la_vie_d_une_autreQuatrième de couverture : « Marie a vingt-cinq ans. Un soir de fête, coup de foudre, nuit d'amour et le lendemain... Elle se retrouve douze ans plus tard, mariée, des enfants et plus un seul souvenir de ces années perdues. Cauchemar, angoisse... Elle doit assumer sa grande famille et accepter que l'homme qu'elle a rencontré la veille vit avec elle depuis douze ans et ne se doute pas du trou de mémoire dans lequel elle a été précipitée. Pour fuir le monde médical et ses questions, elle choisit de ne rien dire et devient secrètement l'enquêtrice de la vie d'une autre. Ou plutôt de sa propre vie. C'est avec une énergie virevoltante et un optimisme rafraîchissant que Frédérique Deghelt a composé ce roman plein de suspense sur l'amour et le temps qui passe, sur les rêves des jeunes filles confrontés au quotidien et à la force des choix qui déterminent l'existence. »

Cela fait déjà trois semaines que j’ai lu la vie d’une autre mais j’avais envie de publier mon billet en même temps que Canel, Manu, aBeille, Cynthia et Mango pour la lecture commune de ce second roman de Frédérique Deghelt. De toute façon il ne m’aurait pas été possible de poster avant !

Donc sans refaire tout le résumé, nous sommes en 1988, Marie a 25 ans elle semble épanouie elle vient de décrocher un job et de rencontrer un homme avec qui elle passe la nuit mais… le réveil est douloureux : année 2000, douze ans plus tard, Marie ne sait plus qui elle est ou plutôt elle ne sait pas qu’elle a douze ans de plus, un époux et des enfants…

L’histoire m’a énormément plu, ce gros trou de mémoire invraisemblable, la recherche du passé, des souvenirs. J’ai trouvé les personnages et surtout Marie très attachants. J’ai rêvé de rencontrer un Pablo moi aussi… tout en m’interrogeant au fil du temps sur cette famille « parfaite ». En effet pour leur entourage Marie et Pablo sont le couple parfait, deux enfants et toujours heureux et amoureux comme au premier jour, la notoriété de Pablo, l’épanouissement de Marie dans sa vie de mère et dans sa vie de femme. Tout ça n’est-il pas trop beau pour être vrai ? J’ai toujours un peu l’impression finalement qu’on essaie de nous vendre ce tableau parfait du mariage mais qu’il n’existe pas ! (oui 24 ans et déjà blasée^^) et justement ici Frédérique Deghelt nous donne autre chose à voir, si Marie est devenue amnésique, si elle ne se souvient plus de ces 12 ans de bonheur avec Pablo c’est bien qu’il doit y avoir une ombre au tableau ! Marie essaie de démêler les ficelles, elle demande à ses amies très proche, elle consulte un spécialiste également ami de Pablo, elle retourne dans leur maison de vacances tout en jouant son rôle de mère et d’épouse sans rien laisser paraître de ses doutes, ses questions. Petit à petit les évènements s’imbriquent pour révéler à Marie que sous la couche de vernis, leur couple n’est pas si idéal qu’il ne semble l’être.

Cette histoire m’a donc touchée parce que je me dis que sans tomber dans l’amnésie, ça doit arriver dans une relation qu’un jour on se réveille en se demandant comment on est arrivé là, si c’est vraiment ce que l’on souhaite, et comment aurait pu être notre vie si on avait pris un chemin différent. Je me dis que c’est peut-être le genre de questions que je pourrais me poser après plusieurs années de vie commune avec quelqu’un, qu’il y’a forcément un moment où on se remet en question, peut-être même plusieurs.

Frédérique Deghelt soulève également la question de la fidélité dans le couple, j’avais justement une discussion avec une amie hier à ce sujet et nous constations que finalement l’infidélité était très courante et qu’on avait l’impression que ça c’était un peu banalisé. Mon côté un peu pessimiste me fait dire alors que finalement aimer la même personne « toute une vie » et lui rester fidèle est-ce que ça existe vraiment ?

J’ai également beaucoup aimé le style d’écriture, les descriptions de personnes, de lieux. J’ai simplement un bémol à ajouter : la fin. J’ai trouvé la fin un peu bâclée, j’avais encore envie de lire des pages et des pages et j’ai trouvé que ça s’arrêtait trop brutalement. J’aurais aimé avoir les explications de Pablo peut-être, plus de réaction de Marie, ou bien une confrontation !

 

Je me rends compte que mon billet n’est pas top, ce qui est donc à retenir c’est une lecture très touchante qui m’a tenue en haleine pendant mes 7 heures d’avion !