30 janvier 2018

Bilan de janvier

Je vais essayer de vous faire un bilan mensuel, pas forcément de mes lectures puisque je les publie toutes, mais des films que j'aurai vu au cours du mois, et de mes découvertes, un peu comme je l'ai fait cet été avec la rubrique c'est l'hebdo de l'été.

stock-photo-wood-gold-calendar-background-magic-unicorn-cozy-new-year-january-3982d420-22b0-497d-bc59-5ca37f9a1566

 

(les photos viennent de ce site: https://www.pexels.com/ )

oyster

Ma première découverte du mois de janvier ce sont les huîtres!! J'ai troujours cru que je n'aimais pas ça. Ma mère ayant développé une allergie sévère à l'iode, les huîtres étaient bannies des tables de réveillon depuis deux décennies! Autant dire qu'avant ça je trouvais ça complètement dégueu, puis j'en ai goûté il y a 4 ans et j'ai trouvé ça tout aussi dégueu! Mais cette année j'ai retenté l'expérience avec des petites huîtres toutes fraîches de Cancale et j'ai adoré!! Du jus de citron et hop!! L'avantage c'est que pour une fois que ce n'est pas un truc trop gras/ trop sucré, je suis ravie! Je me vois déjà l'été prochain en bord de mer, siroter un verre de blanc devant un plateau d'huîtres!

 

 

Les films de Janvier (par ordre de préférence):

in the fade   burn out   tout l'argent

 

  • In the fade de Fatih Akin avec Diane Kruger qui à mon avis mérite bien son prix d'interprétation féminine reçu à Cannes. Il y a une ou deux scènes qui m'ont tiré quelques larmes, notamment au tribunal, si vous l'avez vu je suis sûre que vous saurez laquelle.
  • Burn Out de Yan Gozlan avec François Civil, une étoile montante du cinéma français à mon avis.
  • Tout l'argent du monde de Ridley Scott, avec Michelle Williams et Mark Wahlberg, un super casting, une histoire bien ficelée, un Romain Duris méconnaissable mais de sacrées longueurs!

 Les séries

The-Americans-saison-4-Poster13_Reasons_WhyGilmore_Girls_season_1_box_set

  • La saison 4 de The Americans: la meilleure, après la première bien sûr, l'éteau se reserre autour de la famille Jennings...
  • 13 reasons why, que je préfère nettement au bouquin parce qu'elle est beaucoup plus riche, et que j'aime beaucoup le personnage de Clay. Il me reste encore quelques épisodes à voir.
  • Gilmore Girls, que je (re)découvre, en VO of course et que j'aime beaucoup. J'ai rpesque terminé la saison 1 et je ris à chaque épisode!

Une pièce de théâtre:

couscous

  • Couscous aux lardons: ça faisait au moins trois ans que je n'étais pas allée voir une pièce de théâtre et rien que pour ça j'étais très contente, la pièce est pas mal, j'ai ri, les acteurs sont performants et la salle (le Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg) n'est pas mal du tout, on était assis au 3è rang donc vraiment top, mon seul bémol c'est l'utilisation d'un micro pour les acteurs, c'est mon côté un peu traditionnaliste rigide mais pour moi le théâtre c'est aussi savoir faire porter sa voix alors je pense qu'ils auraient pu s'en passer.

Les restaurants, deux découvertes ce mois-ci:

  • La Fuga à Truchtersheim, un resaurant italien au coeur du Kochersberg, j'ai trouvé que tout était bon, un velouté de lentilles à l'oseille en entrée, des calamars à la plancha en plat (ils étaient cuits à point, un régal) et un semifreddo à la pistache à se damner en dessert! Et la déco est vraiment sympa. La prochaine fois je teste leurs pâtes maison.

 

  • Alma, rue du Hannong à Strasbourg, un restaurant péruvien-japonnais, mélange surprenant mais un délice pour les papilles, et pour une fois j'ai pris des photos!! Sashimi de saumon en entrée, ceviche de dorade en plat (une tuerie!!) et ganache au chocolat 70% en dessert, avec des cacahuètes caramélisées et une boule de glace à la mangue (je n'ai finalement pas mangé la glace, trop douce à mon goût finalement j'aurai préféré une glace un peu plus peps genre citron vert ou yuzu pour apporter un peu d'acidité) mais je me suis régalée, le petit moins c'est peut-être les prix que je trouve un peu élevés. Là aussi un sans faute pour la déco.

    IMG_20180127_201916633IMG_20180127_203416867IMG_20180127_211522849

 

Qu'est ce qui nous attend en février? Je vais continuer 13 Reasons why et Gilmore Girls, je vous parlerai de bande-dessinée (!), d'un livre que je n'ai pas tellement aimé, d'une lecture commune faite avec Bladelor, et puis il y aura les vacances (déjà!! Enfin!!) mais février pour moi sera surtout marqué par mon "rendez-vous de carrière", le nouveau nom pour une inspection ... et le stress a déjà commencé, je remets tout en question, je me sens nulle, et j'ai l'impression de ne faire que de la m****! Affaire à suivre...

february

Posté par Cinnamonchocolat à 23:10 - - Commentaires [20] - Permalien [#]


24 janvier 2018

Jay Asher, 13 reasons why (VO)

13_reasons

Quatrième de couverture: "You can't stop the future. You can't rewind the past. The only way to learn the secret. . . is to press play.

Clay Jensen doesn't want anything to do with the tapes Hannah Baker made. Hannah is dead. Her secrets should be buried with her.

Then Hannah's voice tells Clay that his name is on her tapes-- and that he is, in some way, responsible for her death.

All through the night, Clay keeps listening. He follows Hannah's recorded words throughout his small town. . .

. . .and what he discovers changes his life forever."

 

Une de mes résolutions secrètes de ce début d'année c'est de relire en VO (comme tous els ans en fait mais je ne le fais jamais) alors j'ai débuté 2018 avec un livre en anglais histoire de bien prendre les bonnes habitudes tout de suite, et quoi de mieux que la littérature ado pour le faire? Oui parce que malgré tout, lire en VO me demande plus de concentration, et comme je voulais voir la série Netflix, ba forcément c'est sur le roman de Jay Asher que j'ai porté mon dévolu. Sauf que mon sentiment en ayant terminé la lecture (et même pendant) c'est What's the point?? ou bien tout ça pour ça ... 

Oui donc si je traduit clairement mon sentiment et bien j'ai été déçue. Je trouve l'idée plutôt originale et je me suis attachée au personnage de Clay (celui qui reçoit et écoute les cassettes) mais Hannah (celle qui s'est suicidée) m'a vraiment énervée, alors que bon ce n'est pas sensé être le cas je crois, elle s'est suicidée quand même, donc c'est une ado qui allait mal, qui a vécu des choses difficiles à l'école et à l'instar de nos collégiens, je pense que les lycées américains ne sont guère mieux, mais jusqu'au suicide?? vraiment? ça fait un peu froid dans le dos, surtout que les accusations qu'elle porte sur chacun à travers les cassettes sont parfois discutables. Je suis assez sceptique à vrai dire. Et en même temps, je crois qu'on ne sait tellement pas ce qui se passe dans la tête des ados, ce mélange explosif d'hormones et de réseaux sociaux en font sans doute des bombes à retardement!! Du coup forcément, je ne peux que le comparer à Tous nos jours parfaits, que j'ai lu juste avant celui-ci et que j'ai largement préféré.

Cette déception ne m'a pas empêché de commencer la série, au contraire mais le sentiment est sensiblement le même, même si j'apprécie le fait qu'elle soit plus développée que le roman. Dans la série Clay n'écoute pas les cassettes en une nuit, et le storytelling bien que basé sur les écoutes développe aussi le présent de Clay et ses réactions, il en est du coup encore plus touchant, mais je trouve Hannah tout aussi agaçante!! Et vous, vous l'avez lu, vu? Qu'en avez-vous pensé?

PAL vo

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 janvier 2018

Jean Hegland, Dans la forêt

Dans-la-Foret_7057

Quatrième de couverture: 

"Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’électricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses.

Considéré comme un véritable choc littéraire aux États-Unis, ce roman sensuel et puissant met en scène deux jeunes femmes qui entraînent le lecteur vers une vie nouvelle."

J'écris mon billet quasiment dans la foulée de ma lecture, ça ne m'était pas arrivé depuis longtemps... Dans la forêt n'est pas le roman vers lequel je me serai tournée sans un peu d'aide d'autres lecteurs très convaincants, hein Violette? Il est ressorti dans plusieurs bilan de lecture de 2017 donc je me suis dit qu'il ne fallait pas que je passe à côté! D'ailleurs en cherchant une photo de la couverture j'ai vu qu'il avait été adapté avec Ellen Page dans le rôle de Nell, je ne peux qu'adhérer, et je croise les doigts pour le trouver sur Netflix!

Sachez que ce livre est très prenant, je l'ai ouvert et ne l'ai lâché qu'à deux reprises parce que je n'avais pas le choix, je l'ai terminé ce samedi matin aux alentours de 7h alors que je n'arrivais pas à me rendormir. Il fallait que je sache ce qui était arrivé aux deux soeurs, et à tous les habitants de Redwood!! Je ne vous présente pas le sujet du livre, mais sachez qu'on y apprend énormément, sur la nature et ce qu'elle a à offrir, sur la nature humaine également. Dans la forêt est presqu'un huis-clos et la forêt est le troisième personnage de ce couple de soeurs dont la survie dépend uniquement de leur adaptation à ce mode de vie forcé, sans electricité, sans supermarché, sans plus personne. Cela nous fait relativiser un peu sur notre façon de vivre et de consommer aussi. Et clairement je ne suis pas certaine de tenir plus de quelques semaines, ou soyons optimistes quelques mois à vivre ainsi.

L'écriture est très belle, la narratrice est Nelle, la soeur cadète qui compile ses pensées et leur histoire dans le dernier cahier qu'il leur reste. On sent sa force de caractère grandir au fil des pages, impressionnant pour une jeune fille de 17ans qui n'aspirait qu'à rentrer à Harvard après avoir passé toute sa scolarité à la maison, à apprendre à son rythme et découvrir la nature. Ses plans sont donc contrecarrés par ce monde en perdition. Et ce sera là mon seul bémol, comme je le disais dans les commentaires chez Violette, pour me rassurer sans doute j'ai un côté très rationaliste qui fait que j'aurais aimé savoir exactement pourquoi et qu'est ce qui arrive exactement pour que la vie s'arrête comme ça du jour au lendemain, avec aussi l'espoir de savoir quand elle reprendra son cours, si il y a bien une fin à tout ça? C'est ce qui m'avait posé problème en lisant On ne boit pas les rats-kangourous et dans En un monde parfait de Laura Kasischke, qui écrit sensiblement la même histoire, même si les personnages ne sont aps en pleine forêt mais en banlieue pavillonnaire. D'ailleurs Jean Hegland n'a rien à envier à sa collègue américaine, son roman est beaucoup plus percutant et poétique que celui de Kasischke, que j'aime pourtant beaucoup. La poésie je l'ai trouvé dans les métaphores entre la nature et la relation entre les deux soeurs, comme si les sentiments humains pouvaient se refléter dans la nature, ou peut-être est-ce l'inverse. Quoi qu'il en soit, tout le récit autour du travail dans le jardin, de la récolte, du fait de produire, chercher et conserver sa nourriture pour l'hiver était vraiment intéressant, et je l'ai trouvé très beau aussi d'un point de vue métaphorique.

Un coup de poing à côté duquel il ne faut pas passer, donc si vous l'avez loupé en 2017, mettez-le sur vos wish-list de 2018!

challenge petit bac

(LIEU: FORET)

lire sous la contrainte

(accent circonflexe - 1)

20 janvier 2018

Jennifer Niven, Tous nos jours parfaits

Tous-nos-jours-parfaits_1164

Présentation de l'éditeur: "Quand Violet Markey et Thedore Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie. Finch est la "bête curieuse" de l'école. L'excentrique tourmenté et impulsif dont personne ne recherche la présence, qui oscille entre les périodes d'accablement dominées par des idées morbides et les phases "d'éveil" où il déborde d'énergie vitale. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa soeur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s'est isolée et s'est laissée submerger par la culpabilité. Pour Violet et Finch, c'est le début d'une histoire d'amour bouleversante, l'histoire d'une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir."

Ce roman pour ados je l'avais repéré sur un blog, acheté et oublié dans ma PAL, avec l'à priori que histoire d'amour pour ado ça risquait tout de même d'être un peu niais, sauf que du niais j'en avais besoin pour supporter cet hiver pluvieux et déprimant à souhait! Et grand bien m'en a pris: Parce que cette histoire n'est pas niaise du tout, d'ailleurs elle n'est pas forcément très joyeuse mais elle est belle, et elle fait du bien.

Violet et Finch sont deux lycéens que rien n'aurait à priori réuni si ce n'est cette envie de mettre fin à leurs jours au même moment. Je ne dévoile rien, c'est l'ouverture du roman, et puisque c'est l'ouverture du roman vous vous doutez bien qu'ils ne vont finalement pas le faire! Naîtra de cette étrange complicité une relation tendre et complice entre deux jeunes qui ne savent pas encore ce que c'est que l'amour. 

Le plus du roman c'est l'alternance de chapitres entre le point de vue de Finch et celui de Violet et c'est un projet pour les cours qui sera le fil conducteur du récit. Travaillant en binôme, ils doivent explorer les points d'intérêt de leurs état, l'Indiana qui apparaît un peu comme LE trou paumé des Etats-Unis!! Cette recherche est un peu une métaphore de la découverte de l'autre qui s'avère pleine de surprises. 

Les deux personnages sont intéressants, Finch et son côté associal, un brin cyclotimique et Violet, endeuillée par la mort de sa soeur dont elle se sent responsable. Si le roman éfleure à peine la maladie mentale, il traite néanmoins assez bien du suicide chez les jeunes. Pour autant la fin est surprenante, je ne voulais pas que cela se termine comme ça!!

Pour conclure je dirai que c'est plutôt bien écrit, et ça se lit vraiment très bien, même un lecteur adulte peut y trouver son compte. Je ne sais pas cependant ce que peut en retirer un lecteur adolescent. 

challenge petit bac

 

(PASSAGE DU TEMPS: JOURS)

objectif pal

(Objectif PAL de Janvier - 1 dans ma PAL depuis fin 2016)// Objectif PAL 1/20

Posté par Cinnamonchocolat à 11:29 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

12 janvier 2018

Challenge Petit Bac 2018

Comme prévu, voici les nouvelles catégories pour le challenge Petit Bac édition 2018 d'Enna avec quelques idées de titres issus de ma PAL. Je ferai une mise à jour régulière pour voir où j'en suis et je tente à nouveau de remplir une grille cinéma. Bon Challenge à tou(te)s les participant(e)s!

challenge petit bac

Voici les catégories :


PRÉNOM : Gaston et Gustave; le rire de Laura; Serena; Justine; Aristotle and Dante discover the secrets of the universe


LIEU 42e parallèle; Detroit;  Un pays à l’aube; Retour au pays; California Dream; Manchester Music City 1976-1996; Le manoir de Tyneford


ANIMAL : 


OBJET : Mille morceaux; Sur le fil; Lettres


COULEUR :  Les filles au chocolat, Coeur cookie (tome 6); 


DÉPLACEMENT/ MOYEN DE TRANSPORT : 


PASSAGE DU TEMPS  :  Minuit dans une vie parfaite; La voyageuse du soir; Une nouvelle vie pour Mars et Vénus; Un pays à l’aube; Tous nos jours parfaits


TITRE MOT UNIQUE  Libra; Middlemarch; Detroit; Serena; Stolen


MOT POSITIF Belle du Seigneur; Minuit dans une vie parfaite;  Belle d'amour; le rire de Laura


ARTLa photo pas à pas ; Manchester Music City 1976-1996; Aristotle and Dante discover the secrets of the universe


GROS MOT (bonus facultatif) :

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


10 janvier 2018

Recap Challenge Petit Bac 2017

Cela fait plusieurs années que je participe au Challenge Petit Bac  d'Enna et à chaque fois je me fixe l'objectif de compléter deux lignes, objectif atteint donc et je constate que cette année encore c'est la catégorie animaux que je termine en dernier. J'avais essayé de remplir une grille cinéma mais elle n'est que partiellement remplie. Je poursuis le challenge en 2018 avec les nouvelles catégories dont je vous reparle très bientôt sur le blog.

 

PRÉNOM : 1. Jo Witek, MENTINE...Privée de réseau!

2. Lily Brett, LOLA Bensky


LIEU : 1. Jenny Colgan, La petite BOULANGERIE du bout du monde

2. James Ellroy, L.A Confidential 


ANIMAL : 1. Estelle Nollet, On ne boit pas les RATS-KANGOUROUS

2. Nicolas mathieu, Aux ANIMAUX la guerre


OBJET : Emile Zola, L'OEUVRE

Molly Prentiss, New York, ESQUISSES nocturnes


COULEUR : Audur Ava Olafsdottir, Le ROUGE VIF de la rhubarbe

Joanne Harris, Les cinq quartiers de l'ORANGE


SPORT/LOISIR : 1. Christophe Ono-Dit-BIOT, PLONGER

2. Ketil Bjornstad, La société des jeunes pianistes


PERSONNE CÉLÈBRE  :  1. Anne-Marie Desplat-Duc, Les Colombes du ROI SOLEIL- Le rêve d'Isabeau (tome 5)

2. Joydeep Roy-Bhattacharya Une ANTIGONE à Kandahar


ALIMENT / BOISSON : 1. Joanne Harris, Des PECHES pour Monsieur le curé

2.Kerry Hudson, Tony Hogan m'a payé un ICE-CREAM SODA avant de me piquer maman


SPHÈRE FAMILIALE: 1. Isabel Alba, BABY Spot

2. John Tiffany & Jack Thorne, Harry Potter and the cursed CHILD

 

 


MORT : 1. Robert Hicks, La VEUVE du Sud

2. Antoine Dole, Je reviens de MOURIR

 


GROS MOT (bonus facultatif) : 1. Margaux Motin rencontre la femme parfaite est une CONNASSE

2. Jérémie Pichon et Bénédicte Moret, Famille presque zéro DECHET ze guide

challenge petit bac

 

Ma grille cinéma

 

PRÉNOM : MARY de Marc Webb


LIEU : Traque à BOSTON


ANIMAL : Nocturnal ANIMALS de Tom Ford


OBJET : 


COULEUR :  Les figures de l'OMBRE


SPORT/LOISIR : 


PERSONNE CÉLÈBRE  : BARRY SEAL


ALIMENT / BOISSON :


SPHÈRE FAMILIALE: Seven SISTERS


MORT :  ATOMIC Blonde


GROS MOT (bonus facultatif) :

 

 

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2018

Nicolas Mathieu, Aux animaux la guerre

aux animaux la guerre

Quatrième de couverture:" Une usine qui ferme dans les Vosges, tout le monde s’en fout. Une centaine de types qui se retrouvent sur le carreau, chômage, RSA, le petit dernier qui n’ira pas en colo cet été, un ou deux reportages au 19/20 régional et puis basta.
Sauf que les usines sont pleines de types dangereux qui n’ont plus rien à perdre. Comme Martel, le syndicaliste qui planque ses tatouages, ou Bruce, le bodybuilder sous stéroïdes. Des types qui ont du temps et la mauvaise idée de kidnapper une fille sur les trottoirs de Strasbourg pour la revendre à deux caïds qui font la pluie et le beau temps entre Épinal et Nancy. Une fille, un Colt .45, la neige, à partir de là, tout s’enchaîne.
Aux animaux la guerre, c’est le roman noir du déclassement, des petits Blancs qui savent désormais que leurs mômes ne feront pas mieux et qui vomissent d’un même mouvement les patrons, les Arabes, les riches, les assistés, la terre entière. C’est l’histoire d’un monde qui finit. Avec une fille, un Colt .45, la neige."

On change complètement de registre avec un roman de la collection Babel Noir, pas tellement dans mes habitudes mais c'est bien aussi de se bousculer un peu parfois. D'autant plus que la bousculade est plutôt réussie. Nicolas Mathieu sait créer une atmosphère. Ses personnages sont tous plus réalistes les uns que les autres et le décor feutré des Vosges et de la misère liée à la fermeture des usines n'est pas sans me rappeler mon Nord natal. Ces petites frappes qui tentent de survivre et qui par effet boule de neige se retrouvent mêlées à des affaires qui les dépassent sont pathétiques mais éveillent quand même un sentiment de compassion. Rita, inspectrice du travail qui se démène pour que ces hommes ne perdent pas leur emploi, ou y perdent le moins possible est touchante de détermination. D'autres comme Lydie ou Bruce mériteraient d'être un peu secoués pour les réveiller, leur dire qu'il y a un espoir ailleurs, autrement. Une chose est certaine, on ne lit pas Aux animaux la guerre pour son optimisme, c'est sombre, il n'y a pas de véritable issue, mais c'est aussi le quotidien de certaines personnes en France ou ailleurs. Les deux personnages qui m'ont véritablement émues sont Jordan et son père, qui vivotent après le décès de l'épouse, et mère. Alors que son travail à l'usine est compromis, le père essaie malgré tout de faire face pour élever son adolescent de fils. 

J'émets cependant une réserve concernant certains points, et notamment le début du roman. Je n'ai pas tellement compris pourquoi on découvre d'abord certains personnages en Algérie, à l'époque de la guerre. Certes cela nous montre les personnages sous un jour peu reluisant, mais j'ai trouvé que cela ne leur apportait rien de plus par la suite. De même que certaines questions restent sans réponse. Je vous le recommande tout de même parce qu'il est assez prenant. 

Un petit extrait qui m'a marquée: "C'était ça l'usine, un monde de peine et de réconfort, un monde qui n'avait cessé de rapetisser d'ailleurs, passant de plus de deux cent cinquante bonshommes à trois fois rien. Quarante qu'ils étaient désormais. Patrick aimait mieux ne pas penser à ce qu'il adviendrait si l'usine devait fermer. Les gars se connaissaient tous depuis l'enfance ou quasiment. Certains ouvriers avaient vu leur père travailler là avant eux, d'autres passaient la main à leur fils. Par le apssé, les patrons venaient vous cueillir à la sortie du collège, après le certif' et il arrivait qu'on s'engouffre là-dedans jusqu'à la retraite. L'usine avait dévoré des générations complètes, survivant aux grèves, nourrissant les familles, défaisant les coupes, esquintant les corps et les volontés, engloutissant les rêves des jeunes, les colères des anciens, l'énergie de tout un peuple qui ne voulait plus d'autre sort finalement.

challenge petit bac

(ANIMAUX: ANIMAUX)

Je termine ma 2e ligne avec ce dernier titre pour l'édition 2017 du Challenge petit Bac d'Enna, je vous poste un recap de mes deux lignes demain, et bien sûr je renouvelle ma participation avec les nouvelles catégories pour 2018!

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 janvier 2018

Malika Ferdjoukh, Quatre soeurs (tome 3 et 4)

3bettina

Quatrième de couverture: (tome 3, Bettina) "Le printemps, saison du renouveau, des amours et des primeurs, éclate dans toute sa splendeur à tous les étages de la Vill'Hervé. Renouveau ? Oui. Harry et Désirée, les petits cousins, viennent passer des vacances au grand air. Charlie, à sec, s'est résignée à louer la chambre des parents.[...]"

4genevieve

Quatrième de couverture: (tome 4, Geneviève) "L'été a vidé la Vill'Hervé. Hortense et Enid sont à Paris, pour voir leurs cousins, Désirée et Harry. Bettina est partie camper avec les DBB. Charlie se demande toujours comment faire pour nourrir, loger et blanchir tout son monde. Geneviève passe ses journées à la plage à vendre des chichis et des churros en regardant passer les bateaux, les pédalos, les glaces à l'eau et surtout le ténébreux Vigo.[...]"

Quel plaisir de retrouver toute la tribu des soeurs Verdeleine. Il ne m'aura pas fallut longtemps pour terminer cette tétrade, mais pourquoi donc n'y a-t-il pas un tome pour Charlie? D'ailleurs je n'étais sensée en lire qu'un et garder le dernier pour plus tard, mais à peine le tome 3 fermé je ne pouvais aps résister à l'envie de prolonger un peu cette parenthèse poétique. Malika Frdjoukh nous emmène totalement dans son univers, à la fois très actuel et lié à la réalité des adolescents de nos jours, et en même temps on retrouve le côté un peu désuet, lié sans doute aux prénoms des personnages et à l'écrtiure. J'ai préféré le tome 3 au tome 4 que j'ai trouvé un brin plus réaliste. J'ai volontaire coupé les résumés des quatrièmes de couverture qui en dévoile un peu trop sur l'histoire, et c'est assez dommage. Le quatrième tome traite de sujets un peu plus difficiles, et qui m'ont aprfois semblé un peu trop lourd à porter pour des enfants, surtout pour Hortense, seule à Paris avec ses petits cousins, alors qu'elle a à peine 12 ou 13 ans. 

Ce sont de beaux livres à décourvir, et à faire découvrir à vos ados, pas trop tôt cependant, je pense que je vais succomber aux bandes-dessinées!

 

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

05 janvier 2018

Laetitia Colombani, La tresse

la tresse

Quatrième de couverture:

"Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
  
Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
  
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
  
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
  
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité."

 

C'est en écrivant mon billet que je découvre que l'auteur est française, dans mon esprit elle était italienne... Bon ça ne change rien à ma lecture ou à mon ressenti mais c'est drôle.

J'ai apprécié cette lecture. Les décors et personnages sont vite plantés. Leurs histoires et leurs destins sont intéressants. Ma préférence allant aux personnages indiens, tant je trouve révoltantes ces histoires de castes. J'ai apprécié le personnage de Gigulia mais surtout le décor dans lequel elle évolue, ainsi que son travail peu commun finalement. Sarah m'a un peu moins plu, le côté cariériste qui délaisse sa famille m'a semblé un peu trop stéréotypé. Chacune de ces femmes est indirectement liée, mais, c'est tout. Et c'est clairement ce que j'ai trouvé dommage dans ce roman, il se referme trop vite, on aimerait en savoir plus sur ces trois femmes. Que va devenir Smita, va-t-elle réussir à accomplir le rêve que sa mère a imaginé pour elle? Giulia va-t-elle assumer ses choix? Sarah va-t-elle accepté sa maladie?

Laetita Colombani laisse toutes ces questions en suspens. Une blogueuse (je ne sais plus qui, mea culpa) que l'histoire était un peu cousue de fil blanc, ce n'est pas faux, mais cette impression aurait sans doute été plus diffuse si l'histoire avait continué? En tout cas moi j'en aurai bien lu un peu plus, pas vous?

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

03 janvier 2018

Ma PAL au 1er janvier 2017

L'an dernier je lisais 34 livres de ma pal, contre 21 cette année, par contre j'ai lu plus de livres 68 contre 60 en 2016. J'ai donc raté mon objectif PAL de près (4 livres) mais j'ai aussi plus emprunté. On prend les mêmes et on recommence...

Mon objectif pour le 1er janvier 2018 est donc à nouveau de baisser ma PAL de moitié, Et comme je suis à 40 livres tout pile mon objectif est donc de lire au moins 20 livres! C'est tout à fait faisable! D'autant plus qu'Antigone poursuit l'objectif PAL chaque mois sur la page Facebook consacrée au challenge.

1. Socorro Acioli, Sainte Caboche

 

    1. Beauvais Clémentine, Les petites reines
    2. Cassidy Cathy, Les filles au chocolat, Coeur cookie (tome 6)
    3. Cohen Albert, Belle du Seigneur
    4. Collins Michael, Minuit dans une vie parfaite
    5. Conroy Pat, Le prince des marées
    6. Cusset Catherine, La Haine de la famille 
    7. Delillo Don, Libra
    8. Diderot, Jacques le fataliste et son maître
    9. Dos Passos, 42e parallèle
    10. Eliot George, Middlemarch
    11. Fernandez Fabien, Detroit
    12. Fletcher Susan, Un bûcher sous la neige
    13. Timothée de Fombelle, Tobie Lolness
    14. Frébourg Olivier, Gaston et Gustave
    15. Frey James, Mille morceaux
    16. Geille Annick, La voyageuse du soir
    17. Giesbert Franz-Olivier, Belle d'amour
    18. John Gray, Une nouvelle vie pour Mars et Vénus
    19. Jacquard Anne-Laure, La photo pas à pas 
    20. Irving John, La quatrième main
    21. Irving John, L'épopée du buveur d'eau
    22. Irving John, A moi seul bien des personnages
    23. Kingsolver Barbara, L'arbre aux haricots
    24. Kohler Hannah, Sur le fil
    25. Lapeyre Bénédicte, La repasseuse
    26. Lehane Dennis, Un pays à l’aube
    27. Mallet-Joris Françoise, le rire de Laura
    28. Mérimée, Colomba et autres nouvelles
    29. Merle Robert, Le propre de l’homme
    30. Niven Jennifer, Tous nos jours parfaits
    31. Oates Joyce Carol, La fille du fossoyeur
    32. Pilcher Rosamund, Retour au pays
    33. Prcic Ismet, California Dream
    34. Rash Ron, Serena
    35. Robb JohnManchester Music City 1976-1996
    36. Sade, Justine
    37. Madame de Sévigné, Lettres
    38. Solomons Natacha, Le manoir de Tyneford
    39. Wolfe Tom, le bucher des vanités

Posté par Cinnamonchocolat à 17:57 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags :