30 octobre 2018

Bilan Septembre - Octobre

On va commencer par les livres dont je ne parlerai pas sur le blog en détail, faute de temps et parce que chacun à leur manière ne m’ont pas accrochée :

presbytère Le-Rire-du-grand-bleeles rêveurs

 

-          Le presbytère d’Ariane Monnier : je l’ai lu jusqu’au bout en apnée, sans doute avec un air dégoûté sur le visage. C’est un récit glauque à souhait, une histoire d’enfants reclus et abusés, horrible !

-          Le rire du grand blessé de Cécile Coulon, j’ai tant aimé Trois saisons d’orage l’an dernier que j’ai emprunté ce titre à la bibliothèque, sauf que les romans de science-fiction ce n’est vraiment pas ma tasse de thé.

-          Les rêveurs d’Isabelle Carré, abandonné au bout de quelques pages, je n’ai pas du tout accroché au style.

Ces trois romans m’ont un peu coupé dans mon élan en octobre et j’ai traversé une petite panne de lecture, rien de grave, je me suis rattrapée pendant ces vacances.

Je vous dis deux mots tout de même sur une bande-dessinée dont je n’ai pas eu le temps de vous parler en septembre, il s’agit de l’adaptation bande-dessinée du roman de Sorj Chalandon, Mon traître par Pierre Alary.

mon traitre

Mon traître fût une révélation pour moi il y a quelques années donc quand j’ai croisé cette BD à la médiathèque je n’ai pas pu résister, et je n’ai franchement pas été déçue, elle tient ses promesses ! De très beaux dessins, un peu sombre, un peu teintés de nostalgie, très réalistes malgré les traits un peu épais. Ils collent bien à l’image que je me faisais des personnages et de l’Irlande du Nord. La mise en texte est elle aussi intéressante, les bulles de BD entrecoupée de l’interrogatoire de Tony Meehan, c’est un procédé très intelligent et qui rend lui aussi un bel hommage au texte de Chalandon, coupé là où il faut, sans trop en manquer, sans trop en dire, vraiment j’ai beaucoup aimé et été à nouveau très touchée par ce récit.

 

Bien sûr j’ai continué à regarder des séries, même si là encore petit passage à vide avec la série Mindhunter, nous avons abandonné après quatre épisodes. Je crois que sur les quatre j’ai dû dormir la moitié du temps.

Par contre nous avons été happés par la saison 1 de The handsmaid’s tale, série qui fait froid dans le dos, avec une Elisabeth Moss remarquable et à l’opposé de son rôle un peu cruche dans Madmen. Et nous avons retrouvé avec plaisir Clémence Poesy dans la saison 3 de Tunnel, la plus aboutie des trois selon moi, j’ai vraiment adoré et je reste assez secouée par la fin de la saison !!

handsmaid tale  tunnel

Un peu plus léger nous avons suivi la diffusion de la série Good Doctor sur TF1, sympathique à regarder parce que très drôle, un humour un peu décalé comme j’aime. Par contre pour ce qui est du côté médical c’est un peu trop déjà vu. Et puis toute seule j’ai suivi Station 19 le crossover de Grey’s anatomy, pas mal, des personnages assez sympathiques, mais c’est un peu frustrant que ça s’arrête avant la fin de la saison, encore un coup de com’ de TF1 ! pff !

gooddoctor  station19-1-e1537005425963

Pour ce qui est des films, je crois que j’ai un peu perdu le fil mais récemment j’ai vu :

mission impossible  blackklansman  searching

-          Mission impossible: Fallout, euh vous m’en voulez si je vous dis que j’ai dormi la première heure ? je me suis réveillée au moment des scènes à Londres, j’en ai pris plein les yeux c’était cool, maintenant pour ce qui est de l’histoire en elle-même je n’ia pas capté grand-chose et maintenant je comprends pourquoi c’était le premier mission impossible que je voyais, ce sera sans doute le dernier.

-          BlackKKlansman de Spike Lee avec mon chouchou Adam Driver, un film très réussi sur l’histoire de ce flic noir qui a infiltré par procuration le Ku Klux Klan dans les années 70 aux Etats-Unis, c’est très drôle sans être lourdingue !

-          Searching : un film assez innovant dans la manière dont c’est filmé, un peu de suspense mais on devine rapidement à la fin de quoi il retourne grâce à quelques indices disséminés au cours du film.

a star is born  freres ennemis capharnaum

-          A star is born de et avec Bradley Cooper, et Lady Gaga dans le rôle de l’actrice principale, une jeune serveuse propulsée en tête des hit parades américains grâce à sa rencontre avec la rock star incarnée par Bradley Cooper, là comme ça le pitch n’est pas super vendeur mais ce film est génial (oui !) les acteurs sont très vrais dans leurs émotions, la BO est sympa, bref j’en redemande

-          Frères ennemis avec Reda Kateb et Matthias Schoenaerts. Reda Kateb pour moi c’est un gage de qualité, c’est un peu l’étoile montante du cinéma français, une gueule bien à lui, un taiseux qui laisse passer beaucoup d’émotions. Un sujet courant mais traité avec finesse où la frontière entre le bien et le mal n’est finalement pas si tranchée que ça.

-          Capharnaüm de Nadine Labaki, ce film libanais met en scène un peu caméra à l’épaule la vie d’un enfant qui porte plainte contre ses parents de l’avoir mis au monde. Il vit dans le dénuement total et trouve refuge chez une sans papier éthiopienne qui lui confie son enfant. C’est très émouvant, la grosse claque de cette fin d’année.

 

Parlons un peu papilles maintenant,

J’ai enfin testé la formule goûter chez Au fond du Jardin (6 rue de la Râpe), un goûter au top et qui a tenu toutes ses promesses, de la petite madeleine du voyage (citron pavot) au cake maison en passant par un délicieux crumble de fruits rouges, le tout accompagnée d’une infusion poire cannelle. C’est un voyage dans le temps et dans l’espace, une décoration et une vaisselle choisie avec goût, et un personnel aux petits oignons. J’y retournerai pour tester leurs scones qui avaient l’air excellents !

IMG_20180929_191227_092

Pour rester un peu à l'heure anglaise nous avons aussi testé le brunch de l'hôtel Hilton (1 avenue Herrenschmidt) qui avait pour thématique le petit déjeuner anglais tout au long du mois de septembre. C'est un buffet varié et très bien fourni: viennoiseries (que nous n'avaons pas testées), tartines salées, charcuteries, verrines, salades, fromages, fruits de mer, douceurs sucrées et sur la thématique il y avait des plats chauds, fish and chips (pas testé), oeufs bénédict (décevants), gigôt d'agneau sauce menthe, légumes du marché, yorkshire pudding; il ne manquait que les baked beans et sausages, mais franchement je n'urais de toute façon pas pu manger plus! Brunch réservé pour midi et nous n'avons pas mangé le soir!!

IMG_20180930_164638_831

J’ai aussi testé l’afternoon tea de l’hôtel spa le bouclier d’or (1 rue du Bouclier). C’était bon mais pas forcément à la hauteur de mes attentes. Les Fingers sandwich étaient bons mais très simples. Les scones manquaient un peu de moelleux et ce n’était pas de la clotted cream à l’anglaise, c’est à mon avis ce qui a fait le plus défaut. Rien à redire sur les pâtisseries toutes excellentes et généreuses. Le tout est servi avec une flûte de champagne et un thé, j’aurais aimé avoir une plus large sélection de thés. Le cadre en revanche est très joli et distingué.

IMG_20181026_160126633

Côté resto nous sommes restés plus sages avec une seule découverte : Le Botaniste (3 rue Thiergarten)

Nous avions choisi la formule à 42 euros : 5 plats choisis par le chef (on nous a demandé si nous avions des allergies alimentaires ou des choses que nous n’aimions pas du tout) et nous avions pris l’accord cocktail pour 18 euros. Le serveur nous a proposé de partager 4 cocktails plutôt que de n’en avoir que deux chacun. Tout fût une belle découverte (je passe pour une poche si je rajoute surtout les cocktails ?) Nous avons pu déguster un œuf mollet avec poêlée de champignons accompagné d’un cocktail à base de Mescal ,sirop de noisette et thé à la bergamote, des ravioles de navets boule d’or avec un jus au persil et un cocktail avec du Gin, du Moscato d’Asti et du bitter à la cerise. Ensuite pour le poisson nous avions de la truite d’Alsace, des panais rôtis et une sauce au beurre blanc. La viande est ce que j’ai le moins aimé, un bœuf cuit au four pendant 7 heures (un peu trop sec à mon goût) avec un pressé de pommes de terre (à tomber) accompagné d’un Gin à la fleur de sureau et la limonade.Pour le dessert c’était une déclinaison de poires (fraîches, pochées, en sorbet) avec meringue et sorbet noisette, une petite tuerie, de même que son cocktail à base d’amaretto de grand manier, de jus de citron et cranberry.

IMG_20181021_100124_894

Vous avez faim ?

Moi oui, rendez-vous fin novembre dans le meilleur des cas, je vous parlerai de deux concerts ! Et vous, est-ce que vous avez fait des découvertes durant ces deux mois? Des bonnes adresses à partager? Des films ou séries à conseiller? Un avis sur ceux et celles dont je parle? Ah et puis tant qu'on y est, on planifie un road trip en Ecosse pour le mois d'avril donc je prends tout conseil avisé sur les spot à ne pas manquer, de bonnes adresses de resto/bar/B&B ou toutes autres curiosités locales!!

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,


29 octobre 2018

Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux

leurs enfants après eux

Quatrième de couverture: "Août 1992. Une vallée perdue quelque part dans l’Est, des hauts-fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a quatorze ans, et avec son cousin, pour tuer l’ennui, il décide de voler un canoë et d’aller voir ce qui se passe de l’autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence.
Avec ce livre, Nicolas Mathieu écrit le roman d’une vallée, d’une époque, de l’adolescence, le récit politique d’une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt. Quatre étés, quatre moments, de Smells Like Teen Spirit à la Coupe du monde 98, pour raconter des vies à toute vitesse dans cette France de l’entre-deux, des villes moyennes et des zones pavillonnaires, de la cambrousse et des ZAC bétonnées. La France du Picon et de Johnny Hallyday, des fêtes foraines et d’Intervilles, des hommes usés au travail et des amoureuses fanées à vingt ans. Un pays loin des comptoirs de la mondialisation, pris entre la nostalgie et le déclin, la décence et la rage."

 

Dans son deuxième roman, Nicolas Mathieu nous parle de l’adolescence dans les années 1990, de la vie dans les villes désindustrialisées de l’est de la France. D’avance je savais que ce roman trouverait écho en moi. J’ai moi aussi été adolescente dans les années 90, même si un peu plus tard qu’Anthony, Vanessa, Steph et Hacine et j’ai moi aussi grandi dans un milieu ouvrier sur le déclin dans le Nord de la France. Ces jeunes et leurs vies m’étaient donc un peu familier et même si ce n’est pas mon histoire qui était racontée, tout ça ne m’était pas totalement inconnu.

L’auteur a choisi de nous raconter cette vie à Heillange par le biais de quatre étés. Effectivement l’été fait ressortir le côté inerte de ces villes, le désœuvrement des jeunes, la chaleur étouffante et l’ennui. L’été c’est également le moment où les classes sociales se côtoient un peu plus, au camping du coin, au bal du 14 juillet, dans les soirées arrosées où le lien c’est le bédot qu’on fait tourner. Les garçons eux ne pensent qu’aux filles, les filles elles ne rêvent que de quitter ce coin paumé et faire leur vie ailleurs, différente de celles de leurs parents. Certaines resteront, feront des enfants et trimeront comme leurs mères avant elles. D’autres se réfugieront dans les études avec l’espoir de mener une autre vie.

 A travers ces adolescents c’est aussi le monde des parents que l’on aperçoit, celui des heures de boulots cumulées pour un smic à la fin du mois, celui des couples qui s’usent et de l’alcool comme un pansement. Ce roman est le témoin d’une France un peu trop souvent oubliée, qui ne fait pas de vagues, sauf peut-être au moment des élections.

Je vous conseille cette lecture, c’est bien écrit, très réaliste, un brin nostalgique parfois sans être larmoyant. Les personnages sont attachants, on sourit, on rit, en tout cas on ne peut rester indifférent. Valérie l’a beaucoup aimé également.

lire sous la contrainte

(le temps qui passe: APRES)

26 octobre 2018

Yasmina Khadra, Khalil

khalil

Quatrième de couverture: "Vendredi 13 novembre 2015. L'air est encore doux pour un soir d'hiver. Tandis que les Bleus électrisent le Stade de France, aux terrasses des brasseries parisiennes on trinque aux retrouvailles et aux rencontres heureuses. Une ceinture d'explosifs autour de la taille, Khalil attend de passer à l'acte. Il fait partie du commando qui s'apprête à ensanglanter la capitale.
Qui est Khalil ? Comment en est-il arrivé là ?
Dans ce nouveau roman, Yasmina Khadra nous livre une approche inédite du terrorisme, d'un réalisme et d'une justesse époustouflants, une plongée vertigineuse dans l'esprit d'un kamikaze qu'il suit à la trace, jusque dans ses derniers retranchements, pour nous éveiller à notre époque suspendue entre la fragile lucidité de la conscience et l'insoutenable brutalité de la folie."

Dans son dernier roman, Yasmina Khadra essaie de nous donner un aperçu du terrorisme de l'intérieur. Nous suivons le narrateur, Khalil, un jeune belge issu de parents immigrés et devenu terroriste un peu par hasard... Yasmina Khadra montre dans son roman, et c'est aussi ce qu'il explique quand il vient parler de son livre que pour qu'une jeune "d'ici" devienne un terroriste c'est qu'à la base il y a un dysfonctionnement au sein de la sphère familiale. C'est le cas ici, la mère de Khalil est complètement effacé, le père, alcoolique, a perdu son travail. Ils vivent dans une cité à proximité de Bruxelles. Le contexte ensuite est un facteur de plus qui peut pousser cette jeunesse un peu perdue dans les bras de "recruteur" qui eux détiennent toute la rhétorique et les bonnes ficelles pour les embrigader. Je trouve cette réflexion en partie vraie, mais en partie un peu simpliste également. Le roman par contre montre bien ce processus d'embrigadement. 

On retrouve également la belle écriture de Yasmina Khadra, une écriture de l'image où il est souvent aisé de se projeter, ce ne fût pas forcément le cas, difficile en effet de ressentir de l'empathie pour ce jeune, et là n'est de toute façon pas l'objectif. C'est un livre fort et émouvant, qui nous replonge trois ans en arrière, qui nous interroge mais qui malheureusement ne donne pas de solutions. La fin est un peu trop romancée à mon goût, la vraie vie c'est difficilement cela. Et du coup, dans le genre je lui préfère tout de même le très beau film de Marie Mention Schaar, Le ciel attendra.

Posté par Cinnamonchocolat à 09:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 octobre 2018

Loulou Robert, Sujet inconnu

sujet inconnu

Quatrième de couverture"J'avais huit ans quand j'ai su que je ne finirais pas mes jours ici. Qu'ici je ne deviendrais personne. Qu'ici je n'aimerais personne. Qu'ici, rien. Je ne ressentirais rien.
J'avais huit ans et j'ai décidé de partir un jour. J'ai choisi de ressentir. J'ai choisi de souffrir. À partir de là, je suis condamnée à cette histoire."
Sujet inconnu, c'est, dans un style brut et très contemporain, l'histoire d'un amour qui tourne mal. Entre jeux de jambes et jeux de mains, l'héroïne de ce roman boxe, court, tombe, se relève, danse, au rythme syncopé de phrases lapidaires et d'onomatopées. Plus la violence gagne le récit, plus on est pris par cette pulsation qui s'accélère au fil des pages. Un roman écrit d'une seule traite, d'un seul souffle, dans l'urgence de gagner le combat, dans l'urgence de vivre, tout simplement."

Reçu dans le cadre des Match de la rentrée littéraire 2018 chez Priceminister, j'attendais les vacances pour savourer ce dernier roman de Loulou Robert à sa juste valeur. J'ai bien fait parce que j'ai traversé une petite panne de lecture tout le mois d'octobre quasiment...

Ce livre était parfait pour me remettre de cette panne, dévoré en deux jours, il se lit dans l'urgence, presque d'une traite et l'écriture de Loulou Robert facilite cette boulimie littéraire. Des phrases courtes et percutantes avec une belle mise en abyme du processus d'écriture qui apparaît également comme une délivrance pour la narratrice. La narratrice est une jeune femme, originaire de la région de Metz (comme Loulou Robert), elle n'a qu'une hâte c'est quitter cet endroit où elle a grandi dans l'ennui pour faire ses études à Paris. Enfant et adolescente particulière, elle ne rentre pas spécialement dans le moule là-bas non plus. Comment démêler la fiction de la réalité, ce qui est du personnage et ce qui est de la propre vie de Loulou Robert? Là n'est pas la question finalement, cette histoire, c'est une histoire comme il en existe et ce qui n'est pas forcément vrai pour elle l'est sans doute pour quelqu'un d'autre. Moi aussi, la jeune pronvinciale qui a grandi dans une région en déclin je me suis parfois reconnu dans certains propos. Comme dans Bianca, l'auteur met des mots sur le mal-être intérieur qui anime ses personnages, sur la violence de ce que peut parfois être la vie. Ce fût donc une lecture forte, chargée en émotions. 

rakuten

 

 

Posté par Cinnamonchocolat à 10:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 octobre 2018

Alice Zeniter, L'art de perdre

l'art de perdre

Quatrième de couverture: " L’Algérie dont est originaire sa famille n’a longtemps été pour Naïma qu’une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoirefamiliale qui jamais ne lui a été racontée ?
Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu’elle ait pu lui demander pourquoi l’Histoire avait fait de lui un « harki ». Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l’été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l’Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ?
Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l’Algérie, des générations successives d’une famille prisonnière d’un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d’être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales."

Je le dis souvent mais on se trompe rarement quand on choisit de lire un Goncourt des lycéens, en tout cas cela vaut pour moi, et L'art de perdre ne fait pas exception. Dans ce roman je cherchais une histoire familiale racontée sur plusieurs générations et avec le regard de plusieurs générations et je voulais également m'informer sur l'Algérie à cette période de l'avant guerre et à l'après, l'accueil des ressortissants algériens sur le territoire français qui aurait dû être un peu le leur puisque l'Algérie était française. Je n'ai pas été déçue. Les deux aspects sont très bien traités, tout en finesse et très instructifs sans être pour autant rébarbatifs. Alice Zeniter sait de quoi elle parle puisqu'elle est elle-même descendante de ce qu'on appelle communément les Harkis, c'est un peu de son histoire familiale qu'elle livre à travers ces pages. D'ailleurs il y avait une très belle interview d'elle dans le magazine Society de juillet.  Les Harkis sont ces Algériens qui ont choisi de se battre au côté de la France lors de la guerre d'Indépendance algérienne délibérément ou malgré eux, ou qui ont refusé de se battre aux côtés des Algériens. A la fin de la guerre, ces hommes et leurs familles craignaient de rester vivre chez eux, souvent menacés voire agressés ou tués ils ont choisi de quitter l'Algérie pour la France pensant être bien accueillis dans ce pays qui leur semblait plein de promesses. Ce ne fût bien évidemment pas le cas, parqués dans des camps de réfugiés, ils ont dû s'adapter à une société qui ne voulaient pas forcément d'eux. Cela couvre les deux première parties du roman, l'histoire du grand-père puis du père de Naïma qui remonte le fil de ses racines et à qui est consacrée la dernière partie.

Les trois parties sont intéressantes et on ne peut que ressentir de l'empatie pour la famille de Naïma, l'aspect le plus touchant est peut-être celui qui concerne son père, Hamid, né en Algérie, arrivé en France tout petit et qui semble s'être construit en opposition à ses racines algériennes pour mieux s'intégrer dans le paysage français, tout en étant quelque part un peu retenu malgré lui par ses origines. La fameuse idée d'assimilation... Naïma quant à elle est étonnante, elle ne semblait pas spécialement intéressée par ses origines jusqu'à ce qu'elle soit confrontée à l'Algérie actuelle où tout est différent mais où tout semble également figé. Il ne semble pas y avoir eu chez elle ce qui ressemble à une crise identitaire que peuvent rencontrer certains jeunes nés en France de parents d'origine Algérienne. Je parle plus ou moins en connaissance de cause, mes nièces sont franco-algériennes et pour la plus grande le rapport aux origines est assez particulier. Et je trouve ça intéressant que ce ne soit pas ce parti pris qui soit mis en lumière, cela aurait pu très vite tomber dans le cliché, hors ce roman est tout sauf du cliché, il est beau et riche, il pose des questions, et il donne aussi quelques réponses. A lire donc!!

 

challenge petit bac

(ART: ART)

Posté par Cinnamonchocolat à 06:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,