contes de noel

Quatrième de couverture:

"Dans ces cinq contes, Dickens célèbre l’esprit de Noël, le partage et la charité, et dénonce l’injustice sociale qui exclut les pauvres de cette fête. C’est un portrait truculent de la vie quotidienne et une condamnation sans appel de l’exploitation et de la misère. Ce message social, Dickens nous le donne en douceur, par le détour du conte et du fantastique. Comme l’écrit Dominique Barbéris, «ces contes nous rendent un peu d’enfance à l’état pur, dans la vigueur native des sentiments : l’indignation et la pitié, le rire, la peur. Ils nous redonnent le bonheur oublié de nos premières lectures, ces lectures d’adhésion sans distance critique, sans réserve, non pas sceptiques et endurcies, mais merveilleusement sensibles et “crédules”»."

Contrairement à ce que j'ai pensé, ce n'était peut-être pas le bon moment pour lire ce recueil. Fin novembre est une période chargée et la fatigue se fait sentir, du coup le soir quand je lisais je ne comprenais pas forcément tout, ou je me rendais compte après avoir lu trois pages qu'en fait je ne lisais pas vraiment ... Du coup je suis un peu passée à côté de certains passages, je n'ai pas apprécié l'écriture de Dickens à sa juste valeur et pour ne rien vous cacher je n'ai pas compris la nouvelle Le Carillon

Pour Un chant de Noël, je m'attendais un peu à autre chose, disons que j'ai eu un peu de mal à entrer dedans. Je crois avoir été influencée par l'adaptation que je n'ai pourtant pas vu, mais j'imaginais vraiment une histoire de Noël pour les enfants. J'ai par contre beaucoup apprécié les scènes de Noël chez le neveu de Scrooge et dans la famille Cratchit. La famille est réunie autour d'un repas simple mais exceptionnel, chacun a sa place, son rôle à jouer et beaucoup de chaleur humaine se dégage de ces pages.

J'ai apprécié Le Grillon du foyer même si je n'ai pas vraiment compris la présence du grillon. Le personnage de la jeune épouse est attachant. Le lecteur n'est pas tenu en confidence par le narrateur, il détient les mêmes informations que les personnages et est donc lui aussi trompé par les apparences. Le narrateur se joue donc de son lecteur et c'est ce qui fait, selon loi, l'originalité de cette nouvelle.

Ma préférence va à la nouvelle suivante, La bataille de la vie. Il me semble avoir déjà lu une histoire similaire. L'écriture et l'intrigue sont typiquement victoriennes. J'ai deviné assez rapidement le noeud de l'intrigue mais cela ne m'a pas gâché le plaisir de la lecture. J'ai apprécié la simplicité des personnages. Clémence est drôle et attachante. L'amour fraternel est au coeur du récit. Parfait pour la période.

Je termine sur une note négative avec L'Homme hanté et le marché du fantôme qui m'a profondément ennuyée, ce conte était pour moi trop fantastico-spirituel.

Outre le fait que ce soit des contes de Noël, parce qu'ils se déroulent à cette période, ces histoires ont pour point commun la famille, et l'importance des liens qui unissent les membres d'une famille, mais aussi c'est un rappel de générosité et de charité chrétienne, ce n'est finalement pas un luxe en cette période de fin d'année. 

Challenge-classique-3

 

(Classique de DECEMBRE)

challengechristmastime

 

(Chez MyaRosa)

noc3abl-20-12

Ce mois-ci, Sophie des Bavardages de Sophie nous donne rendez-vous pour une lecture de Noël

objectif pal

 

(35/78)