 dont il était question dans La fortune des Rougon. On retrouve également Lisa, la fille d'un des frères Macquart. Florent se fait héberger par son frère Quenu et sa belle-soeur, Lisa. Les Quenu tiennent une charcuterie face aux Halles.
Les Halles occupent une place prépondérante dans le livre. Zola nous conte l'abondance des étales sans en oublier un seul, les fruits, les légumes, les viandes, volailles, tripailles, poissons, beurres, fromages,céréales, fleurs ... Chaque produit a son instant de gloire et y est mis à un moment ou un autre à l'honneur, en fonction des évènements.
Ici encore, ce sont les femmes qui mènent le jeu, c'est d'ailleurs l'opposition fareouche entre la charcutière et la poissonnière qui est au coeur de l'action (si tant est qu'il y en ait une). Le fait qu'il n'y ait pas d'action n'est pas une critique au contraire. Pour un autre auteur peut-être mais pas pour Zola. Il dépeint tellement bien les décores qu'on a l'impression d'être dans un tableau de l'époque, un tableau visuel, mais aussi odorant et sonore!
Nous retoruvons également les figures de personnages innocents et un peu simple d'esprit: Marjolin, et, l'amitié entre deux enfants: Muche et Pauline ainsi que la vielle commère: Mme Saget.
Tous les ingrédients qui font la particularité de la plume de Zola sont là, et on ne s'y ennuit toujours pas!

Posté par Cinnamonchocolat à 09:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 septembre 2011

Challenge un mot des titres

J'ai décidé de participer à cette troisième session du Challenge un mot des titres proposé par Calypso. Le principe est simple, il s'agit de lire un livre dont le titre comporte le mot choisi pour la session, après le mot Soleil, place à la Nuit et ça tombe bien puisque j'ai deux titres dans ma PAL qui contiennent ce mot. Rendez-vous donc le 15 Octobre pour découvrir les lectures de tous les participants.

Un_mot_des_titres

edit: on me signale dans l'oreillette que je n'ai non pas deux mais TROIS livres dans ma pal wouhou, c'est d'ailleurs très probablement le 3e que je lirai!)

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


13 septembre 2011

J K Rowling, Harry Potter and the Philosopher's stone - Tome 1

Harry_potter_tome_1Quatrième de couverture:

"Harry Potter thinks he is an ordinary boy - until he is rescued by a beetle eyed giant of a man, enrols at Hogwarts School of Witchcraft and Wizardry, learns to play Quidditch and does battle in a deadly duel. All because Harry Potter is a wizard!"

Il était tout de même grand temps pour moi que je découvre les aventures du jeune Harry Potter, et ce vraiment à reculons, limite sous la torture, simplement parce que j'avais honte de ne les avoir jamais lu et que j'ai dégoté les deux premiers tomes en VO pour 1 euro en brocante ... Oui oui oui je confesse tout cela!

Et contre toute attente donc (cf mes épenchements ci-dessus) j'ai beaucoup aimé!! Mais diante pourquoi n'ai-je pas lu ça plus tôt?? J'ai même regretté du coup de ne aps avoir emmené le second tome avec moi en vacances et ai dû patienter la fin août pour connaître la suite des aventures du jeune sorcier! (oui à l'heure où j'écris ce billet, bien bien en retard j'ai déjà lu le second tome et viens de recevoir le troisième.)

J'ai beaucoup apprécié l'histoire, et bien sûr les personnages mais c'est surtout l'écriture de Mrs Rowling qui m'a plu. C'est drôle, simple, facile à comprendre je pense même si on n'a pas un super niveau d'anglais. Les jeux de mots sont des petits bonbons à savourer et les liens d'amitié qui unissent rapidement Harry, Ron et Hermione mettent du baume au coeur. On est loin de nos cours de récré et on a envie nous aussi d'être de leurs amis! Bien sûr j'aime le personnage d'Harry Potter mais j'ai aussi beaucoup accroché à celui de Ron. Je ne peux pas non plus ne pas citer Hagrid, un peu bourru mais loyal, et le professeur Dumbledore qui semble veiller sur Harry. Alors bien sûr je ne peux pas non plus détester un certain Draco Malfoy et ses deux débilos d'amis ou encore la famille de Muglers dont Harry est victime. Oui victime, parce qu'entre nous quand même enfermer un gosse sous un escalier même si on en rêve parfois, c'est vilain, très vilain!

Alors si comme moi vous hésitez depuis des années et que vous arrivez à vous débrouiller en VO, n'hésitez plus et lisez-le! (même pas en Vo hein)

Posté par Cinnamonchocolat à 18:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

12 septembre 2011

Petite escapade bretonne: Le Mont Dol, Dol-de-Bretagne et Dinan

IMGP1612

Oui je sais je suis en retard pour cette escapade du lundi ^^ mais vite embarquons donc pour le Mont Dol, voici donc la vue du pieds de la statue d'hier, au loin la mer ...

 

IMGP1610

La petite chapelle du Mont Dol

IMGP1617

 

IMGP1622

La nef de la Cathédrale Saint Samson à Dol de Bretagne, elle est de style gothique.

 

IMGP1625

L'un des nombreux vitaux.

 

IMGP1635

 

IMGP1650

Le château de Dinan

IMGP1654

La tour de l'horloge à Dinan

IMGP1662

La Dranse dans la ville basse.

IMGP1666

Les fameux palets et galettes de la mère Poulard

Posté par Cinnamonchocolat à 19:36 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 septembre 2011

Un dimanche ... au Mont Dol

Demain nous irons, pour notre rendez-vous hebdomadaire à Dol de Bretagne et Dinan, en passant par le Mont Dol, point culminant du Nord de l'Ille et Vilaine. Au sommet du Mont on trouve une petite chapelle et une satue de Vierge à l'enfant érigée à une trentaine de mètres du sol.

IMGP1614

 

Les dimanches en photos sont  aussi chez : Evertkhorus,   MyaRosa,   Lounima,      Tiphanie, Hilde,   Cacahuete,      Lisalor,   Choupynette,      EloraMelisende,     Fleur, Une    maman, Liliba,     100choses,     Anjelica,      Myrtille,      Sandrine, Hérisson,     Mohamed SemeUnActe,    Ankya,    Grazyel,   TinusiaKatellChocoLatite, Sofynet, Art Souilleurs, Dounzz, SeriaLecteur, Minifourmi, Azilice, Scor13, Stieg,

 

 

 

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

10 septembre 2011

Hélène Berr, Journal

JournalQuatrième de couverture:

"Avril 1942, Hélène Berr débute l'écriture de son journal. Elle y décrit, avec une pudeur et une sensibilité extrêmes, son quotidien de jeune juive parisienne : cours à la Sorbonne, lectures et promenades, amours naissantes. Le port de l'étoile jaune, l'application des lois antijuives et la peur des rafles envahissent brutalement sa vie. Jusqu'à son arrestation, en mars 1944. La lucidité et le talent littéraire d'Hélène Berr font de ce témoignage un document exceptionnel.

Biographie de l'auteur
Née en 1921, Hélène Berr est morte à Bergen-Belsen, en avril 1945, quelques jours avant la libération du camp. Son Journal a obtenu un grand succès critique et public. Il est traduit dans vingt-six pays."

 

Cette lecture m'a beaucoup touché et je trouve assez difficile de poser les mots justes sur les impressions que j'ai eues lors de ma lecture. Je vais plutôt vous en mettre des extraits. J'ai lu ce livre pendant mes vacances, voilà déjà presque deux mois, et de me replonger dans mon petit carnet me serre la gorge... Ce fût une lecture difficile mais que j'ai apprécié, Hélène Berr décrit avec minutie les évènements et nous donne à voir toutes les interrogations qui l'ont hantée pendant ces longs mois d'incompréhension. L'incompréhension, c'est chaque fois que je lis sur le sujet le mot qui me vient à l'esprit. Comment a-t-on pu laisser faire, comment a-t-on pu participer... Hélène Berr essaie parfois de comprendre elle aussi, elle montre que tant que les gens n'ont pas été touché de près, tant que ce ne sont pas leurs proches qui sont déportés, ils ne réalisent pas la portée des déportations, un peu comme si ça n'existait pas vraiment. Elle n'a jamais baissé les bras et a jusqu'à la fin tenté de réconforter les autres. J'ai versé des larmes à la fin du livre, devant tellement d'injustice ... Comment a-t-on pu laisser faire ça?

"En ce moment, nous vivons l'histoire. Ceux qui la réduiront en paroles... pourront bien faire les fiers. Sauront-ils ce qu'une ligne de leur exposé recouvre de souffrances individuelles."

"Ce sont deux aspects de la vie actuelle: la fraîcheur, la beauté, la jeunesse de la vie, incarnée par cette matinée limpide; la barbarie et le mal, représentés par cette étoile jaune."

"J'ai un devoir à accomplir en écrivant: car il faut que les autres sachent. A chaque heure de la journée se répète la douloureuse expérience qui consiste à s'apercevoir que les autres ne savent pas, qu'ils n'imaginent même pas les souffrances d'autres hommes, et le mal que certains infligent à d'autres. Et toujours j'essaie de faire ce pénible effort de raconter, parce que c'est un devoir, c'est peut-être le seul que je puisse remplir".

abc_challenge

(21/26)

objectif_pal(22/56)

Posté par Cinnamonchocolat à 10:54 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

08 septembre 2011

Vonne Van der Meer, Les invités de l'île

les_invit_s_de_l__leQuatrième de couverture:
"Située sur une île au large des côtes hollandaises, la Rose des Dunes accueille chaque été de nouveaux occupants. Les vacanciers se succèdent, leurs histoires défilent et transforment la maison en théâtre de vie. Un couple répare son amour, une femme en pleine convalescence retrouve goût à la vie. Les destins se construisent ou se déchirent sous la pulsion des embruns. En véritable metteur en scène, Vonne van der Meer fait jouer au fil des pages une comédie sensible et épurée sur la nature humaine."

Chaque chapitre de ce livre voit les locataires saisonniers d'une maison de vacances sur l'île de Vlieland au large des Pays Bas.

Le premier chapitre est consacré à un couple et leur enfant. Le mari a trompé son épouse lors d'un congré à Berlin. Elle lui a pardonné mais la culpabilité le ronge. On voit ce couple se déchirer, se remettre en question mais surtout s'aimer. Les mots choisis par l'auteur sont plein de pudeur. On a l'impression de marcher sur des oeufs.

Ensuite, c'est Martine et la fille de sa meilleure amie, Sanne qui débarquent dans la maison. Sanne est enceinte de quelques semaines et ne sait pas si elle va garder cet enfant ou non. On suit le cheminement de ses interrogations.

Puis arrive un vieil homme qui a choisi de revenir à Vlieland après la mort de sa femme pour mettre fin à ses jours. Il n'arrive pas à faire son deuil et prépare minutieusement l'heure de sa propre mort. Il savoure chaque instant en se disant que c'est la dernière fois qu'il fait telle ou telle chose...

Enfin, l'île accueillera un trio amoureux à la Jules et Jim.

La conclusion vient avec le passage de la femme de ménage qui en début de livre venait ouvrir les portes de la maison de vacances, vient à la fin de la saison les fermer. Elle retrouve ici et là des objets ayant appartenus aux différents locataires, des souvenirs ramassés sur la plage, quelques coquillages, un morceau de bois. Elle s'est fait discrète tout l'été mais est restée dans l'ombre à veiller sur la maison. Le fil rouge entre ses différentes familles c'est bien sûr le live d'or, chacun y va de son petit commentaire, plus ou moins long mais teinté d'iode et de vent.

C'était un livre très agréable à lire, surtout quand on est soi-même en vacances. Imaginez ma déception quand je suis arrivée au gîte où j'avais reservé en Bretagne et qu'il n'y avait pas de livre d'or! Merci à Aproposdelivres pour cette découverte!

abc_challenge

(20/26)

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,