22 mai 2012

Quoi de neuf dans ma bibliothèque?

J'ai profité d'une virée à Paris Vendredi pour aller faire un tour chez Gibert à Saint Michel, chaque fois je suis super tentée par plein de trucs mais je suis encore une fois restée raisonnable, oui à la base je devais juste me perdre au rayon papéterie pour Will et Manu ...

Pour moi j'ai acheté :

Une promesse de Sorj Chalandon:

une_promesse"Nous sommes en Mayenne, une maison à l'orée d'un village. Tout est silencieux, les volets fermés et la porte close.
Nuit et jour pourtant, sept amis en franchissent le seuil. Les uns après les autres, chacun son tour et chacun sa tâche. S'accomplit ainsi le serment de sept âmes vives à deux âmes sombres : la parole donnée pour retarder le deuil.
Voici l'histoire d'un mystère et d'une fraternité.
"

 

 

 

Le garçon dans la lune de Kate O'Riordan, Cynthia a parlé D'un autre amour sur son blog la semaine dernière, son billet m'a donné envie de découvrir cette auteur.

le_gar_on_dans_la_lune"Mariés depuis dix ans, Julia et Brian traversent une crise conjugale en demi-teinte. S'ils restent ensemble, c'est peut-être à cause de Sam, leur fils de sept ans, un enfant enclin à la rêverie qui voit dans la lune un petit garçon qui pleure. Mais lors d'une visite au père de Brian en Irlande, un drame affreux survient, qui se soldera par l'échec de leur union. Julia décide d'aller vivre chez son beau-père, un homme taciturne et tyrannique qui se sert d'elle comme femme à tout faire. En lisant des carnets dérobés, rédigés par la mère de Brian depuis décédée, elle ressuscite le secret qui étouffe les membres de la famille.

Dans ce roman troublant et inoubliable de sensibilité et d'amour, construit comme un suspense, Kate O'Riordan s'impose de nouveau dans une magistrale fresque sur l'ambiguïté des sentiments et la fragilité de la nature humaine."

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


21 mai 2012

Ron Rash, Un pied au Paradis

un_pied_au_paradisQuatrième de couverture:

"Oconee, comté rural des Appalaches du Sud, années 50.
Une terre jadis arrachée aux Indiens Cherokee et qui bientôt sera définitivement enlevée à ses habitants : la compagnie d'électricité Carolina Power rachète peu à peu tous les terrains de la vallée pour construire une retenue d'eau, un immense lac qui va recouvrir les fermes et les champs. Ironie du sort : une sécheresse terrible règne cet été-là, maïs et tabac grillent sur pied dans les champs arides.
Le shérif Will Alexander est le seul à avoir fréquenté l'université, mais à quoi bon, quand il s'agit de retrouver un corps astucieusement dissimulé ? Car Holland Winchester a disparu. Il est mort, sa mère en est sûre, qui a entendu le coup de feu chez leur voisin. L'évidence et la conviction n'y font rien : pas de cadavre, pas de meurtre. Sur fond de pays voué à la disparition, une histoire de jalousie et de vengeance, très noire et intense, sous forme d'un récit à cinq voix : le shérif, le voisin, la voisine, le fils et l'adjoint. "

 

Il n'y a pas d'intrigue policère à proprement parlé puisqu'on sait assez tôt dans le récit qui est mort, qui l'a tué et pour quelles raisons. L'intérêt de la lecture réside dans la narration. Tour à tour les personnages prennent la parole pour raconter leur version de l'histoire. Certains aspects sont donc abordés plusieurs fois mais sous un angle différent, en mettant à jour certaines explications. Cela aurait pu rendre ce livre ennuyeux, mais finalement la répétition est enrichie, le style propre à chaque "intervenant", comme les briques d'un mur, les versions s'enchevêtrent pour nous donner une vision globale et complète de l'évènement.

Plus donc que l'aspect policier de ce roman, j'ai apprécié le décor. Un décor à la Steinbeck dans un sud profond et statique. La simplicité des hommes, leur rapport à la terre, à Dieu, aux traditions et à la superstition sont des thèmes récurrents chez ces auteurs du sud ... Et chaque fois, le temps semble figé.

Si j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire au début j'ai ensuite aimé ce récit, notamment celui de la femme, sa volonté et sa force, mais c'est surtout le récit du fils qui m'a touchée...

Merci à Saraswati de m'avoir fait découvrir cet auteur.

objectif_pal

(16/27)

 

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

20 mai 2012

Un dimanche à ... Barcelone (Jour 2: aux alentours de la Cathédrale)

IMGP2222

 

IMGP2223

 

IMGP2224

 

Les dimanches en photos sont aussi chez : 

 Liyah, Choco, Choupynette, Fleur, Liliba, SeriaLecteur, Margotte, Estellecalim.

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mai 2012

David Nicholls, Un jour

un_jourQuatrième de couverture:

"15 juillet 1988. Emma et Dexter se rencontrent pour la première fois. Tout les oppose, pourtant ce jour marque le début d'une relation hors du commun. Pendant vingt ans, chaque année, ils vont se croiser, se séparer et s'attendre, dans les remous étourdissants de leur existence. Un conte des temps modernes ou la splendeur d'aimer a fait chavirer le monde entier. "

J'avais envie de lire ce livre depuis que son adaptation est sortie au cinéma. Adaptation que je n'ai pas encore vue d'ailleurs. J'ai trouvé que c'était très bien écrit et j'ai vite été emportée par l'écriture et le récit conduit par David Nicholls.

J'ai ressenti beaucoup de sympathie pour Emma, il n'en fût pas de même pour Dexter. Pour moi Dexter est un peu l'achétype du connard qu'on ne voudrait surtout pas rencontrer! C'est assez drôle parce qu'au début du livre il m'a beaucoup fait penser à quelqu'un que je connais ... Jeune insouciant, ambitieux, conscient de son statut privilégié et sûr de lui ...

La construction de la narration, de 15 juillet en 15 juillet donne du rythme à l'histoire et m'a tenue en haleine. J'avais hâte de svaoir ce qui s'était passé pour l'un et l'autre des personnages durant cette année écoulée (enfin surtout pour Emma). J'ai d'ailleurs dévoré ce livre en trois jours.

Ce n'est pourtant pas un coup de coeur. Je crois que le personnage de Dexter est assez dissuasif pour ça, même si au final, à la fin du livre j'ai eu un peu pitié de lui. D'ailleurs la fin!!! non mais sérieux, c'est quoi cette fin?

Une jolie histoire d'amour en somme mais qui pour me convaincre aurait sans doute dû être un peu plus équilibré en ce qui concerne les personnages. Je sais, cela aurait ans doute enlevé du peps à l'histoire, mais crotte alors et mon p'tit coeur de midinette?

Val a été un peu plus sévère que moi mais Antigone et Will ont adoré, Will en a d'ailleurs fait un challenge.

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

15 mai 2012

Lecture commune: Virgine Despentes, Apocalypse Bébé

apocalypse_b_b_Quatrième de couverture:

" Valentine Galtan, adolescente énigmatique et difficile, a disparu. La narratrice, Lucie, anti-héroïne trentenaire, détective privée sans conviction ni talent engagée par la grand-mère de Valentine pour surveiller ses faits et gestes, l’a perdue sur un quai de métro parisien. Comment la retrouver ? Que faire des édifiantes photos de Valentine qui la montrent si expérimentée avec les garçons ? Aurait-elle rejoint sa mère, qu’elle n’a jamais connue, à Barcelone ? Un roman qui promène le lecteur entre Paris et Barcelone, sur les traces de tous ceux qui ont connu Valentine, l'adolescente égarée. Les différents personnages se croisent sans forcément se rencontrer, et finissent par composer, sur un ton tendre et puissant, le portrait d'une époque."

On retrouve dans ce roman bien évidemment la poigne de fer dans l'écriture, le langage cru propre à Virginie Despentes mais il y a cette fois une histoire de fond , pas simplement le discours brutal et féménisant qui m'a parfois ennuyée dans King Kong Theorie. Il y a une adolescente en détresse que l'on voudrait retrouver nous aussi.

La jeunesse y est dépeinte de manière brute et j'ai trouvé, assez réaliste (en tout cas de celle que j'ai eu à voir ces dernières années), symbole d'une jeunesse désenchantée que rien n'intéresse si ce n'est la subersion, le contre-courant et la provocation. Pour ça j'ai trouvé l'extrait suivant très fort, et je partage un peu parfois ce ressenti quand je ressors d'un cours de 3e... "Mieux je connais cette génération, plus je l'imagine à l'âge adulte, et moins j'envisage de faire de vieux os."

L'enquête est menée par une détective privée, Lucie, qui travaille pour une agence de surveillance, son domaine à elle, la surveillance des adolescents. Le portait qui nous ai fait d'elle la rend un peu antipathique, on a parfois envie de la secouer. Pour cette enquête qui clairement ne la motive pas du tout, elle fait appel à La Hyène, bien connue du milieu de par sa réputation qui fait assez froid dans le dos...Paradoxalement, c'est le personnage de la Hyène que j'ai trouvé le plus attachant, elle se démène pour retrouver l'adolescente, elle a un passé elle aussi assez sombre, elle est directe.

La narration oscille donc entre les différents personnages de l'histoire pour approfondir les histoires personnelles de chacun des personnages, ce qui permet au final de mieux les comprendre et d'avoir le temps de se familiariser avec eux. Je n'ai d'emblée pas aimé Valentine, mais quand vient son tour d'être sous les projecteurs du narrateur, j'ai "appris à la connaître" et à l'apprécier, à la comprendre...

Le dénouement de l'histoire est quelque peu innattendu et la conclusion est tirée par Lucie. Je suis donc restée un peu sur ma faim, elle ne donne aps de réponses claires et au final a soulevé chez moi pas mal de questions, concernant Valentine, mais surtout le rôle véritable de la Hyène dans toute cette histoire.  Et les réponses au final, seule la Hyène les connaît ...

Un livre poignant donc, que j'ai lu en deux fois et qui m'a parfois un peu secouée. Il est donc clair que j'ai beaucoup aimé et pourtant ce n'étatit pas gagné d'avance, mais j'ai trouvé ici que l'écriture choc de Despentes servait bien l'histoire.  J'ai lu ce livre avec Valérie et grand bien m'en a pris parce que je crois qu'il serait longtemps resté sur mes étagères sinon! Allons voir son avis ...

objectif_pal

(15/27)

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


13 mai 2012

Un dimanche à ... Barcelone (Jour 2: la Cathédrale)

IMGP2213

 

IMGP2215

 

IMGP2216

 

 

 

Les dimanches en photos sont aussi chez : 

 Liyah, Choco, Choupynette, Fleur, Liliba, SeriaLecteur, Margotte, Estellecalim.

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 mai 2012

Dominique Fabre, J'aimerais revoir Callaghan

Quatrième de couverture:

j_aimerais_revoir_Callaghan"Jimmy Callaghan, c'était mon pote anglais à l'internat. Il fumait des Benson, mettait les bouts en passant par un trou dans le grillage et allait parfois rendre visite à son père alcoolique dans la banlieue de Londres. Je l'ai revu vingt ans plus tard. Il avait une grosse valise. De retour d'Australie. il était bronzé et SDF. Trop fort ! On est redevenus un peu amis. Puis il est parti en me laissant sa valise. C'est moi qui la lui ai rapportée. Dix ans étaient passés. Calta était gérant d'un pub et avait une sale vieille tronche d'Anglais. C'était triste. Quoique. Il y a aussi des femmes, des enfants, des amours, des voyages, des fugues, des bitures et des galères immobilières. Une vie. J'ai même appris comment ne pas se faire voler à l'étranger ! On a tous en nous quelque chose de Callaghan. "

 

Que dire que dire? J'écris mon billet quasiment un mois après, j'avais emmené ce livre avec moi en Angleterre pour lire le soir quand les petites chérubins de 4e étaient dans leurs familles et au final j'étais tellement fatiguée que je lisais dix pages et je sombrais dans un coma profond.

La fatigue aidant bien sûr, mais au final l'histoire en elle-même ne m'ont pas permis d'accrocher à ce livre. Je n'ai pas tellement aimé le fait que dans la première partie le narrateur prenne son lecture à partie en lui répétant sans cesse "Si ça veut dire quelque chose pour toi.",  Je n'ai pas tellement compris où il voulaient en venir, certes il nous évoque son vieux copain d'enfance, maisc'était à mon goût trop décousu. Les personnages m'ont paru plutôt antipathiques, même le fameux Callaghan ...;

En bref, je suis totalement passée à côté de cette lecture, pour autant je vous invite à vous forger votre propre opinion ;)

objectif_pal

(14/27)

 

Posté par Cinnamonchocolat à 10:46 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

07 mai 2012

Quoi de neuf dans ma bibliothèque?

Je me suis un petit plaisir cette semaine en achetant les livres pour les différents swap j'ai craqué pour moi aussi avec Retour à Killybegs de Sorj Chalandon, tellement craqué que je suis déjà en train de le lire ... non sans une certaine émotion d'ailleurs!

 

retour___killybegsQuatrième de couverture: « Maintenant que tout est découvert, ils vont parler à ma place. L'IRA, les Britanniques, ma famille, mes proches, des journalistes que je n'ai même jamais rencontrés. Certains oseront vous expliquer pourquoi et comment j'en suis venu à trahir. Des livres seront peut-être écrits sur moi, et j'enrage. N'écoutez rien de ce qu'ils prétendront. Ne vous fiez pas à mes ennemis, encore moins à mes amis. Détournez-vous de ceux qui diront m'avoir connu. Personne n'a jamais été dans mon ventre, personne. Si je parle aujourd'hui, c'est parce que je suis le seul à pouvoir dire la vérité. Parce qu'après moi, j'espère le silence. »

Killybegs, le 24 décembre 2006 Tyrone Meehan

 

06 mai 2012

Un dimanche à ... Barcelone (jour 2, quelques façades)

L'une des chsoes que j'ai le plus apprécié à Barcelone c'est qu'il faut marcher le nez en l'air pour admirer les façades des immeubles, toutes plus orginales ...

 

IMGP2200

 

IMGP2201

 

IMGP2207

 

IMGP2209

 

IMGP2210

 

Les dimanches en photos sont aussi chez : 

 Liyah, Choco, Choupynette, Fleur, Liliba, SeriaLecteur, Margotte, Estellecalim.

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mai 2012

Carlos Ruiz Zafon, Le prince de la brume

le_prince_de_la_brumeQuatrième de couverture:

"1943, Angleterre. Fuyant la guerre, Max, sa sœur Alicia et leurs parents emménagent dans un village du bord de mer. Mais des évènements inquiétants se succèdent. Leur nouveau foyer semble hanté. Une présence maléfique rôde entre ses murs. Que veut-elle ? Et pourquoi s'acharne-t-elle contre Roland, le nouvel ami de Max et Alicia ? En enquêtant sur ces mystères, les trois adolescents exhument d'effroyables secrets. Un être diabolique, le Prince de la Brume, réclame une dette venue du passé. Une dette dont Roland est le prix. Pour sauver leur ami, Max et Alicia doivent affronter le Prince de la Brume sur son territoire : un cargo ténébreux, effrayant, echoué dans les fonds marins. "

 

C'es, il me semble, le premier roman de Zafon. On retrouve dans Le Prince de la brume les mêmes ficelles que dans ses autres romans: des enfants, un mystère un peu surnaturel, une histoire de vengeance ancrée dans le passé mais qui a toujours cours, des gens qui ne sont pas réellement qui ils sont et une écriture imagée (avec toujours l'image de l'araignée ... brrr). Mon avis est donc assez mitigé, certes je lis du Zafon pour retrouver l'atmosphère propre à Zafon mais j'ai ressenti parfois une certaine lassitude car il n'y au final pas vraiment ou alors très peu de surprise. Les personnages sont n"anmoins toujours très attachants et la narration bien maîtrisée. Je continuerai donc sans doute la trilogie mais j'attends d'être un peu surprise.

Posté par Cinnamonchocolat à 10:14 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,