Patients

Quatrième de couverture:

«J'ai envie de vomir.

J'ai toujours été en galère dans les moyens de transport, quels qu'ils soient. J'ai mal au coeur en bateau, bien sûr, mais aussi en avion, en voiture... Alors là, allongé sur le dos à contresens de la marche, c'est un vrai calvaire.

Nous sommes le 11 août et il doit bien faire 35 degrés dans l'ambulance. Je suis en sueur, mais pas autant que l'ambulancier qui s'affaire au-dessus de moi ; je le vois manipuler des tuyaux, des petites poches et plein d'autres trucs bizarres. Il a de l'eau
qui lui glisse sur le visage et qui forme au niveau du menton un petit goutte-à-goutte bien dégueulasse.

Je sors tout juste de l'hôpital où j'étais en réanimation ces dernières semaines. On me conduit aujourd'hui dans un grand centre de rééducation qui regroupe toute la crème du handicap bien lourd : paraplégiques, tétraplégiques, traumatisés crâniens, amputés, grands brûlés...

Bref, je sens qu'on va bien s'amuser.»

 

J'ai apprécié cette lecture. En ce qui concerne le contenu, difficile de critiquer le récit de cette épreuve traversée par l'auteur, Grand Corps Malade, Fabien pour les intimes, raconte son accident, sa prise en charge aux urgences et sa convalescence dans un centre pour accidentés de la route. C'est dur, très lent et parfois sans espoir. Mais comme on le sait Fabien s'en est sorti, il marche et vit normalement, ce n'est pas le cas de ses camarades d'infortune. Il nous fait part justement de cette frustration qu'ont les autres à ne pas progresser, à ne voir aucune amélioration de leur état, il y a ceux qui restent plusieurs mois et d'autres pour qui il n'y pas de solution. Fabien nous fait part des amitiés qui se lient, du besoin de tuer le temps ou du personnel du centre. Deux livres de suite qui me font penser au film Mon roi.

L'écriture quant à elle est percutente, je me suis surprise plusieurs fois à lire comme un slam, à scander les mots dans ma tête comme si c'était l'auteur lui-même qui les mettait en musique. Le rythme de elcture est donc très rapide, comme si tout était sorti d'une traite, comme une libération. Un témoignage très intéressant à lire donc...