20 juillet 2018

Bilan Juin - Juillet

Je sais que le mois de Juillet n'est pas terminé mais je vais le couper en deux avant de partir en vacances, comme ça en Août je vous ferai partager les adresses qui vont jalonner mon périple breton et grand-breton ;) et puis le bilan du mois de juin est toujours en souffrance, il était donc temps d'y remédier, d'autant qu'il va y avoir pas mal de bonnes adresses resto!!

Certaines photos ont du mal à s'afficher, si vous ne les voyez pas vous pouvez cliquer dessus pour les faire apparaître!

calendar

(photo)

Il y a peu de séries et de films ce moi-ci, avec le soleil on préfère flâner dehors ...

Pour les séries: 

  • Seven Seconds de Veena Sud, des acteurs inconnus mais une histoire qui tient la route, un ado se fait renverser par un jeune policier dans un parc de Jersey City. Ses collègues vont tout faire pour le couvrir mais c'est sans compter sur un duo de flic/procureur improbable qui est bien décidé à fouiller dans les magouilles de ces policiers pour rendre justice à ce jeune noir. Un scénario pas forcément nouveau mais des personnages attachants et drôle qui maintiennent le tout, je n'ai pas été déçue.

 

  • 13 Reasons why saison 2: je crois qu'on ne présente plus la fameuse série ado sur le suicide d'une ado qui envoie 13 cassettes pour expliquer les raisons de son suicide, la seconde saison revient sur ces cassettes mais se focalise sur le procès qui déterminera ou non la responsabilité de l'établissement dans lequel était scolarisée Hannah Baker. Tour à tour les élèves sont amenés à témoigner. Honnêtement cette saison est de trop, mais ça ne m'a pas empêché de la regarder jusqu'au bout, parce que je voulais savoir. La fin est quelque peu prévisible et certaines scènes sont très choquantes pour des ado, je ne suis pas certaine que le message passe, d'ailleurs quel est le message que les réalisateurs souhaitent envoyer? Par contre la bande originale est vraiment top!

seven seconds 13 reasons

 

 

Les films: 

J'ai vu quatre films mais je ne vous parlerai que de trois laissant celui sur Escobar de côté tant il m'a ennuyée!

  • The book club avec Diane Keaton et Jane Fonda, une bonne vieille comédie américaine cousue de fil blanc mais sur le thème de la lecture donc j'avais envie de le voir. Bon le club de lecture n'est qu'un prétexte aux rencontres des quatres amies cinquantenaires mais ça se regarde bien, pas le chef d'oeuvre de l'année mais suffisamment divertissant et drôle pour ne pas avoir l'impression d'avoir perdu son temps. 

 

  • On reste plus ou moins dans la thématique avec Le cercle littéraire de Guernesey de Mike Newell avec Lily James et d'autres de ses acolytes de Downtown Abbey, je ne pouvais pas manquer ça, entre les acteurs que j'ai beaucoup aimés dans la série, et le livre que j'avais apprécié également. C'est une adaptation plutôt fidèle et sincère. Les paysages sont tels qu'on se les imagine et les personnages assez justes dans les émotions et le contexte qu'ils évoquent. Une adaptation réussie selon moi.

 

  • Les affamés de Léa Fredal avec Louane Emera, et François Deblock, la relève est assurée avec ces jeunes acteurs talentueux, c'est un film drôle et touchant sur ces jeunes qui ont entre 20 et 30 ans diplômés ou non et qui ont du mal à trouver du travail ou la reconnaissance de leur travail. Des personnages touchants et une BO très sympa, notamment la chanson Never be Like you de Flume que j'écoute en boucle.

the book club guernesey  les affamés

 

 

Pour ce qui est des découvertes (ou redécouvertes) musicales, ce mois-ci j'ai écouté:

  • Flume, Never be like you
  • Diva Faune
  • Eels que je suis allée voir en concert à La Laiterie hier soir, hormis la chaleur à la limite du soutenable c'était un chouette concert, avec une première partie un brin déjanté de That one guy qui jouait d'un instrument qui s'apparente à une harpe électrique mais qui est en fait un "magic pipe". Pou Eels, le groupe est assez comme je l'imaginais, un côté artiste crâneur, au début peu de communication avec le public mais ça s'est amélioré au fil des chansons et puis ils ont joué That look you give that guy qui est une de mes chansons préférées de tous les temps (avec Creep de Radiohead que j'espère entendre en live aussi un jour...) Prochain concert prévu en Novembre pour Eddy de Pretto.

Et comme je ne me souviens plus  comme insérer une vidéo je vous laisse faire vos petites recherches...

eels

 

Maintenant les sorties bar/resto, l'été est proprice au flânage en terrasse, j'ai donc testé trois endroits pour partager des verres entre amis et grignoter à Strasbourg:

  • La Manufakture (rue de la Krutenau) où nous sommes allés voir les quarts de finale, ambiance sympa, deux grandes salles et deux espaces extérieurs, l'un avec quelques food trucks, l'autre avec un bar et une "plage", histoire de se poser tranquillement entre amis, les prix des boissons alcoolisées sont dans la moyenne strasbourgeoise, par contre les softs sont  plutôt dans la fourchette haute, c'est dommage. 

manufakture

  • Le Supertonic, Place d'Asuterlitz: le concept est simple, du gin et des saucisses! Une très belle carte de gin, à choisir seul ou avec différents tonic, un serveur qui est là pour vous conseiller, c'était vraiment sympa. On a accompagné nos gins d'une assiette de saucisses à partager, elles sont bonnes mais on a trouvé ça cher pour ce que c'est finalement, 12 euros pour 4 sortes de sauccisses sur un pic à brochette, mouais! Les prix des gins sont corrects, entre 8 et 12 euros si je ne dis pas de bêtises. Le petit plus c'est la déco toute acidulée!

supertonic

  • Le Bar à Vin, le XX (3 rue des Planches), une déco soignée, une carte des vins qui change tous les mois et des serveurs au petit soin qui connaissent bien leurs produits que demander de plus? Ah ba si, que ce soit bon et avec des prix raisonnables, et c'est le cas! Deux verres de vin et deux planchettes à partager (l'une de fromages, l'autre de tapenades) pour moins de 20euros par personne. Pour les vins j'ai découvert un Malbec d'Argentine que j'ai beaucoup aimé, et un vin bio Hongrois dont j'ai oublié le nom mais tout aussi bon même si ma préférence va au premier.

xx xx2

 

 

Côté resto, je suis retournée chez Alma dont je vous ai parlé dans un bilan précédent, c'est toujours aussi bon, j'ai repris des sashimi et un ceviche, et j'ai tenté un cremeux au citron et yuzu accompagné d'une boule de glace au yaourt, excellent. On a également testé le Bo Bun Sai Gon place d'Austerlitz mais je n'ai pas fait de photos, les Bo Bun sont très copieux et bons, j'avais pris un Bo Bun au poulet rien à redire sur la garniture et les nems qui l'accompagnaient, par contre la viande en elle-même était assez sèche et finalement j'aurai très bien pu m'en passer. Nous sommes également retournés à O'Pizzicato à Bernolsheim, ça faisait une éternité qu'on n'y était pas allé, c'est toujours aussi bondé, mais très bon, en photo mon plat, tartare de thon et tataki, très frais, parfait après une séance ciné. 

pizzicato

 

Pour les découvertes, on a testé:

  • Le Douri, restaurant coréen à la Krutenau, l'extérieur, et l'intérieur ne paient pas de mine, il ne faut vraiment pas s'arrêter à la propreté du sol ou à la déco parce que les plats sont excellents, très bien servis et à moindre coût, j'ai adoré!

douri

  • Tzatzi, rue de la demi-lune, restaurant de cuisine méditerranéenne (Grèce, Liban, Turquie) ouvert récemment en face du Trolley Bar. Nous étions plusieurs donc nous en avons profité pour se faire un assortiment de mezze, hoummous au citron confit, baba ganoush (caviar d'aubergines), poulet frit, fêta au thym et miel, börek aux épinards, falafels, pide, tout est très bon et leur caviar d'aubergines est sans doute le meilleur que j'ai mangé jusqu'à présent. Côté boisson, la Limonana est très rafraîchissante et le mojito grenade se boit tout seul, une tuerie! Si vous avez encore de la place, ne manquez pas le cremeux au chocolat accompagné de sa salade d'orange à la cannelle, excellent!! La déco est elle aussi très soignée.

tzatzi

 

  • Milano Torino, place d'Austerlitz, oui je sais la place d'Austerlitz c'est un peu mon QG il faut croire... mais je trouve qu'ils l'ont rendu très agréables, ce qui n'était pas forcément le cas il y a quelques années. Bref, le Milano Torino, aussi appelé MiTo est LA pizzéria en vogue de Strasbourg depuis un an et on avait pas encore réussi à y manger!! Des pizzas comme je les aime, à la pâte très fine et aux bords épais, de bons produits et des compositions originales, crême de courgette, menthe et burrata pour la mienne, pancetta de cochon noir, fior di latte et pignon de pin pour Julien. Pour l'apéritif nous avions pris des cocktails à la mode spritz ( mais sans apérol je n'aime pas ça), le mien à base de liqueur de violette et celui de Julien à base de liqueur de pêche, tous deux très bons. Pour le dessert, j'ai fait le pari du tiramisu, je suis très très difficile pour les tiramisu et là encore je n'ai pas été déçue, meilleur que le mien (oui je me vante) c'est dire!! On y retournera c'est sûr. Je vais juste émettre un bémol, le service est très rapide et c'est un peu dommage, à peine le temps d'entamer le coktail qu'on vous apporte déjà votre pizza! 

mito

 

 

et c'est tout!! C'est déjà pas mal me direz-vous... Rendez-vous en Août donc et bonnes vacances aux chanceux, bon courage à ceux qui travaillent! 

 

Posté par Cinnamonchocolat à 14:39 - - Commentaires [12] - Permalien [#]


19 juillet 2018

Zidrou et Jordi Lafebre, Les beaux étés (tome 4 - Le repos du guerrier)

les beaux étés 5

Aussitôt prêté, aussitôt lu et aussitôt chroniqué, merci Violette!

Année 1980, la famille Faldéraut bouscule ses habitudes et part en Dordogne, dans une villa qu'ils viennent d'acheter "clé sur la porte" avec le frère Faldérault et ils partent à l'heure pour changer! Sauf que les vacances de la famille Faldérault ne se passent jamais comme prévu. Il y a quand même des choses sur lesquelles on peut compter, la lose de la famille ça c'est sûr, mais surtout leur optimisme et leur capacité à tirer le meilleur d'une situation à la base pas facile, de se contenter de ce qu'ils ont pour être heureux. Ce qui ne change pas ce sont ces très beaux dessins, un brin nostalgique qui font voyager dans le temps, ici principalement par le biais des hits de l'été 1980, Lio et son banana split, Dalida, Pink Floyd, il y en a pour tous les goûts. Le polaroïd est également mis en avant et permet de faire le récit de ces deux semaines de vacances totalement improvisées. Ce procédé permet d'avancer plus vite à travers cet été 80; ça évite sans doute la lassitude avec les autres tomes, mais en même temps ça a quelque chose de frustrant parce qu'on aimerait que l'été 80 dure plus longtemps!! 

Ah et sinon ça m'a fait sourire, l'un des couples qui se retrouve dans la même situation que les Faldérault vient de Maubeuge, ville de mon enfance, le monsieur était facteur à Maubeuge, comme ma maman ^^ ! Bon par contre on n'a jamais acheté de maison en Dordogne! Le tome 5 sort en Novembre et bousculera un peu les habitudes puisqu'il se déroulera pendant les fêtes de Noël!

Posté par Cinnamonchocolat à 10:54 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

18 juillet 2018

Ron Rash, Serena

serena

Quatrième de couverture: "Années 1930, Smoky Mountains. George Pemberton, riche exploitant forestier, et sa femme Serena forment un couple de prédateurs mégalos, déterminés à couper tous les arbres à portée de main pour accroître leur fortune. Mais le projet d'aménagement d'un parc national, pour lequel l'État convoite leurs terres, menace leurs ambitions. Pemberton s'emploie à soudoyer banquiers et politiciens. Sans états d'âme, Serena a d'autres arguments : le fusil, le couteau, le poison, et un homme de main dévoué… Après Un pied au paradis, Ron Rash nous propose un drame élisabéthain sur fond de Dépression et de capitalisme sans foi ni foi. La nature, hostile et menacée, s’y mesure âprement aux pires recoins de l’âme humaine."

Dernier billet express pour mes billets en retard… Avec Serena j’ai retrouvé l’écriture et l’atmosphère particulier de Ron Rash même si le sujet est tout autre. Serena, dont le roman porte le nom, est une femme forte et déterminée, qui ne recule devant rien. C’est l’image même de la femme fatale, celle qui fait tourner les têtes ou qui les fait tomber… Mon avis est assez mitigé, j’ai beaucoup aimé l’univers, l’avancée dans les terres vierges d’Amérique pour y apporter le chemin de fer. D’ailleurs le récit se déroule dans les années 30 mais on aurait plutôt l’impression d’être au 19e siècle ! Par contre, je n’ai pas du tout apprécié ce couple, que ce soit Pemberton le mari, ou Serena. Tous deux froids et calculateurs, qui ne pensent qu’à une chose : l’argent et le pouvoir.

challenge petit bac

 

(titre mot unique : SERENA)

objectif pal

 

(Objectif PAL de juillet - 2  - dans ma PAL depuis plusieurs années)// Objectif PAL 7/20

Posté par Cinnamonchocolat à 10:14 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 juillet 2018

Simone Veil, Une vie

Une-vie

Quatrième de couverture: "Simone Veil accepte de se raconter à la première personne. Personnage au destin exceptionnel, elle est la femme politique dont la légitimité est la moins contestée, en France et à l’étranger ; son autobiographie est attendue depuis longtemps.
Elle s’y montre telle qu’elle est : libre, véhémente, sereine."

 

Je rattrape encore mon retard avec un billet express pour une lecture faite en avril dans le cadre du café-lecture de mon village qui avait pour thème les femmes d'exception. Mon choix s'est naturellement porté sur Simone Veil et je n'étais pas la seule puisque nous étions trois à parler de son autobiographie. 

De Simone Veil je savais deux choses, elle était revenue des camps de concentration et elle avait défendu et fait voter la loi autorisant l'IVG. De son éngagement politique, en faveur de l'Europe notamment je ne savais quasiment rien. Cette lecture a donc été très enrichissante parce que j'y ai beaucoup appris. Bien sûr j'ai préféré les passages plus personnels sur la vie de Simone Veil, les plus durs aussi sans doute parce que le récit des engagements politiques sont plus exigeants et demandent plus de concentration et aussi de connaissance mais cette lecture a confirmé mon choix, Simone Veil était une femme d'exception, et pas seulement parce que c'est une survivante de la Shoah, pas seulement parce qu'elle a permis aux femmes d'interrompre une grossesse non désirée. C'est une femme d'exception parce que c'était une femme engagée, qui avait la force de ses convictions et qui menaient jusqu'au bout les combats qu'elle trouvait justes. Je n'ai pas toujours été d'accord avec ce que j'ai lu mais j'ai admiré la femme tenace qu'elle était. 

challenge petit bac

(Passage du temps: VIE)

 

lire sous la contrainte

(Titre féminin)

08 juillet 2018

Clémentine Beauvais, Les petites reines

les-petites-reines

Quatrième de couverture: "Elues boudins de l'année... sur Facebook, Mireille, Astrid et Hakima font le pari de l'autodérision et se lancent dans un drôle de tour de France : depuis Bourg-en-Bresse, rejoindre Paris à vélo en vendant du boudin en chemin! On découvre une bande de filles géniales et on a envie de devenir leur amie! Ce road trip tendre et impertinent donne une pêche folle. Un roman jubilatoire qui égratigne avec humour le culte de l'image et de la beauté."

Billet express pour une lecture jeunesse faite en avril et toujours en attente de chronique... J'ai apprécié cette elcture parce que j'apprécie l'écriture et l'humour de Clémentine Beauvais. Sous un semblant de légèreté elle aborde un thème difficile de l'adolescence, le poids et le regard des autres. Ici un camarade de classe pas très malin fait un classement des filles les plus moches du collège et le diffuse sur facebook. Ces jeunes filles décident de ne pas se laisser abattre et de prouver à ce petit c** qu'elles sont capables de se dépasser et donc de lui clouer le bec. Le postulat de départ est très réaliste, je pense que ça se passe comme ça dans les cours de récréations, si vous n'avez pas un minimum de caractère quand vous n'entrez pas dans le moule façonné par les élèves eux-mêmes vous vous faites un peu malmené, vous êtes rejeté, ou parfois pire. Ce qui est un peu moins réaliste c'est la manière dont ces jeunes filles vont se faire accepter. Mais ce n'est pas grave, c'est un roman sur l'amitié, sur le dépassement de soi.

objectif pal

(Objectif PAL de juillet - 1  - dans ma PAL depuis septembre 2017)// Objectif PAL 6/20

 

 

Posté par Cinnamonchocolat à 06:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

06 juillet 2018

Lucinda Riley, La soeur de la tempête

la coeur de la tempête

Quatrième de couverture: "À la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu'elles étaient bébés, Ally d'Aplièse et ses soeurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de Genève.

Ally, la deuxième soeur au tempérament tempétueux, est navigatrice et musicienne. Lorsqu'une nouvelle tragédie la touche, la jeune femme décide de partir sur les traces de ses origines. Les indices que lui a laissés son père en guise d'héritage vont la mener au coeur de la Norvège et de ses fjords sublimes. Entourée par la beauté de son pays natal, Ally découvre l'histoire intense d'une lignée de virtuoses célébrés pour leur talent, un siècle plus tôt, une famille aux lourds secrets…

Quel est son lien avec la belle Anna Landvik, merveilleuse chanteuse qui fut une proche d'Edvard Grieg et interpréta son célèbre Peer Gynt ? Et, plus que tout, Ally arrivera-t-elle à laisser son passé pour construire son avenir ?"

Je suis assez partagée sur ce second roman des Sept soeurs, La soeur de la tempête nous emmène en mer et en Norvège, ces deux aspects m'ont beaucoup plu forcément, et j'ai moi aussi envie d'aller voir ces paysages magnifiques. L'univers musical me parle forcément moins mais j'ai quand même beaucoup apprécié, d'autant plus que Peer Gynt ne m'est pas totalement inconnu puisqu'à l'époque où j'ai appris à jouer de la flûte alto j'ai appris ce morceau d'Edvard Grieg dont il est très souvent question dans le roman, Au matin dans Peer Gynt. Les plongées dans le passé sont tout aussi intéressantes que celles du premier tome et m'ont donné envie de découvrir Ibsen, Peer Gynt d'abord puis Une maison de poupée, en cela donc le roman de Lucinda Riley est très enrichissant puisqu'il amène à s'ouvrir sur d'autres horizons, outre l'envie de découvrir la Norvège, j'ai eu envie d'écouter de la musique classique, et de mieux la connaître et donc de lire cet auteur norvégien.

Le bémol concerne le personnage principal, Ally et son histoire d'amour avec un navigateur chevronné qui tourne court assez rapidement, franchement c'est un peu trop télescopé, et dans la rapidité de la relation, et dans son dénouement. Toute l'histoire sur les origines est bien paufinée, rien ne semble laissé au hasard et pourtant cette relation me semble bâclée, elle sert sans doute de prétexte pour une découverte ultérieure concernant la mort de Pa Salt mais franchement ce n'est pas forcément nécessaire. 

Je lirai évidemment le 3e tome parce que je suis curieuse de découvrir dans quel univers l'auteur va nous emmener cette fois.

Posté par Cinnamonchocolat à 06:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 juillet 2018

Elena Ferrante, L'enfant perdue (tome 4)

l'enfant perdue

Quatrième de couverture: "À la fin de Celle qui fuit et celle qui reste, Lila montait son entreprise d’informatique avec Enzo, et Elena réalisait enfin son rêve : aimer Nino et être aimée de lui, quitte à abandonner son mari et à mettre en danger sa carrière d’écrivain. Car elle s’affirme comme une auteure importante et l’écriture l’occupe de plus en plus, au détriment de l’éducation de ses deux filles, Dede et Elsa. 
L’histoire d’Elena et de Nino est passionnelle, et bientôt Elena vit au gré de ses escapades pour retrouver son amant. Lors d’une visite à Naples, elle apprend que Lila cherche à la voir à tout prix. 
Après avoir embrassé soixante ans d’histoire des deux femmes, de Naples et de toute l’Italie, la saga se conclut en apothéose. Plus que jamais, dans L’enfant perdue, Elena Ferrante nous livre un monde complet, riche et bouillonnant, à la façon des grands romanciers du XIXe siècle, un monde qu’on n’oublie pas."

 

J'étais impatiente de découvrir ce dernier volet de la saga de l'Amie prodigieuse, que reservait donc Elena Ferrante à Lila et Elena? Et bien que dire sinon la vie? Des hauts et des bas? Des déménagements, des relations de couple qui se délitent, des enfants qui grandissent des amitiés qui se renouent ou se défont, un travail qui évolue, un nouveau roman, jusqu'à cet évènement qui boulversera leurs vies. 

On ne peut pas dire que ces deux femmes soient gâtées par la vie, Elena Ferrante aime les drames et ce sont ses personnages qui trinquent... Naples donne et reprend. Le quartier n'est jamais bien loin avec ses misères et ses histoires sombres. Parfois le lecteur serait en droit de réclamer un peu dé répis, un peu de Happy End, mais l'Amie prodigieuse n'est pas vraiment là pour ça.

Une belle lecture que ces quatres romans, j'ai apprécié me retrouver plongée dans cet atmosphère particulier à l'Italie du Sud, au milieu populaire et universitaire, à ses multiples personnages et rebondissements.

Posté par Cinnamonchocolat à 11:09 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,