28 novembre 2012

Lecture commune: Mary R Ellis, Wisconsin

wisconsinQuatrième de couverture:

"La famille Lucas vit dans le nord du Wisconsin, belle terre oubliée peuplée d'ouvriers européens immigrés et d'Indiens Ojibwés. John, violent et alcoolique, passe son temps dans les bars, quand il ne s'acharne pas sur sa femme et ses enfants. L'aîné, James, lassé des frasques paternelles, s'engage pour le Vietnam. Il ne reviendra pas, laissant son jeune frère Bill à ce sombre quotidien. Seuls les Morriseau veillent de loin et le soutiennent pendant le périlleux passage de l'enfance à l'âge d'homme. Mais au coeur de cette nature immuable et splendide qui panse les blessures et apaise les peurs, ce qui reste d'amour donne doucement la force de survivre."

«C'est un roman robuste comme la poignée de main d'un Indien Ojibwé, réconfortant comme une bière fraîche au comptoir d'un bar de Milwaukee, sensible comme un adolescent qui élève des souris sous son lit. On a envie de le prêter à tout le monde, de se fâcher avec ceux à qui il ne plaira pas. Faites passer.»

 

Voilà un roman qui aura marqué ma fin d'année! Roman poliphonique composé de flashback, tour à tour le narrateur se focalise sur les différents personnages, Bill garçon de neuf ans au début du roman, adolescent, puis adulte, James, son frère aîné engagé dans les marines qui part au Vietnam, la mère, battue par un mari alcoolique, les voisins qui ne peuvent pas avoir d'enfants.

Le thème central du roman est la perte d'un proche et l'incompréhension que cela peut entraîner, la douleur bien sûr mais aussi la reconstruction. La douleur se lit dans les histoires de chacun, et l'amour qu'ils se portent se lit entre chaque ligne. Manu avec qui je faisais cette lecture parle d'un coup de poing et je partage entièrement cet avis.

Je pense que Mary R Ellis a choisi d'appeler son roman Wisconsin pour renforcer cette idée d'appartenance à la terre, à l'endroit où l'on a grandi, où l'on revient forcément. C'est un thème récurrent dans la littérature américaine, ce qui est assez paradoxal sachant que le départ et le voyage (généralement vers l'ouest) est aussi un thème central de la littérature américaine. Ici James fait ce voyage mais d'une manière ou d'une autre reviendra "chez lui".

Wisconsin c'est aussi un livre qui aborde la souffrance des enfants, opprimés par leurs parents, ici le père... Souffrance psychologique et souffrance physique.

Mais heureusement il y a les Morriseau, qui ne sont que bonté, malgré les épreuves qu'ils ont eux-même traversées...

Difficile d'en dire plus sans dévoiler certains aspects de la lecture, mais il ne faut pas passer à côté ... et Manu partage sans doute cet avis aussi!!

 

objectif_pal

(27/27)

Je termine donc mon objectif pal avec une pal réduite de moitié... C'est sans compter le slivres (très nombruex!) reçus au cours de cette année qui aura sûrement fait exploser mon quota ... RDV au premier janvier pour compter tout ça!!!

Posté par Cinnamonchocolat à 17:55 - Commentaires [7] - Permalien [#]