10 septembre 2011

Hélène Berr, Journal

JournalQuatrième de couverture:

"Avril 1942, Hélène Berr débute l'écriture de son journal. Elle y décrit, avec une pudeur et une sensibilité extrêmes, son quotidien de jeune juive parisienne : cours à la Sorbonne, lectures et promenades, amours naissantes. Le port de l'étoile jaune, l'application des lois antijuives et la peur des rafles envahissent brutalement sa vie. Jusqu'à son arrestation, en mars 1944. La lucidité et le talent littéraire d'Hélène Berr font de ce témoignage un document exceptionnel.

Biographie de l'auteur
Née en 1921, Hélène Berr est morte à Bergen-Belsen, en avril 1945, quelques jours avant la libération du camp. Son Journal a obtenu un grand succès critique et public. Il est traduit dans vingt-six pays."

 

Cette lecture m'a beaucoup touché et je trouve assez difficile de poser les mots justes sur les impressions que j'ai eues lors de ma lecture. Je vais plutôt vous en mettre des extraits. J'ai lu ce livre pendant mes vacances, voilà déjà presque deux mois, et de me replonger dans mon petit carnet me serre la gorge... Ce fût une lecture difficile mais que j'ai apprécié, Hélène Berr décrit avec minutie les évènements et nous donne à voir toutes les interrogations qui l'ont hantée pendant ces longs mois d'incompréhension. L'incompréhension, c'est chaque fois que je lis sur le sujet le mot qui me vient à l'esprit. Comment a-t-on pu laisser faire, comment a-t-on pu participer... Hélène Berr essaie parfois de comprendre elle aussi, elle montre que tant que les gens n'ont pas été touché de près, tant que ce ne sont pas leurs proches qui sont déportés, ils ne réalisent pas la portée des déportations, un peu comme si ça n'existait pas vraiment. Elle n'a jamais baissé les bras et a jusqu'à la fin tenté de réconforter les autres. J'ai versé des larmes à la fin du livre, devant tellement d'injustice ... Comment a-t-on pu laisser faire ça?

"En ce moment, nous vivons l'histoire. Ceux qui la réduiront en paroles... pourront bien faire les fiers. Sauront-ils ce qu'une ligne de leur exposé recouvre de souffrances individuelles."

"Ce sont deux aspects de la vie actuelle: la fraîcheur, la beauté, la jeunesse de la vie, incarnée par cette matinée limpide; la barbarie et le mal, représentés par cette étoile jaune."

"J'ai un devoir à accomplir en écrivant: car il faut que les autres sachent. A chaque heure de la journée se répète la douloureuse expérience qui consiste à s'apercevoir que les autres ne savent pas, qu'ils n'imaginent même pas les souffrances d'autres hommes, et le mal que certains infligent à d'autres. Et toujours j'essaie de faire ce pénible effort de raconter, parce que c'est un devoir, c'est peut-être le seul que je puisse remplir".

abc_challenge

(21/26)

objectif_pal(22/56)

Posté par Cinnamonchocolat à 10:54 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


08 septembre 2011

Vonne Van der Meer, Les invités de l'île

les_invit_s_de_l__leQuatrième de couverture:
"Située sur une île au large des côtes hollandaises, la Rose des Dunes accueille chaque été de nouveaux occupants. Les vacanciers se succèdent, leurs histoires défilent et transforment la maison en théâtre de vie. Un couple répare son amour, une femme en pleine convalescence retrouve goût à la vie. Les destins se construisent ou se déchirent sous la pulsion des embruns. En véritable metteur en scène, Vonne van der Meer fait jouer au fil des pages une comédie sensible et épurée sur la nature humaine."

Chaque chapitre de ce livre voit les locataires saisonniers d'une maison de vacances sur l'île de Vlieland au large des Pays Bas.

Le premier chapitre est consacré à un couple et leur enfant. Le mari a trompé son épouse lors d'un congré à Berlin. Elle lui a pardonné mais la culpabilité le ronge. On voit ce couple se déchirer, se remettre en question mais surtout s'aimer. Les mots choisis par l'auteur sont plein de pudeur. On a l'impression de marcher sur des oeufs.

Ensuite, c'est Martine et la fille de sa meilleure amie, Sanne qui débarquent dans la maison. Sanne est enceinte de quelques semaines et ne sait pas si elle va garder cet enfant ou non. On suit le cheminement de ses interrogations.

Puis arrive un vieil homme qui a choisi de revenir à Vlieland après la mort de sa femme pour mettre fin à ses jours. Il n'arrive pas à faire son deuil et prépare minutieusement l'heure de sa propre mort. Il savoure chaque instant en se disant que c'est la dernière fois qu'il fait telle ou telle chose...

Enfin, l'île accueillera un trio amoureux à la Jules et Jim.

La conclusion vient avec le passage de la femme de ménage qui en début de livre venait ouvrir les portes de la maison de vacances, vient à la fin de la saison les fermer. Elle retrouve ici et là des objets ayant appartenus aux différents locataires, des souvenirs ramassés sur la plage, quelques coquillages, un morceau de bois. Elle s'est fait discrète tout l'été mais est restée dans l'ombre à veiller sur la maison. Le fil rouge entre ses différentes familles c'est bien sûr le live d'or, chacun y va de son petit commentaire, plus ou moins long mais teinté d'iode et de vent.

C'était un livre très agréable à lire, surtout quand on est soi-même en vacances. Imaginez ma déception quand je suis arrivée au gîte où j'avais reservé en Bretagne et qu'il n'y avait pas de livre d'or! Merci à Aproposdelivres pour cette découverte!

abc_challenge

(20/26)

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 septembre 2011

Edgar Allan Poe, Nouvelles histoires extraordinaires

le_mardi_c_est_permisLe premier mardi c'est permis, c'est Stéphie qui l'a dit donc je me permets de vous parler de ce recueil de nouvelles... Comment ça ce n'est pas une lecture inavouable? Non en effet! Edgar Allan Poe est un maître dans son genre, très apprécié de manière générale, adulé par certains de mes profs de fac à l'époque sauf que y a un hic sinon je ne vous en parlerai pas aujourd'hui en ce jour de grande permission littéraire!!

Le hic c'est que voilà déjà plusieurs années que j'essaie de lire les nouvelles histoires extraordinaires et que... je n'y arrive pas! Non pas pas pas! C'est d'ailleurs assez frustrant, pourquoi moi qui aime la littérature, qui aime la littérature américaine, qui aime Baudelaire (oui ce recueil est traduit par notre Baudelaire national), qui globalement buvait les paroles de mes profs de fac ...

Je fais un blocage, j'ai du en tout lire cinq ou six des nouvelles, et si j'ai effectivement apprécié Le chat noir, je me suis ennuyée à la lecture des quelques autres. La forme littéraire de la nouvelle ne me plaît généralement pas, je trouve ça beaucoup trop court pour dresser un portrait correct des personnages, pour mettre en place une intrigue et pour lui offri un dénouement digne de ce nom. Je suis une frustrée de la nouvelle. Double frustation donc, et aujourd'hui en ce mardi permis, j'ose le dire à voix haute, fouettez-moi avec votre recueil si ce la vous dit :)

 

abc_challenge

(19/26)

objectif_pal

(21/56)

05 septembre 2011

Petite escapade bretonne: De Cancale à la Pointe du Grouin

IMGP1578

Pour ce deuxième lundi post-vacances, c'est à Cancale, capitale de l'huître, que je vous donne rendez-vous. La route de la baie est assez boisée mais l'on peut s'arrêter pour admirer la vue entre les arbres.

IMGP1582

A notre arrivée, les bateaux étaient en cale sèche. Je trouve ça toujours impressionnant de voir qu'ils tiennent bien droit plantés dans le sable.

 

IMGP1583

 

 

IMGP1585Ces deux statues se trouvent sur la place de l'église dans la ville haute et ont été érigées en l'honneur des femmes de pêcheurs. Elles représentent deux cancalaises du XIXe siècle qui rincent des huîtres.

 

IMGP1588

 

IMGP1589

 On aperçoit ici l'ïle des Landes, réserve ornithologique.

IMGP1592

 Dans la ville basse, le long de la baie on peut acheter des huîtres et les emporter, ou les déguster directement sur place.

IMGP1600

 Une partie de l'île des Landes et le phare du Harpin qui marque l'entrée de la Baie du Mont-Saint-Michel.

IMGP1601

 La pointe du Grouin. On remarque la couleur bleu/vert de l'eau, ce n'est donc pas pour rien que la baie du Mont-Saint-Michel est aussi appelée Côté d'Emeraude.

IMGP1607

L'île Du Guesclin et son fort du même nom sur lequel vous pourrez trouver des informations ici.

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 septembre 2011

Un dimanche à ... Saint-Benoît-des-Ondes

Pour ce premier dimanche de Septembre, nous nous arrêtons à Saint-Benoît-des-Ondes avant de faire route vers Cancale et la Pointe du Groin demain.

IMGP1573

IMGP1575

Posté par Cinnamonchocolat à 10:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


02 septembre 2011

C'est la rentrée!

Bonne rentrée aux quelques enseignants qui passent par ici, aux étudiants et aux parents!

 

 

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]

01 septembre 2011

Yann Queffélec, Moi et toi

moi_et_toiQuatrième de couverture:

"Il est amoureux mais incapable d'aimer. Elle fait monter la pression atmosphérique, elle rend l'air suffocant. Ils connaissent tous les trucs du jeu mortel qui consiste, pour les époux, à se faire aussi mal qu'ils se font bien l'amour, jusqu'à ce que l'un des deux, touché, soit coulé. Il revient de loin, ce couple modèle, et qui sait par quel aveuglement il se croit né sous le signe du grand amour."

 

Moi et toi est un livre sur le couple. Un couple qui finit par se détester à force de s'user, d'appuyer toujours sur les mêmes plaies, de ressortir inlassablement les mêmes squelettes.

J'ai trouvé que le me mari était un personnage détestable. Il ne semble avoir aucun regret, aucun sentiment de culpabilité si ce n'est celui de ne pas avoir réussi à cacher ses amours extra-conjugaux.

Ce n'est pas du tout réjouissant, ça ne donne pas envie de croire en l'institution qu'est le mariage, ou tout simplement à la fidélité dans le couple.

L'histoire est usante pour le lecteur aussi. Je me suis demandé tout au long de ma lecture quand ils allaient enfin s'arrêter, jusqu'où ils iraient dans leur naufrage.

J'ai trouvé réussie la métaphore que l'auteur utilise sur tout le livre: le vieux bateau acheté par le mari. Il symbolise parfaitement la relation des personnages.

Honnêtement je n'ai pas vraiment apprécié cette lecture, je dirai que je n'avais vraiment pas besoin de ce genre d'histoire en ce moment! Bref je suis passée totalement à côté!

abc_challenge

(18/26)

Posté par Cinnamonchocolat à 10:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 août 2011

Claude Bathany, Last exit to Brest

last_exit_to_brestQuatrième de couverture:

"Alban Le Gall est fan de rock. Au Larsen, un bar brestois, il rencontre un groupe de losers magnifiques, les Last exit to Brest, et devient leur manager. Quand son amant est retrouvé pendu avec son accordéon, l'aventure tourne au vinaigre : l'un après l'autre, ses potes sont assassinés. Qui peut en vouloir à ce fleuron de la scène rock?"

 

Ce livre est construit à la manière d'une cassette audio, c'est à dire en deux parties avec une face A et une face B. La face A nous présente les personnes, Alban le Gall et ses amis du groupe last exit to brest, toutes les personnes qui seront impliquées dans l'intrigue qui nous sera dévoilée sur la face B.

La face B elle ressemble à une confession du narrateur (c'est d'ailleurs enregistrée sur une cassette que sa confession sera faite) et nous dévoile peu à peu les ficelles de l'intrigue, le pourquoi du comment ses amis ont été tués, et le pourquoi du comment il s'est retrouvé mêlé à tout ça. Le tout étant entrecoupé d'articles de presse qui donne un autre point de vue sur l'histoire. Point de vue de la presse et donc de la version des faits des enquêteurs de police. Si les faits se recoupent, les conclusions tirées par les inspecteurs sont elles, eronnées. C'est donc grâce aux explications du narrateur, aux retours dans le passé et aux confessions des uns et des autres que l'on arrive à comprendre ... ou pas!

J'ai toruvé l'intrigue très compliquée à suivre. Je ne suis pas certaine d'avoir mis à jour tous les tenants et aboutissants de l'histoire ... Et j'ai envie de dire, tout ça pour une histoire de fric?

Si j'ai trouvé l'écriture de l'auteur plutôt fluide et facile à lire, l'histoire elle est plutôt opaque. Les personnages sont des déglingués de la vie et deviennent finalement des clichés de rocker. C'est dommage, certes je savais que c'était un polar mais j'aurais apprécié d'avoir plus de narration sur la ville de Brest et sur la musique.

En bref donc je suis passée à côté de cette lecture, dommage je me faisais une joie de le découvrir!

Je scellle donc avec ce roman ma participation au challenge Tro Breizh de Pascale!

challenge_tro_breizh

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 août 2011

Alexandre Dumas, La tulipe noire

la_tulipe_noireQuatrième de couverture :

"Cornélius Van Baerle cultive passionnément des tulipes dans sa Hollande natale lorsqu'il se retrouve injustement accusé d'un complot contre Guillaume d'Orange. Emprisonné, dépouillé de ses biens, il ne lui reste qu'un oignon de tulipe pas comme les autres ainsi que l'amitié et la complicité de Rosa, la fille de son terrible geôlier, Gryphus..."

 

J'ai eu plaisir à retrouver l'écriture d'Alexandre Dumas. La tulipe noire est un bon compromis pour ceux qui hésitent à se lancer dans les trois mousquetaires à cause de sa longueur. Le sujet et les aventures en sont assez différentes mais le texte et l'intrigue sont tout aussi savoureux.

Ici pas questions d'épées et de chevauchées à travers le pays mais bel et bien d'une histoire d'amour (pour la tulipe d'abord puis entre deux jeunes gens que tout sépare) sur fond d'intrigue politique et de jalousie.

Dumas, comme à son habitude, s'adresse directement au lecteur en situant son histoire dans un contexte historique et politique réel et imaginaire à la fois. On s'interroge sans ces sur ce qui est vrai et ce qui est faux mais cela n'entache en rien la lecture, en tout cas pour ma part.

Tout est lié et tout est en quelques sorte, l'arrestation de Corneille de Witt pour trahison et tentative d'assassinat sur la personne de Guillaume d'Orange. Indirectement et tout à fait involontairement son filleul, Cornélius Van Baerle, va s'y trouver mêler et se faire arrêter. Cornélius qui n'a d'yeux que pour les tulipes et est totalement étranger aux affaires politiques du pays. Quand il apprend que la Société d'Horticulture décernera un prix à celui qui fera pousser une tulipe toute noire et sans tâche c'est tout naturellement qu'il se lancera la quête de cette perfection de la nature. Ceci ne sera pas sans attirer la convoitise ... Le décor est donc planté, suivront la ténacité du jeune homme et la loyauté d'une jeune femme ...

Les portraits des personnages sont réussis. La jeune Rosa est l'image par excellente de la jeune fille pure et innocente, dévouée, que rien ne saurait détourner du bien. Ceci approte une nouveauté par rapport aux romandes de Dumas que j'ai lu car rares sont les femmes décrites sous un jour positif comme l'est Rosa. On a tous en tête la figure de Milady, ou les figures d'autorité des femmes dans Vingt ans après.

Cornélius, quant à lui n'en est pas moins naïf que la jeune Rosa. Il n'est pas réellement en prise avec le monde qui l'entoure et semble évoluer en dehors du temps et des conditions matérielles. La tulipe, plus qu'une passion est le graal qui motive sa vie.

J'ai donc passé un moment très agréable et je vous invite à aller lire l'avis de Céline que j'ai accompagnée pour cette lecture commune.

objectif_pal(20/56)

Antigone ne renouvelle pas le challenge objectif Pal cette année mais elle nous autorise à utiliser son logo donc je poursuis l'aventure en cavalier seule, rappelant que mon objectif annuelle et d'avoir lu la moitié de ma PAL soit, 28 livres sur les 56, tout est donc encore possible ... ce que je ne vous dis pas c'est combien elle a augmenté cette année en parallèle!!!

 

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 août 2011

Petite escapade bretonne: Honfleur (Normandie) et Cherrueix

Nous sommes donc partis tôt le samedi 6 août direction Cherrueix en Ile-et-Vilaine, comme nous étions bien en avance sur notre horaire d'arrivée nous avons décidé de quitter l'autoroute pour longer pendant quelques kilomètres la côté normande, Honfleur, Trouville, Deauville et Cabourg. C'est à Honfleur que nous avons donc fait une petite pause après une traversée ralentie du pont de Normandie.

IMGP1551

IMGP1554

 

IMGP1561

Arrivée à Cherrueix en fin d'après-midi sous une pluie fine (après avoir essuyé des cordes en normandie), heureusement le soleil ne s'est pas trop fait attendre et nous avons plus aller nous balader le long de la baie à laquelle on accédait directement du gîte. Du sable à perte de vue, la mer au loin et bien sûr la vue sur le Mont Saint Michel que l'on peut voir jusque la point de Groin! N'oublions pas de préciser que si Cherrueix est un petit village tranquille ça n'en est pas moins la capitale du char à voile!

IMGP1566

IMGP1568

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,