patrick-modiano-pour-que-tu-ne-perdes-pas-dans-quartier

Quatrième de couverture:

« – Et l'enfant? demanda Daragane. Vous avez eu des nouvelles de l'enfant? 
– Aucune. Je me suis souvent demandé ce qu'il était devenu... Quel drôle de départ dans la vie... 
– Ils l'avaient certainement inscrit à une école... 
– Oui. À l'école de la Forêt, rue de Beuvron. Je me souviens avoir écrit un mot pour justifier son absence à cause d'une grippe. 
– Et à l'école de la Forêt, on pourrait peut-être trouver une trace de son passage... 
– Non, malheureusement. Ils ont détruit l'école de la Forêt il y a deux ans. C'était une toute petite école, vous savez...»

Souvenez-vous, j'ai découvert Patrick Modiano récemment avec Dora Bruder que j'ai beaucoup aimé, pourtant j'ai eu beaucoup plus de mal avec ce titre-ci. Beaucoup de mal à le lire, à le comprendre. Pourtant c'est de nouveau une quête, non plus celle d'une jeune femme, mais celle du narrateur instiguée par d'autres perosnnages ayant retrouvé son carnet d'adresse. Indirectement ils obligent le narrateur à se souvenir de son enfance, de l'époque où il était jeune homme, pourtant cela semble bien enfoui, il ne se souvient plus des lieux, des gens ou plutôt si mais il semble l'avoir volontairement oublié. Il tourne autour de ses souvenirs, sans qu'ils soient jamais clairs, que recherche ces gens? Et lui, que veut-il savoir? Plusieurs chronologies sont déroulées, la quête semble avoir débutée déjà des années auparavant. J'ai vraiment été confuse pendant cette lecture. Cet entretien avec Patrick Modiano sur le site de Gallimard m'a un peu éclairée...