15 octobre 2015

Quoi de neuf dans ma bibliothèque?

Vous connaissez les messti? Non? Ce sont les fêtes de village avec quelques manèges, des merguez et saucisses blanches à toute heure mais surtout un vide grenier! Youhou, le weekend dernier c'était le messti de mon nouveau village d'adoption et j'ai bien sûr démiché quelques bouquins, sauf le premier qui m'a été offert par une amie.

secret très secret

Secret, très secret de Barbara Pym: "Nous reconnaissons avec bonheur dans ces trois nouvelles, dans des genres parfois fort inattendus - roman d'espionnage, scènes de la vie anglaise pendant la Seconde Guerre mondiale - la voix inimitable de Barbara Pym : son humour, sa cruauté, sa bonté aussi."

 

 

 

 

 

un mariage poids moyen

Un mariage poids moyen de John Irving: "Séverin Winter, professeur d'allemand et entraîneur de lutte de l'équipe universitaire, n'est pas homme à prendre la vie à la légère.

Ses ébats amoureux, tout comme ses prouesses sportives, sont à ranger dans la catégorie poids lourd...

Ce qui n'est pas pour déplaire à Utch, la robuste Viennoise dont le mari - narrateur de surcroît - est littéralement conquis par Edith, l'épouse poids plume de Séverin."

 

l'épopée du buveur d'eau

L'épopée du buveur d'eau de John Irving (c'est donc le 3e que compte ma PAL avec A moi seul bien des personnages acheté en début d'année): "Deuxième roman de John Irving - et sans doute le plus drôle - "L'épopée du buveur d'eau" relate les heurs et malheurs de Fred "Bogus" Trumper, fumiste bourré de charme et de bonnes intentions, combinard superbe, farfelu ordinaire qui s'obstine à croire qu'il pourrait bien faire quelque chose de sa vie."

 

 

 

 

J'étais assez contente de tomber sur la collection suivante en format broché, mais il manque le premier tome ...

colombes ru roi soleil t2

Les Colombes du Roi Soleil, Le secret de Louise (Tome 2) d'Anne-Marie Desplat-Duc:"Grâce à ses talents de chanteuse, Louise est remarquée par la Reine d'Angleterre, qui lui demande de devenir sa demoiselle d'honneur. Elle quitte à regret Saint-Cyr et ses amies, lis, très vite, elle fait des rencontres passionnantes et des découvertes qui vont l'aider à lever le voile sur le mystère qui entoure sa naissance..."

 

 

 

colombes t3Les Colombes du Roi Soleil, Charlotte, la rebelle (Tome 3) d'Anne-Marie Desplat-Duc: "Charlotte décide de s'enfuir de Saint-Cyr et de quitter cette existence rangée qui ne lui convient pas. Une nouvelle vie l'attend à la cour de Versailles, une vie de fête, de liberté, de joie. Une découverte vient pourtant troubler son bonheur : son fiancé, François, a disparu. Charlotte ne s'avoue pas vaincue. Elle est prête à tout pour le retrouver !"

 

 

 

colombesT4

Les Colombes du Roi Soleil, La promesse d'Hortense (Tome 4) d'Anne-Marie Desplat-Duc"Hortense a fait une promesse à son amie Isabeau : rester avec elle à Saint-Cyr jusqu'à leurs vingt ans... Mais Simon, l'homme qu'elle aime, ne supporte plus de vivre loin d'elle. Hortense accepte de s'enfuir avec lui. Même si elle sait qu'elle risque de provoquer le courroux du Roi..."

 

 

 

 

apres-la-vague

Et enfin chez France Loisirs, achat pas vraiment inspiré: Après la vague d'Orianne Charpentier: "Ce jour-là, tout a basculé. En quelques minutes la mer turquoise est devenue un monstre qui a tout balayé, hommes, femmes, enfants et villages entiers... Ce jour de tsunami, en 2004, Max, 16 ans, a perdu sa jumelle Jade. Il a aussi perdu le goût de vivre. Ce roman raconte son parcours et de sa quête pour la vie."

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


12 octobre 2015

Louise Rennison, Le journal de Georgia Nicolson, tome 4: A plus Choupi-Trognon

A plus choupi-trognon

Quatrième de couverture:

"Pas facile décidément d'entrevoir Super-Canon! Quand il disparaît pour cause de tournée au Pays-du-Poireau-et-Soupe-de (le pays de Galles) ou autres répètes, c'est au tour de Georgia d'être collée le soir pour cause de «tout schuss sur le disco». Heureusement que s'annoncent vers l'horizon de très réjouissantes compensations! Un week-end au gai Paris sous la houlette de Sublime-Henri, le lecteur de français, ou un projet (secret) de déplacement au Pays-du-Hamburger-en-Folie avec le groupe de Super-Canon. Un bilan positif si Georgia ne découvrait pas bientôt chez Super-Canon des signes d'intérêt alarmants pour la préservation de la planète. La preuve, il a troqué sa Mini trop classe contre un vélo! Un peu sérieux, Super-Canon. De quoi se faire du souci pour l'avenir…"

Georgia est toujours cette ado un peu superficielle au langage très imagé. Ses centres d'intérêt tournent toujours autour de sa petite personne, son Super Canon et sa bande de copines. 9a se lit très facilement et ça divertit. Je pense que les expressions et l'utilisation du français me feront toujours sourire, autant que l'égocentrisme de l'adolescente m'agace. Mais ce tome amorce une petite réflexion, bon ok c'est très léger, mais c'est là entre les lignes ... Georgia commence à se demander ce qu'elle fiche avec son Super Canon parce qu'à part se bécoter il ne se passe pas grand chose entre eux ... La suite donc au prochain épisode ...

09 octobre 2015

Suzanne Hayes, Loretta Nyhan, Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles

petites-recettes-de-bonheur-pour-les-temps-difficiles

Quatrième de couverture:

"Depuis que son mari a été appelé à rejoindre les forces alliées pour combattre en Europe, Glory s'ennuie. Enceinte, seule avec son fils de deux ans dans sa grande demeure du Massachusetts, la pétillante jeune femme cherche une amie à qui parler. 

À des centaines de kilomètres de là, en Iowa, Rita s'interroge : comment joindre les deux bouts dans un pays rationné ? Comment réconforter la douce Roylene, la fiancée de son fils parti pour le front ? Et, surtout, avec qui partager les angoisses et les joies du quotidien ?
Puis un jour, Rita reçoit une lettre d'une inconnue nommée Glory, comme elle épouse de soldat."

 

Ce titre était parfait pour deux raisons, il correspond au challenge Lire sous la contrainte de Philippe auquel j'essaie de participer à chaque fois, mais parce que que le titre n'est pas mensonger, ce roman m'a distillé un peu de bonheur en cette période difficile, j'avais plaisir à me poser ne serait qu'une quinzaine de minutes le temps de lrie une ou deux lettres, le format était donc parfait pour mon rythme de lecture ralenti, et donc finalement je l'ai lu assez rapidement, une semaine, vous vous rendez compte?

Ce n'est pas un roman parfait, il a même quelques petits défauts, il est assez prévisible en quelque sorte et puis on y trouve aussi parfois un peu trop de bons sentiments mais ça m'a fait du bien!

Reprenons depuis le début, c'est un roman épistolaire entre deux femmes américaines pendant la seconde guerre mondiale (après l'entrée des Etats-Unis dans le conflit). Les deux femmes vivent dans des régions différentes, n'ont pas le même âge ni les mêmes occupations mais le mari de chacune et le fils de l'une d'elle sont soldats dans l'armée américaine. Pour se passer un peu le temps, et surtout garder le moral ces deux femmes établissent une correspondance régulière. La plus jeune, Glory cherche un peu conseil auprès de Rita, sur comment s'occuper, comme prendre soin et éduquer ses enfants pendant cette période difficile, se confie sur ses sentiments etc. Rita prodigue conseils, recettes et autres astuces de jardinage et racontent beaucoup d'anecdotes sur les gens qui l'entoure. Rita a parfois un petit côté donneur de leçon qui m'a parfois agacée, mais le fait que son récit soit ponctué d'anecdotes, mais aussi finalement de beaucoup d'amour m'ont permis de passer outre. Celle qui m'a le plus touchée est Glory, sans doute parce que je me suis plus facilement indentifiée à son personnage mais aps que, je n'en dis pas plus...

Ce roman donne un petit aperçu de la mobilisation de la populaiton américaine pendat cette période de l'histoire, tragique pour l'Europe bien sûr mais qui a finalement impliqué d'autres nations, bien loin de tout ça à la base. C'est assez particulier pour le cas des Etats-Unis dans le sens où justement les hommes étaient mobilisés mais le conflit n'était pas sur leur territoire, et honnêtement je ne pensais pas que cela avait économiquement autant touché le pays. J'étais bien sûr au courant des War bonds, de la mobilisation des industries pour fabriquer de l'armement etc. mais je n'en avais pas vraiment mesuré l'ampleur.

En bref, ce fût en effet des petits moments de bonheur, un peu comme si je retrouvais deux vieilles amies et que je partageais leurs angoisses et leurs doutes. J'ai vraiment apprécié le format épistolaire, et je trouve ça "beau" que les deux auteurs ne se soient pas rencontrées pendant l'écriture du livre.

 

challenge petit bac

 

(Taille: PETITES)

lire sous la contrainte

(Bonheur 1/2)

 

28 septembre 2015

Louise Erdrich, La chorale des maîtres bouchers

la chorale des maîtres bouchers

Quatrième de couverture:

"1918. De retour du front, Fidelis Waldvogel, un jeune soldat allemand, tente sa chance en Amérique. Avec pour seul bagage une valise pleine de couteaux et de saucisses, il s’arrête à Argus, dans le Dakota du Nord où, bientôt rejoint par sa femme et son fils, il décide d’ouvrir une boucherie et de fonder une chorale, en souvenir de celle des maîtres bouchers où chantait son père. Des années 1920 aux années 1950, entre l’Europe et l’Amérique, ce roman à la fois épique et intime retrace le destin d’une famille confrontée au tumulte du monde."

Bilan catastrophique pour ce mois américain, alors que c'est un peu ma littérature de prédilection, je n'ai lu qu'un seul titre!! oui un seul, la faute à qui? La faute à cet emploi du temps surchargé, à mes six niveaux différents, dont trois entièrement nouveaux ... Je n'ai plus le temps de lire!!! Et le soir je tombe comme une mouche au bout de trois pages ... Vous n'avez pas fini de l'entendre, mais ça me peine vous n'imaginez même pas!

Bref revenons à nos moutons, ou à nos bouchers, enfin notre boucher je devrai dire, parce que dans la chorale, un boucher il n'y en a qu'un (bon ok parfois un second) mais la plupart du temps c'est juste Fidélis et ses potes du coin. D'ailleurs la chorale n'est qu'un prétexte, elle n'occupe pas vraiment une place centrale dans l'histoire mais ce n'est pas gênant... L'histoire c'est celle de Fidélis et sa famille, mais aussi celle de Delphine, jeune femme d'Argus "épouse" d'un saltimbanque à moitié indien, et fille d'un alcoolique notoire, sa mère, Minnie est présente en filigrane mais a quitté la famille quand Delphine étaient encore enfant, jusqu'aux dernières pages en tout cas.

J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans le roman, rapport à mon petit laïus ci-dessus mais pas que ... j'ai trouvé que l'arrivée de Fidélis en Amérique, son installation à Argus, les débuts de sa vie commune avec sa femme Eva étaient assez monotones, sans vraiment de saveur, contrairement à ses saucisses (oui je suis en verbe ce soir!). Parallèlement, l'histoire de Delphine partie sur les routes avec une troupe de saltimbanques pour fuir son père m'ont laissé assez froide, je n'aime pas l'univers du cirque. Là où ça commence à devenir intéressant c'est justement quand ces deux vies se croisent, quand Delphine entre dans la vie des Waldvogel et vice-versa.

C'est un roman touchant, qui rend bien l'atmosphère d'une petite bourgade made in USA dans les années 30, d'ailleurs le contexte historique aura son importance dans l'avenir des enfants Waldvogel. J'ai cru à un moment que Louise Erdrich tomberait dans le destin vraiment tragique quant aux frères et à l'entrée des Etats-Unis dans la seconde guerre mondiale mais elle s'en est abstenu et c'est tant mieux, cela donne plus de force au roman, car plus de vraisemblance. C'est un roman sur l'amitié, sur le dévouement, sur les liens familliaux, le tout sans grandes envolées, avec beaucoup de pudeur et de justesse. Ce n'est pas un coup de coeur mais ce fût néanmoins une très bonne lecture, un peu gâchée par le fait qu'elle ait traînée en longueur mais je vous la recommande.

mois américain

 

chez Titine

challenge petit bac

 

(Musique: CHORALE)

objectif pal

(26/32)

 

22 septembre 2015

TAG PAL

J'avais trouvé ce tag sur les livres de nos PAL chez Saléanndre il y a plusieurs semaines et ça me tentait bien, j'ai donc repris la version initiale trouvé sur  La bibliothèque de Bénédicte (dont je découvre le blog par la même occasion), par flemmardise je ne fais pas le décompte de points prévus par le tag, ni ne tague personne mais si vous le reprenez faites moi signe que je vienne lire vos réponses!!

Avez-vous dans votre « Pile à lire » :

un livre dont vous ne savez pas de quoi il parle ?

l'école des saveurs

Oui, et j’en ai même plusieurs, parce que … je ne m’en souviens plus !! Shame on me, pour ne citer que le début de ma PAL, De beaux lendemains de Russel Banks, L'école des saveurs d'Erica Baumeister …

 

un livre depuis plus d’un an ?

Je pourrai citer les mêmes, j’en ai beaucoup qui dorment depuis un temps indéfini mais je vais choisir Belle du Seigneur d’Albert Cohen, reçu lors d’un swap anniversaire, j’attends le bon moment pour le savourer d’une traîte, plus de 1000 pages …

 

un tome 2 ?

Même si on ne peut pas vraiment parler de tome j’ai la suite de Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin

la-vie-est-facile-ne-t-inquiete-pas-ebook

Lugand, La vie est facile ne t’inquiète pas, prêté par un ami. 

plusieurs livres d’une même série ?

J’ai les six premiers tomes du Journal de Georgia Nicolson, j’ai déjà lu les trois premiers.

un classique ?

Plusieurs même, le premier de la pile étant Le Lys dans la Vallée de Balzac.

un livre qui vous fait très très envie ?

vous-parler-de-ca

Plusieurs forcément s’ils ont atterris là ce n’est pas un hasard ! Je vais citer le dernier entré dans ma PAL : Vous parlez de ça de Laurie Halse Anderson.

 

  un livre que vous gardez pour une période précise (vacances, Noël) ?

Tous les gros pavés en fait, Le Prince des marées de Pat Conroy par exemple.

un livre que vous avez prêté sans l’avoir lu ?

Sans l’avoir lu non, je préfère les lire avant.

un poche ?

Il n’y a presque que des poches dans ma PAL.

un livre dont vous aviez complètement oublié l’existence ?

Non, je sais lesquels sont là, même s’ils sont là depuis un bout de temps.

votre prochaine lecture ?

 Ma prochaine lecture ce sera sans doute Petites recettes du bonheur pour les temps difficiles, qui me permettrait de participer à la lecture sous la

petites-recettes-de-bonheur-pour-les-temps-difficiles

contrainte sur le blog de Philippe, et au club de lecture Vendredi Lecture. 

un Pocket Jeunesse ?

J’ai des livres jeunesse mais pas de chez Pocket.

un livre que personne n’a aimé, du coup, vous avez moins hâte de le lire ?

Aucune idée.

un livre que tout le monde a aimé, du coup, vous avez peur d’être déçu(e) ?

Non plus. 

un livre qui va être adapté au cinéma et que vous voulez absolument lire avant ?

Euh là comme ça je ne vois pas, j’ai bien de slivres qui ont été adaptés, mais rien que je veuille lire avant de voir le film pour le moment.

un livre avec une tranche rouge ?

Petites recettes du bonheur a une tranche rouge, Belle du Seigneur elle est rouge orangé.

l'argent

un livre de votre auteur préféré ?

Un de mes auteurs préférés donc, Emile Zola, presque tous les Rougon Macquart, j’en ai lu la moitié pour l’instant.

une suite de série mais avouez-le, vous ne vous souvenez plus de l’histoire des tomes précédents ?

Non ça va j’en lis assez peu donc pour l’instant j’arrive à m’en souvenir :p

un thriller ?

J’en ai plusieurs même si ce n’est pas mon genre de prédilection, je vais citer L.A Confidential de James Ellroy

un roman fantastique ?

Non, je n’aime pas trop ça

une dystopie ?

Non plus donc forcément…

une romance ?

Au Délice des Anges de Cathy Cassidy, il y a un cupidon sur la tranche donc j’imagine que c’est une romance !!

aux délices des anges

  un livre d’un auteur dont le nom de famille commence par C (oui, c’est très précis) ?

Minuit dans une vie parfaite de Michael Collins.

un livre qu’on vous a conseillé ?

Qu’on m’a directement conseillé je ne sais pas, mais je repère souvent les livres que j’achète sur les blogs, après est-ce qu’un livre qu’on ‘ma offert peut être considéré comme un livre qu’on m’a conseillé j’imagine que oui, donc Le journal d’Anne Franck par exemple que j’ai déjà lu mais relirai avec plaisir dans cette nouvelle édition.

plusieurs livres d’un même auteur ? 

De Joyce Carol Oates.

un livre avec le mot « secret » dans le titre ?

Non

le dernier livre que vous avez acheté ?

Vous parlez de ça cité plus tôt.

un autre livre Pocket Jeunesse ?

Non.

un livre que vous avez acheté pour sa couverture ?

Ça m’arrive parfois, mais je les ai déjà lus.

plus de livres que vous n’en lisez en un an ?


Oui c’est certain, mais je continue à en acheter  ou en recevoir … on ne sait jamais …

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :


12 septembre 2015

Sorj Chalandon, Profession du père

Profession-du-pere

Quatrième de couverture:

"Mon père a été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d’une Eglise pentecôtiste américaine et conseiller personnel du général de Gaulle jusqu’en 1958. Un jour, il m’a dit que le Général l’avait trahi. Son meilleur ami était devenu son pire ennemi. Alors mon père m’a annoncé qu’il allait tuer de Gaulle. Et il m’a demandé de l’aider.Je n’avais pas le choix.C’était un ordre.J’étais fier.Mais j’avais peur aussi.À 13 ans, c’est drôlement lourd un pistolet. "

C'est avec un peu d'émotion et les mains moites que j'ai entamé ma lecture, après le coup de coeur pour Le quatrième mur et les claques assenés par Mon traitre et Retour à Killybegs ... de l'émotion il y en a aussi dans ce livre, mais ce n'est pas pareil. L'écriture est belle et touchante, mais elle n'a pas la saveur des autres, ce côté instrospection ou réflexion sur le monde qui donne envie de corner chaque page, de citer, de relire, de faire résonner les mots. Cette histoire est plus simple mais elle a elle aussi sa part de tragédie, la tragédie d'un enfant sous le joug de son père, cautionné par sa mère. Ce roman a la force de nous faire ressentir beaucoup de peine pour son narrateur, un peu d'empathie, beaucoup de colère face à ce père abusif, à cette mère qui ne réagit pas, jamais. Et finalement le narrateur adulte revient à peine sur ce passé, ne tente pas de l'expliquer, c'est par le biais de son épouse que l'on sait toute la colère, mais aussi à quel point l'homme a été et est encore affecté par cette enfance en vase clos. La force de ce roman réside sans doute dans tous ces non-dits, jamais la maladie n'est mentionée, elle est à peine effleurée à la toute fin du roman, mais là encore elle n'est pas nommée. Pendant ma lecture je me suis souvent demandée comment il était possible de vivre en vase clos comme ça, sans que personne (je pense notamment à l'environnement scolaire) ne puisse s'apercevoir de la souffrance de cet enfant, même si j'imagine qu'à cette époque le bien-être de l'élève n'était pas autant une priorité qu'à l'heure actuelle ... Et c'est en me faisant ces interrogations que j'ai réalisé que Sorj Chalandon était très efficace quand il s'agit de gommer la frontière entre personnages de fiction et réalité... Et pour cela, pour le fait de lire ces romans comme des témoignages de la vie, je lui tire mon chapeau. Alors non ce n'est pas un coup de coeur pour les raisons que j'ai mentionnées au départ, mais cela n'en reste pas moins un roman touchant, qui résonnera en moi pendant quelques temps ... 

V'était une lecture commune avec Enna et  Saxaoul, un coup de coeur pour toutes les deux. 

 

Posté par Cinnamonchocolat à 20:46 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 septembre 2015

Audur Ava Olafsdottir, Rosa Candida

rosa candida

Quatrième de couverture: "Dans le monde d'Arnljotur, vingt-deux ans, il est question de boutures, de graminées et surtout de sa fierté, les roses à huit pétales, les Rosa Candida. Sa passion dans la vie : le jardin et les fleurs.
Une nuit, dans une serre, Arnljotur et Anna s'aiment. Ils se connaissent à peine, pourtant leurs existences en seront chamboulées à jamais car, en Islande, les filles naissent bien dans les roses..."

Lire Audur Ava Olafsdottir c'est savoir prendre son temps, savourer les choses simples du quotidien, une recette de soupe, des boulettes de poisson, comment prendre soin de plantes ou tout simplement profiter du soleil sur les pavés d'une rue calme... Comme dans l'Embellie, l'intrigue n'est pas la pour tenir le lecteur en haleine, elle est même presque secondaire, le plaisir de la lecture réside dans les personnages, ou presque uniquement dans le personnage principal, qui prend la route pour se trouver, se construire une vie à lui. La narratrice de L'embellie parcourt les routes d'Islande, ici Arnljotur s'envole pour le continent, la France supposément, même si son point de chute, ce vieux couvent où l'on parle le latin n'est pas nommé, en France, peut-être en Italie, difficile à dire mais c'est une ambiance lente de méditerranée qui nous est contée. La vie semble être arrêtée dans ces ruelles que les jeunes ont désertées. 

Je me suis un peu ennuyée au début, et puis au fil des pages, j'ai été touchée par le narrateur, son histoire, sa relation avec sa mère, celle qu'il essaie de nouer avec sa fille, l'accueil des frères...C'est une histoire pleine de douceur où la paternité est mise à l'honneur de manière un peu particulière...

A lire si vous avez besoin de vous poser, de prendre votre temps et de vous laisser porter pendant quelques jours. 

challenge petit bac

 

(Prénom: ROSA)

objectif pal

(25/32)

 

 

30 août 2015

Quoi de neuf dans ma bibliothèque?

L'été est assez favorable aux achats livresques, trocs, brocantes et autres flaneries, j'ai donc alourdi ma PAL de sept livres cet été, et ce n'est même pas ce que j'ai sorti de ma PAL pendant cette période estivale!

vous-parler-de-ca

D'abord les romans jeunesse avec Vous parlez de ça de Laurie Halse Anderson qui était sur ma wish List depuis sa sortie:"Melinda Sordino ne trouve plus les mots. Ou plus exactement, ils s’étranglent avant d’atteindre ses lèvres. Sa gorge se visse dans l’étau d’un secret et il ne lui reste que ces pages pour vous parler de ça. Se coupant du monde, elle se voit repoussée progressivement par les élèves, les professeurs, ses amis, et même ses parents. Elle fait l’expérience intime de la plus grande des injustices : devenir un paria parce que ceux dont elle aurait tant besoin pensent que le mal-être, c’est trop compliqué, contagieux, pas fun. Melinda va livrer une longue et courageuse bataille, contre la peur, le rejet, contre elle-même et le monstre qui rôde dans les couloirs du lycée."

 

escale au pays du nougat

Je continue ma "collection" du Journal de Georgia Nicolson de Lousie Rennison avec le tome 6 Escale au pays du nougat en folie: "Georgia et sa famille sont en partance pour le Pays-du-Hamburger-en-Folie, direction Memphis. La chance de Georgia ne s’arrête pas là : sa meilleure copine, Jas, fait partie du voyage et Georgia compte bien retrouver là-bas Massimo, l'Italien de ses rêves. Mais, surprise, le Pays-du-Hamburger est si vaste qu’aucun bus ne relie Memphis à New York! Et toute la ville est vouée au culte d’Elvis Presley, même les chiens! 
De retour au bercail, Georgia ne sait plus où donner de la tête. La fiancée de son grand-père a tricoté des couvre-chefs pour tous les objets de la maison, Super-Canon, son ex, lui a écrit du Pays-des-Kiwis, Dave la Marrade lui avoue son allumage perso et, le comble, Massimo s'intéresse de trop près à Lindsay la Nouillasse. Mais rien n'est perdu. Plan séduction en marche : achat de chaussures, trois tailles trop petites mais tellement top!"

 

retour-en-cornouailles

Il fallait ensuite que je solde mon compte bibliotroc donc j'ai pris un roman repéré chez FondantOchocolat: Retour en Cornouailles de Rosamunde Pilcher: "1935. A quatorze ans, Judith Dunbar est seule. Ses parents sont à l'autre bout du monde, entre Colombo et Singapour. En Angleterre, son horizon se limite à son austère tante Louise chez qui elle passe ses vacances entre les longs mois de Pensionnat. Heureusement, elle se lie d'amitié avec Loveday Carey-Lewis, une petite fille fantasque qui l'entraîne à Nancherrow, le beau domaine que possède sa famille en Cornouailles. Adoptée par les Carey- Lewis, Judith connaîtra là les plus belles heures de son adolescence..."

 

Les-yeux-au-ciel

Les yeux au ciel de Karine Reysset: "À l'occasion de l'anniversaire du grand-père, toute la famille se retrouve dans la vieille demeure située au bord de la mer, en Bretagne. Six jours pendant lesquels les fantômes du passé se sont donné rendez-vous et pèsent sur les membres de la tribu, tout en resserrant leurs liens.

Chacun voudrait ouvrir le chemin de la réconciliation mais tous se heurtent aux histoires des uns et des autres, celle de Lena, fatiguée d'être l'aînée, celle d’Achille, le demi-frère mal aimé, de Merlin, toujours considéré comme un enfant, de Stella, la cadette. Au milieu d’eux, les petits-enfants désordonnent le cours des choses, révélant peu à peu l’origine du mal-être familial, un drame qui a eu lieu trente ans auparavant et qui n’a jamais cessé de les hanter depuis."

 

petites-recettes-de-bonheur-pour-les-temps-difficiles

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan que j'avais repérer sur un blog, et je me demande si ce n'est pas sur celui de Fondant là encore mais je ne suis plus certaine...: "Depuis que son mari a été appelé à rejoindre les forces alliées pour combattre en Europe, Glory s'ennuie. Enceinte, seule avec son fils de deux ans dans sa grande demeure du Massachusetts, la pétillante jeune femme cherche une amie à qui parler. 

À des centaines de kilomètres de là, en Iowa, Rita s'interroge : comment joindre les deux bouts dans un pays rationné ? Comment réconforter la douce Roylene, la fiancée de son fils parti pour le front ? Et, surtout, avec qui partager les angoisses et les joies du quotidien ?
Puis un jour, Rita reçoit une lettre d'une inconnue nommée Glory, comme elle épouse de soldat."

 

Profession-du-pere

Et enfin je n'ai pas pu résister au nouveau roman de Sorj Chalandon, Profession du père ... Je me souviens encore de ma lecture du Quatrième mur dans un train Genève-Strasbourg, non sans émotion... "Mon père a été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d’une Eglise pentecôtiste américaine et conseiller personnel du général de Gaulle jusqu’en 1958. Un jour, il m’a dit que le Général l’avait trahi. Son meilleur ami était devenu son pire ennemi. Alors mon père m’a annoncé qu’il allait tuer de Gaulle. Et il m’a demandé de l’aider.Je n’avais pas le choix.C’était un ordre.J’étais fier.Mais j’avais peur aussi.À 13 ans, c’est drôlement lourd un pistolet. "

Je suis d'ailleurs en train de le lire, on a prévu une lecture commune avec Enna pour le 12 septembre si vous voulez vous joindre à nous n'hésitez pas. Je sais qu'Eva et Laure l'ont apprécié.

 

la-vie-est-facile-ne-t-inquiete-pas-ebook

Et pour clore ce billet, un livre prêté par un ami, La vie est facile ne t'inquiète pas qui fait suite au premier roman d'Agnès Martin-Lugand, Les gens heureux lisent et boivent du café: "Alors que j'étais inconsolable, il m'avait mise sur le chemin du deuil de mon mari. J'avais fini par me sentir libérée de lui aussi. J'étais prête à m'ouvrir aux autres. » 
Depuis son retour d'Irlande, Diane a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l'aide de son ami Félix, elle s'est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C'est là, aux Gens..., son havre de paix, qu'elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné et surtout il comprend son refus d'être mère à nouveau. Car Diane sait qu'elle ne se remettra jamais de la perte de sa fille. Pourtant, un événement inattendu va venir tout bouleverser : les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé, vont s'effondrer les unes après les autres. Aura-t-elle le courage d'accepter un autre chemin ?"

Posté par Cinnamonchocolat à 11:38 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

24 août 2015

Joyce Carol Oates, Petit oiseau du ciel

petit oiseau du ciel

Quatrième de couverture: 

"Krista a confiance en son papa. Elle sait qu’il n’a pas pu tuer Zoe Kruller. Pourtant, à Sparta, les rumeurs s’amplifient, la police s’en mêle, on parle de crime adultère. Krista aimerait comprendre pourquoi sa famille est ravagée par cette histoire sordide. Adolescente sacrifiée sur l’autel des erreurs paternelles, elle conçoit peu à peu un amour étrange et obsessionnel pour Aaron, le fils de Zoe…"

Je vous avez fait du teasing en vous annonçant un Joyce Carol Oates ... Deux semaines plus tard je me mets enfin à mon billet... 

J'ai beaucoup apprécié cette lecture, heureusement parce que je commençais à désespérer!! Krista, la jeune narratrice de la première partie du roman m'a beaucoup rappelé Rachel, narratrice de L'homme de la montage de Joyce Maynard, toutes deux pré-adolescentes ayant grandie dans une petite ville des Etats-Unis où le temps semble figé, toutes deux confrontées à la mort violente de jeunes femmes, les deux jeunes filles semblent peu enclines à s'intégrer aux jeunes gens populaires du collège, et nourrissent une fascination pour un personnage lié aux meurtres. L'une et l'autre ont grandi avec une figure paternelle très présente dans sa virilité, que ce soit par son statut ou son caractère, la différence bien sûr étant que là où le père de Rachel est du côté des "gentils", celui de Krista est suspecté de meurtre. 

Joyce Carol Oates nous donne à voir la vie bouleversée de deux familles, celle de Krista, dont le père est suspecté, et celle de Zoé Kruller, la victime. Dans chacune de ces familles des enfants, qui tentent tant bien que mal de survivre à cette tragédie, Ben et Krista, protégés par leur mère,  Aaron livré à lui-même. L'auteur dénonce à demi-mot le système judicière américain en insistant bien sur le fait que les suspects ne sont que suspects, mais que cela semble suffisant pour ne pas creuser plus loin l'enquête, après tout qui était cette Zoé Kruller à part une minable caissière? Parce que c'est ainsi qu'elle est perçue, sa féminité étant presque une façon de justifier sa mort,ne l'a-t-elle pas provoquée finalement? 

C'est ce que j'ai aimé dans ce roman, l'atmosphère lourde et pesante qui plane sur cette petite ville, les préjugés qui sont mis à nus, la lenteur de cette Amérique rurale...

Je profite de cette lecture américaine pour vous annoncer ma participation au Mois Américain qui a lieu en septembre...enfin je vais essayer, vu les rebondissements pour cette rentrée je ne me promets rien!!

 

objectif pal

 

(24/32)

challenge petit bac

(Animal: OISEAU)

 

11 août 2015

Lauren Oliver, Le dernier jour de ma vie

Le dernier jour de ma vie

Quatrième de couverture:

 « Samantha Kingstone a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales et une côte de popularité illimitée.Ce vendredi de février aurait donc dû être un jour parfait dans une vie parfaite. Pourtant, ce vendredi de février est le dernier pour Sam. Ou le premier ? »

Vous dire si j'ai véritablement apprécié cette lecture m'est difficile, voici donc le roman que j'ai "lu" pendant tout ce mois de juillet, non ce n'est pourtant pas un pavé, oui c'est de la littérature pour ado en plus, un page turner très facile à lire, mais le manque de temps, la fatigue et les préoccupations de juillet ne m'ont pas permis de profiter pleinement de cette lecture. J'ai eu beaucoup de peine à le commencer, j'ai trouvé le personnage principale qui est aussi le narrateur vraiment désagréable, et ses amies encore plus ... Le cliché typique de la lycéenne américaine, très populaire, très superficielle qui ne pense qu'à faire la fête, s'y saouler avec ses amies, et sortir avec, je vous le donne en mille, le capitaine de l'équipe de foot du lycée. Mais par "chance" Sam va pouvoir revivre sa dernière journée, et y changer tout ce qu'elle veut... pensez-vous que cela lui aurait servi de leçon? Non! c'est pire!!! Jusqu'à ce que ... Je n'en dis pas plus. Et c'est d'ailleurs à partir de ce moment que j'ai apprécié le roman, et réussi à le terminer ... 

Si vous n'aimez pas les clichés, les bons sentiments, la jeunesse dorée américaine, ne vous attardez pas sur Le dernier jour de ma vie

Je n'ai toujours pas retrouvé mon rythme de lecture mais je progresse :p et je vous parle bientôt d'un roman d'Oates :)

objectif pal

(23/32)

Posté par Cinnamonchocolat à 22:10 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,