la_vie_est_br_veQuatrième de couverture:

"Nora n'aurait jamais dû revenir à Paris. Jamais. Mais elle est comme ça. Elle croit toujours que le temps est réversible. Donc elle est revenue.
Oh! Louis, I've missed you so much, so much, lui a-t'elle dit.
Et il en a perdu la parole."

 

Je me faisais une joie de découvrir ce livre, d'autant plus que je partageais ma lecture avec Val et Mango et au final j'ai été déçue tant pas l'histoire que par les personnages et plus encore par la fin!

J'ai trouvé le personnage de Blériot très antipathique, il se comporte comme un salaud avec sa femme (outre la relation adultère qui en soi n'est déjà pas très glorieuse mais bon ce n'est pas vraiment ce qui m'a choqué), il vit à ses crochets et tape aussi dans le portefeuille de son ami Léonard. C'est pour moi, un profiteur et en cela il a bien trouvé Nora puisque je l'ai trouvé également pas mal dans le rôle de profiteuse sans scrupule. Nora et Blériot sont donc amants, Blériot profite de Léonard qui l'aime depuis toujours, Nora profite de Murphy qui l'aime également éperduement ... La boucle est bouclée. Murphy se réfugie chez une vieille amie de Nora qui semble elle aussi fascinée par la jeune femme. Mais pourquoi? Outre son côté très fugace, qu'est ce qu'elle a de spécial cette Nora?

Je me suis demandé au cours de ma lecture de quoi il s'agissait, une ode à la trahison et au profit? 

Les personnages de Murphy et Léonard m'ont vraiment fait de la peine... Et j'ai au final envie de dire sans en dévoiler la fin que Blériot et Nora n'ont eu que ce qu'ils méritent! Et toc!

Quant à l'écriture du livre, je n'ia aps non plus accroché et la ponctuaction, ou plutôt le manque de pnctuation pour les dialogues m'a gênée, certes on a eu droit au monologue intérieur de Blériot mais quand même!

Bon il y a quand même des passages qui m'ont marquée:

"Il a beosin d'avoir une histoire. Tous les hommes, à un moment donné, ont sans doute besoin d'avoir une histoire à eux, pour se convaincre qu'il leur est arrivé quelque chose de beau et d'inoubliable une fois dans leur vie" (soit dit en passant, j'espère que c'est faux!)

"Malgré la distance qui les sépare, on a l'impression permanente que Murphy et Blériot se déplacent de part et d'autre d'une paroi très fine, aussi transparente qu'une cloison en papier, chacun connaissant 'lexistence de l'autre, y pensant forcément, mais sans pouvoir lui donner un nom ou un visage, de sorte qu'ils paraissent tous les deux progresser à tâtons comme des somnambules avançant dans des couloirs parallèles."

"Quelque fois en voyant le temps passer, je me dis que le jour où je reviendrai à Londres tu ne seras peut-être plus là et que je ne pourrai même plus te retrouver, parce que tu m'auras oubliée.

Il est sur le point de lui répondre qu'on ne peut pas tout avoir et qu'one ne peut pas être à la fois présente et absente, fidèle et infidèle. En toute logique, elle ne peut donc en même temps lui rendre sa liberté, comme elle l'a fait en le quittant, et lui demander de rester son prisonnier.

Mais il n'y arrive pas, il a trop peur si elle le prend au mot de se retrouver libre et malheureux"

 

Allons lire les avis de Val et Mango