temps-difficiles_couv

Quatrième de couverture:

"Le roman le plus engagé de Dickens. Les Temps difficiles, ce sont les débuts de la révolution industrielle qui transforme l'aimable campagne anglaise en un pandémonium d'usines, de canaux, d'installations minières, de fabriques, d'entrepôts, de banlieues misérables où vit à la limite de la survie le prolétariat le plus exploité qui sans doute fût jamais. Sous un ciel de suie, Coketown, la ville du charbon (Manchester en réalité), est d'autant plus l'image de l'enfer que la classe ouvrière n'y est pas encore organisée et qu'elle apparaît ainsi comme la victime toute désignée de politiciens sans scrupules et d'une bourgeoisie, parfois compatissante et troublée dans son confort moral, mais toujours persuadée de la divinité de ses droits. Le roman de Dickens correspond point pour point à l'analyse qu'en ces mêmes années et dans cette même Angleterre, Fr. Engels entreprenait de la naissance du capitalisme moderne."

J'ai été très agréablement surprise par cette lecture, non pas parce que c'était Dickens, j'ai lu et apprécié les romans de l'auteur que j'ai lus quand j'étais étudiante mais parce que la quatrième de couverture m'en faisait attendre tout autre chose. J'imaginais un roman sur la dureté du milieu ouvrier, le travail à la mine, la vie dans les cités minières, etc, mais finalement ceci ne sert que de contexte à l'histoire que nous livre l'auteur. Ce n'est pas véritablement un roman sur le prolétariat naissant, mais plus une histoire de manipulation de la bourgeoisie locale. 

Jj'ai quand même eu besoin de plusieurs chapitres pour ma familiariser avec la plume de Dickens, et ses personnages, mais au tiers du roman j'ai vraiment été accrochée grâce à l'intrigue "amoureuse", même si ce n'est pas tout à fait le cas. Le sort de Stephen Blackpool, ouvrier congédié pour "agitation" m'a intéressée, il est l'une des clés du récit. J'ai détesté Mrs Sparsit, rien n'est fait pour nous la faire apprécier, au contraire de Rachael, ou Cécilia. Mr Bounderby est pétri de suffisance,

son personnage est contrebalancée par celui de Louisa, chacun ayant son pendant, positif et négatif. 

Les titres des différentes parties du livre son révélateurs (Les semailles, la moisson, l'engrangement) de la manière dont le récit est construit, ce sur quoi repose le dénouement et les véritables rôles des personnages dans l'histoire. C'est aussi assez métaphorique par rapport au contexte historique et aux rapports entre prolétariat et bourgeoisie. J'ai vraiment apprécié me replonger dans un bon classique anglais.

objectif pal

 

(20/32)

 

Challenge-classique-3

 

(classique de Juin n°2)

mois anglais

Le mois anglais chez LouCryssilda et Titine