le destin miraculeux

Quatrième de couverture:

" Si je devais ramener ma vie à un seul fait, voici ce que je dirais : j'avais sept ans quand le facteur m'a roulé sur la tête. Aucun événement n'aura été plus formateur. Mon existence chaotique, tortueuse, mon cerveau malade et ma foi en Dieu, mes empoignades avec les joies et les peines, tout cela, d'une manière ou d'une autre, découle de cet instant, où, un matin d'été, la roue arrière gauche de la Jeep de la poste a écrasé ma tête d'enfant contre le gravier brûlant de la réserve apache de San Carlos. " Edgar Mint pourrait être aux années 2000 ce que Garp fut aux années 1980. Après Lâchons les chiens, Brady Udall s'impose, avec ce roman inclassable et génial, comme une des grandes révélations de la littérature américaine contemporaine."

c'est un livre un peu opaque au début parce qu'il faut entrer dans le style et l'univers de Brady Udall. Mais, une fois qu'on y est, c'est parti jusqu'à la fin! On est emporté et on vit les aventures du petit Edgar.

Le personnage d'Edgar est bien sûr le centre du roman, il en est aussi le narrateur. Nous le suivons de son enfance, le jour où la jeep de la poste lui a roulé dessus, jusqu'à l'âge adulte.Le roman est divisé en plusieurs parties selon les endroits où Edgar aura séjourné. D'abord dans la réserve de San Carlos où il vit avec sa mère et sa grand-mère. Il en garde peu de souvenirs puisque c'était avant l'accident. L'histoire d'Edgar débute donc vraiment à l'hôpital Sainte-Divine où il se fait un ammi, Alt, un vieil homme, veuf et alcoolique. C'est là également où il rencontrera le jeune médecin qui lui a sauvé la vie et qui le poursuivra pendant des années. Sainte-Divine sera pour Edgar le point de référence mais il le quittera pour le pensionnat Willie Sherman, puis Richland et la Pensylvannie.Le moins que l'on puisse dire c'est que l'école Willie Sherman fait froid dans le dos, c'est la loi du plus fort qui prévaut et tous les coups sont permis. Autant dire que pour Edgar, garçon frêle à la tête difforme, quasiment orphelin, c'était un combat de tous les instants.

La narration, bien que faite avec du recul raconte toutes les aventures et épreuves qu'Edgar a traversées au fil des années et des lieux. C'est un garçon intelligent, qui découvre la vie et l'analyse par le prisme de ce qu'il a déjà vécu. La fin est pour le moins surprenante mais elle vient bien clore cette enfance tumultueuse. Ce qui n'a cessé de me surprendre tout le long du récit c'est que régulièrement Edgar parle de lui-même à la troisième personne du singulier et puis l'air de rien, revient à la première personne, parfois dans le même petit paragraphe. Comme si, ce récit extraordinaire était parfois trop pour ses propres épaules. Sans jamais une plainte, son récitet même les anecdotes les plus difficiles sont toujours teintées d'un humour un peu grinçant. L'enfant fait parfois preuve d'une autodérision touchante. J'ai souvent été émue, et même parfois révoltée ... Je crois que John Irving n'a pas à pâlir de la comparaison qui est établie avec Garp.

En bref il ne vous reste plus qu'à découvrir ce livre...

challengeus1

 

(11)

lire sous la contrainte

 

(2/2: nom de famille)

objectif pal

(5/78)