l'infortunée

Quatrième de couverture:

"Londres, 1823. Fille de lord Loveall, l'homme le plus riche
d'Angleterre, la jeune Rose fait le bonheur de son père. Elle vit dans un magnifique manoir, entourée de domestiques dévoués. Elle porte des robes plus jolies les unes que les autres, passe ses journées à étudier avec sa mère et à s'amuser, et partage sa chambre avec Sarah, sa compagne de jeux... En un mot Rose a une enfance comme toutes les petites filles rêveraient d'en avoir. Mais voilà, Rose, n'est pas une fille. Rose est un garçon. Ses parents ne sont pas ses vrais parents. Et la révélation de cette vérité va bouleverser la vie de Rose et de toute la maison. Déjà best-seller dans de nombreux pays, L'Infortunée est un suspense victorien passionnant qui se lit comme un classique."

Par où commencer? L'infortunée est un roman foisonnant qui s'inscrit dans la tradition du roman victorien britannique, même si son auteur est contemporain. Par certains côtés, sur le questionnement du genre principalement, il m'a fait penser au Puits de solitude de Radclyff Hall, mais la comparaison s'arrête là.

J'ai beaucoup apprécié la première moitié du roman, celle qui pose le décor et qui nous raconte l'histoire de Rose, des Loveall, de sa naissance et son enfance en tant que fille, alors qu'elle est un garçon mais ne le sait pas encore puis ensuite la découverte de son véritable genre qui entraînera peu à peu la déchéance de la famille. Cette partie du récit est nettement plus intéressante à mon avis que celle qui suit intitulée "Le Pays des rêves" qui n'a été qu'un gros point d'interrogation pour moi, je n'y pas vu grand intérêt dans le déroulement de l'histoire, ni d'intérêt littéraire, ou alors je suis totalement passée à côté, ce qui est très probable. Heureusement la fin redevient à nouveau intéressante, avec un dénouement pour le moins innattendu.

Lecture en demi-teinte car gâchée par une partie du récit, j'y ai quand même retrouvé ce que j'aime en littérature, le côté roman d'apprentissage, les histoires de famille, les belles demeures victoriennes, un brin de suspense, et ce côté un peu poussiéreux qu'ont les vieux tableaux. La question du genre, même si elle est au coeur du roman, n'est finalement pas traitée en profondeur, cela m'a tout de même rappelé une citation de Simone de Beauvoir "On ne naît pas femme, on le devient", à laquelle on pourrait opposer qu'on ne naît donc pas homme on le devient aussi, difficile donc d'être une femme dans un corps d'homme donc... Je vous invite quand même à le lire, l'écriture de Wesley Stace étant plutôt agréable à lire.

mois anglais 2

 

chez Lou et Cryssilda 

objectif pal

(17/31)