25 mars 2017

Robert Louis Stevenson, Le Maître de Ballantrae

le maître de ballantrae

Quatrième de couverture:

"Le Maître de Ballantrae (1889) est le chef-d'œuvre de Stevenson. Ce roman d'aventures, qui commence en Écosse en 1745, entraîne le lecteur sur les champs de bataille, sur les mers avec les pirates, vers les Indes orientales et enfin en Amérique du Nord avec sa terrible forêt sauvage, hantée par des trafiquants, des aventuriers patibulaires et des Indiens sur le sentier de la guerre.
On retrouve l'inspiration de L'Île au trésor (1883), enrichie de celle du Cas étrange du Dr Jekyll et de Mr Hyde (1886), car Stevenson poursuit son exploration obsessionnelle du mystère et des ambiguïtés du mal. Le héros, James Durie, Maître de Ballantrae, livre à Henry, son frère cadet, un combat sans merci. Stevenson décrit la fascination romantique que ce protagoniste diabolique, séduisant, raffiné, intelligent, implacable et sans scrupules, est capable d'exercer sur ses proches et jusque sur les narrateurs chargés de relater ses aventures prodigieuses."

C'est le mois Kiltissime en Mars chez Cryssilda, c'était donc le moment choisi pour déterrer Stevenson de ma PAL, histoire de renouer un peu avec la littérature classique, laissée de côté depuis l'été! J'appréhendais un peu, sachant que ma lecture, en anglais et en français du Dr Jekyll et Mr Hyde m'avait laissée de marbre (oui!!!) mais que j'avais adoré L'île au Trésor il y a quelques années, et bien le Maître de Ballantrae m'a un peu réconciliée avec l'auteur même si j'ai trouvé quelques longueurs à son récit, qui ont peut-être à voir avec mon état de fatigue au moment de la lecture. 

J'ai vraiment aimé cette langue du 19e siècle, celle qui me pousse à lire un classique de temps en temps, pour renouer avec les belles tournures, le choix du mot juste, de la phrase alambiquée mais pas lourde mais aussi pour les convenances de l'époque. Ici Stevenson situe son récit au 18e, et nous dresse le portrait de deux hommes, deux frères rivaux sur plusieurs décennies et continents. Et c'est cet aspect qui m'a le plus plu, les relations familiales compliquées, les années qui passent, et les décors qui changent, ce lien infime qui fait basculer de l'amour à la haine, de la réflexion à la folie.

Là où j'émets quelques réserves, c'est sur le choix du procédé narratif, l'histoire racontée par un tiers qui travaillait pour l'un des frères, la préface crie aux génies, sans doute c'est d'ailleurs la réception qui a été faite à ce livre, mais moi ça m'a parfois ennuyée, peut-être que 'jaurais préféré un narrateur omniscient, ou le point de vue d'un des freures, voire les deux à différents intervalles mais ce Mackellar un peu donneur de leçon m'a parfois ennuyée, voire un peu perdue, surtout sur le passage en Inde. 

En bref, j'ai globalement apprécié cette lecture mais j'aurais encore plus accroché si le narrateur avait été un peu différent, il y a de l'aventure, des rebondissements, et des décors qu'on s'imagine très bien donc tout était réuni pour me plaire.

 

kiltissime

(chez Cryssilda)

objectif pal

 

(9/25 dans ma PAL depuis très longtemps

Objectif Pal de Mars chez Antigone -2-)


27 février 2017

John Tiffany & Jack Thorne, Harry Potter and the cursed child

harry potter

Présentation de l'éditeur:

"It was always difficult being Harry Potter and it isn’t much easier now that he is an overworked employee of the Ministry of Magic, a husband and father of three school-age children.

While Harry grapples with a past that refuses to stay where it belongs, his youngest son Albus must struggle with the weight of a family legacy he never wanted. As past and present fuse ominously, both father and son learn the uncomfortable truth: sometimes, darkness comes from unexpected places."

J'attendais le bon moment pour me replonger dans l'univers Harry Potter, c'était donc avec un mélange d'enthousiasme et d'appréhension que j'ai ouvert ce dernier opus de la série. J'ai au début été un peu gênée par la forme, je n'ai pas lu de théâtre depuis bien longtemps et en anglais encore plus! Mais j'ai vite renoué avec l'univers et les personnages!

J'ai un avis très partagé, d'un côté j'ai vraiment aimé retrouver Harry Potter, ses amis, Hogwarts et tout l'univers de la magie. D'un autre côté même si c'est bien écrit et assez rythmé de par la forme, c'est aussi un peu frustrant que ce soit si court, qu'on ne retrouve pas toute la mise en place habituelle de l'univers de J.K Rowling. Il est bien présent, l'intrigue, les situations, les personnages, tout est là, mais c'est tellement rapide à cause de la forme. Il manque toutes les descriptions, tout l'imaginaire, et ça c'est uniquement lié à la forme. 

J'ai un second bémol, c'est Ron, parce que clairement je n'aime pas le Ron adulte, c'était mon personnage préféré et je n'aime pas ce qu'ils en ont fait!!

J'ai malgré tout passé un très bon moment, ça vaut la peine d'être lu, mais bien évidemment ça ne vaut pas les "vrais" Harry Potter. J'aimerais néanmoins beaucoup voir la pièce, je suis curieuse de voir comment ils ont pu reconstituer tous ces décors sur une scène de théâtre! Et puis j'ai profité des vacances pour regarder le premier film avec mes nièces, ça m'a donné envie de revoir les autres.

 

challenge petit bac

(Sphère familiale:CHILD)

 

15 janvier 2017

Jenny Colgan, La petite boulangerie du bout du monde

la petite boulangerie

Quatrième de couverture:

"Quand son mariage et sa petite entreprise font naufrage, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d'une île des Cornouailles. Quoi de mieux qu’un village de quelques âmes battu par les vents pour réfléchir et repartir à zéro ?Seule dans une boutique laissée à l’abandon, Polly se consacre à son plaisir favori : préparer du pain. Petit à petit, de rencontres farfelues – avec un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands – en petits bonheurs partagés, ce qui n’était qu’un break semble annoncer le début d’une nouvelle vie…"

Repéré et offert par Soukee, c'est tout à fait le genre de livre dont j'avais besoin ces derniers temps, une bonne louche de feel good qui fait du bien. Polly s'installe donc dans ce petit village reculé de Cornouailles et y rencontre des personnages aussi bourus qu'attachants! Forcément on n'échappe pas à quelques clichés et certaines ficelles sont prévisibles mais ça fait tellement bien de lire des bons sentiments parfois. Et puis il y a deux choses qui m'ont particulièrement plues: tout ce qui est lié à la confection du pain. En bonne gourmande que je suis j'ai salivé à l'évocation de tous ces pains arômatisés, de ces petites viennoiseries et l'odeur me châtouillait presque les narines! La seconde c'est bien évidemment la Cornouailles!! La mer, le vent et la lande sont omniprésents et j'ai beaucoup apprécié me promener avec Polly les cheveux au vent, avec ce goût de sel marin et cet air iodé!! En bref il ne m'en fallait pas plus! Je crois savoir qu'il y a une suite, je la lirai avec plaisir. Soukee avait donc vu juste en choisissant ce titre, je vous laisse découvrir son billet ici, et aussi celui de Fondantochocolat.

challenge feel good

 

(chez Soukee)

lire sous la contrainte

 

(article défini: LA)

challenge petit bac

 

(lieu: BOULANGERIE)

30 octobre 2016

Guinevere Glasfurd, Les mots entre mes mains

les mots entre mes mains

Quatrième de couverture:

"Helena Jans van der Strom n’est pas une servante comme les autres. Quand elle arrive à Amsterdam pour travailler chez un libraire anglais, la jeune femme, fascinée par les mots, a appris seule à lire et à écrire. Son indépendance et sa soif de savoir trouveront des échos dans le coeur et l’esprit du philosophe René Descartes. Mais dans ce XVIIe siècle d’ombres et de lumières, leur liaison pourrait les perdre. Descartes est catholique, Helena protestante. Il est philosophe, elle est servante. Quel peut être leur avenir ?
En dévoilant cette relation amoureuse avérée et méconnue, Guinevere Glasfurd dresse le portrait fascinant d’une femme lumineuse, en avance sur son temps, et révèle une autre facette du célèbre philosophe français.
Un roman de passion et de liberté qui nous plonge dans une fresque envoûtante des Pays-Bas au « siècle d’or », à la manière de La Jeune Fille à la perle."

En lisant les avis sur les autres titres des Match de la Rentrée littéraire j'étais presque déçue d'avoir choisi ce titre, Chanson douce, Baby Spot, Petit Pays et Police me tentaient finalement beaucoup. Quand j'ai relu la quatrième de couverture des Mots entre les mains, je me suis à nouveau demandé "mais qu'est ce qui m'a pris?" Mais dès les premières pages j'ai accroché, à l'écriture, à l'histoire, aux personnages, à l'époque, en bref cette lecture m'a beaucoup plue et je n'ai ensuite plus du tout regretté mon choix!!

Guinevere Glasfurd décrit très bien l'époque je me suis rapidement projetée dans l'Amsterdam du 17è siècle. L'histoire de cette jeune fille est intéressante, sa condition de servante ne semble pas coller à son niveau d'instruction et pourtant elle s'accomode très bien de sa tâche, sans amertume ni ressentiment, au contraire, le bien-être de son employeur lui tient à coeur. Pour autant elle n'oubblie pas l'importance pour une fille de savoir lire,écrire, compter pour s'élever. Pour autant sa relation avec le philosophe français n'est pas un calcul. Leur histoire est sincère, naturelle bien que compliquée. Descartes, bien que controversé, cherche à se faire publier, Héléna n'est qu'une simple servante, le milieu social, la religion, tout les oppose. Pour ce qui est de la suite de leur histoire je vous laisse la découvrir... J'ai juste regretté que la fin soit si rapide, j'aurais aimé en découvrir un peu plus, de la même manière que l'histoire de certains personnages secondaires auraient gagnée à être un peu plus développée, que s'est-il passé pour le frère d'Héléna aux Indes, qu'est devenue la servante à qui Héléna apprend à lire?

logo_rentreelitteraire (1)

Titre sélectionné par Leiloona

28 août 2016

Irvine Welsh, Glu

glu

Quatrième de couverture:

"Terry le don Juan, Billy le boxeur, Carl le DJ et Gally la poisse : quatre jeunes garçons de la banlieue d’Édimbourg, quatre enfants de la bagarre et de la misère. Des années 1970 à aujourd’hui, soudés par une indéfectible amitié, ils traversent une succession d’explosions sociales et culturelles : thatchérisme, révolution punk, ecstasy. Et une seule idée en tête : ne pas devenir des laissés-pour-compte."

Il y avait un certain temps que je n'avais pas lu ce genre de livres, je m'y suis plongée avec plaisir. Irvine Welsh dépeint l'Edimbourgh des années 70 avec force de détails et rien ne nous est épargné. Cette incursion dans les quartiers pauvres de la capitale écossaisse laisse entrevoir un avenir peu reluisant pour ces quatres amis. C'est donc à travers trois décennies que nous les suivrons, d'Ecosse en Australie en passant par l'Allemagne. Chacun mènera sa vie et fera son bout de chemin, ici ou la-bas, mais ils seront tous amener à rester ou revenir dans la ville qui les a vu grandir.

C'est une histoire d'amitié, de code régit par les lois tacites de la cité ouvrière, de jeunesse, de filles, d'alcool et de défonse, de petits boulots et d'avenir à construire... Sauf que ça tourne parfois en rond, qu'on a envie de les pousser un peu, de les secouer, de leur faire voir leur vie misérable. C'est souvent ce qui est frustrant avec ce genre de bouquins, c'est que le ou les personnages suivent un schémas particulier et s'en écartent assez peu, et ça moi ça m'énerve, cette espèce de complaisance dans la misère sociale ... 

J'ai apprécié certains aspects du roman, l'Ecosse et Edimbourgh, les années soixante-dix / quatre-vingts, cette vie de quartier populaire, l'amitié mais j'ai été agacée par d'autres, surtout la manière dont les femmes sont considérées, on peut difficilement faire plus machiste, et cet espèce d'immobilisme. Une lecture sympathique au début mais un peu longue finalement...

 

pavé

 

(Chez Brize , 696 pages)

objectif pal

 

                                                                               (23/31)

 

 

Posté par Cinnamonchocolat à 16:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23 juin 2016

Barbara Pym, Secret,très secret

secret très secret

Quatrième de couverture: "Nous reconnaissons avec bonheur dans ces trois nouvelles, dans des genres parfois fort inattendus - roman d'espionnage, scènes de la vie anglaise pendant la Seconde Guerre mondiale - la voix inimitable de Barbara Pym : son humour, sa cruauté, sa bonté aussi."

J'ai traversé quelques turbulences au niveau lecture parce que je n'ai pas du tout aimé ce recueil de nouvelles, la seule raison qui m'a fait le lire jusqu'au bout c'est que c'est la seule chose que j'avais emmenée pour ma surveillance du bac, sinon je l'aurai laissé tomber sans scrupules.

Dans la première nouvelle, Secret, très secret, il est en effet question d'une mission secrète confiée à la narratrice, qui s'acquitte de sa tâche sans trop savoir où elle met les pieds et le lecteur en sait encore moins qu'elle, finalement on ne saura pas quelle était la mission. 

Dans Roman du front de l'intérieur, on nous donne un aperçu de l'organisation d'hébergement pour des londoniens exilés pendant la guerre. 

Et enfin, je suis bien incapable de vous résumer Adieu Balkan, j'ai déjà oublié!

Les époques dont il ets question sont intéressantes, la plume de Barbara Pym n'est pas déplaisante, mais le format nouvelle ne m'a pas permis de voir un quelconque intérêt dans ces lectures! Plusieurs blogueuses ont lu Barbara Pym pour la LC sur les vieilles dames indignes, j'irai voir s'il n'y a aps quelque chose de plus intéressant à découvrir de l'auteur.

 

mois anglais 2

 

(chez Lou et Cryssilda)

 

 

challenge petit bac

 

(Ponctuation: une virgule)

 

objectif pal

 

(19/31)

19 juin 2016

Paul Doherty, Le combat des Reines

le combat des reines

Quatrième de couverture:

"Après avoir affronté tous les dangers pour permettre le mariage d’Isabelle de France et du nouveau roi Edouard II, l’intrépide Mathilde de Clairebon, première dame de la reine, se pense enfin en sécurité en Angleterre. Le répit est pourtant de courte durée : les intrigues menées depuis la France se multiplient et Peter Gaveston, le favori royal, est accusé de haute trahison par les grands Barons. Retranchés au palais de Westminster, le roi et sa cour doivent faire face aux traîtres et aux espions en tout genre mais également à une série de meurtres commis par une mystérieuse empoisonneuse. Pour démasquer celle qui sème la mort sur son passage et empêcher la guerre civile d’éclater, les talents de Mathilde, pour qui l’art des potions n’a aucun secret, seront plus que jamais nécessaires."

L'an dernier pour le mois anglais je lisais Le calice des esprits dont Le combat des reines est la suite. Ma lecture était assez mitigée mais m'avait finalement plue, mon avis sur cette suite est plus tranché, mais resituons-nous les personnages. Dans ce roman, Isabelle de France est devenue l'épouse d'Edouard II d'Angleterre, mariage scellé précedémment par son père Philippe IV avec le soutien de sa soeur, Marguerite de France, reine douairière, veuve d'Edouard 1er, roi d'Angleterre ayant donc cédé le trône à son fils. 

Difficile de déméler les fils de l'intrigue, si ce n'est que quelqu'un, supposément la nommée empoisonneuse veut la mort d'Edouard II, de même qu'une tripotée de bourgeois, mécontent de la "liaison" entre le roi et son protégé Gaveston. Mathilde, dame de compagnie d'Isabelle aide à déjouer ce complot. 

Je suis passée à côté de cette intrigue, n'ayant pas compris tous les tenants et aboutissants, enfin si mais pas tout de suite. C'est long, on ne sait pas qui est qui, qui est avec qui, qui est contre qui, j'ai vraiment peiné dans ma lecture, mais j'ai persévéré parce que malgré tout ça m'intéressait. J'aime assez les romans historiques mais je crois que je n'accroche pas tellement à l'écriture de Doherty. Pour moi les cinquantes dernières sont les plus accessibles et les plus intéressantes à lire. Bon ok il s'agit de la résolution donc pas tellement de suspense à ce moment mais au moins j'y ai enfin compris quelque chose dans ce schmilblick!

Vous l'aurez compris je ne vous recommande pas particulièrement ce roman, c'est dommage parcequ'on y apprend quand même des choses intéressantes sur la monarchie et l'entente (ou pas) entre les Français et les Anglais au Moyen-Age.

mois anglais 2

 

chez Lou et Cryssilda

LC sur les Rois et Reines d'Angleterre

objectif pal

 

(18/31)

Posté par Cinnamonchocolat à 18:18 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 juin 2016

Wesley Stace, L'infortunée

l'infortunée

Quatrième de couverture:

"Londres, 1823. Fille de lord Loveall, l'homme le plus riche
d'Angleterre, la jeune Rose fait le bonheur de son père. Elle vit dans un magnifique manoir, entourée de domestiques dévoués. Elle porte des robes plus jolies les unes que les autres, passe ses journées à étudier avec sa mère et à s'amuser, et partage sa chambre avec Sarah, sa compagne de jeux... En un mot Rose a une enfance comme toutes les petites filles rêveraient d'en avoir. Mais voilà, Rose, n'est pas une fille. Rose est un garçon. Ses parents ne sont pas ses vrais parents. Et la révélation de cette vérité va bouleverser la vie de Rose et de toute la maison. Déjà best-seller dans de nombreux pays, L'Infortunée est un suspense victorien passionnant qui se lit comme un classique."

Par où commencer? L'infortunée est un roman foisonnant qui s'inscrit dans la tradition du roman victorien britannique, même si son auteur est contemporain. Par certains côtés, sur le questionnement du genre principalement, il m'a fait penser au Puits de solitude de Radclyff Hall, mais la comparaison s'arrête là.

J'ai beaucoup apprécié la première moitié du roman, celle qui pose le décor et qui nous raconte l'histoire de Rose, des Loveall, de sa naissance et son enfance en tant que fille, alors qu'elle est un garçon mais ne le sait pas encore puis ensuite la découverte de son véritable genre qui entraînera peu à peu la déchéance de la famille. Cette partie du récit est nettement plus intéressante à mon avis que celle qui suit intitulée "Le Pays des rêves" qui n'a été qu'un gros point d'interrogation pour moi, je n'y pas vu grand intérêt dans le déroulement de l'histoire, ni d'intérêt littéraire, ou alors je suis totalement passée à côté, ce qui est très probable. Heureusement la fin redevient à nouveau intéressante, avec un dénouement pour le moins innattendu.

Lecture en demi-teinte car gâchée par une partie du récit, j'y ai quand même retrouvé ce que j'aime en littérature, le côté roman d'apprentissage, les histoires de famille, les belles demeures victoriennes, un brin de suspense, et ce côté un peu poussiéreux qu'ont les vieux tableaux. La question du genre, même si elle est au coeur du roman, n'est finalement pas traitée en profondeur, cela m'a tout de même rappelé une citation de Simone de Beauvoir "On ne naît pas femme, on le devient", à laquelle on pourrait opposer qu'on ne naît donc pas homme on le devient aussi, difficile donc d'être une femme dans un corps d'homme donc... Je vous invite quand même à le lire, l'écriture de Wesley Stace étant plutôt agréable à lire.

mois anglais 2

 

chez Lou et Cryssilda 

objectif pal

(17/31)

 

Posté par Cinnamonchocolat à 19:11 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 juin 2016

Meurtres à l'anglaise: Anne Perry, L'étrangleur de Cater Street

l'étrangleur de Cater Street

Quatrième de couverture: 

 "Suffragette avant l'heure, l'indomptable Charlotte Ellison contrarie les codes et manières victoriens et refuse de se laisser prendre aux badinages des jeunes filles de bonne famille et au rituel du tea o'clock. Revendiquant son droit à la curiosité, elle parcourt avec intérêt les colonnes interdites des journaux dans lesquels s'étalent les faits divers les plus sordides. Aussi bien le Londres des années 1880 n'a-t-il rien à envier à notre fin de siècle le danger est partout au coin de la rue et les femmes en sont souvent la proie. Dans cette nouvelle série victorienne , la téméraire Charlotte n'hésite pas à se lancer dans les enquêtes les plus périlleuses pour venir au secours du très séduisant inspecteur Thomas Pitt de Scotland Yard. Charmante Sherlock Holmes en jupons, Charlotte a déjà séduit l'Angleterre et les Etats-Unis. La voici partie à l'assaut de l'Hexagone."

J'ai un avis assez mitigé sur cette lecture. J'ai apprécié l'ancrage dans l'époque Victorienne. Les codes de la société de l'époque, cette famille typique de la bourgeoisie londonienne qui ne pense qu'à marier ses filles. Même la grand-mère aigrie y est! J'ai aimé le personnage de Charlotte, qui ne s'en laisse pas compter, et semble n'en avoir que faire de finir vieille fille, bien que ce soit l'une des préoccupations principales de sa famille. Mon personnage préféré étant celui de l'inspecteur Thomas Pitt qui se fiche complètement de tous ces codes, qui va droit au but, non sans une pointe d'humour un peu grinçant. L'atmosphère un peu sombre du meurtre de ces femmes aux moeurs légères, Cater Street et ses petites ruelles, je pouvais presque entendre les roues des voitures sur le pavé un jour de pluie... 

Mais je n'ai pas été convaincue par l"intrigue en soi, j'ai deviné, ou presque, le coupable très rapidement, et j'ai trouvé la résolution à la fois trop lente à venir, et en même temps baclée, le dénouement est à mon sens un peu trop facile... "Comme par hasard" j'ai eu envie de dire... Le deuxième point négatif sont les personnages de la famille Ellison, les deux soeurs m'ont agacée, le beau-frère encore plus, la mère est complètement inutile et le père carrément détestable. Je donnerai néanmoins leur chance à Charlotte et Thomas et lirai le second volume, juste pour voir...

objectif pal

 

(16/31)

challenge petit bac

(LIEU: CATER STREET)

mois anglais 2

 

chez Lou et Cryssilda 

06 mars 2016

Rosamunde Pilcher, Retour en Cornouailles

retour-en-cornouaillesQuatrième de couverture:

 "1935. A quatorze ans, Judith Dunbar est seule. Ses parents sont à l'autre bout du monde, entre Colombo et Singapour. En Angleterre, son horizon se limite à son austère tante Louise chez qui elle passe ses vacances entre les longs mois de Pensionnat. Heureusement, elle se lie d'amitié avec Loveday Carey-Lewis, une petite fille fantasque qui l'entraîne à Nancherrow, le beau domaine que possède sa famille en Cornouailles. Adoptée par les Carey- Lewis, Judith connaîtra là les plus belles heures de son adolescence..."

Par où commencer? J'ai adoré ce roman, je n'utilise que rarement l'expression, mais on peut dire que c'est mon premier coup de coeur 2016. Retour en Cornouailles réunit une grande partie des ingrédients qui me tiennent en haleine: des personnages variés, qu'on suit sur plusieurs années, voire décénies, des amitiés solides, des paysages à couper le souffle, quelques intrigues familiales, un ancrage historique et une bonne dose de Britisherie! Alors que mon rythme de lecture est fortement ralenti depuis quelques mois, j'ai avalé les 950 pages en une semaine de vacances, certes les 7 heures de train n'y sont pas pour rien, mais je ne pouvais plus lâcher Judith. Judith c'est le point d'ancrage de ce roman, c'est elle qu'on va suivre, qu'on verra grandir et traverser les épreuves et époques avec détermination et discernement. Parce que comme l'indique la quatrième de couverture c'est à l'adolescence qu'on fait sa connaissance, mais nous ne la quitterons qu'après la guerre, alors qu'elle est devenue une jeune femme responsable. Vivre seule et devoir se prendre en charge à 14 ans donnent au personnage une très grande maturité et force de caractère, pour autant Judith n'en reste pas moins une adolescente avec ses insouciantes et ses rêves. Elle s'attache à la famille Carey-Lewis qui s'entiche aussi d'elle. Une famille pour le moins excentrique et détonnante dans la campagne Cornouaillaise! Pour autant elle n'oublie pas ses anciennes amies à Penzance, ni sa tante à qui elle est très attachée.

Ce que l'auteur met en avant c'est avant tout son attachement à la terre, au pays mais surtout à la Cornouailles! Les paysages sont des personnages à part entière qui s'invitent de temps à autre dans le fil du récit, et comme ça fait rêver!! Les personnages masculins font aussi un peu rêver, ils ont quelque chose d'un peu Austenien, droits dans leurs bottes, protecteurs et séducteurs malgré eux. Bien sûr je n'ai pu m'empêcher de penser à Daphné du Maurier, à laquelle Rosamunde Pilcher fait référence à plusieurs reprises, il y a du Rebecca et de l'Auberge de la Jamaïque quelque part dans le récit, ou dans l'un ou l'autre personnage.

Le traitement de la seconde guerre mondiale est intéressant, si on en a un aperçu en Grande-Bretagne c'est surtout de l'autre côté du globe que l'auteur a choisi de s'attarder et c'est assez réussi, je ne m'étais jamais demandé comment cela avait été vécu dans les anciennes colonies, ni même n'avais jamais pensé qu'ils étaient directement impliqués, voire en première ligne. Ce traitement de la seconde guerre mondiale est assez nouveau pour moi et n'en a donc été que plus intéressant.

Je suis toujours un peu maladroite pour parler des romans qui m'ont beaucoup plus... Je crois que c'est Fondant qui m'avait donné envie de lire ce livre, voici son billet.

 

challenge petit bac

 

(Voyage: RETOUR)

objectif pal

 

(6/31)