17 juillet 2017

Nicola Yoon, Everything, Everything

everything-everything-booksandrap

Quatrième de couverture:

"Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de "maladie de l'enfant-bulle". En gros, je suis allergique au monde. Je viens d'avoir dix-huit ans, et je n'ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l'observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre."

J'avais envie de voir le film alors j'ai décidé de lire le livre avant, alors aussitôt acheté, aussitôt lu, en à peine un weekend. L'histoire est très prenante et les personnages sont attachants. Une histoire d'amour entre adolescents mais qui ne manque pas d'originalité, puisque Maddie ne peut pas sortir de chez elle. Un attachement réciproque se crée entre ces deux adolescents peu ordinaires, elle malade, lui un brin original, dans une famille désunie. J'ai très rapidement pressenti le retournement de situation, mais ça ne m'a pas gêné dans ma lecture, plusieurs indices assez flagrants pour l'oeil adulte ne le sont peut-être pas autant pour l'oeil adolescent? Je serai curieuse d'avoir des avis à ce sujet! Par contre, le film, et bien j'aurai largement pu m'en passer. Très lisse, de nombreux raccourcis avec le livre et des adolescents trop parfaits, j'ai regardé deux fois ma montre, c'est dire... Il manque la tocuhe d'humour et de dérision dans les dialogues, la mise en scène des échanges de sms est intéressante, le réalisateur a eu recours à l'astronaute comme dans le livre mais sans vraiment l'expliquer. Et la plupart des dialogues sonnaient creux, alors ça c'est peut-être la version française qui le veut! Mais honnêtement j'aurai pu me contenter du livre et aller voir autre chose!

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


22 mars 2017

Marie-Aude Murail, 3000 façons de dire je t'aime

3000 façons

Quatrième de couverture:

"Chloé, Bastien et Neville ont eu en cinquième une professeure de français qui n’aimait que les livres qui finissent mal. Un soir, elle les a emmenés pour la première fois au théâtre voir une représentation de Dom Juan de Molière. Cette soirée a changé leur vie. C’est décidé, ils seront comédiens !
Six ans plus tard, leur désir de monter sur scène est intact et ils se retrouvent au conservatoire d’art dramatique de leur ville. Le professeur le plus réputé, Monsieur Jeanson, les prend tous les trois dans son cours.
Chloé va devoir concilier les cours de théâtre avec le rythme intensif de la classe préparatoire qu’elle vient d’intégrer. Bastien, prêt à tout pour faire rire, pense qu’il suffit de regarder une vidéo de Louis de Funès pour apprendre la tirade d’Harpagon. Le beau et ténébreux Neville a peur de se donner les moyens de son ambition, d’être un autre pour savoir enfin qui il est. Comment le théâtre va-t-il lier pour toujours la jolie jeune première, le valet de comédie et le héros romantique que Jeanson a su voir en eux ?"

Je savais en lisant ce livre que j'allais l'aimer, et pour plusieurs raisons. J'ai aimé les quelques titres de Marie-Aude Murail, elle sait me toucher. Je suis toujours assez émue de lire des romans sur des adolescents qui se passionnent pour quelque chose. Alors quand cette passion est suscitée, d'une part par l'école, et d'autre part par ce qui touche aux lettres, c'est presque gagné d'avance. Je me suis plongée entièrement dans l'histoire de ces trois jeunes adultes (faisant abstraction de mon voisin de train qui sentait le type pas lavé depuis plusieurs jours...) Et pourtant, j'ai mis du temps à écrire ce billet, dans lequel je ne sais trop quoi dire, à part que c'est un gros coup de coeur, qu'il m'a beaucoup émue, sans pour autant pouvoir en expliquer les raisons. Peut-être parce que c'est tout simplement beau à lire, que c'est à ressentir plus qu'à analyser...

Ok pour la clarté et l'intérêt d'écrire un tel billet on repassera... On mettra ça sur le dos du boulot dans lequel je me noie!

Posté par Cinnamonchocolat à 10:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

20 février 2017

Jo Witek, Mentine...Privée de réseau!

mentine-217x300

Quatrième de couverture:

"Mentine adore dépasser les limites, surtout celles de ses parents !

- 9,5 ! a hurlé papa avec une tête de serial killer. Ma fille a sauté deux classes, a le QI d’Einstein et elle n’obtient pas la moyenne à son passage en troisième ! Dans ces conditions ce sera donnant donnant. Une année scolaire pourrie égale un été pourri.

C’est comme ça que j’ai été privée de mon stage de surf et de mes copines. La sentence et tombée : mon père me condamnait à deux mois d’exil dans le Larzac. J’allais me retrouver sous la flotte à bouffer du fromage de chèvre dans un horrible sweat en polaire."

Un an que ma nièce m'a prêté ce livre, il était grand temps que je lui rende! Elle n'avait pas spécialement accroché à cette lecture mais moi j'ai plutôt bien aimé. Tantôt agaçante, tantôt attachante, Mentine est un personnage singulier. Trop mature pour son âge, mais encore une enfant par bien des côtés, voilà toute l'ambivalence de l'adolescence. Détestable et adorable, je crois qu'on peut coller cette étiquette à pas mal d'ados... l'histoire n'est pas révolutionnaire mais elle a le mérite de nous dépayser un petit peu pour un retour aux sources et aux valeurs traditionnelles, le goût de l'effort et la bonne fatigue, ça m'a rappelé un peu ma jeunesse ... moi aussi j'ai aidé à faire des balots de paille dans les champs... Une lecture divertissante.

challenge petit bac

(Prénom: MENTINE)

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 janvier 2017

Anne-Marie Desplat-Duc, Les Colombes du Roi Soleil - Le rêve d'Isabeau (tome 5)

Le-reve-d-Isabeau

Quatrième de couverture:

"Depuis que ses amies ont quitté Saint-Cyr, Isabeau rêve de réaliser, à son tour, son voeu le plus cher : devenir maîtresse dans la prestigieuse institution de Madame de Maintenon.
Elle doit, pour cela, avoir une conduite irréprochable. Or elle se retrouve, bien malgré elle, au cour d'une affaire d'empoisonnement. Isabeau voit son rêve s'éloigner..."

 

Billet express pour un court roman jeunesse... Mon avis est assez partagé. J'aime le côté historique de cette série mais dans ce tome-ci il est très peu présent. L'auteur revient sur des évènements des tomes précédents. Isabeau est peut-être un peu trop pieuse à mon goût, et naïve et dévouée, ce qui rend l'histoire un peu plus fade que les précédentes avec des personnages un peu plus fougueux. J'espère que ce n'est pas la série qui s'essouffle parce qu'il reste de nombreux tomes, je crois que j'en essaierai quelques autres mais j'éviterai de m'obstiner comme avec le journal de Geogia Nicolson! 

challenge petit bac

 

(Personne célèbre: ROI SOLEIL)

lire sous la contrainte

 

(article défini: Les dans le titre de la série, et Le dans le titre du tome)

objectif pal

 

(2/25 Dans ma PAL depuis Octobre 2016)

08 janvier 2017

Louise Rennison, Le journal intime de Georgia Nicolson, tomes 8 et 9

 

un gus

Un gus vaut mieux que deux tu l'auras:

"Patatras! Au moment tant espéré où Scooterino offre enfin son cœur à Georgia, Robbie débarque sans coup férir! N'en jetez plus, la cour est pleine! Deux gus de compagnie pour le prix d'un, c'est beaucoup pour une seule fille, fût-elle Georgia. Voici notre héroïne en proie à un dilemme auquel elle n'était pas préparée. Au terme d'une réflexion douloureuse, perturbée par la très redoutée perspective d'un départ en classe verte, jettera-t-elle son dévolu sur le bel Italien et renverra-t-elle Robbie à ses wombats?"

 

Le coup passa si près que le félidé fit un écart: 

le coup

"Le bonheur aura été de courte durée ! Certes, Georgia est la fiançée officielle de Scooterino, mais déjà les nuages s'amoncelent au-dessus de sa tête. Le beau transalpin est parti en villégiature au Pays-de-la-mozarella-et-tomates-à-la et l'autorité parentale lui refuse le droit de le rejoindre. Sans compter que le torchon brûle entre Mutti et Vati. Mais s'il n'y avait qu'eux! Rien ne va plus entre Jas et son Craquoos et Angus, chat invincible et pivot central dans la vie de Georgia, est donné pour mort par la science, victime d'un accident de la circulation!"

Premier billet lecture de l'année avec les derniers livres lus en 2016. Pour cette période pré-vacances, entre conseils de classe et réunions parents il me faut toujours du léger sans prise de tête, et pour ça Georgia rempli bien le contrat. Pas besoin de réfléchir, on sait qu'elle 'na qu'une chose en tête son petit copain, le hic c'est qu'elle en a deux à disposition et clairement on imagine bien un 3e se profiler à l'horizon. De plus en plus déjantée, de plus en plus de jeux avec la langue (l'écriture pas l'autre, quoi que!) qui ne sont pas toujours à propos, trop tordus ou décalés, ou difficilement crédibles quand il s'agit d'une ado de 15 ans. Je sais ... c'est ma dose de masochisme, il ne me reste plus qu'un tome !

Posté par Cinnamonchocolat à 09:52 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,


19 décembre 2016

Anne Percin, Comment devenir une rock star (ou pas)

comment devenir une rock star

Quatrième de couverture:

"Bon, alors, comme ça, vous voulez que Maxime Mainard vous déballe sa life, une fois de plus ? Vous voulez qu’il vous raconte avec quelle bande de dingues il va fonder son (fameux) groupe de rock ? Tout découvrir sur les secrets (brésiliens) de sa mamie Lisette ? Ouvrir (enfin) les yeux sur la vie privée d’Alex, sa meilleure pote ? Découvrir (avec stupeur) qui a osé rouler une pelle à Natacha, sa petite copine ? Et vous demander comment, avec tout ça, il va réussir à avoir son bac ? Entre Noël et les vacances d’été, il va lui en arriver, des aventures inoubliables… Musique (à donf) et affaires (émouvantes) de famille : Anne Percin poursuit et signe une saison 3 toujours aussi délirante !"

Anne Percin et son personnage Maxime Mainard sont une valeur sûre en littérature jeunesse. Souvenez-vous, je vous parlais de Comment [bien] rater ses vacances en 2012 que j'avais beaucoup aimé. Maxime s'était avéré être un ado comme tout parent rêverait d'avoir, généreux, cultivé et drôle, personnage tout aussi apprécié dans le deuxième volet, Comment [bien] gérer sa love story, même si je reconnais avoir préféré le premier, et bien ce troisième tome est tout aussi drôle, les personnages tout autant attachants. La relation entre Maxime et son oncle est intéressante, cet homme d'un certain âge qui vit encore comme un ado est émouvant, et puis bien sûr toutes les références musicales sont géniales! Mon bémol en fait c'est Natacha, personne plutôt antipathique pour moi, je trouve qu'elle sonne un peu faux, c'est peut-être pour ça que j'avais trouvé le second tome un peu en dessous. Il n'empêche que c'est bourré d'humour, que ça pose de bonnes questions, les secrets de famille, les à priori et bien sûr les relations, familiales, et celles d'amitié qui ne sont pas toujours faciles à gérer quand on a 17ans.

challenge petit bac

 

(Spectacle: ROCK STAR)

Posté par Cinnamonchocolat à 19:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

07 décembre 2016

Jean-Paul Nozière, Maboul à zéro

maboul à zéro

Quatrième de couverture:

"Aïcha Djemaï n'est pas une adolescente comme les autres. À seulement quatorze ans, elle passe son bac, pour la plus grande fierté de sa mère Zohra. Mais surtout elle s'occupe de Maboul à zéro, son frère aîné. Car Mouloud a perdu la tête, et ses troubles obsessionnels sont difficiles à supporter. 
À la veille de l'élection présidentielle, la famille Djemaï commence à déranger dans la petite ville de Sponge. Mai 2002. C'est le choc du premier tour. S'expriment alors la colère du père, Karim, le désespoir de Zohra et la douleur d'Aïcha. 
Pour comprendre ces souffrances latentes, mais d'abord pour tenter de sauver son frère de la folie, Aïcha convainc sa mère de lui raconter son passé en Algérie. Lors de ces nuits de confession, Zohra révèle leur histoire..."

Voilà un court roman jeunesse qui se lit facilement et qui a le mérite de faire réfléchir sur les préjugés, qu'ils soient liés au racisme ou tout simplement à la différence. D'autant plus que l'histoire se déroule au moment des élections présidentielles de 2002, petit clin d'oeil en cette période pré-electorale. Les personnages sont attachants surtout le personnage d'Aïcha, celui de Mouloud est plus difficile à cerner, c'est lui maboul, et on comprend à la fin du roman ce qui a déclenché son mutisme et le fait qu'il se soit réfugié dans son propre monde. Jean-Paul Nozière ouvre une autre perspective que celle du présent par le biais des récits faits par Zohra. Pour des adultes le roman est peut-être simpliste avec quelques invraisemblances (dur dur d'imaginer les enfants du perosnnel d'accueil se baladant dans le collège en pleine journée...), mais il permet aux enfants de s'interroger, et peut-être justement d'aborder certaines choses avec leurs parents. Il peut d'ailleurs trouver facilement son écho dans des questions plus actuelles. A faire lire aux enfants donc, en les accompagnant dans leur lecture.

challenge petit bac

(Gros mot: MABOUL)

Posté par Cinnamonchocolat à 18:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 novembre 2016

Laurie Halse Anderson, Vous parler de ça

vous-parler-de-ca

Quatrième de couverture:

"Melinda Sordino ne trouve plus les mots. Ou plus exactement, ils s’étranglent avant d’atteindre ses lèvres. Sa gorge se visse dans l’étau d’un secret et il ne lui reste que ces pages pour vous parler de ça. Se coupant du monde, elle se voit repoussée progressivement par les élèves, les professeurs, ses amis, et même ses parents. Elle fait l’expérience intime de la plus grande des injustices : devenir un paria parce que ceux dont elle aurait tant besoin pensent que le mal-être, c’est trop compliqué, contagieux, pas fun. Melinda va livrer une longue et courageuse bataille, contre la peur, le rejet, contre elle-même et le monstre qui rôde dans les couloirs du lycée."

J'avais repéré ce titre sur la blogo et je suis contente de l'avoir sorti de ma PAL. Si le sujet du roman est assez commun, une adolescente américaine mal dans sa peau et rejetée par ses pairs, la manière de le traiter diffère un peu. Dès le départ on sait que la narratrice porte un lourd secret mais on ne sait pas de quoi il est question, on le devine, on le pressent, on glane les infos jusqu'à être clairement fixé. Ce qui nous interpelle c'est de savoir comment cette fille populaire est devenue le temps d'un été la paria du lycée et la véritable raison du rejet des autres n'en est que plus révoltante. 

Encore une fois l'on découvre ce système de clans à l'américaine, les sportifs, les pom-pom girls, les intellos, les membres de tel ou tel club etc. Si la popularité, les groupes sont bien présents dans les cours de récréation française j'ai l'impression que c'est quand même moins cloisonné, et qu'il est peut-être plus facile de passer d'un groupe à l'autre, encore que... Je me berce peut-être d'illusions, les ados sont parfois très cruels les uns envers les autres!

J'ai aimé le parallèle qui est fait tout au long du livre avec l'oeuvre que doit réaliser Mélinda pour le cours d'art plastique, tatonner, se tromper, recommencer, persévérer, telle est la leçon de vie que tente de leur inculquer ce professeur un peu hors norme, rejeté lui aussi par ses confères car peu conventionnel. Et c'est pourtant la seule figure adulte qui semble à l'écoute de Mélinda, les autres enseignants sont très caricaturaux et les parents de Mélinda brillent par leur absence. Ils m'ont d'ailleurs parus très antipathiques! Difficile donc pour cette jeune fille de faire face à sa souffrance et à toute cette indifférence!

objectif pal

(29/31)

Objectif PAL de Novembre chez Antigone et Anne: 1  (dans ma PAL depuis Août 2015)

 

Posté par Cinnamonchocolat à 06:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

03 octobre 2016

Louise Rennison, Le journal intime de Georgia Nicolson, Retour à la case égouttoir de l'amour (tome 7)

retour à la case égouttoir de l'amour

Quatrième de couverture:

"Mais quelle idée d'avoir demandé à Massimo d'occuper le poste convoité de «copain officiel» de Georgia! L'attente est insupportable et met les nerfs de la belle à rude épreuve. Et quand la réponse tant attendue arrive enfin, le monde s'écroule autour de Georgia. Comment survivre à la rebuffade du beau Transalpin? 

Georgia, reine de la stratégie amoureuse, envisage aussitôt un moyen de récupérer Scooterino en mettant Dave la Marrade à contribution. Mais l'expert en rigolade semble bien occupé par la belle Emma. Et où est passée cette foule de garçons qui se pressait aux pieds de Georgia? Alors que le désespoir est à son comble, deux lueurs d'espoir se profilent à l'horizon..."

Toujours plus de loufoquerie dans le personnages, les petites histoires mais surtout la langue. Louise Rennison joue avec les mots comme personne, c'est drôle mais c'est parfois trop. Est-ce une volonté de l'auteur ou du traducteur, il faudrait que je le lise en VO pour être fixée. Je me lasse un peu des aventures de Georgia qui est assez monomaniaque, un peu de maturité ne ferait pas de mal, à elle et à sa famille. Il n'y a que Jas qui semble normale mais qui du coup est présentée comme ultra-ennuyeuse par Georgia. Pourquoi je le lis ce journal alors? Pour la même raison que je n'aime pas abandonner un livre, je veux continuer la série. Et puis il faut l'avouer, certains passages me font quand même bien marrer!

challenge petit bac

 

(lettre isolée: A)

15 septembre 2016

Jennifer Brown, Hate List

hate list

Quatrième de couverture:

"C'est moi qui ai eu l'idée de la liste. Je n'ai jamais voulu que quelqu'un meure. Est-ce qu'un jour on me pardonnera ?"

C'est ce que pense Valérie, effondrée après un drame inexplicable survenu au lycée. Son petit ami, Nick, a ouvert le feu dans la cafétéria, visant un à un tous les élèves de la liste. Cette fameuse liste qu'ils ont écrite pour s'amuser et où figurent ceux qui étaient odieux, lâches, méprisants dans l'établissement. Maintenant, ils sont blessés ou morts. Et Nick s'est suicidé, emportant son secret pour toujours. Mais Valérie elle, est toujours là, enfermée dans une bulle de questions sans réponses. Jusqu'au matin où elle se lève et quitte sa chambre pour retourner au lycée."

En achetant ce livre je me suis un peu mélangée avec le titre La liste qui lui aussi se passe dans un lycée mais dont le sujet diffère un peu. Bon c'est sans mal, ce titre-là me tentait aussi, c'est un sujet intéressant de manière général, d'autant plus quand on est enseignant et qu'on aborde le sujet des armes à feu aux Etats-Unis. Certes c'est une fiction mais pourquoi pas en étudier un extrait en classe (on me dit dans l'oreillette que les cours au lycée c'est terminé, youhou!

C'est donc avec quelques attentes que j'ai entamé ma lecture, j'ai beaucoup apprécié les différents points de vue narratifs, tantôt celui de Valérie, tantôt des extraits de journaux sur le drame, des témoignages ou un narrateur omniscient sur les autres "acteurs" de la tragédie. Ce livre soulève quelques questions, celle de la responsabilité d'abord, des coupables, des victimes qui n'en étaient pas à priori, des personnels enseignants, du système éducatif aussi. 

Pourtant, l'histoire est malheureusement assez banal, le personnage de Valérie agaçant, et les réactions des autres élèves m'ont parues assez erronées. J'ai eu une impression de faux, de trop beau et trop lisse tout au long de ma lecture. Le seul personnage ayant eu grâce à mes yeux est sans doute le psy. Lecture assez mitigée en somme.

 

mois américain

chez Titine

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,