22 septembre 2015

TAG PAL

J'avais trouvé ce tag sur les livres de nos PAL chez Saléanndre il y a plusieurs semaines et ça me tentait bien, j'ai donc repris la version initiale trouvé sur  La bibliothèque de Bénédicte (dont je découvre le blog par la même occasion), par flemmardise je ne fais pas le décompte de points prévus par le tag, ni ne tague personne mais si vous le reprenez faites moi signe que je vienne lire vos réponses!!

Avez-vous dans votre « Pile à lire » :

un livre dont vous ne savez pas de quoi il parle ?

l'école des saveurs

Oui, et j’en ai même plusieurs, parce que … je ne m’en souviens plus !! Shame on me, pour ne citer que le début de ma PAL, De beaux lendemains de Russel Banks, L'école des saveurs d'Erica Baumeister …

 

un livre depuis plus d’un an ?

Je pourrai citer les mêmes, j’en ai beaucoup qui dorment depuis un temps indéfini mais je vais choisir Belle du Seigneur d’Albert Cohen, reçu lors d’un swap anniversaire, j’attends le bon moment pour le savourer d’une traîte, plus de 1000 pages …

 

un tome 2 ?

Même si on ne peut pas vraiment parler de tome j’ai la suite de Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin

la-vie-est-facile-ne-t-inquiete-pas-ebook

Lugand, La vie est facile ne t’inquiète pas, prêté par un ami. 

plusieurs livres d’une même série ?

J’ai les six premiers tomes du Journal de Georgia Nicolson, j’ai déjà lu les trois premiers.

un classique ?

Plusieurs même, le premier de la pile étant Le Lys dans la Vallée de Balzac.

un livre qui vous fait très très envie ?

vous-parler-de-ca

Plusieurs forcément s’ils ont atterris là ce n’est pas un hasard ! Je vais citer le dernier entré dans ma PAL : Vous parlez de ça de Laurie Halse Anderson.

 

  un livre que vous gardez pour une période précise (vacances, Noël) ?

Tous les gros pavés en fait, Le Prince des marées de Pat Conroy par exemple.

un livre que vous avez prêté sans l’avoir lu ?

Sans l’avoir lu non, je préfère les lire avant.

un poche ?

Il n’y a presque que des poches dans ma PAL.

un livre dont vous aviez complètement oublié l’existence ?

Non, je sais lesquels sont là, même s’ils sont là depuis un bout de temps.

votre prochaine lecture ?

 Ma prochaine lecture ce sera sans doute Petites recettes du bonheur pour les temps difficiles, qui me permettrait de participer à la lecture sous la

petites-recettes-de-bonheur-pour-les-temps-difficiles

contrainte sur le blog de Philippe, et au club de lecture Vendredi Lecture. 

un Pocket Jeunesse ?

J’ai des livres jeunesse mais pas de chez Pocket.

un livre que personne n’a aimé, du coup, vous avez moins hâte de le lire ?

Aucune idée.

un livre que tout le monde a aimé, du coup, vous avez peur d’être déçu(e) ?

Non plus. 

un livre qui va être adapté au cinéma et que vous voulez absolument lire avant ?

Euh là comme ça je ne vois pas, j’ai bien de slivres qui ont été adaptés, mais rien que je veuille lire avant de voir le film pour le moment.

un livre avec une tranche rouge ?

Petites recettes du bonheur a une tranche rouge, Belle du Seigneur elle est rouge orangé.

l'argent

un livre de votre auteur préféré ?

Un de mes auteurs préférés donc, Emile Zola, presque tous les Rougon Macquart, j’en ai lu la moitié pour l’instant.

une suite de série mais avouez-le, vous ne vous souvenez plus de l’histoire des tomes précédents ?

Non ça va j’en lis assez peu donc pour l’instant j’arrive à m’en souvenir :p

un thriller ?

J’en ai plusieurs même si ce n’est pas mon genre de prédilection, je vais citer L.A Confidential de James Ellroy

un roman fantastique ?

Non, je n’aime pas trop ça

une dystopie ?

Non plus donc forcément…

une romance ?

Au Délice des Anges de Cathy Cassidy, il y a un cupidon sur la tranche donc j’imagine que c’est une romance !!

aux délices des anges

  un livre d’un auteur dont le nom de famille commence par C (oui, c’est très précis) ?

Minuit dans une vie parfaite de Michael Collins.

un livre qu’on vous a conseillé ?

Qu’on m’a directement conseillé je ne sais pas, mais je repère souvent les livres que j’achète sur les blogs, après est-ce qu’un livre qu’on ‘ma offert peut être considéré comme un livre qu’on m’a conseillé j’imagine que oui, donc Le journal d’Anne Franck par exemple que j’ai déjà lu mais relirai avec plaisir dans cette nouvelle édition.

plusieurs livres d’un même auteur ? 

De Joyce Carol Oates.

un livre avec le mot « secret » dans le titre ?

Non

le dernier livre que vous avez acheté ?

Vous parlez de ça cité plus tôt.

un autre livre Pocket Jeunesse ?

Non.

un livre que vous avez acheté pour sa couverture ?

Ça m’arrive parfois, mais je les ai déjà lus.

plus de livres que vous n’en lisez en un an ?


Oui c’est certain, mais je continue à en acheter  ou en recevoir … on ne sait jamais …

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :


12 septembre 2015

Sorj Chalandon, Profession du père

Profession-du-pere

Quatrième de couverture:

"Mon père a été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d’une Eglise pentecôtiste américaine et conseiller personnel du général de Gaulle jusqu’en 1958. Un jour, il m’a dit que le Général l’avait trahi. Son meilleur ami était devenu son pire ennemi. Alors mon père m’a annoncé qu’il allait tuer de Gaulle. Et il m’a demandé de l’aider.Je n’avais pas le choix.C’était un ordre.J’étais fier.Mais j’avais peur aussi.À 13 ans, c’est drôlement lourd un pistolet. "

C'est avec un peu d'émotion et les mains moites que j'ai entamé ma lecture, après le coup de coeur pour Le quatrième mur et les claques assenés par Mon traitre et Retour à Killybegs ... de l'émotion il y en a aussi dans ce livre, mais ce n'est pas pareil. L'écriture est belle et touchante, mais elle n'a pas la saveur des autres, ce côté instrospection ou réflexion sur le monde qui donne envie de corner chaque page, de citer, de relire, de faire résonner les mots. Cette histoire est plus simple mais elle a elle aussi sa part de tragédie, la tragédie d'un enfant sous le joug de son père, cautionné par sa mère. Ce roman a la force de nous faire ressentir beaucoup de peine pour son narrateur, un peu d'empathie, beaucoup de colère face à ce père abusif, à cette mère qui ne réagit pas, jamais. Et finalement le narrateur adulte revient à peine sur ce passé, ne tente pas de l'expliquer, c'est par le biais de son épouse que l'on sait toute la colère, mais aussi à quel point l'homme a été et est encore affecté par cette enfance en vase clos. La force de ce roman réside sans doute dans tous ces non-dits, jamais la maladie n'est mentionée, elle est à peine effleurée à la toute fin du roman, mais là encore elle n'est pas nommée. Pendant ma lecture je me suis souvent demandée comment il était possible de vivre en vase clos comme ça, sans que personne (je pense notamment à l'environnement scolaire) ne puisse s'apercevoir de la souffrance de cet enfant, même si j'imagine qu'à cette époque le bien-être de l'élève n'était pas autant une priorité qu'à l'heure actuelle ... Et c'est en me faisant ces interrogations que j'ai réalisé que Sorj Chalandon était très efficace quand il s'agit de gommer la frontière entre personnages de fiction et réalité... Et pour cela, pour le fait de lire ces romans comme des témoignages de la vie, je lui tire mon chapeau. Alors non ce n'est pas un coup de coeur pour les raisons que j'ai mentionnées au départ, mais cela n'en reste pas moins un roman touchant, qui résonnera en moi pendant quelques temps ... 

V'était une lecture commune avec Enna et  Saxaoul, un coup de coeur pour toutes les deux. 

 

Posté par Cinnamonchocolat à 20:46 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 septembre 2015

Audur Ava Olafsdottir, Rosa Candida

rosa candida

Quatrième de couverture: "Dans le monde d'Arnljotur, vingt-deux ans, il est question de boutures, de graminées et surtout de sa fierté, les roses à huit pétales, les Rosa Candida. Sa passion dans la vie : le jardin et les fleurs.
Une nuit, dans une serre, Arnljotur et Anna s'aiment. Ils se connaissent à peine, pourtant leurs existences en seront chamboulées à jamais car, en Islande, les filles naissent bien dans les roses..."

Lire Audur Ava Olafsdottir c'est savoir prendre son temps, savourer les choses simples du quotidien, une recette de soupe, des boulettes de poisson, comment prendre soin de plantes ou tout simplement profiter du soleil sur les pavés d'une rue calme... Comme dans l'Embellie, l'intrigue n'est pas la pour tenir le lecteur en haleine, elle est même presque secondaire, le plaisir de la lecture réside dans les personnages, ou presque uniquement dans le personnage principal, qui prend la route pour se trouver, se construire une vie à lui. La narratrice de L'embellie parcourt les routes d'Islande, ici Arnljotur s'envole pour le continent, la France supposément, même si son point de chute, ce vieux couvent où l'on parle le latin n'est pas nommé, en France, peut-être en Italie, difficile à dire mais c'est une ambiance lente de méditerranée qui nous est contée. La vie semble être arrêtée dans ces ruelles que les jeunes ont désertées. 

Je me suis un peu ennuyée au début, et puis au fil des pages, j'ai été touchée par le narrateur, son histoire, sa relation avec sa mère, celle qu'il essaie de nouer avec sa fille, l'accueil des frères...C'est une histoire pleine de douceur où la paternité est mise à l'honneur de manière un peu particulière...

A lire si vous avez besoin de vous poser, de prendre votre temps et de vous laisser porter pendant quelques jours. 

challenge petit bac

 

(Prénom: ROSA)

objectif pal

(25/32)

 

 

30 août 2015

Quoi de neuf dans ma bibliothèque?

L'été est assez favorable aux achats livresques, trocs, brocantes et autres flaneries, j'ai donc alourdi ma PAL de sept livres cet été, et ce n'est même pas ce que j'ai sorti de ma PAL pendant cette période estivale!

vous-parler-de-ca

D'abord les romans jeunesse avec Vous parlez de ça de Laurie Halse Anderson qui était sur ma wish List depuis sa sortie:"Melinda Sordino ne trouve plus les mots. Ou plus exactement, ils s’étranglent avant d’atteindre ses lèvres. Sa gorge se visse dans l’étau d’un secret et il ne lui reste que ces pages pour vous parler de ça. Se coupant du monde, elle se voit repoussée progressivement par les élèves, les professeurs, ses amis, et même ses parents. Elle fait l’expérience intime de la plus grande des injustices : devenir un paria parce que ceux dont elle aurait tant besoin pensent que le mal-être, c’est trop compliqué, contagieux, pas fun. Melinda va livrer une longue et courageuse bataille, contre la peur, le rejet, contre elle-même et le monstre qui rôde dans les couloirs du lycée."

 

escale au pays du nougat

Je continue ma "collection" du Journal de Georgia Nicolson de Lousie Rennison avec le tome 6 Escale au pays du nougat en folie: "Georgia et sa famille sont en partance pour le Pays-du-Hamburger-en-Folie, direction Memphis. La chance de Georgia ne s’arrête pas là : sa meilleure copine, Jas, fait partie du voyage et Georgia compte bien retrouver là-bas Massimo, l'Italien de ses rêves. Mais, surprise, le Pays-du-Hamburger est si vaste qu’aucun bus ne relie Memphis à New York! Et toute la ville est vouée au culte d’Elvis Presley, même les chiens! 
De retour au bercail, Georgia ne sait plus où donner de la tête. La fiancée de son grand-père a tricoté des couvre-chefs pour tous les objets de la maison, Super-Canon, son ex, lui a écrit du Pays-des-Kiwis, Dave la Marrade lui avoue son allumage perso et, le comble, Massimo s'intéresse de trop près à Lindsay la Nouillasse. Mais rien n'est perdu. Plan séduction en marche : achat de chaussures, trois tailles trop petites mais tellement top!"

 

retour-en-cornouailles

Il fallait ensuite que je solde mon compte bibliotroc donc j'ai pris un roman repéré chez FondantOchocolat: Retour en Cornouailles de Rosamunde Pilcher: "1935. A quatorze ans, Judith Dunbar est seule. Ses parents sont à l'autre bout du monde, entre Colombo et Singapour. En Angleterre, son horizon se limite à son austère tante Louise chez qui elle passe ses vacances entre les longs mois de Pensionnat. Heureusement, elle se lie d'amitié avec Loveday Carey-Lewis, une petite fille fantasque qui l'entraîne à Nancherrow, le beau domaine que possède sa famille en Cornouailles. Adoptée par les Carey- Lewis, Judith connaîtra là les plus belles heures de son adolescence..."

 

Les-yeux-au-ciel

Les yeux au ciel de Karine Reysset: "À l'occasion de l'anniversaire du grand-père, toute la famille se retrouve dans la vieille demeure située au bord de la mer, en Bretagne. Six jours pendant lesquels les fantômes du passé se sont donné rendez-vous et pèsent sur les membres de la tribu, tout en resserrant leurs liens.

Chacun voudrait ouvrir le chemin de la réconciliation mais tous se heurtent aux histoires des uns et des autres, celle de Lena, fatiguée d'être l'aînée, celle d’Achille, le demi-frère mal aimé, de Merlin, toujours considéré comme un enfant, de Stella, la cadette. Au milieu d’eux, les petits-enfants désordonnent le cours des choses, révélant peu à peu l’origine du mal-être familial, un drame qui a eu lieu trente ans auparavant et qui n’a jamais cessé de les hanter depuis."

 

petites-recettes-de-bonheur-pour-les-temps-difficiles

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan que j'avais repérer sur un blog, et je me demande si ce n'est pas sur celui de Fondant là encore mais je ne suis plus certaine...: "Depuis que son mari a été appelé à rejoindre les forces alliées pour combattre en Europe, Glory s'ennuie. Enceinte, seule avec son fils de deux ans dans sa grande demeure du Massachusetts, la pétillante jeune femme cherche une amie à qui parler. 

À des centaines de kilomètres de là, en Iowa, Rita s'interroge : comment joindre les deux bouts dans un pays rationné ? Comment réconforter la douce Roylene, la fiancée de son fils parti pour le front ? Et, surtout, avec qui partager les angoisses et les joies du quotidien ?
Puis un jour, Rita reçoit une lettre d'une inconnue nommée Glory, comme elle épouse de soldat."

 

Profession-du-pere

Et enfin je n'ai pas pu résister au nouveau roman de Sorj Chalandon, Profession du père ... Je me souviens encore de ma lecture du Quatrième mur dans un train Genève-Strasbourg, non sans émotion... "Mon père a été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d’une Eglise pentecôtiste américaine et conseiller personnel du général de Gaulle jusqu’en 1958. Un jour, il m’a dit que le Général l’avait trahi. Son meilleur ami était devenu son pire ennemi. Alors mon père m’a annoncé qu’il allait tuer de Gaulle. Et il m’a demandé de l’aider.Je n’avais pas le choix.C’était un ordre.J’étais fier.Mais j’avais peur aussi.À 13 ans, c’est drôlement lourd un pistolet. "

Je suis d'ailleurs en train de le lire, on a prévu une lecture commune avec Enna pour le 12 septembre si vous voulez vous joindre à nous n'hésitez pas. Je sais qu'Eva et Laure l'ont apprécié.

 

la-vie-est-facile-ne-t-inquiete-pas-ebook

Et pour clore ce billet, un livre prêté par un ami, La vie est facile ne t'inquiète pas qui fait suite au premier roman d'Agnès Martin-Lugand, Les gens heureux lisent et boivent du café: "Alors que j'étais inconsolable, il m'avait mise sur le chemin du deuil de mon mari. J'avais fini par me sentir libérée de lui aussi. J'étais prête à m'ouvrir aux autres. » 
Depuis son retour d'Irlande, Diane a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l'aide de son ami Félix, elle s'est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C'est là, aux Gens..., son havre de paix, qu'elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné et surtout il comprend son refus d'être mère à nouveau. Car Diane sait qu'elle ne se remettra jamais de la perte de sa fille. Pourtant, un événement inattendu va venir tout bouleverser : les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé, vont s'effondrer les unes après les autres. Aura-t-elle le courage d'accepter un autre chemin ?"

Posté par Cinnamonchocolat à 11:38 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

24 août 2015

Joyce Carol Oates, Petit oiseau du ciel

petit oiseau du ciel

Quatrième de couverture: 

"Krista a confiance en son papa. Elle sait qu’il n’a pas pu tuer Zoe Kruller. Pourtant, à Sparta, les rumeurs s’amplifient, la police s’en mêle, on parle de crime adultère. Krista aimerait comprendre pourquoi sa famille est ravagée par cette histoire sordide. Adolescente sacrifiée sur l’autel des erreurs paternelles, elle conçoit peu à peu un amour étrange et obsessionnel pour Aaron, le fils de Zoe…"

Je vous avez fait du teasing en vous annonçant un Joyce Carol Oates ... Deux semaines plus tard je me mets enfin à mon billet... 

J'ai beaucoup apprécié cette lecture, heureusement parce que je commençais à désespérer!! Krista, la jeune narratrice de la première partie du roman m'a beaucoup rappelé Rachel, narratrice de L'homme de la montage de Joyce Maynard, toutes deux pré-adolescentes ayant grandie dans une petite ville des Etats-Unis où le temps semble figé, toutes deux confrontées à la mort violente de jeunes femmes, les deux jeunes filles semblent peu enclines à s'intégrer aux jeunes gens populaires du collège, et nourrissent une fascination pour un personnage lié aux meurtres. L'une et l'autre ont grandi avec une figure paternelle très présente dans sa virilité, que ce soit par son statut ou son caractère, la différence bien sûr étant que là où le père de Rachel est du côté des "gentils", celui de Krista est suspecté de meurtre. 

Joyce Carol Oates nous donne à voir la vie bouleversée de deux familles, celle de Krista, dont le père est suspecté, et celle de Zoé Kruller, la victime. Dans chacune de ces familles des enfants, qui tentent tant bien que mal de survivre à cette tragédie, Ben et Krista, protégés par leur mère,  Aaron livré à lui-même. L'auteur dénonce à demi-mot le système judicière américain en insistant bien sur le fait que les suspects ne sont que suspects, mais que cela semble suffisant pour ne pas creuser plus loin l'enquête, après tout qui était cette Zoé Kruller à part une minable caissière? Parce que c'est ainsi qu'elle est perçue, sa féminité étant presque une façon de justifier sa mort,ne l'a-t-elle pas provoquée finalement? 

C'est ce que j'ai aimé dans ce roman, l'atmosphère lourde et pesante qui plane sur cette petite ville, les préjugés qui sont mis à nus, la lenteur de cette Amérique rurale...

Je profite de cette lecture américaine pour vous annoncer ma participation au Mois Américain qui a lieu en septembre...enfin je vais essayer, vu les rebondissements pour cette rentrée je ne me promets rien!!

 

objectif pal

 

(24/32)

challenge petit bac

(Animal: OISEAU)

 


11 août 2015

Lauren Oliver, Le dernier jour de ma vie

Le dernier jour de ma vie

Quatrième de couverture:

 « Samantha Kingstone a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales et une côte de popularité illimitée.Ce vendredi de février aurait donc dû être un jour parfait dans une vie parfaite. Pourtant, ce vendredi de février est le dernier pour Sam. Ou le premier ? »

Vous dire si j'ai véritablement apprécié cette lecture m'est difficile, voici donc le roman que j'ai "lu" pendant tout ce mois de juillet, non ce n'est pourtant pas un pavé, oui c'est de la littérature pour ado en plus, un page turner très facile à lire, mais le manque de temps, la fatigue et les préoccupations de juillet ne m'ont pas permis de profiter pleinement de cette lecture. J'ai eu beaucoup de peine à le commencer, j'ai trouvé le personnage principale qui est aussi le narrateur vraiment désagréable, et ses amies encore plus ... Le cliché typique de la lycéenne américaine, très populaire, très superficielle qui ne pense qu'à faire la fête, s'y saouler avec ses amies, et sortir avec, je vous le donne en mille, le capitaine de l'équipe de foot du lycée. Mais par "chance" Sam va pouvoir revivre sa dernière journée, et y changer tout ce qu'elle veut... pensez-vous que cela lui aurait servi de leçon? Non! c'est pire!!! Jusqu'à ce que ... Je n'en dis pas plus. Et c'est d'ailleurs à partir de ce moment que j'ai apprécié le roman, et réussi à le terminer ... 

Si vous n'aimez pas les clichés, les bons sentiments, la jeunesse dorée américaine, ne vous attardez pas sur Le dernier jour de ma vie

Je n'ai toujours pas retrouvé mon rythme de lecture mais je progresse :p et je vous parle bientôt d'un roman d'Oates :)

objectif pal

(23/32)

Posté par Cinnamonchocolat à 22:10 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

17 juillet 2015

Lucia Etxebarria, Je ne souffrirai plus par amour... Entre autres choses...

je ne souffrirai plus par amour

Quatrième de couverture:

"Et si l'on en finissait avec la tyrannie des sentiments ? Décidée à ne plus souffrir par amour, Lucía Extebarría vole dans les plumes de Cupidon et tord le cou, avec un enthousiasme communicatif, à la dépendance émotionnelle et au grand mythe occidental de l'Amour Éternel ! D'Anna Karénine à Carrie Bradshaw, d'?dipe aux héros de sitcoms, aucun stéréotype, aucune idée reçue ne résiste à l'humour dévastateur de cette impertinente magicienne du cœur. Bien plus qu'un essai féministe et engagé, Lucía Extebarría signe un livre-thérapie décapant où l'on apprend enfin à ne plus souffrir inutilement par amour. " 

Je sors de ma torpeur bloguesque le temps de vous parler d'un livre que je n'ai même pas lu!! Enfin si les cinquante premières pages et j'ai arrêté, je peux compter sur les doigts d'une main les livres que j'ai abandonné en cours de lectures, et Je ne souffrirai plus par amour en fait désormais partie! 

Je ne m'attendais pas du tout à lire un livre de développement personnel mais le ton est donné dès le début du livre, l'auteur s'adresse direcement au lecteur et lui fait faire un petit test pour savoir si oui ou non nous avons besoin de lire son livre. Peut-être qu'en d'autres temps j'aurai accroché, mais là non, j'ai poussé jusqu'à 50 pages pour voir si ça allait un peu plus me plaire ensuite mais non donc autant lire autre chose ...

Sauf que ça fait déjà deux semaines et que je n'ai lu qu'une cinquantaine de pages d'un autre livre ... Panne de lecture? Pas tout à fait ... Travaux dans l'appart pendant une semaine à raison de 8 heures par jour ... Puis quelques jours en Haute-Savoie chez ma soeur pour aller voir Muse à Musilac,et maintenant le déménagement à préparer (J-1) ... Je me couche tous le ssoirs, avec une seule idée en tête dormir!! J'espère pouvoir lire un peu plus à partir de la semaine prochaine, revenir sur vos blogs, revenir sur le mien .. Enfin, tout çà ce sera si on reçoit rapidement notre nouvelle box/ Connexion internet et autre ligne téléphonique ... Ah oui et sinon lundi on se pacse, wouhou! et demain c'est l'anniversaire de mon blog qui soufflera ses six bougies!

 

objectif pal

 

(22/32)

challenge petit bac

 

(pronom personnel sujet: JE)

07 juillet 2015

Patti Smith, Just Kids

pattismith_justkids

Quatrième de couverture:

"C’était l’été de la mort de Coltrane, l’été de l’amour et des émeutes, quand une rencontre fortuite à Brooklyn guida deux jeunes gens dans la vie de bohème, sur la voie de l’art. Patti Smith et Robert Mapplethorpe avaient vingt ans ; elle deviendrait poète et performeuse, il serait photographe. À cette époque d'intense créativité, les univers de la poésie, du rock and roll et du sexe s'entrechoquent. Le couple fréquente la cour d’Andy Warhol, intègre au Chelsea Hotel une communauté d’artistes et de marginaux hauts en couleur, croise Allen Ginsberg, Janis Joplin, Lou Reed… 
Just Kids commence comme une histoire d'amour et finit comme une élégie, brossant un inoubliable instantané du New York des années 1960-1970. Avec pudeur et émotion, Patti Smith retrace l'ascension de deux gamins inséparables qui insufflèrent la même énergie à leur vie qu’à leur art."

En retard ... Je suis en retard... A la façon du lapin d'Alice aux Pays des Merveilles, je cours après le temps depuis deux semaines ... les fins d'années sont toujours blindées (de bbq et autres apéro hein, pas de boulot ...) le tout cumulé au déménagement dans une dizaine de jours, et aux travaux à boucler d'ici la fin de semaine, je ne sais plus où donner de ma tête ... Tout ça pour dire que je devais publier ce billet le 4 mais que ... 

Donc revenons à Patti Smith!! J'ai vraiment beaucoup apprécié cette lecture, et c'est sans grande susprise puisqu'il s'agit de ma période de prédilection, les sixties aux Etats-Unis!!! Patti n'est encore qu'une ado quasiment, lorsqu'elle débarque à New York avec sa petite valise, pas de boulot, et nullepart où aller, elle dormira quelques jours dehors ...Puis tout s'enchaîne, un petit boulot dans une bijouterie, elle fait la connaissance de Robert Mapplethorpe, et c'est ainsi que commence leur vie d'artistes bohèmes dans le New York des années soixantes. Ce roman est autant l'autobiographie de Patti que la biographie de Robert Mapplethorpe. Patti nous livre sans secrets le personnage complexe qu'était Robert, sa fibre créatrice, son talent, ses caprices et son amour pour Patti. A la fois muse, faire-valoir et en faisant preuve de beaucoup d'abnégation, Patti est celle qui aidera Mapplethorpe à percer dans le milieu artistique New Yorkais. Parallèlement, l'artiste se cherche, elle écrit, des poèmes d'abord puis des chansons. Chaque création des deux artistes se nourrit des personnes qui les entourent, de rencontres fortuites ou provoquées, de leur humeur, de ce qu'ils vivent. Une chose est certaine, ils ont connu la pauvreté, la misère, mais ce sont toujours rattachés l'un à l'autre pour avancer, avec pour seul objectif, vivre de leur art, et je dois dire que ça leur a plutôt réussi, même si malheureusement, Mapplethorpe est mort assez jeune. 

Ce récit fait par Patti Smith m'a donné envie de découvrir davnatage les deux artistes, pour moi, Patti était juste chanteuse et Robert simplement photographe mais ils ont fait bien plus que cela, et sont finalement tout deux des figures emblématiques de l'art du XXe siècle, au même titre qu'Andy Warhol ou Allen Ginsberg qu'ils ont d'ailleurs côtoyés. A lire donc si la période vous intéresse, vous ne serez pas déçus!

lire sous la contrainte

 

(lire sous la contrainte: un mot lié à l'enfance: Kids)

objectif pal

(21/32)

 

Posté par Cinnamonchocolat à 21:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 juin 2015

Bilan du mois anglais

Il me semble que j'ai fait mieux que l'an dernier avec 4 romans et 3 livres jeunesses. Une nouvelle fois j'ai beaucoup aimé lire anglais et suivre les billets anglais. J'ai découvert quelques blogs, noté quelques titres et fait (un petit peu) baisser ma PAL. Et puis j'en ai aussi profiter sans complexe pour visionner les cinq saisons de Downtown Abbey!

Merci aux trois organisatrices LouCryssilda et Titine !

mois anglais

 

Petit rappel des billets:

Les romans:

Les livres jeunesse:

Les séries:

Posté par Cinnamonchocolat à 22:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

29 juin 2015

Louise Rennison, Le journal de Georgia Nicolson, tomes 2 et 3

Georgia nicolson tome 2

Le bonheur est au bout de l'élastique: "Georgia Nicolson a retrouvé le sourire. Plus question de rejoindre son père en Nouvelle-Zélande. Plus question de quitter ses copines, son chat Angus et surtout Robbie, le garçon de ses rêves. La vie est de nouveau pleine de promesses… qu'elle ne tient pas : Robbie suggère à Georgia de sortir avec un autre garçon parce qu'il la trouve trop jeune pour lui! L'humiliation est atroce mais Georgia est bien décidée à reconquérir l'homme de sa vie. Pour ça, elle met sur pied un plan imparable qui exige un élastique, des glaçons et une chèvre!"

Georgia nicolson tome 3

Entre mes nunga-nungas mon coeur balance: "Georgia doit faire face à toutes sortes de problèmes. Freiner l'expansion de ses seins, surnommés nunga-nungas par le frère de sa copine. Échapper absolument aux vacances en famille au fin fond de l'Écosse. Quant à Angus, son chat psychotique, ses ardeurs risquent bien d'être «écourtées» par une visite chez le vétérinaire. La vie est consternante! Mais bon, être amoureuse d'une future-méga-star-du-rock vaut bien quelques souffrances, enfin… seulement si Super-Canon l'appelle cinq cents fois par jour!"

 

En cet avant-dernier jour du mois Anglais, je vous parle de littérature jeunesse avec les tomes 2 et 2 du Journal de Georgia Nicolson, cette ado British complètement déjantée... Alors je vous le dis tout de suite, qu'est ce qu'elle m'agace!!! mais aussi qu'est ce qu'elle me fait rire!!! Elle m'agace parce que la Georgia, elle est assez monomaniaque, à part les garçons (et plus particulièrement Super Canon) elle ne pense pas à grand chose d'autre. Loin de l'ado que j'ai été, loin des ados tout court je l'espère quoi qu'à mon avis certaines doivent bien être comme ça, sa vie tourne autour des garçons, des bécots, de son chat complètement barjot, qui n'a d'égal que sa petite soeur Libby. Ses parents sont loin d'avoir l'air d'adultes responsables, et l'école ne semble être qu'une caricature de l'institution ... Pourquoi je les lis me diez-vous? Bin parce que quand même, Georgia a le don de me faire rire, outre ses expressions complètement folledingues, son sens de la répartie, son usage du français, et ses petites mésaventures me font quand même bien marrer! Parfait pour les petits coups de mou!

challenge petit bac

 

(Objet: élastique)

mois anglais

 

Le mois anglais chez LouCryssilda et Titine