10 février 2015

Sarah Rayner, Linstant d'après

l-instant-d-apres-425630-250-400

Quatrième de couverture:

"7h44 : départ du train de Brighton pour Londres. Une femme passe son temps à observer les personnes qui l'entourent. En face d'elle, une jeune fille se maquille. De l'autre côté du couloir, un mari caresse la main de son épouse. Plus loin, une autre passagère feuillette un magazine. Soudain, dans le wagon, tout bascule : un homme s'effondre, le train s'arrête, une ambulance arrive. Ce matin-là, trois existences seront bouleversées et liées pour toujours."

Mon avis est assez partagé sur cette lecture ... J'ai apprécié l'histoire et ses personnages, j'ai aimé l'alternance des points de vue mais je n'ai pas été convaincue par l'écriture, ou peut-être est-ce par la traduction ... Deux détails m'ont particulièrement chiffonnée. A deux reprises dans le roman, un personnage demande à l'autre s'ils peuvent se tutoyer, sauf qu'en anglais le you tu et le you vous, sont les mêmes donc finalement la notion de tutoiement n'existe pas , que pouvaient donc être les phrases de départ en anglais? La seconde faute de traduction à mon goût est d'avoir traduit le nom de cette Premier Ministre célèbre pour sa poigne de fer, en Marguerite, non mais Marguerite, WTF j'ai envie de dire???

Bon outre ces duex détails, qui m'ont quand même chagrinée, l'histoire est émouvante. Alternativement nous avons le point de vue de trois personnes, présentes dans un train lors d'un évènement soudain et désastreux, une femme mariée, son amie dont le couple bat de l'aile, et une jeune psychologue. Leur destin est scellé ce jour là, et va les rapprocher d'une certaine manière, mais chacune va réfléchir sur sa vie, prendre des décisions, se débarasser de quelque chose qui les entrave, ou tout simplement essayer de continuer à vivre. Le personnage de Lou est à mon sens le plus touchant, sans doute parce que c'est finalement la plus "neutre" dans l'histoire,parce qu'elle s'implique, parce qu'elle vit et ressent les choses. Bien sûr l'histoire de Karen est émouvante, et j'ai eu peine à retenir quelques larmes dans le train mais disons que c'est presque "normal", et il reste Anna, qui est finalement assez étonnante parce que contradictoire. Je ne peux aps en dire plus sans réveler les noeuds de l'intrigue donc je ne vais aps épiloguer. J'ai été sensibles aux personnages, touchée par l'histoire mais insatisfaite de l'écriture. Peut-être que c'est un livre que j'aurais dû lire en VO. 

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


09 février 2015

Quoi de neuf dans ma bibliothèque?

Youhou, ça y est ils sont enfin en ma possession!

un hiver à paris

Un hiver à Paris de Jean-Philippe Blondel: "Jeune provincial, le narrateur débarque à la capitale pour faire ses années de classe préparatoire. Il va découvrir une solitude nouvelle et un univers où la compétition est impitoyable. Un jour, un élève moins résistant que lui craque en plein cours, sort en insultant le prof et enjambe la balustrade.
On retrouve dans Un hiver à Paris tout ce qui fait le charme des romans de Jean-Philippe Blondel : la complexité des relations ; un effondrement, suivi d'une remontée mais à quel prix ; l'attirance pour la mort et pour la vie ; la confusion des sentiments ; le succès gagné sur un malentendu ; le plaisir derrière la douleur ; l'amertume derrière la joie.
Sont présents les trois lieux qui guident la vie de l'auteur : Troyes, Paris, les Landes. Dans la lignée de Et rester vivant, il y a chez le personnage-auteur-narrateur la même rage pure, la même sauvagerie - pour rester toujours debout sous des allures presque dilettantes."

 

le roi disait que j'étais diable

Le roi disait que j'étais diable de Clara Dupont-Monod:"Depuis le XIIe siècle, Aliénor d’Aquitaine a sa légende. On l’a décrite libre, sorcière, conquérante : « le roi disait que j’étais diable », selon la formule de l’évêque de Tournai…
Clara Dupont-Monod reprend cette figure mythique et invente ses premières années comme reine de France, aux côtés de Louis VII.
Leurs voix alternent pour dessiner le portrait poignant d’une Aliénor ambitieuse, fragile, et le roman d’un amour impossible.
Des noces royales à la seconde croisade, du chant des troubadours au fracas des armes, émerge un Moyen Age lumineux, qui prépare sa mue."

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

08 février 2015

Un dimanche à Porto: insolite et Street art

Comme à chaque fois, je clos la série avec quelques photos insolites et du street art.

Une petite coupe de cheveux en pleine rue? 

DSC_1204

 

 

Nous sommes sortis du métro et avons aterri dans une énorme manifestation! Après avoir glané des infos auprès de notre logeuse chaque année le dernier dimanche d'octobre des milliers d'étudiants se réunissent pour défiler dans els rues de Porto. Une partie, qui entoure le cortège, porte l'uniforme traditionnelle des étudiants (costume ou tailleur noir avec un genre de plaid sur l'épaule, J K Rowling ayant habité quelques années à Porto, on dit qu'elle se serait inspirée de l'uniforme pour les vêtements de ses chers apprentis sorciers.) et l'autre partie, ce que nous avons supposé être les bizus portent des vêteùents au couleur de leur école/université mais aussi de nombreuses boîtes de soda pour faire du bruit quand ils se déplacent! Impressionant!

DSC_1192

 

 

DSC_1197

 

Suicide en live ... Ou pas ;)

DSC_1272

 La Rua das Flores juste au pied de notre immeuble

DSC_1214

DSC_1211

DSC_1212

DSC_1213

DSC_1255

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 février 2015

#JesuisCharlie

A part dans mon billet Moi après mois, je n'ai rien dit sur les attentats contre Charlie Hebdo, non pas par je m'en foutisme, ou parce que ça ne m'aurait pas touchée, mais tout simplement parce que je ne savais pas quoi en dire ... ça m'a beaucoup fait pleurer, ça me fait peur, au même titre que les horreurs perprétées par Daech me font peur ... Finalement, Galéa a su fédérer un certain nombre de blogueurs autour d'un projet vidéo pour qu'un mois après, nous n'oubliions pas ...

 

 

jesuischarlie

 Ils sont aussi Charlie...

 

Anne-Véronique, Asphodèle, Céline, EnnaEva, FéliFleurGaléa, Jérôme, Laurielit, Le Petit Carré JauneLittér'auteursMarilyne, Martine, Mind the GapMiss LéoMo', Mon Petit Chapitre, Pascale, Philisine Cave, Sandrine,Sharon, Sidonie, SylSylire, Titine, Valou 

Posté par Cinnamonchocolat à 11:30 - Commentaires [5] - Permalien [#]

04 février 2015

James Lee Burke, Dans la brume électrique

dans la brume électrique

Quatrième de couverture:

"Une équipe de cinéma s'est installée à New Iberia pour y tourner un film épique sur la Guerre de Sécession, avec la star hollywoodienne Elrod Syes. Arrêté par Dave Robicheaux pour conduite en état d'ivresse, l'acteur affirme qu'il a vu, pendant le tournage d'une scène dans un marais, le corps momifié d'un Noir enchaîné.

Dave est tenté de croire à ce récit invraisemblable car, trente-cinq ans plus tôt, il a été le témoin impuissant de l'assassinat d'un homme de couleur par deux Blancs. Le corps n'avait jamais été retrouvé.

Le shérif se moque bien d'un crime vieux de trente-cinq ans. Mais lorsque Dave est face au squelette de la victime, il comprend que le souvenir de ce meurtre n'a cessé de le hanter... En fait, il comprend que la Guerre de Sécession ne s'est jamais arrêtée et que la bataille de New Iberia continue. Avec une rare violence"

J'ai toujours une petite appréhension quand j'ouvre un roman policier parce que ce n'est pas ce que je préfère, même si j'aime en lire de temps en temps. Là le contexte historique et le lieu de l'action ne laissait présager que du bon. C'est donc finalement avec plaisir que je me suis laissée happer par le bayou... Enfin pas trop parce que des jeunes femmes violées et torturées y sont découvert et c'est Dave Robicheaux qui est chargé de l'enquête, épaulée par le FBI, autant vous dire que les flics du cru ne peuvent pas blairer le FBI, alors quand ils leur envoient, une femme, issue de la communauté hispanique, c'est le pompon! Cette première enquête est très intéressante, elle soulève pas mal de questions quant à la corruption, aux pots de vins, et aux leins que peuvent avoir les "hauts placés" dans une petite ville américaine avec les "gangsters"du coin ... Mais Dave Robicheaux est un homme droit, honnête, qui n'a que faire des dignitaires de la ville et qui veut coffrer les responsables quoi qui lui en coûte ... C'est un peu carricaturale, et la couverture avec l'image de Tommy Lee Jones y contribue mais j'ai quand même beaucoup apprécié son personnage, sa relation avec sa famille et la relaiton qu'il construit avec Rosa (l'enquêtrice du FI). Les ficelles de l'intrigue sont difficiles à dénouer, le coupable est dévoilé assez tardivement même si on tourne autour de lui assez rapidement.

Là où je n'ai absolument pas été convaincue c'est avec la seconde enquête parallèle, celle autour d'un corps vieux de 35ans retrouvé dans le bayou lui aussi, un noir enchaîné sans ceinture ni lacets ... que Dave a lui-même vu se faire tuer à l'époque sans que jamais le corps ne soit retrouvé ... Mouais ok pourquoi pas ... Mais là ou ça m'a posé problème, c'est que les indices sont soufflés à Dave par une troupe fantôme de soldats datant de la guerre de sécession!! Ce qui aurait pu m'intéresser, m'a finalement ennuyée, j'ai eu l'impression que ce n'était qu'un prétexte pour parler du racisme du sud d'une part, et d'autre part pour tenter de dédouaner les soldats confédérés qui finalement se battaient pour conserver l'esclavage! Là où on aurait finalement pu avoir une histoire de fond, on n'a que les visions fantasmagoriques de l'enquêteur, et je trouve que ça ne colle pas non plus avec le personnage, son flair et sa mnière de mener l'enquête. C'est dommage!

 

lire sous la contrainte

 

( Météo: Brume)

objectif pal

(4/32)


01 février 2015

Un dimanche en photo: Jour 4, Guimaraes

Petite ville médiévale à 1h de Porto, ça vaut le détour si vous êtes plusieurs jours sur Porto.

DSC_1332

DSC_1339

DSC_1344

DSC_1345

DSC_1358

Posté par Cinnamonchocolat à 11:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 janvier 2015

Helen Fielding, Bridget Jones - Mad about the boy (tome 3)

mad-about-the-boy

Quatrième de couverture:

"Is it morally wrong to have a blow-dry when one of your children has head lice? Is technology now the fifth element? Or is that wood? Is sleeping with someone after 2 dates and 6 weeks of texting the same as getting married after 2 meetings and 6 months of letter writing in Jane Austen's day? Pondering these, and other modern dilemmas, Bridget Jones stumbles through the challenges of single-motherhood, tweeting, texting and redisovering her sexuality in what some people rudely and outdatedly call 'middle age'. "

 Voilà des mois que je repousse cette lecture parcequ'elle est en VO et que je sais que ça me demande plus de concentration, et grand bien m'en a pris de le lire ce weekend d'hibernation pour cause de grippe!

Ah Bridget ... Tout le monde la connaît c'est un peu notre vieille copine à toutes, sauf que pour le coup elle n'est plus toute jeune, même si elle a su garder sa fraîcheur et sa naïveté, je crois qu'elle n'a pas plus de maturité que mes élèves de 3e! Pas besoin de faire le pitch de ce dernier tome, tout le monde le connaît déjà, Bridget, la cinquantaine deux enfants et veuve ...

Bon alors, que dire de l'histoire? Disons que ce n'est pas l'histoire qui rend ce dernier tome drôle et savoureux. Elle est assez banale, c'est le même schéma que dans le premier tome, Bridget est célibataires elle veut trouver un mec, sauf que maintenant l'ère deux points zéro va l'y aider! Sortir avec un jeunot Ok pourquoi pas, mais c'est à peu près tout le contenu de l'histoire, pas très riche en somme.

Mais finalement, est(ce qu'on lit Bridget pour ça? En tout cas moi je peux vous assurer que non, surtout en VO. Quel plaisir de se plonger dans cette langue débridée de tous les jours, pas celle du collège, pas celle de la littérature, mais celle de tous les jours, avec des Fword, et de l'humour. J'ai adoré! Parce que de l'humour elle en a Bridget, ça ne vole pas toujours très haut, c'est régulièrement à ses dépends mais moi ça me fait bien rire!

Deux bémols pendant ma lecture, cette obsession des poux, je crois que j'ai passé une partie du temps à me gratter la tête moi aussi; et son obsession pour twitter, n'y étant pas inscrite, j'ai trouvé les passages à guetter les followers dénués d'intérêt! Mais bon je lui pardonne ;)

challenge petit bac

( Gros mot: MAD)

PAL vo

 

(1/13)

27 janvier 2015

Jerôme K Jérôme, Trois hommes dans un bateau

trois-hommes-dans-bateau-couv

Quatrième de couverture:

Les aventures de George, Harris et Jérome, sans oublier le chien Montmorency, quittant Londres pour un voyage en bateau sur la Tamise, sont autant de morceaux d'anthologie de l'humour britanique.Les meilleures scènes sont présentées ici, depuis l'aventure du malade imaginaire jusqu'au récit de la pêche miraculeuse, en passant par le voyage en train en compagnie d'une paire de fromages…"

J'avais lu ce livre il y a une dizaine d'années en VO et je n'avais quasiment rien compris!! Il trainait donc dans ma PAL depuis quelques temps, reçu dans un swap mais impossible de me souvenir lequel, ni par qui (si c'est toi, tu peux te manifester ^^) Je voulais lire un classique mais qui soit assez court, c'était donc le moment pour aller me promener sur la Tamise. C'est donc bien sûr avec une certaine appréhension que j'ai rejoins George, Harris, le narrateur et Montmorency. Et finalement j'ai bien apprécié cette lecture, cela ne m'étonne aps que je n'en ai pas saisi tout le sens à l'époque, c'est plein d'un humour un peu grinçant et de digression du narrateur. Mais c'est savoureux et ces hommes sont ridicules au possible. 

Je crois que ma préférence va aux préparatifs pour cette petite excursion fluviale sur la Tamise, plus que le voyage en lui-même. Chaque préparatif, action, discussion des personnages est le point de départ d'un souvenir qui nous est raconté par le narrateur. Souvenirs plus ou moins drôles mais très représentatifs de l'humour anglais mais aussi du siècle et des préoccupations des gens de l'époque. Si vous êtes sensibles à l'humour un peu pince sans rire, ce livre vous plaira!

objectif pal

 

(3/32)

Challenge-classique-3

 

(Classique de Janvier)

 

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

25 janvier 2015

Un dimanche à Porto: jour 3 - le bord de mer et Vila Nova de Gaïa

Après l'ascension des quelques 280 marches (si mes souvenirs sont bons) de la Igreja dos clerigos, nous avons pris le vieux tramway pour aller voir la mer, enfin l'Atlantique pour être plus précis. Un sandwich portugais (à mi chemin entre le sandwich et le panini) avalé sur un banc face au soleil et on reprenait le tramway direction les quais du Douro pour traverser le Pont Gustave Eiffel et se balader à Vila Nova de Gaïa, avec pour destination les caves Taylor pour une visite et une dégustation! (on ne se refait pas ...)

DSC_1292

DSC_1298

DSC_1309

 

DSC_1316

DSC_1322

DSC_1323

 

DSC_1326

 

DSC_1330

DSC_1329

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 janvier 2015

PAL VO

Bon l'objectif 2014 de diminuer ma PAL VO fût un échec cuisant puisque sur 13 livres, j'en ai lu trois!!! The Help et The hand that first held mine, tout deux fort appréciés d'ailleurs!

Et comme il ne faut pas rester sur un échec je remets ça pour 2015! Ma PAL VO est de 12 livres, puisque l'ont rejoint le dernier Bridget Jones, et un roman jeunesse.

DSC_0481

 

  1. Anne Brontë, Agnes Grey
  2. Charlotte Brontë, Villette
  3. Lucy Christopher, Stolen
  4. Dave Eggers, What is the what?
  5. Helen Fielding, Bridget Jones - Mad about the boy
  6. Alexander McCall Smiths, The careful use of compliments
  7. O'Flynn Catherine, What was lost
  8. Hubert Selby Jr, Last exit to Brooklyn
  9. Jack Sheffield, Mister Teacher
  10. Christos Tsiolkas, The slap
  11. Mark Twain, Tom Sawyer and Huckleberry Fin
  12. Oswald Wynd, The Ginger tree

L'idéal serait d'en lire  au moins un tous les deux mois, ce serait un bon début ...

Posté par Cinnamonchocolat à 11:42 - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :