12 novembre 2014

Joyce Maynard, l'homme de la montagne

homme-de-la-montagne_maynard

Quatrième de couverture:

"Été 1979, Californie du Nord. Rachel, treize ans, et sa sœur Patty, onze ans, se préparent à passer leurs vacances à vagabonder dans la montagne comme d'habitude. Échappant à la surveillance d'une mère aimante mais neurasthénique depuis son divorce, et d'un père amoureux de toutes les femmes, le flamboyant inspecteur de police Torricelli, elles se cachent dans les arrière-cours pour regarder la télé par la fenêtre des voisins, inventent blagues et jeux à n'en plus finir, rêvant de l'inattendu qui pimenterait leur existence.

Et l'inattendu arrive. Horrible, cauchemardesque, une succession de meurtres dont les victimes sont des jeunes femmes, tuées dans la montagne... Des drames aux rebondissements ahurissants, qui vaudront au séduisant inspecteur, chargé de l'enquête, et à ses gamines à l'imagination fervente, un humiliant échec.

Cet échec, Rachel, devenue trente ans plus tard une romancière célèbre, le raconte ainsi que l'été qui a bouleversé leurs vies. Elle s'est donné pour mission de retrouver le tueur et la parution de son récit précipitera le dénouement de ce captivant roman. Superbement écrit, riche en passions de multiples sortes, L'homme de la montagne est un hymne magnifique à l'adolescence, à ses outrances et à ses rêves..."

Je suis entièrement réconciliée avec Joyce Maynard qui n’avait déçue avec Une adolescence américaine. L’auteure signe un roman fort et passionnant. Le point fort du récit est pour moi la narratrice : même si, dès les premières pages on sait que c’est l’adulte qui nous parle, celle-ci s’efface pour laisser la parole à l’enfant qu’elle a été. Rachel nous raconte son enfance en bordure de San Francisco à deux pas du Golden Gate Bridge et du Mont Tamalpais. Une enfance heureuse et insouciante jusqu’au divorce de ses parents. Sa mère dépressive les laisse elle et sa sœur Patty livrée à elle-même.  Elle passe donc leur temps à inventer des jeux et explorer la montagne. Le récit de Rachel se focalise sur l’année de ses 13 ans, celle où son père, brillant et beau détective se voit chargé de l’enquête sur l’étrangleur du crépuscule qui sévit dans la montagne au nord de San Francisco … Cette enquête va nourrir l’imagination de Rachel, exacerber ses sens mais surtout ne plus la quitter pendant une année. Il est peu commun je crois de voir un crime (et ici des dizaines) par les yeux d’un enfant, d’avoir son ressenti sur les meurtres, sur la progression de l’enquête et c’est vraiment ce qui rend cette affaire intéressante.

Les liens qui unissent les deux sœurs sont très forts, et m’ont beaucoup touchée, si le personnage de Rachel peut être par certains côté agaçants, j’ai tout de suite beaucoup aimé Patty, sa sensibilité, son imagination, sa loyauté surtout sont soulignées à plusieurs reprises par sa sœur, qui nous fait aussi redouter le pire la concernant.

A plusieurs reprises j’ai émis des hypothèses concernant l’identité du tueur, le destin des personnages, et je me suis à chaque fois trompée. Joyce Maynard garde quelques secrets jusqu’à la fin de son roman. Pour autant les rebondissements ne sont pas extravagants, on s’y attend, sans les voir complètement, elle nous surprend sans en faire trop.

Si ce n’est déjà fait, je ne peux que vous conseillé de le lire, j’ai vraiment aimé, et je pense que c’est aussi le cas d’Enna avec qui je partage ma lecture aujourd’hui.

Posté par Cinnamonchocolat à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,