vous-parler-de-ca

Quatrième de couverture:

"Melinda Sordino ne trouve plus les mots. Ou plus exactement, ils s’étranglent avant d’atteindre ses lèvres. Sa gorge se visse dans l’étau d’un secret et il ne lui reste que ces pages pour vous parler de ça. Se coupant du monde, elle se voit repoussée progressivement par les élèves, les professeurs, ses amis, et même ses parents. Elle fait l’expérience intime de la plus grande des injustices : devenir un paria parce que ceux dont elle aurait tant besoin pensent que le mal-être, c’est trop compliqué, contagieux, pas fun. Melinda va livrer une longue et courageuse bataille, contre la peur, le rejet, contre elle-même et le monstre qui rôde dans les couloirs du lycée."

J'avais repéré ce titre sur la blogo et je suis contente de l'avoir sorti de ma PAL. Si le sujet du roman est assez commun, une adolescente américaine mal dans sa peau et rejetée par ses pairs, la manière de le traiter diffère un peu. Dès le départ on sait que la narratrice porte un lourd secret mais on ne sait pas de quoi il est question, on le devine, on le pressent, on glane les infos jusqu'à être clairement fixé. Ce qui nous interpelle c'est de savoir comment cette fille populaire est devenue le temps d'un été la paria du lycée et la véritable raison du rejet des autres n'en est que plus révoltante. 

Encore une fois l'on découvre ce système de clans à l'américaine, les sportifs, les pom-pom girls, les intellos, les membres de tel ou tel club etc. Si la popularité, les groupes sont bien présents dans les cours de récréation française j'ai l'impression que c'est quand même moins cloisonné, et qu'il est peut-être plus facile de passer d'un groupe à l'autre, encore que... Je me berce peut-être d'illusions, les ados sont parfois très cruels les uns envers les autres!

J'ai aimé le parallèle qui est fait tout au long du livre avec l'oeuvre que doit réaliser Mélinda pour le cours d'art plastique, tatonner, se tromper, recommencer, persévérer, telle est la leçon de vie que tente de leur inculquer ce professeur un peu hors norme, rejeté lui aussi par ses confères car peu conventionnel. Et c'est pourtant la seule figure adulte qui semble à l'écoute de Mélinda, les autres enseignants sont très caricaturaux et les parents de Mélinda brillent par leur absence. Ils m'ont d'ailleurs parus très antipathiques! Difficile donc pour cette jeune fille de faire face à sa souffrance et à toute cette indifférence!

objectif pal

(29/31)

Objectif PAL de Novembre chez Antigone et Anne: 1  (dans ma PAL depuis Août 2015)