08 mars 2018

Anna Gavalda, Fendre l'armure

fendre l'armure

Présentation de l'éditeur:

"Et de sourire enfin me permettait de pleurer enfin. Pas de la petite larmichette amère comme à l'instant d'avant ou au café le matin même, mais de bonnes grosses larmes bien rondes, bien grasses et bien chaudes. Du corps qui lâche. De la dureté qui cède. Du chagrin qui fond."

Parfois j'ai des débats intérieurs qui me font longuement hésiter avant de faire quelque chose, Fendre l'armure en a suscité un... J'aime beaucoup ce qu'écrit Anna Gavalda, donc je voulais lire ce livre (sachant que j'ai renoncé à Billie à cause de sa couverture, oui oui, les à priori sur les animaux en couverture c'est un autre débat!) mais d'un autre côté je n'aime pas les nouvelles; c'est un format qui ne me convient pas, malgré plusieurs tentatives, je trouve ça toujours trop court, avec une fin amenée trop abruptement! Rassurez-vous je ne converse quand même pas avec moi-même à voix haute sur ces sujets!! Bref j'ai sauté le pas, et en définitive, j'aurai peut-être dû écouté l'autre moi qui me rappelait que je n'aime pas les nouvelles... Bon pour être honnête Happy Meal m'a bien plu, j'ai toruvé l'histoire assez jolie et touchante mais els autres nouvelles m'ont laissée de marbre, j'en ai d'ailleurs oublié quasiment la totalité tant j'ai lu en mode automatique; pourquoi je les ai toutes lues me direz-vous? Je vous répondrez... le sempiternel débat intérieur ... Je vous dirai simplement que chaque nouvelle a pour point commun le titre du recueil, chaque personnage présententant un petite faiblesse, une faille qui lui fait progressivement craquer l'armure dans laquelle il ou elle se protège. Une belle idée de départ, mais j'aurais préféré un joli roman, et la prochaine fois qu'un recueil se présentera je renoncerai!

Décidément je ne vous vends pas du rêve en ce moment... Rassurez-vous ce ne sera pas le cas de ma prochaine lecture ;)

challenge petit bac

 

(OBJET: ARMURE)

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 mars 2018

Olivier Frébourg, Gaston et Gustave

gaston_et_gustave

Quatrième de couverture:"Gaston est un très grand prématuré. A sa naissance, il a été séparé de son jumeau. Dans le service néonatal de l'hôpital de Rouen dont l'entrée est gardée par la statue de Gustave Flaubert, il lutte pour respirer. Gaston, c'est mon fils. Gustave est le "patron" des écrivains. Il refusa d'être père pour écrire Madame Bovary ou L'Education sentimentale. Il y a des moments où l'on aimerait se débarrasser de la littérature parce qu'elle ne console jamais des catastrophes. Et pourtant, à la naissance de Gaston, la statue de Flaubert s'est avancée vers moi. Gaston et Gustave se sont retrouvés unis dans la tempête et le naufrage, peau contre peau. Je n'ai pas eu d'autre choix que d'écrire ce livre. J'avais quitté le monde des vivants pour celui des limbes où je réchauffais mes deux fils."

L'idée de départ est originale mi-roman biographique sur Gustave Flaubert, mi récit autobiographique sur la naissance du fils de l'auteur. Ce récit semble être une lettre ouverte de l'auteur à sa femme, et à leur enfant mort-né, une ode à la vie pour celui qui a vécu et une déclaration à Gustave Flaubert, l'admiration d'un écrivain-journaliste pour un autre écrivain. Honnêtement je suis restée très en dehors de cette lecture, j'ai été touchée par l'histoire personnelle d'Olivier Frébourg mais il n'a pas réussi à garder mon intérêt pour l'histoire de Flaubert, qui pourtant était celle qui m'intéressait de prime abord. 

 

 

challenge petit bac

(PRENOM: GASTON GUSTAVE )

 

lire sous la contrainte

 

(lire sous la contrainte: le son "é": ET)

objectif pal

(Objectif PAL de Mars- 1 - dans ma PAL depuis mars 2017)// Objectif PAL 3/20

04 mars 2018

Bilan de Février

Je n'ai pas eu le temps de vous faire un bilan fin Février mais le voici avec quelques jours de retard, peu de sortie ce mois-ci tant j'ai été accaparée par mon inspection mais pas mal de séries!!

 

february

 

Les films de Février:

  • Pentagon Papers de Steven Spielberg avec Tom Hanks et Meryl Streep: J'ai trouvé le film plutôt réussi, j'aime beaucoup Tom Hanks et Meryl Streep et le sujet m'intéressait, par contre j'ai trouvé que c'était assez lent et long à se mettre en place, j'ai même piqué du nez au début du film... La seconde moitié est un peu plus rythmée.

 

  • Le 15h17 pour Paris de Clint Eastwood, honnêtement ce film ne m'a vraiment pas emballée, c'est assurément une histoire touchante forcément et elle fait bien prendre conscience que si ces hommes courageux n'étaient pas intervenus il y aurait sans doute eu un massacre dans ce train, mais j'ai trouvé le film peu crédible, qui sonnait un peu faux avec des dialogues creux et une volonté de tirer sur la corde sensible qui m'ont franchement agacée. C'est du Clint Eastwood , mais selon moi c'est du très mauvais Clint Eastwood! Alors peut-être que si je l'avais vu en VO ce serait un peu différent, mais j'ai franchement trouvé que le doublage était très mauvais.

pentagon 15h17

 Les séries de Février:

  • Gilmore Girls Saison 2: toujours fan de ces deux nanas, équilibre un peu perturbé par l'arrivée de Jess, qu'on retrouve d'ailleurs dans une autre série vue en février...

 

  • This is us saison 1 j'ai bien accroché à cette série dans laquelle il ne se passe pas grand chose si ce n'est la vie de ses personnages, chacun attachant à sa manière.

 

  • la fin de 13 Reasons Why: J'ai revu un peu mon jugement et plus j'ai vu d'épisodes plus j'ai aimé cette série qui finalement s'écarte beaucoup du livre qui l'a inspiré, et c'est tant mieux, le livre est nettement en dessous de la série (pour une fois), j'ai beaucoup apprécié par exemple que l'on suive également ce qui se passe dans le présent, le procès etc. Et bien sûr j'ai été extrêmement touchée par le personnage de Clay.

 

  • Homeland saison 6: j'étais contente de retrouver Carrie, même si j'avoue que j'avais un peu oublié la saison précédente. Quinn m'a fait de la peine dans cette saison mais je crois que c'est l'une de mes préférés avec les deux premières. L'intrigue est très bien ficelée et j'ai apprécié retrouver une actrice de House of Cards dans le rôle de la Présidente élue. La saison se déroule à New York, en partie à Brooklyn que j'éi déjà envie de revoir!!

homeland_-_season_6_dvd_3d this is us

 

Un évènement :

  • Le salon des vignerons indépendants de Strasbourg: ba oui c'est un évènement en soi!! Au regard des allemands avec leurs chariots plein à craquer nous avons été très raisonables puisque nous nous sommes limités à deux cartons et demi ^^ du Saint-Estèphe toujours le même, des Faugères du Domaine Pennedesses, les Volcans (mon chouchou) et Les Raisins de la colère (j'avoue que le nom n'y est pas pour rien...) et aussi un Saint-Chinian et du Faugères naturel sans sulfite... Santé!! J'ai aussi goûté une petite merveille de Châteauneuf du Pape élevé en fût de chêne, mais 45 euros la bouteille c'était hors-budget!!

 

Je suis très en retard dans mes billets lectures puisque j'ai six billets de livres à écrire et trois bande-dessinées!! Rendez-vous en mars pour tenter de rattraper ce retard, en tout cas j'essaie de me tenir à mes non-résolutions en débutant cette seconde semaine de vacances avec un livre en VO!

 Et vous qu'avez-vous lu,vu,regardé,fait, découvert en Février??

march

Posté par Cinnamonchocolat à 18:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

21 février 2018

Sarah McCoy, Un parfum d'encre et de liberté

Un-parfum-d-encre-et-de-liberte

Quatrième de couverture: "1859. Chez les Brown, la cause abolitionniste se transmet de père en fille. En pleine guerre de Sécession, la jeune Sarah suit les traces de son célèbre paternel, sacrifiant tout de sa vie de femme dans son combat pour la liberté.

2014, banlieue de Washington. En achetant cette vieille demeure sur Apple Hill, Eden pensait pouvoir guérir son désir d'enfant - que son corps lui refuse. Une nouvelle vie, de nouveaux voisins et, surtout, cette mystérieuse tête de poupée retrouvée dans la cave, lui ouvriront un autre chemin, tracé pour elle depuis plus de 150 ans. Plusieurs décennies séparent ces deux femmes et pourtant leurs destins se rejoignent sur bien des points."

Bon bon, une de mes envies pour 2018 c'était de prendre du temps pour bloguer, et bien je dois vous parler de ce roman depuis mi-janvier ... autant vous dire que pour l'instant c'est pas fort concluant du coup!!

J'ai eu du mal à entrer dans cette lecture, j'étais sûre de devoir me forcer pour le terminer, et puis finalement je me suis laissée prendre par les deux histoires parallèles, celle de Sarah, en pleine guerre de Sécessionssion et celle d'Eden à notre époque. 

Je ne suis pas d'accord avec la quatrième de couverture qui dit que le destin de ces deux femmes se rejoint sur bien des points, si vous voulez mon avis c'est plus dans le but d'accrocher un potentiel lecteur parce que ce n'est pas tout à fait vrai ... Partant du principe qu'il y'aura finalement assez peu de recoupements entre Sarah et Eden, mais plutôt en lisant leurs deux histoires en parallèle, sans chercher à savoir ce qui les unit (il y a quand même quelque chose) m'a fait plus apprécier ma lecture, avec une préférence pour les récits de Sarah, et les lettres échangées avec son ami Freddy et sa famille. Je crois même que finalement cette histoire m'aurait amplement suffit. La seconde n'étant qu'un prétexte pour évoquer la première.

Je reconnais finalement ne pas être très positive, et ce billet c'est du grand n'importe quoi mais pour faire court, si vous aimez cette période agitée de l'histoire américaine, peut-être apprécierez vous ce livre. 

challenge petit bac

(OBJET: PARFUM)

13 février 2018

Cauuet Paul & Lupano Wilfrid, Les vieux fourneaux (tome 1 à 4)

Présentation de l'éditeur:

"Les Vieux Fourneaux raconte les aventures de trois septuagénaires, amis depuis leur plus tendre enfance: Antoine, Emile et Pierrot. Chacun a suivi sa route, chacun a fait ses choix, chacun a fondé (ou pas) une famille. Séquelles, souvenirs, fragments de vies (presque) passées. Il reste pourtant à ces trois-là de belles choses à vivre, et une solide amitié chevillée au corps.

Les Vieux Fourneaux, à travers dʼincessants va-et-vient entre les années cinquante et les années 2010, raconte sur un mode tragi-comique notre époque, ses bouleversements sociaux, politiques et culturels, ses périodes de crise."

vieux fourneaux

Et la bande-dessinée dans tout ça ? J’ai un rapport assez coupable à la bande-dessinée, non pas que ça ne m’intéresse pas, au contraire, quand je lis certains billets ça me donne parfois envie de les lire mais j’ai toujours le dilemme livre ou BD, j’aime tellement les livres que je préfère ouvrir un roman plutôt qu’une bande-dessinée, et puis je trouve que la bande-dessinée requiert une certaine concentration, il n’est pas si facile pour moi de jongler entre les images et le texte, c’est Violette qui m’a prêté les quatre premiers tomes des Vieux Fourneaux, et moi qui pensait en lire un comme ça entre deux romans et bien je les ai dévorées els quatre en un weekend !!

J’ai beaucoup aimé ces trois personnages principaux, trois vieux bonshommes plein d’idéaux de leurs jeunesses. Les sujets traités sont bien ancrés dans notre époque, et à travers ces trois vieux c’est une critique acerbe de notre société actuelle, mais leur génération à eux n’est pas en reste non plus, et pour ça je citerai la quatrième de couverture du premier tome « Vous êtes inconséquents, rétrogrades, bigots, vous avez sacrifié la planète, affamé le Tiers-Monde ! En quatre-vingts ans, vous avez fait disparaître la quasi-totalité des espèces vivantes, vous avez épuisé les ressources, bouffé tous les poissons ! Il y a cinquante milliards de poulets élevés en batterie chaque année dans le monde, et les gens crèvent de faim ! Historiquement, vous… vous êtes la pire génération de l’histoire de l’humanité ! » Voilà le ton est donné ! Et c’est en même temps drôle et touchant avec des personnages tout sauf caricaturaux. Les dessins aussi sont très jolis, très réalistes et sans concession, ils apportent un plus aux personnages.

3701167103784_cg

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,


10 février 2018

Socorro Acioli, Sainte Caboche

sainte caboche

Quatrième de couverture: "Après avoir parcouru pendant des jours et des nuits les paysages hostiles du Nordeste brésilien, Samuel trouve refuge dans une grotte à l'étrange forme de tête. L'endroit parfait pour s'installer paisiblement à l'abri des regards ! Mais Samuel se rend vite compte que, depuis son nouveau repaire, il entend les prières d'amour que les villageoises adressent à saint Antoine. Voilà l'occasion de s'occuper un peu... Les prédictions de Samuel à travers la voix du saint deviennent rapidement célèbres dans toute la région. Il a, paraît-il, apporté l'amour à de nombreuses femmes désespérées. Mais bien souvent gloire rime avec déboires. Samuel se retrouve bientôt au coeur d'histoires bien plus compliquées que ces simples prières ne le laissaient prévoir."

Cette lecture fût une petite parenthèse enchanteresse dans un quotidien assez morose. J’ai lu cette histoire comme un conte, il me semble que c’en est un en quelque sorte. En tout cas l’écriture sud-américaine est très surprenante, très imagée et poétique, il me semble que c’est ce que j’avais aussi pensé en lisant Chocolat amer de Laura Esquivel. Ce roman m’a également fait penser au Cœur Cousu de Carole Martinez.

Le personnage de Samuel est très touchant, anti-héros parfait Samuel tente de donner un sens à sa vie après la mort de sa mère en retrouvant son père, or les choses ne vont bien évidemment pas se passer comme prévu. Les personnages sont haut en couleurs et les intrigues saupoudrées d’un brin de magie sont à la fois drôles et touchantes. Tout s’imbrique pour donner du sens à cette histoire, pour se souvenir d’où chacun vient et pour rappeler qu’il a un destin à accomplir. Le côté magique ne m’a finalement pas dérangée, pourtant ce n’est clairement pas mon genre de prédilection, mais je me suis laissée emporter. Ce roman pose en effet la question de la destinée, et du poids que les ancêtres font peser sur les générations futures, en effet, les enfants sont-ils coupables de ce qui a été fait par leurs parents, le tout tinté de poésie et d’un peu de loufoquerie, avoir un personnage qui s’appelle Madeinusa (made in usa) ça ne s’invente pas !

C’est le premier livre de mon abonnement Exploratology que je lis, et j’ai partagé cette lecture avec Bladelor qui est aussi abonnée, nous avions décidé de commencer notre lecture le 30 janvier et nous avons échangé au fil de notre lecture avant de se mettre d’accord sur la date d’aujourd’hui pour écrire notre billet, c’était vraiment intéressant de pouvoir échanger sur le sujet. Du coup on remet ça à la fin du mois pour le livre de janvier.

objectif pal

(2/20, il ne rentre pas dans le cadre de l'objectif PAL chez Antigone parce qu'il est dans ma PAL depuis décembre seulement)

30 janvier 2018

Bilan de janvier

Je vais essayer de vous faire un bilan mensuel, pas forcément de mes lectures puisque je les publie toutes, mais des films que j'aurai vu au cours du mois, et de mes découvertes, un peu comme je l'ai fait cet été avec la rubrique c'est l'hebdo de l'été.

stock-photo-wood-gold-calendar-background-magic-unicorn-cozy-new-year-january-3982d420-22b0-497d-bc59-5ca37f9a1566

 

(les photos viennent de ce site: https://www.pexels.com/ )

oyster

Ma première découverte du mois de janvier ce sont les huîtres!! J'ai troujours cru que je n'aimais pas ça. Ma mère ayant développé une allergie sévère à l'iode, les huîtres étaient bannies des tables de réveillon depuis deux décennies! Autant dire qu'avant ça je trouvais ça complètement dégueu, puis j'en ai goûté il y a 4 ans et j'ai trouvé ça tout aussi dégueu! Mais cette année j'ai retenté l'expérience avec des petites huîtres toutes fraîches de Cancale et j'ai adoré!! Du jus de citron et hop!! L'avantage c'est que pour une fois que ce n'est pas un truc trop gras/ trop sucré, je suis ravie! Je me vois déjà l'été prochain en bord de mer, siroter un verre de blanc devant un plateau d'huîtres!

 

 

Les films de Janvier (par ordre de préférence):

in the fade   burn out   tout l'argent

 

  • In the fade de Fatih Akin avec Diane Kruger qui à mon avis mérite bien son prix d'interprétation féminine reçu à Cannes. Il y a une ou deux scènes qui m'ont tiré quelques larmes, notamment au tribunal, si vous l'avez vu je suis sûre que vous saurez laquelle.
  • Burn Out de Yan Gozlan avec François Civil, une étoile montante du cinéma français à mon avis.
  • Tout l'argent du monde de Ridley Scott, avec Michelle Williams et Mark Wahlberg, un super casting, une histoire bien ficelée, un Romain Duris méconnaissable mais de sacrées longueurs!

 Les séries

The-Americans-saison-4-Poster13_Reasons_WhyGilmore_Girls_season_1_box_set

  • La saison 4 de The Americans: la meilleure, après la première bien sûr, l'éteau se reserre autour de la famille Jennings...
  • 13 reasons why, que je préfère nettement au bouquin parce qu'elle est beaucoup plus riche, et que j'aime beaucoup le personnage de Clay. Il me reste encore quelques épisodes à voir.
  • Gilmore Girls, que je (re)découvre, en VO of course et que j'aime beaucoup. J'ai rpesque terminé la saison 1 et je ris à chaque épisode!

Une pièce de théâtre:

couscous

  • Couscous aux lardons: ça faisait au moins trois ans que je n'étais pas allée voir une pièce de théâtre et rien que pour ça j'étais très contente, la pièce est pas mal, j'ai ri, les acteurs sont performants et la salle (le Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg) n'est pas mal du tout, on était assis au 3è rang donc vraiment top, mon seul bémol c'est l'utilisation d'un micro pour les acteurs, c'est mon côté un peu traditionnaliste rigide mais pour moi le théâtre c'est aussi savoir faire porter sa voix alors je pense qu'ils auraient pu s'en passer.

Les restaurants, deux découvertes ce mois-ci:

  • La Fuga à Truchtersheim, un resaurant italien au coeur du Kochersberg, j'ai trouvé que tout était bon, un velouté de lentilles à l'oseille en entrée, des calamars à la plancha en plat (ils étaient cuits à point, un régal) et un semifreddo à la pistache à se damner en dessert! Et la déco est vraiment sympa. La prochaine fois je teste leurs pâtes maison.

 

  • Alma, rue du Hannong à Strasbourg, un restaurant péruvien-japonnais, mélange surprenant mais un délice pour les papilles, et pour une fois j'ai pris des photos!! Sashimi de saumon en entrée, ceviche de dorade en plat (une tuerie!!) et ganache au chocolat 70% en dessert, avec des cacahuètes caramélisées et une boule de glace à la mangue (je n'ai finalement pas mangé la glace, trop douce à mon goût finalement j'aurai préféré une glace un peu plus peps genre citron vert ou yuzu pour apporter un peu d'acidité) mais je me suis régalée, le petit moins c'est peut-être les prix que je trouve un peu élevés. Là aussi un sans faute pour la déco.

    IMG_20180127_201916633IMG_20180127_203416867IMG_20180127_211522849

 

Qu'est ce qui nous attend en février? Je vais continuer 13 Reasons why et Gilmore Girls, je vous parlerai de bande-dessinée (!), d'un livre que je n'ai pas tellement aimé, d'une lecture commune faite avec Bladelor, et puis il y aura les vacances (déjà!! Enfin!!) mais février pour moi sera surtout marqué par mon "rendez-vous de carrière", le nouveau nom pour une inspection ... et le stress a déjà commencé, je remets tout en question, je me sens nulle, et j'ai l'impression de ne faire que de la m****! Affaire à suivre...

february

Posté par Cinnamonchocolat à 23:10 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

24 janvier 2018

Jay Asher, 13 reasons why (VO)

13_reasons

Quatrième de couverture: "You can't stop the future. You can't rewind the past. The only way to learn the secret. . . is to press play.

Clay Jensen doesn't want anything to do with the tapes Hannah Baker made. Hannah is dead. Her secrets should be buried with her.

Then Hannah's voice tells Clay that his name is on her tapes-- and that he is, in some way, responsible for her death.

All through the night, Clay keeps listening. He follows Hannah's recorded words throughout his small town. . .

. . .and what he discovers changes his life forever."

 

Une de mes résolutions secrètes de ce début d'année c'est de relire en VO (comme tous els ans en fait mais je ne le fais jamais) alors j'ai débuté 2018 avec un livre en anglais histoire de bien prendre les bonnes habitudes tout de suite, et quoi de mieux que la littérature ado pour le faire? Oui parce que malgré tout, lire en VO me demande plus de concentration, et comme je voulais voir la série Netflix, ba forcément c'est sur le roman de Jay Asher que j'ai porté mon dévolu. Sauf que mon sentiment en ayant terminé la lecture (et même pendant) c'est What's the point?? ou bien tout ça pour ça ... 

Oui donc si je traduit clairement mon sentiment et bien j'ai été déçue. Je trouve l'idée plutôt originale et je me suis attachée au personnage de Clay (celui qui reçoit et écoute les cassettes) mais Hannah (celle qui s'est suicidée) m'a vraiment énervée, alors que bon ce n'est pas sensé être le cas je crois, elle s'est suicidée quand même, donc c'est une ado qui allait mal, qui a vécu des choses difficiles à l'école et à l'instar de nos collégiens, je pense que les lycées américains ne sont guère mieux, mais jusqu'au suicide?? vraiment? ça fait un peu froid dans le dos, surtout que les accusations qu'elle porte sur chacun à travers les cassettes sont parfois discutables. Je suis assez sceptique à vrai dire. Et en même temps, je crois qu'on ne sait tellement pas ce qui se passe dans la tête des ados, ce mélange explosif d'hormones et de réseaux sociaux en font sans doute des bombes à retardement!! Du coup forcément, je ne peux que le comparer à Tous nos jours parfaits, que j'ai lu juste avant celui-ci et que j'ai largement préféré.

Cette déception ne m'a pas empêché de commencer la série, au contraire mais le sentiment est sensiblement le même, même si j'apprécie le fait qu'elle soit plus développée que le roman. Dans la série Clay n'écoute pas les cassettes en une nuit, et le storytelling bien que basé sur les écoutes développe aussi le présent de Clay et ses réactions, il en est du coup encore plus touchant, mais je trouve Hannah tout aussi agaçante!! Et vous, vous l'avez lu, vu? Qu'en avez-vous pensé?

PAL vo

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 janvier 2018

Jean Hegland, Dans la forêt

Dans-la-Foret_7057

Quatrième de couverture: 

"Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’électricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses.

Considéré comme un véritable choc littéraire aux États-Unis, ce roman sensuel et puissant met en scène deux jeunes femmes qui entraînent le lecteur vers une vie nouvelle."

J'écris mon billet quasiment dans la foulée de ma lecture, ça ne m'était pas arrivé depuis longtemps... Dans la forêt n'est pas le roman vers lequel je me serai tournée sans un peu d'aide d'autres lecteurs très convaincants, hein Violette? Il est ressorti dans plusieurs bilan de lecture de 2017 donc je me suis dit qu'il ne fallait pas que je passe à côté! D'ailleurs en cherchant une photo de la couverture j'ai vu qu'il avait été adapté avec Ellen Page dans le rôle de Nell, je ne peux qu'adhérer, et je croise les doigts pour le trouver sur Netflix!

Sachez que ce livre est très prenant, je l'ai ouvert et ne l'ai lâché qu'à deux reprises parce que je n'avais pas le choix, je l'ai terminé ce samedi matin aux alentours de 7h alors que je n'arrivais pas à me rendormir. Il fallait que je sache ce qui était arrivé aux deux soeurs, et à tous les habitants de Redwood!! Je ne vous présente pas le sujet du livre, mais sachez qu'on y apprend énormément, sur la nature et ce qu'elle a à offrir, sur la nature humaine également. Dans la forêt est presqu'un huis-clos et la forêt est le troisième personnage de ce couple de soeurs dont la survie dépend uniquement de leur adaptation à ce mode de vie forcé, sans electricité, sans supermarché, sans plus personne. Cela nous fait relativiser un peu sur notre façon de vivre et de consommer aussi. Et clairement je ne suis pas certaine de tenir plus de quelques semaines, ou soyons optimistes quelques mois à vivre ainsi.

L'écriture est très belle, la narratrice est Nelle, la soeur cadète qui compile ses pensées et leur histoire dans le dernier cahier qu'il leur reste. On sent sa force de caractère grandir au fil des pages, impressionnant pour une jeune fille de 17ans qui n'aspirait qu'à rentrer à Harvard après avoir passé toute sa scolarité à la maison, à apprendre à son rythme et découvrir la nature. Ses plans sont donc contrecarrés par ce monde en perdition. Et ce sera là mon seul bémol, comme je le disais dans les commentaires chez Violette, pour me rassurer sans doute j'ai un côté très rationaliste qui fait que j'aurais aimé savoir exactement pourquoi et qu'est ce qui arrive exactement pour que la vie s'arrête comme ça du jour au lendemain, avec aussi l'espoir de savoir quand elle reprendra son cours, si il y a bien une fin à tout ça? C'est ce qui m'avait posé problème en lisant On ne boit pas les rats-kangourous et dans En un monde parfait de Laura Kasischke, qui écrit sensiblement la même histoire, même si les personnages ne sont aps en pleine forêt mais en banlieue pavillonnaire. D'ailleurs Jean Hegland n'a rien à envier à sa collègue américaine, son roman est beaucoup plus percutant et poétique que celui de Kasischke, que j'aime pourtant beaucoup. La poésie je l'ai trouvé dans les métaphores entre la nature et la relation entre les deux soeurs, comme si les sentiments humains pouvaient se refléter dans la nature, ou peut-être est-ce l'inverse. Quoi qu'il en soit, tout le récit autour du travail dans le jardin, de la récolte, du fait de produire, chercher et conserver sa nourriture pour l'hiver était vraiment intéressant, et je l'ai trouvé très beau aussi d'un point de vue métaphorique.

Un coup de poing à côté duquel il ne faut pas passer, donc si vous l'avez loupé en 2017, mettez-le sur vos wish-list de 2018!

challenge petit bac

(LIEU: FORET)

lire sous la contrainte

(accent circonflexe - 1)

20 janvier 2018

Jennifer Niven, Tous nos jours parfaits

Tous-nos-jours-parfaits_1164

Présentation de l'éditeur: "Quand Violet Markey et Thedore Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie. Finch est la "bête curieuse" de l'école. L'excentrique tourmenté et impulsif dont personne ne recherche la présence, qui oscille entre les périodes d'accablement dominées par des idées morbides et les phases "d'éveil" où il déborde d'énergie vitale. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa soeur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s'est isolée et s'est laissée submerger par la culpabilité. Pour Violet et Finch, c'est le début d'une histoire d'amour bouleversante, l'histoire d'une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir."

Ce roman pour ados je l'avais repéré sur un blog, acheté et oublié dans ma PAL, avec l'à priori que histoire d'amour pour ado ça risquait tout de même d'être un peu niais, sauf que du niais j'en avais besoin pour supporter cet hiver pluvieux et déprimant à souhait! Et grand bien m'en a pris: Parce que cette histoire n'est pas niaise du tout, d'ailleurs elle n'est pas forcément très joyeuse mais elle est belle, et elle fait du bien.

Violet et Finch sont deux lycéens que rien n'aurait à priori réuni si ce n'est cette envie de mettre fin à leurs jours au même moment. Je ne dévoile rien, c'est l'ouverture du roman, et puisque c'est l'ouverture du roman vous vous doutez bien qu'ils ne vont finalement pas le faire! Naîtra de cette étrange complicité une relation tendre et complice entre deux jeunes qui ne savent pas encore ce que c'est que l'amour. 

Le plus du roman c'est l'alternance de chapitres entre le point de vue de Finch et celui de Violet et c'est un projet pour les cours qui sera le fil conducteur du récit. Travaillant en binôme, ils doivent explorer les points d'intérêt de leurs état, l'Indiana qui apparaît un peu comme LE trou paumé des Etats-Unis!! Cette recherche est un peu une métaphore de la découverte de l'autre qui s'avère pleine de surprises. 

Les deux personnages sont intéressants, Finch et son côté associal, un brin cyclotimique et Violet, endeuillée par la mort de sa soeur dont elle se sent responsable. Si le roman éfleure à peine la maladie mentale, il traite néanmoins assez bien du suicide chez les jeunes. Pour autant la fin est surprenante, je ne voulais pas que cela se termine comme ça!!

Pour conclure je dirai que c'est plutôt bien écrit, et ça se lit vraiment très bien, même un lecteur adulte peut y trouver son compte. Je ne sais pas cependant ce que peut en retirer un lecteur adolescent. 

challenge petit bac

 

(PASSAGE DU TEMPS: JOURS)

objectif pal

(Objectif PAL de Janvier - 1 dans ma PAL depuis fin 2016)// Objectif PAL 1/20

Posté par Cinnamonchocolat à 11:29 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,