15 avril 2018

Hélène Grémillon, La garçonnière

la garçonnière

Quatrième de couverture:

"Ce roman est inspiré d'une histoire vraie. Les événements se déroulent en Argentine, à Buenos Aires. Nous sommes en août 1987. C’est l'hiver. Les saisons ne sont pas les mêmes partout. Les êtres humains, si."

J'ai été très intriguée et surprise par ce roman. Le roman s'ouvre sur un coup de foudre, celui d'un homme, psychiatre, qui tombe amoureux d'une patiente, aterrie là un peu par erreur... Puis s'enchaînent les évènements qui amèneront au destin un peu tragique de l'héroine sans qu'on sache ce qui l'a amenée à cela. La suite du roman est l'enquête menée par une tierce personne, à priori elle aussi patiente du psychiatre. De découvertes en analyse, l'on décortique la vie de ces deux personnages principaux..

Oula que mon résumé est confus, c'est que je ne voudrais pas trop en dévoiler mais je vous rassure Hélène Grémillon est écrivain elle, et son roman est beaucoup plus clair même si tout n'est pas toujours dit très explicitement. L'auteur décortique un peu le sentiment amoureux mais de manière assez originale, on aperçoit un peu le contexte des années 1980 en Argentine, mais à peine, c'est un peu dommage. J'ai apprécié cette elcture jusqu'à la fin. La chute finale m'a semblé de trop et j'aurais vraiment préféré une autre issue. 

Le roman se lit très bien, certains passages sont émouvants mais j'ai nettement préféré Le confident que j'avais dévoré en deux jours!

Et vous qui l'avez lu, qu'avez-vous pensé de cette fin?

Posté par Cinnamonchocolat à 10:46 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,


11 avril 2018

Michael Collins, Minuit dans une vie parfaite

minuit dans une vie parfaite

Quatrième de couverture: 

"Encore un refus ! Karl ne supporte plus les sourires narquois de sa belle-sœur. Son prochain roman sera un chef-d’œuvre ! Où trouver l’inspiration ? L’écrivain désabusé déménage dans un quartier reculé de Chicago. Il suit le quotidien de ses voisins russes, des personnages bigarrés qui deviennent les héros de ses histoires. Peu à peu, réalité et fiction se confondent dans l’esprit de Karl..."

Encore un de ces romans où le narrateur autocentré est à baffer!  Karl est écrivain, il gagne sa vie en étant le nègre d'un auteur de romans policiers à succès. Les chapitres entre la vie de Karl et celle qu'il fait vivre pour ses romans se mélangent et leur frontière est parfois bien mince, c'est un premier aspect qui m'a un peu perdue mais ce n'est pas pour ça que Karl est à baffer. Karl est à baffer parce qu'il fait parti de ces hommes désabusés jamais satisfaits, qui mentent et trompent sans vergogne, qui vivent aux crochets des autres et qui s'imaginent une vie abracabantesque plutôt que de se tirer les doigts du ***. Pardon pour cet écart de langage mais c'est que j'ai eu envie de lui secouer les puces à ce loser, et ce n'est pas sa femme qui peut arranger les choses, elle est aussi pénible que lui!! On évolue dans un univers parfois un peu malsain de sexe et de snuff movie qui m'a aussi un peu gonflée. Je crois que je n'aime plus ces écrivains dans la veine de Brett Easton Ellis qui me donne l'impression d'utiliser du cru à tout bout de champs pour pas grand chose au final. Ou bien je suis devenue trop prude et comme le signalait un jour quelqu'un dans les commentaires je suis sans doute une de ces "cul-serrés" qui ne comprennent rien à la littérature.

En bref vous l'aurez compris je n'ai pas aimé ce roman!

objectif pal

 

(Objectif PAL d'avril - 1  - dans ma PAL depuis plusieurs années)// Objectif PAL 5/20

challenge petit bac

(MOT POSITIF: PARFAITE)

Posté par Cinnamonchocolat à 18:46 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

09 avril 2018

Lucy Christopher, Stolen (VO)

stolen

Quatrième de couverture: 

"A girl: Gemma, sixteen, at the airport, on her way to a family vacation.

A guy: Ty, rugged, tan, too old, oddly familiar, eyes blue as ice.

She steps away. For just a second. He pays for her drink. And drugs it. They talk. Their hands touch. And before Gemma knows what's happening, Ty takes her. Steals her away. To sand and heat. To emptiness and isolation. To nowhere. And expects her to love him.

Written as a letter from a victim to her captor, Stolen is Gemma's desperate story of survival; of how she has to come to terms with her living nightmare-or die trying to fight it."

Ce roman attendait depuis des années dans ma PAL Vo, j'ai profité des vacances de Février pour l'en sortir, et j'ai été bête d'attendre si longtemps pour le lire parce que c'est une petite pépite! Comme le dit la quatrième de couverture, le récit est en fait une lettre d'une jeune fille à son ravisseur. Ty kidnappe Gemma dans un aéroport alors qu'elle y est en transit avec ses parents. Il l'emmène dans une maison qu'il a aménagé à cet effet dans le désert australien, au milieu de nullepart. Gemma y raconte son enlèvement, sa captivité, leur façon de vivre, de se nourrir, les raisons qui ont poussée Ty à l'enlever etc. Ce récit est également l'occasion de remettre en cause nos modes de vie et l'importance qu'on accorde au matériel en oubliant l'essentiel. L'environnement dans lesquel els deux personnages vont vire est très sauvage et si Ty a été prévoyant ils vont cependant devoir composer avec les éléments pour se nourrir, avoir de l'eau, se soigner. En un sens, le récit fait écho aux romans dits "nature writing" en y ajoutant une dimension supplémentaire, le récit d'une adolescente en captivité et tout ce que cela peut impliquer en termes de sentiments contradictoires à l'égard de son ravisseur. Lucy Christopher donne à voir les mécanismes du syndrome de Stockholm. C'est un premier roman riche en descriptions et en émotion et facilement abordable en anglais. Je vous le conseille!

PAL vo

Posté par Cinnamonchocolat à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 avril 2018

Alexi Zentner, Les Bois de Sawgamet

sawgamet

Quatrième de couverture:

"Dans les immenses forêts du Grand Nord canadien, à Sawgamet, colonie de bûcherons et de chercheurs d'or, le froid est si intense, la coupe si dangereuse et les esprits si susceptibles, que survivre est déjà presque une offense à la nature. Une femme est en train de mourir. Stephen, son fils, devenu pasteur, contemple son corps fragile. A l’approche d’un nouvel hiver, les souvenirs de cette saison redoutable et superbe s’imposent à lui : la disparition de son père et de sa jeune sœur Mary, pris par la glace, alors qu’il n’avait que 10 ans ; les histoires de son grand-père Jeannot et de sa femme bien aimée Martine… Un monde perdu, sauvage et merveilleux revit, où les caribous d’or côtoient les sorcières des bois, où les hommes se révèlent dans la beauté stupéfiante de l'hiver."

Quand j'ai commencé cette lecture j'étais presque sûre de ne pas aimer, d'ailleurs, Bladelor avec qui je faisais une lecture commune a abandonné. Ce roman issu de la box Exploratology s'apparente au réalisme magique comme son titre précédent, Sainte-Caboche. Le contexte est cependant très différent, ici nous sommes dans la forêt canadienne avec une impression d'être hors du temps, celui où on cherchait de l'or dans les rivières pour vivre. Les conditions de vie sont rudimentaires, des cabanes dans les bois tout au plus, ces gens se contentent de ce que la forêt et la rivière ont à leur offrir. Ce roman m'a également beaucoup fait penser à Dernière nuit à Twisted River de mon cher John Irving puisqu'il y est aussi question des scieries et du convoi des troncs d'arbre par la rivière. Alors dans ces bois reculés de toute civilisation moderne, la nuit le monde magique reprend ses droits, et les histoires de fantômes et de fées sont transmises de génération en génération, et c'est surtout comme ça que j'ai pris ce roman. En effet cet aspect de légende et de magie aurait pu totalement me rebuter, mais je l'ai plutôt pris comme ces superstitions et cette tradition de l'oralité et de ce qui se transmet d'une génération à l'autre. Je me suis totalement laissé porter par cette famille, ses joies et surtout ces malheurs et la rudesse de son mode de vie, mais aussi la chaleur réconfortante du foyer et de la famille. Une belle découverte finalement!

 

challenge petit bac

 

(LIEU: BOIS)

 

03 avril 2018

Bilan de Mars

Mars est passé comme une flèche et a été bien chargé!

march

 

Les films de mars

  • Jusqu'à la garde de Xavier Legrand avec Léa Drucker et Denis Ménochet, ce film est sans concession et peur réjouissant mais Léa Drucker incarne parfaitement son rôle et le jeune garçon qui joue son fils a à mon avis de l'avenir dans le cinéma.

 

  • 3 Billboards de Martin McDonagh avec Franced McDormand et Woody Harrelson: là encore c'est peu réjouissant, critique acerbe de la police et de l'Amérique des Red Necks, cela n'en est pas moins drôle, un humour très grinçant et assez vulgaire mais ça m'a beaucoup plus, un très bon film là encore porté par son actrice principale, et là aussi le fils a réussi à m'émouvoir.

 

  • Lady Bird de Greta Gerwig avec Saoirse Ronan, mars est un bon cru parce que 'jai également beaucoup aimé ce film tant il a fait écho en moi, décidément je suis une adepte de Greta Gerwig qu'elle soit devant ou derrière la caméra. Saoirse Ronan est parfaite pour le rôle, j'ai aimé les perosnnages, les acteurs, l'histoire et la BO. D'ailleurs il y a un très bon article dans le magazine Society au sujet de ce film.

 

  • America documentaire de Claus Drexel, bon je reconnais que le mois de mars n'est pas super joyeux en terme de cinéma mais ce documentaire est vraiment très intéressant. Il donne un aperçu de l'Amérique qui a voté Trump, ou plutôt de celle qui a permis l'élection de Trump. Claus Drexel montre ces américains qui vivent au milieu de nullepart et qui sont un peu oubliés de tous. Il arrive à te faire comprendre leur point de vue, leur désintérêt pour la politique. Ce 'nest pas un reportage donneur de leçons et c'est filmé de façon intéressante avec une photographie à couper le souffle par moment.

5236618 téléchargement 7f217f09312230eb68ee0bc2fecf899f 4117354

 

Les séries

  • Gilmore Girl (toujours) saison 3 et 4, dans la saison 3 Rory est en terminale et reçoit les réponses des différentes universités dans lesquelles elle a postulé, il va falloir faire un choix... dans la saison 4, elle entre donc à l'université, j'avais un peu peur de comment le duo pourrait continuer à fonctionner mais finalement ce n'est pas si mal.

yale_3_cropped__span

  • Marseille saison 2 avec Depardieu et Magimel, un duo qui fonctionne bien à l'écran, une très bonne saison, peut-être encore meilleure que la première.

undefined_44bb386471b8e11f3947a34a122a7edc

  • Engrenages saison 6: ça faisait longtemps que j'attendais toute la bande de Bertaut. Dans cette saison ils marchent sur les plate-bandes de la BAC de Bobigny et tentent de faire le lien entre le meurtre d'un policier, des petites frappes du 93 et des flics de la BAC. on retrouve également le juge Roban dans une situation délicate et Joséphine toujours aussi ambivalente. 

  engrenages-image-saison-6-2048x1366

Les sorties culturelles

  • America! America! au musée Frieder Burda de Baden-Baden "Au travers de quelque 70 chefs d’œuvre de l’art américain contemporain, tels Race Riot (1964) de Andy Warhol, Bear and Policeman (1988), une sculpture grandeur nature signée Jeff Koons, ou les installations en lettres lumineuses de Jenny Holzer Truisms (1994), l’exposition America ! America ! How real is real ? montre comment les artistes ont commenté la réalité américaine depuis les années 1960 jusqu’à aujourd’hui. " L'expo est pas mal, il y a quelques belles pièces, mais je trouve qu'elle est assez chère par rapport à ce qu'on peut y voir, c'est dommage. Elle est visible jusqu'au 21 Mai.

 

IMG_20180210_154910767  IMG_20180210_160254307

 

IMG_20180210_155016401

 

  • Expo photo de Stephen Shames, Power to the people, à La Chambre à Strasbourg. Elle retrace une partie du mouvement Black Panthers à l'époque des luttes pour les droits civiques mais qui montre aussi la pauvreté des enfants dans les années 1980-1990. Une toute petite expo mais qui vaut le coup d'oeil, visible jusqu'au 15 avril, elle est gratuite, ça vous permettra de découvrir le lieu également qui propose des ateliers et une assez belle sélection d'autres expositions à venir.

portfolio_Stephen-Shames

(photo: http://www.la-chambre.org/portfolio/stephen-shames/ )

Les livres

Je suis toujours en retard d'au moins six billets ... je profite juste de ce bilan pour vous dire que j'ai abandonné L'art de la joie de Goliarda Sapienza que j'avais reçu avec Exploratology. Honnêtement je ne comprends pas ce choix, j'ai trouvé les premières pages écoeurantes et je n'ai pas réussi à dépasser la page 115, à tort peut-être mais franchement je ne pouvais ni m'infliger l'écriture, ni l'histoire pendant encore presque 700 pages.

41gGfM2MC6L

Les restos

Je vous donne trois adresses sans forcément plus détails parce que ce ne sont aps des nouveautés, La Hache rue de la Douane, une cuisine bistrot bien sympa, l'Hacienda rue de la Tour, très copieux. Pour la nouveautés, Les burgers de Papa, celui qui vient d'ouvrir rue du Marché, très copieux aussi mais j'ai trouvé que les burger manquaient un peu d'une touche de verdure. 

 

Et vous qu'avez-vous fait en mars? 

En avril je vous reparlerai de The Americans et du musée Mercedes à Stuttgart ...

pexels-photo-974198

(photo : https://www.pexels.com)

Posté par Cinnamonchocolat à 21:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]