30 septembre 2011

Lecture commune: Stendhal, La Chartreuse de Parme

la_chartreuse_de_parmeQuatrième de couverture:

"La Chartreuse de Parme, dernier roman de Stendhal, longtemps ignoré, est un livre-clef de la littérature contemporaine. Stendhal, à travers les aventures de Fabrice del Dongo, a fait passer son idéal d'art et de vie, et, à l'acuité de l'analyse psychologique, a ajouté de la poésie, et un hymne à l'amour, dans la lumière des paysages italiens."

Je ne sais pas trop comment commencer mon billet, je n'ai pas pris de notes pendant ma lecture (bouh c'est mal) et j'ai mis un certain temps avant d'en venir à bout qui plus est (15 jours!) Non pas que je n'ai pas aimé, bien au contraire, mais parce que Septembre apporte son lot d'obligations et aussi de fatigue de la rentrée qui ralentissent le rythme de la lecture. C'est donc au fond de mon lit, calée par mes oreillers que je retrouvais ce cher Fabrice.

J'ai donc globalement aimé ce livre, même si j'y ai parfois trouvé des longueurs. Au début je me suis demandé dans quoi je m'embarquais, je n'ai pas trop compris pourquoi Fabrice voulait rejoindre l'armée de Napoléon et je l'ai trouvé particulièrement bête sur cette aventure dans les Flandres (oui oui j'étais toute fière d'y voir cité la ville où j'suis née). Ce début m'a un peu ennuyée et j'ai craint du coup de m'ennuyer tout au long de l'histoire. Mais non finalement, Fabrice revient à Parme et côtoie sa tante, la Duchesse Sanseverina qu'il ne laisse d'ailleurs pas indifférente.

Stendhal nous donne un aperçu de la vie à la cours à cette époque, j'ai trouvé ça intéressant, sans pour autant comprendre tous les tenants et les aboutissants de la politique italienne, il y aurait donc plusieurs princes et pas de rois? Je ne suis pas du tout au point sur ça, les différents partis et ministres etc. J'ai donc préféré les passages où le narrateur évoque la société, les soirées mondaines et bien sûr les intrigues amoureuses de Fabrice. D'ailleurs j'ai trouvé ça assez étrange qu'un jeune homme qui se prépare à une vocation religieuse cumule autant d'amourettes deci delà!

Stendhal sait tenir son lecteur en haleine, on craint pour la liberté et la vie de Fabrice lors de sa fuite à Bologne, puis de son emprisonnement dans la Tour Farnèse. Son caractère et son attitude à ce moment du livre a commencé à me le rendre antipathique. L'arrivée de Clélia Conti est donc tombé à point nommé. C'est un Fabrice sensible et dévoué qu'elle nous révèle.

Toute la fin du livre sera donc dévoué à renouer avec Clélia Conti, j'attendais donc beaucoup à ce sujet et finalement la fin m'a laissé un goût de "vite fait bien fait" comme si l'auteur s'était dit  "hop j'ai mon quota de pages il faut maintenant que j'expédie tout ça", j'ia trouvé que c'était un peu la solution de facilité!

Pour autant j'ai quand même beaucoup apprécié cette lecture, comme dans Le rouge et le Noir on retrouve des personnages fouillés et complexes, Fabrice donc mais surtout la Duchesse! C'est une femme intelligente, qui sait tirer parti de son physique et de sa position et qui n'hésite pas à se servir de son influence pour arriver à ses fins. Parfois sensible, parfois cruelle et manipulatrice. Elle se sert du Comte Mosca tout au long de l'histoire, uniquement dans le but de faire réussir son neveu, et pourtant je n'ai pas réussi à ne pas l'apprécier. Un tel dévouement est pour moi admirable!

Si vous souhaitez donc vous replonger dans un classique de la littérature française, je ne peux donc que vous conseiller de lire La Chartreuse de Parme!

Non seulement cette lecture commune m'a permis de déterrer un pavé de ma PAL mais en plus de pouvoir confronter mon avis, allons donc voir ce que mes co-lectrices en ont pensé: Céline, George, Aymeline, Elodie , Nathalia, Cynthia, Viviana

objectif_pal

(23/56)

Posté par Cinnamonchocolat à 08:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,